Archive pour 30 août, 2012

BORN Max

Max BORN (11-12-1882 – 05-01-1970)

Principales découvertes :

  • Mécanique quantique
  • Cycle de Born-Haber
  • Approximation de Born
  • Théorie de Born-Infeld
  • Approximation de Born-Oppenheimer
  • Règle de Born et interprétation statistique de la mécanique quantique
  • Équation Born-Landé

 

Description de cette image, également commentée ci-aprèsMax Born (11 décembre 1882-5 janvier 1970) était un physicien et mathématicien allemand naturalisé britannique. Il a notamment joué un rôle important dans le développement de la mécanique quantique. Il contribua également à la physique du solide, en optique et supervisé les travaux d’un certain nombre de physiciens notables dans les années 1920 et 1930. Parmi eux, Werner Heisenberg, Wolfgang Pauli et Robert Oppenheimer. Le prix Nobel de physique (partagé avec Walther Bothe) lui fut attribué en 1954.

Born a pu bénéficier d’une solide formation en mathématique grâce à ses professeurs Hilbert et Minkowski, mathématiciens de tout premier plan et très expérimentés en physique. Il a ensuite étudié la physique des électrons avec Larmor and J.-J. Thomson, l’astrophysique avec Schwarzschild. Ses premiers travaux portèrent sur la dynamique des réseaux cristallins mais sa véritable passion à cette époque en physique est la toute jeune théorie de la relativité d’Einstein. Il deviendra un ami proche du père de la théorie de la relativité générale mais leurs opinions divergeront quant à l’interprétation de la mécanique quantique.

Max Born a eu pour assistant Werner Heisenberg et Wolgang Pauli alors qu’ils venaient tout juste de passer leur doctorat sous la direction de Sommerfeld. Born comprit tout de suite que derrière les curieux calculs de mécanique quantique que venait de découvrir Heisenberg en 1925, se cachaient les règles du calcul matriciel et en particulier la non-commutativité des produits de matrices. Il développe alors la théorie matricielle de la mécanique quantique avec son assistant,Pascual Jordan et Heisenberg. Il passe à côté de l’équation de Schrödinger qu’il était en mesure de découvrir avant que celui-ci ne le fasse en 1926 en publiant ses articles sur la mécanique ondulatoire.

C’est tout de même lui qui comprend que la fonction d’onde de Schrödinger n’est pas une onde de densité de charge électrique mais bien une amplitude de probabilité quantique pour l’état d’un système physique. Avec Heisenberg, il exposera sa vision de la théorie quantique, en opposition à celle d’Einstein, lors du mythique congrès Solvay en 1927. Congrès que beaucoup considèrent comme l’acte de fondation de la mécanique quantique dont les fondements et l’interprétation se sont alors cristallisés. 

Dans les années 1930, il développe avec Infeld la théorie de l’électrodynamique non linéaire qui tombera en désuétude après la seconde guère mondiale et les résultats spectaculaire obtenus en électrodynamique quantique par Tomonaga, Schwinger etFeynman. Cette théorie reviendra sous une nouvelle forme dans le cadre de la théorie des supercordes dans les années 1990.

Max Born avait émigré en Angleterre à cause du régime nazi. Devenu citoyen britannique il enseigna longtemps à l’université d’Edimburg avant de prendre sa retraite en Allemagne où il décédera en 1970.

Sur les contributions de Max Born à la mécanique quantique, on pourra lire : 

Contexte : biographie de Max Born, biographie Born

MAURIZIO Andolfi

 

 

MAURIZIO Andolfi dans RESSOURCES et Savoirs en TAO andolfiun pionner de la Thérapie Familiale en exercice clinique Maurizio Andolfi est pédopsychiatre. Il se rend pendant quelques années aux USA afin de se spécialiser et devient Professeur à l’Université

Le modèle de référence de Maurizio Andolfi est la psychologie relationnelle avec une intégration entre les théories systémiques et les théories évolutives dans une dimension intergénérationnelle.

L’objectif de la thérapie est de construire une expérience intersubjective avec les familles, qui permet de rencontrer la souffrance derrière le masque familial et les symptômes du patient. Maurizio Andolfi exposera l’évolution de ses idées depuis le démarrage de son travail de Thérapeute familial, qui s’appuiera sur

deux consultations familiales en français reçues quelques jours auparavant dans le cadre d’un Master Class qu’il conduira avec des thérapeutes confirmés.

