Archive pour 18 novembre, 2012

EVOLUTION (des espèces)

 

EVOLUTION (des espèces) dans Livre des Sagesses lettre-e-150x150

Par Patrice Levallois et Daniel Boublil

LIVRE 4

 

EVOLUTION (des espèces)

 

Charles Darwin a montré que tous les êtres vivants, des premières bactéries (quatre milliards d’années) jusqu’à l’homme, se sont engendrés les uns les autres dans une perpétuelle évolution. Cette théorie a bouleversé notre vision du monde. Nous savons désormais que tous les êtres vivants descendent des mêmes ancêtres et que les singes sont nos cousins. Cela dit, la théorie darwinienne rencontre de grosses difficultés dès lors qu’il s’agit d’expliquer comment l’évolution fonctionne réellement.

 

lemurien_bois dans Livre des Sagesses

 

Cette théorie suppose en effet que les nouvelles formes vivantes apparaissent très progressivement « graduellement » au fur et à mesure qu’une infime minorité des milliards de micro-mutations purement accidentelles (qui affectent sans arrêt tous les organismes à s’avère (totalement par hasard) compatible avec les lois infiniment rigoureuses et aveugles de la sélection naturelle (qui dit, en gros, que les meilleurs gagnent). Or cela ne fonctionne pas. Aucune combinaison de micro-mutations purement accidentelles ne peut expliquer par exemple, comment un animal rampant devient « graduellement », c’est-à-dire peu à peu au fil des générations, un animal volant.

 

Il y a d’innombrables hiatus et impossibilités logique dans la théorie darwinienne que certains scientifiques, tels l’australien Michael Denton ou la Française Anne Dambricourt-Malassé, décrivent d’ailleurs comme un vieux monument, superbe mais totalement dépassé par les faits. La théorie qui remplacera le darwinisme – quelle qu’elle soit -  devra forcément inclure la notion de macromutation, c’est  dire de changement brusque affectant on pas quelques cellules ou organites, mais des organes entiers, voire l’individu global. Dans l’état actuel de nos connaissances, tout se passe come si les nouvelles formes biologiques, les nouvelles grandes familles vivantes (par exemple les plantes à fleurs, ou les reptiles, ou les humains à étaient apparues soudainement. L’homme est apparu en quelques millions d’années à peine. A l’échelle du monde, c’est très rapide. Tout se passe, par exemple, comme si, à une certaine époque, des femelles australopithèques – nos ancêtres hominiens proches de certains singes – avaient soudainement donné forme dans leurs utérus à des embryons d’Homo habilis  ..

 

Un dossier très chaud, passionnant et passionnel ; les savants qui s’en préoccupent sont prêts à étriper leurs adversaires ! Explication : les darwiniens stricts sont idéologiquement très attachés à un matérialisme athée et craignent que, sous prétexte de « mutations brusques », les nouvelles théories ne réintroduisent Dieu dans une histoire dont ils croyaient l’avoir éliminé. Si les nouvelles formes apparaissent brusquement dans le grouillement du vivant sans que rien puisse les laisser prévoir de manière causale rationnelle, n’est-il pas tentant, en effet, de songer que c’est un plan divin qui les « invente » au fur et à mesure que le temps passe ?

 

En réalité, il serait bien prudent de mélanger ainsi les niveaux et de se précipiter sur « Le Tao qui n’a pas de nom » et a engendré « Le Tao qui a un nom » (définition chinoise ancienne du Centre ineffable de toute réalité) pour tenter d’explique l’énigme des mutations du vivant. Les spiritualistes répondront peut-être que « rien n’échappe à l’Unique » en effet, mais cela ne nous avant guère… Personnellement, je conseillerais aux jeunes esprits (de 7 à 107 ans) que ces questions passionneraient de consulter quelques ouvrages sur la question : par exemple ceux d’Ilya Prigogine sur les « structures dissipatives », ceux de James Glieck sur « l’ordre qui jaillit du désordre » et ceux de Michael Denton sur les limites du darwinisme, affaire à suivre !

 

A LIRE…

 

41T48870T9L._SL500_AA300_41QBTNNBSXL._SL500_AA300_gleick41a7ViOKbbL._SL500_AA300_51uH1CjgZjL._AA278_PIkin4,BottomRight,-51,22_AA300_SH20_OU08_

 

 

 

Issu du Livre du JEU du TAO – Comment DEVENIR le Héros de Sa Propre Légende créé par Daniel Boublil et Patrice Levallois

Le Livre du Jeu du Tao a été conçu sur une idée originale de Marc de Smedt et réalisé sous la direction de Patrice Van Eersel, Patrice Levallois et Sylvain Michelet

FAIRE L’AMOUR (conseil Tao)

 

FAIRE L'AMOUR (conseil Tao) dans Livre des Sagesses lettre-alphabet-f2

Par Patrice Levallois et Daniel Boublil

LIVRE 4

 

FAIRE L’AMOUR (conseil Tao)

Faire l’amour est naturel. Pourquoi en avoir honte ?

