David BOHM et physique quantique

 

David BOHM et physique quantique dans RESSOURCES et Savoirs en TAO 200px-David_BohmDavid Joseph Bohm (né le 20 décembre 1917, mort le 27 octobre 1992) est un physicien américain qui a effectué d’importantes contributions en physique quantiquephysique théoriquephilosophie et neuropsychologie. Il a participé au Projet Manhattan et conduit de célèbres entretiens filmés avec le philosophe indien Krishnamurti.

 

Bohm est né à Wilkes-Barre en Pennsylvanie de parents juifs, son père était originaire de Hongrie et sa mère de Lituanie. Il a été élevé principalement par son père, propriétaire d’un magasin de meubles et assistant du rabbin de sa région. Bohm étudia au State collège en Pennsylvanie. Il obtint son diplôme en 1939 puis étudia au California Institute of Technology pendant un an. Il fut ensuite transféré à l’université de Berkeley en Californie dans le groupe de recherche en physique théorique de Robert Oppenheimer, où il obtint son doctorat.

Dans « Science, Order and Creativity« , un ouvrage publié en 1987, Bohm déclare « Je n’ai jamais été capable de voir une séparation entre la science et la philosophie. D’ailleurs, dans des temps plus reculés, on parlait de philosophie naturelle et cette expression correspond parfaitement à la façon dont je perçois toute cette discipline« . Un point de vue qui est à la base du travail de toute sa vie.

Durant la Seconde Guerre mondiale, le projet Manhattan mobilisa de nombreux physiciens de Berkeley afin de produire la première bombe atomiqueOppenheimer avait demandé à Bohm de travailler avec lui au laboratoire national de Los Alamos, le laboratoire secret construit en 1942 afin de construire la bombe. Le chef du projet Manhattan, le général Leslie Groves, ne fit pas confiance à Bohm en raison de ses convictions politiques.

Après la Seconde Guerre mondiale, Bohm enseigne à Princeton University où il devient proche d’Albert Einstein. En mai 1949, au début de la période du MacCarthysme, Bohm est convoqué pour être interrogé sur des liens supposés avec de supposés communistes. Bohm invoqua le cinquième amendement de la constitution et refusa ainsi de témoigner contre certains de ses collègues. Il fut arrêté en conséquence mais acquitté en 1951. Princeton l’avait cependant déjà radié. Bohm, sur la liste noire du sénateur MacCarthy, se voit contraint de quitter les États-Unis pour le Brésil puis Israël et Londres.

Bohm est à l’origine de la théorie de l’ordre implicite (invelopped order, hidden order, implicate order) :

Dans l’ordre implicite (ou implié), l’espace et le temps ne sont plus les facteurs dominants qui déterminent les relations de dépendance ou d’indépendance entre les éléments. Un type entièrement différent de connexions fondamentales est possible, dont nos notions ordinaires de temps et d’espace, ainsi que celles relatives à des particules existant séparément, deviennent des abstractions de formes dérivées d’un ordre plus profond. Ces notions ordinaires apparaissent dans ce qui est appelé l’ordre explicite (ou déplié), qui est une forme spéciale et distincte contenue dans la totalité générale de tous les ordres implicites / impliés (Bohm, 1980, p xv.)

Cette théorie rejette la fragmentation de la physique Newtonnienne et se fonde sur le holisme également présent dans la théorie de la relativité et la physique quantique. Trois analogies sont utilisées par Bohm pour illustrer l’ordre implicite : l’hologramme, la goutte insoluble d’encre diluée dans la glycérine, le poisson d’aquarium filmé sous deux angles différents.

L’hypothèse rejette le dualisme, la séparation entre la conscience et la matière : l’ordre implicite expliquerait la relation entre matière et conscience. Dans ce modèle, l’esprit et la matière sont perçus comme des projections dans notre ordre explicite de la réalité sous-jacente, l’ordre implicite.

Description de cette image, également commentée ci-aprèsDans la mécanique classique, le mouvement d’une particule chargée ne peut pas être affectée par la présence d’un champ magnétique si elle se trouve hors de ce champ. L’effet Aharonov-Bohm est un phénomène quantique décrit en 1949 par Ehrenberg et Siday et redécouvert en 1959 par David Bohm et Yakir Aharonov. Il décrit le paradoxe suivant :

Un champ magnétique (le cercle bleu B, ci-contre) peut affecter une région de l’espace (parcouru par les trajectoires en rouge) même si cette région en est protégée, le potentiel vecteur n’ayant par contre pas disparu.

L’effet Aharonov-Bohm demontre donc que ce sont les potentiels électromagnétiques, et non les champs électriques et magnétiques, qui fondent la mécanique quantique. Le potentiel vecteur magnétique, qui n’existait jusqu’alors que comme entité mathématique utile, pouvait avoir de véritables effets physiques (quantiques).

Après la publication de ses résultats en 1959, Bohm fut informé du travail d’Ehrenberg et Siday. Bohm et Aharanov reconnurent le travail de leurs précurseurs dans leurs travaux ultérieurs.

Bibliographie de l’auteur :

The Essential David Bohm par Lee Nichol Routledge, 2002

 


Autres articles

Répondre

Des petits sous, toujours d... |
Collectif ICI Ensemble |
Vivrecolo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Demediatisation
| Quality blog
| Conseilfemmes