 Nos liens avec Maurizio Andolfi, Pédopsychiatre, professeur de Psychologie à l’Université de Rome, Fondateur et Directeur de l’Accademia di Psicoterapia della famiglia, ne datent pas d’hier.

 Auteur de nombreux ouvrages dont « La thérapie avec la famille », Ed. ESF  – « La forteresse familiale », Ed. Dunod  –« La création du système thérapeutique », Ed. ESF  – « Temps et mythes en psychothérapie familiale », Ed. ESF  – « La thérapie racontée par les familles », Ed. De Boeck. Et aussi, une interview disponible sur www.parolesdepsy.com et www.ceccof.com

 Le CECCOF a déjà organisé un Master Class avec Maurizio Andolfi en 2008 à Paris et en 2009 à Rome. Devant l’intérêt des collègues, nous organisons un nouveau Master Class. Pendant 6 jours des familles en direct et les participants observeront comment les idées, les intuitions, les résonances émotives, le sens de l’humour et la créativité s’entrelacent d’une façon harmonique dans l’expérience thérapeutique pour que les troubles d’une personne se transforment en ressources intergénérationnelles, capables de restituer puissance et espoir au système familial.

 Aujourd’hui, il est professeur titulaire de psychologie, Université de Rome « La Sapienza », fondateur et directeur de l’Accademia di Famiglia della Psicoterapia (APF), un superviseur de AAMFT approuvé, fondateur de la Fondation Silvano Andolfi, rédacteur en chef de l’italien Terapia Familiare revue, gagnant d’un prix pour sa contribution spéciale AAMFT en thérapie de couple et de la famille en 1999, co-fondateur de l’Association européenne de thérapie familiale et ancien président de la Société de la thérapie familiale italienne.

Depuis 1981, pour l’anglais parlant de la famille et de thérapeutes-1991-pour la famille de langue espagnole et française thérapeutes-jusqu’à présent, il a dirigé un stage annuel en thérapie familiale à Rome. Il a créé un réseau international très actif avec des collègues venant de partout dans le monde, en grande partie grâce au stage et un certain nombre de présentations et d’ateliers internationaux.

ARENES Jacques

 

psychologue, psychanalyste. Co-directeur du département « sociétés humaines et responsabilité éducative au collège des Bernardins.

ARENES Jacques dans RESSOURCES et Savoirs en TAO photo-Jacques-Arenes
Maître de conférences à l’Institut Catholique de Lille. Département d’Ethique. Centre d’Ethique de la famille et du sujet contemporain. Après avoir suivi un double cursus en mathématiques appliquées et psychologie clinique à l’Université Paris VII – Denis Diderot, et à l’Université Paris VI – Pierre et Marie Curie, Jacques Arènes a entamé une carrière de psychologue clinicien et psychanalyste. 

 

Psychologies : La gratitude, est-ce vraiment utile ?

Jacques Arènes : C’est un mot qui semble désuet, un peu naïf, car issu du vocabulaire religieux – « gratitude » renvoie à « action de grâce ». Toutefois, la gratitude authentique vient du plus profond de notre être. Il m’arrive de revoir d’anciens patients qui, quinze ans plus tard, me remercient de tout ce que j’ai fait, du changement qui a pu advenir dans leur vie. Qu’ai-je fait pour mériter leur gratitude, concrètement ? Je ne le sais pas. Quelque chose est passé, un mot, une phrase, un regard, qu’ils ont accueilli et qui a produit une transformation intérieure, à leur insu. Je crois profondément que la véritable gratitude est une façon de remercier la vie plus qu’une personne donnée, elle exprime joie d’être vivant. C’est l’antithèse radicale du « je n’ai pas demandé à naître; aussi la vie, le monde, les autres me doivent tout », qui caractérise l’ingratitude absolue.

En général, sommes-nous plutôt des ingrats ?