Cela paraît simple et c’est pourtant l’un des grands défis de cette époque complexe. Le sexe a fait l’objet de beaucoup trop de spécialisations en tous genres. Les religions l’ont étouffe, les ascètes le rejettent, les romantiques l’idéalisent, les intellectuels le théorisent, les obsédés le pervertissent. Ces attitudes n’ont rien à voir avec le fait de faire l’amour. Elles résultent de comportements compulsifs et de fanatismes. Pouvons-nous réellement maîtriser le défi qu’est une vie sexuelle ouverte et saine ?

Le sexe ne devrait pas être utilisé comme un moyen de pression et de manipulation à des fins égoïstes ou agressives. Il ne devrait pas être un domaine de prédilection pour nos illusions et nos compulsions. La sexualité est un reflet exact de la part la plus profonde de notre personnalité, et nous devons nous assurer de la pureté de son expression. Faire l’amour est une activité mystérieuse, secrète, et suivent la plus profonde interaction qui soit entre les individus. Que la création qui en résulte soit une relation ou une gestation, l’héritage des deux partenaires sera inhérent à leur création. Ce que nous mettons dans l’amour détermine ce que nous en retirons.

 

Librement inspiré d’après Le Tao au jour le jour, Deng Ming-Dao, éd. Albin Michel _ à consulter sur www.taovillage.com

 

Issu du Livre du JEU du TAO – Comment DEVENIR le Héros de Sa Propre Légende créé par Daniel Boublil et Patrice Levallois

Le Livre du Jeu du Tao a été conçu sur une idée originale de Marc de Smedt et réalisé sous la direction de Patrice Van Eersel, Patrice Levallois et Sylvain Michelet

 

FAMILLE

FAMILLE  dans Livre des Sagesses Lettre%20Alphabet%20F

Par Patrice Levallois et Daniel Boublil

LIVRE 4

 

FAMILLE

 

Es-tu viscéralement attaché à ta famille ?

Ou bien te demandes-tu, bien au contraire, comme Douglas Coupland dans son roman Génération X (éd. Robert Laffont), si Dieu fait s’incarner là, au hasard, des âmes n’ayant rien en commun – à charge pour elles de se débrouiller pour s’entendre ?

 Dès les années 1950, les premiers thérapeutes familiaux de l’école systémique de Palo Alto démystifiaient le modèle de la famille nucléaire – papa maman et les enfants – qui prévaut pourtant encore dans nos représentations. Ils soulignaient notamment l’importance des familles d’origine de chacun des parents. Divorces, familles monoparentales, familles recomposées, évolutions des moeurs sexuelles, maîtrise de la procréation… se sont chargés de leur donner raison.

 

LA FAMILLE COMME SYSTEME

Frustrant ou excitant ? Te voici pris dans un réseau tissé à travers l’espace et le temps, dont on ne se dégage que peu à peu et jamais tout à fait, et au moment même où cette structure connaît un bouleversement sans précédent. Inutile de te croire définitivement libéré des influences familiales, tu continuerais à vivre avec une famille fantasmatique, comme le fait l’orphelin ou l’enfant abandonné. Et si tu insistes, sois prudent ; il y a de fortes chances pour qu’un bon nombre de tes blocages trouvent leur source, précisément, dans la famille dont tu descends. 

Evidemment, ta famille est bien spéciale, rien ne la résume. Pourtant, certaines lois générales régissent le fonctionnement de toutes, constituant ce que le psychiatre Jacques Miermont appelle une « écologie des liens ».

 

barre_separation dans Livre des Sagesses

Toutes les familles heureuses

Se ressemblent ; chaque famille

Malheureuse, au contraire,

Est malheureuse à sa façon.

Léon Tolstoï

barre_separation

L’inventeur du systémisme, Gregory Nateson, qui avait le premier relevé les similitudes entre fonctionnement familial et froupal, considérait la connaissance de ces mécanismes comme relevant d’une « écologie de l’esprit ». Selon cette théorie de l’information, une famille est un système, un ensemble d’individus échangeant, en interne comme avec l’’extérieur, des informations sous diverses formes, principalement affective en interne. C’est dans ce contexte que se situe, par exemple, le problème de la responsabilité ; les parents sont responsables d’eux-mêmes et de leur part des relations au sien du système familial. Mais l’enfant a aussi sa part en tant qu’acteur.