La gratitude suppose une responsabilisation face à sa propre existence : quelle est ma part dans ce qui m’arrive ? Persuadé que les autres – mes parents, mon conjoint… – doivent veiller à mon bien-être, il m’est impossible d’accéder à la gratitude. Or, nous sommes entrés dans l’ère des victimes, qui estiment que le bonheur leur est dû et qui exigent réparation si ce n’est pas le cas ! Je crois que ce registre « victimaire » est attaché à l’illusion infantile que le sort gâte davantage les autres et qu’il devrait toujours y avoir une solution à la souffrance. Je ne nie pas que certains êtres aient subi de terribles préjudices. Ni que se prendre en charge soit facile dans cette société peu solidaire, où l’exclusion survient très rapidement. Toutefois, la croyance que nous méritons d’être par principe plus heureux nous empêche de remercier la vie pour ce qu’elle nous donne. D’ailleurs, se satisfaire de son sort est presque honteux, synonyme de faiblesse, de manque de combativité. Je perçois une sorte de rancœur, de ressentiment général. L’ingratitude ce n’est pas d’omettre de dire merci. C’est le refus de reconnaître le bien qui arrive dans notre vie. Reconnaître ce qui fut bon fait partie d’une attitude réaliste qui permet aussi de reconnaître les blessures et les échecs : cela est nécessaire pour avancer.

Comment inculquer la gratitude aux enfants

Selon Jacques Arènes, c’est à table, quand la famille est réunie que l’apprentissage du merci prend son sens. « Merci de me servir, merci de me donner du gâteau… » Le remerciement a là une fonction « humanisante » : il confirme que l’enfant n’est pas un petit animal dominé par ses pulsions, mais un individu qui partage un repas avec ses semblables. C’est surtout en collectivité que le merci est important, car la politesse assure la cohésion du groupe. Mais à 3-4 ans, remercier reste un exercice formel. L’enfant n’a pas conscience de l’intention de celui qui donne, il est incapable de prendre la mesure de son geste, de réaliser que l’autre a pensé à lui, à son plaisir. « La question du retour – tu me donnes quelque chose, je te remercie – n’est intégrée que vers 7-8 ans », explique Jacques Arènes.

À ce moment, la reconnaissance du geste, de l’intention bonne d’autrui, devient une réalité. » La véritable gratitude, elle, demande une prise de conscience supplémentaire. C’est un ressenti qui ne se commande pas. « C’est un peu comme l’apprentissage du courage. L’enfant devient courageux en voyant ses parents surmonter leur appréhension, dominer leur inquiétude. C’est en repérant la gratitude chez eux qu’il intériorise ce sentiment. Toutefois, avoir des parents mesquins et radins n’interdit pas d’être dans l’accueil et l’ouverture : avoir souffert de leur mesquinerie peut même inciter à prendre le contre-pied. »

3163-ART_460_LARGE-L1-1036-L2-1036-7930 dans RESSOURCES et Savoirs en TAO
Ses travaux de recherche s’articulent principalement autour de deux thèmes :

- Le premier, relevant de la psychologie clinique, concerne la psychopathologie et psychothérapie de l’adolescent et du jeune adulte. Dans ce cadre, il s’appuie sur une réflexion plus générale de psychopathologie et anthropologie de la famille. 
– Son second axe de recherche traite de la psychologie et l’anthropologie du fait religieux.

Parmi ses nombreuses activités éditoriales :

- Depuis 1996, responsable de la collection « Le métier de Parents » aux éditions Fleurus : Y-a-t-il un père à la maison, Fleurus (1997) 
Au secours, mes parents divorcent, Fleurus (2003)
– Des articles dans la revue « Etudes » dont il est membre du comité de rédaction depuis 2008 :
« Enfants et adolescents : la douleur du vide », Etudes, n°400/4, avril 2004, p.499-508
« L’individu autonome, du bon usage d’un mythe », Etudes, n° 4135, nov. 2010, p. 485-494

 Des communications de colloque :

Des héritiers sans testament ? Eduquer pour un monde ouvert, Collège des Bernardins, Parole et Silence, n°14, Août, 2010.

Réinventer la culpabilité, Paris, Lethielleux/Parole et silence, 2009, p. 141-156.

 Ou encore : 

La défaite de la volonté, en collaboration avec Nathalie Sarthou-Lajus, Paris, Seuil, 2005.

Des petits sous, toujours d... |
Collectif ICI Ensemble |
Vivrecolo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Demediatisation
| Quality blog
| Conseilfemmes