 

Certes, les responsabilités sont inégales, la famille étant un système formateur avant tout. Moindre, la responsabilité de l’enfant joue pourtant elle aussi, notamment sur la façon dont il reçoit cette influence et sur ce qu’il en fait. C’est toute la différence entre : « Je suis ainsi parce que mes parents font ou faisaient ceci » et « Mes parents font ou faisaient ceci et voilà ce que cela me fait, ici et maintenant ». (sous-entendu : « je peux sans doute réagir autrement »).

 

MYTHES ET RITUELS

La famille est pour tous une école de la responsabilité. Pourquoi ?

Parce qu’elle porte en elle-même une opposition entre dépendance et autonomie ; comme tout système elle tend à l’ »homéostasie » (l’équilibre de son fonctionnement) alors qu’elle a pour mission de fabriquer des êtres autonomes capables d’en sortir. Pour chacun de ses membres, elle est donc tantôt un poids et tantôt un refuge, et c’est en changeant tout en restant la même qu’elle traverse le temps. Pour cela, comme tout groupe, une famille se structure autour de mythes et ordonne ses relations grâce à des rituels.

 

1 . LES MYTHES

Ils renvoient directement à cette réalité de second ordre dont parle Paul Watzlawick, où les choses sont vraies parce que nous y croyons. Ce sont les histoires que la famille se raconte sur elle-même. Rencontres amplifiées ou rendues romanesques, récits choisis, elles permettent de renforcer la cohésion familiale et régulent les relations avec l’extérieur (en transmettant une certaine image). Celles qui concernent les ancêtres, souvent les plus mensongères, expliquent bon nombre de délégations transgénérationnelles : dans les oublis se cachent des secrets qui pèsent comme des trous. Une famille n’existe pas sans mythes qui l’inscrivent dans le temps, lui écrivent une histoire, lui fabriquent une image et aideront les adultes à donner du sens aux souvenirs de leur enfance. Quelle part de ton héritage veux-tu cultiver, transmettre, ignorer ?

 2.     LES RITUELS FAMILIAUX

Ce ne sont pas seulement la façon dont on fête les anniversaires ; ce sont souvent de simples habitudes chargées de signification. Chez les uns on joue de la musique, chez d’autres il faut faire du sport, ailleurs enfin chacun fait ce qu’il veut. Musique, sport ou liberté, plus que des choix ludiques, indiquent les valeurs que la famille privilégie ; esthétisme, dynamisme ou autonomie. Une certaine acceptation des rites familiaux te permettra de comprendre d’où te viennent une partie de tes valeurs, afin d’en juger les qualités, de les comparer et de les enrichir. Si tu adoptes systématiquement des rites opposés à ceux de ta famille d’origine pour aller à ‘encontre de ses valeurs sans avoir pesé ce qui te déplaît en elles, tu en es encore prisonnier. L’attitude inverse, qui consiste à confondre valeurs et rites, rend l’autonomie tout aussi impossible, car elle conduit à transformer des valeurs familiales en règles universelles et empêche la prise de distance permettant de se constituer une morale personnelle. Ce n’est plus « chez moi, on fait ceci », mais « il est naturel de faire ceci » avec tout le rejet que cette forme impersonnelle implique envers veux qui se comportent différemment. Quelles valeurs as-tu reçues ? Quelles valeurs transmettre ?

 

i-grande-1785-dessin-de-la-sainte-famille.net_-150x150

 

FAMILLE ET VISION DU MONDE

Donner du sens aux relations grâce au temps et à un système de valeurs, tel est le rôle commun aux mythes et aux rituels. Mais ce sens aboutit à une vision du monde, et même à une façon d’appréhender le monde, ce que Jacques Miermont appelle une épistémè, terme grec signifiant science, et qu’il définit comme la « capacité à comprendre une situation donnée, à raisonner à partir de celle-ci, à juger des attitudes à adopter en fonction de cette compréhension et des raisonnements qu’elle suscite ». C’est, ajout-il, « la disposition qui permet à une personne de prendre une distance par rapport aux effets des rituels et des mythes ».

 Autrement dit, ta famille est à l’origine non seulement de ta conception du monde, mais aussi de la manière dont tu vas t’en constituer une de façon autonome. Si elle cultive des valeurs esthétiques, elle  tentera de développer chez toi l’intuition et la sensibilité – ce qui ne veut pas dire qu’elle fera de toi un artiste ! Dans une famille qui privilégie l’intelligence, le rationalisme sera roi. Et les phénomènes ranges éclatent plutôt chez celles pour qui l’irrationnel existe, ce que les études sociologiques sur la parapsychologie ont confirmé. Autant de grilles de lecture différentes qui trouvent leur source dans cette épistémè familiale.

 Comme le fait à l’échelle d’une société l’épistémologie, autre terme désignant le mélange entre le savoir scientifique et la doctrine philosophique qui lui est toujours associée, la façon du penser qui vient de ta famille agit en toi, non pas de façon rationnelle, mais à partir d’intuitions et de certitudes pour la plupart inconscientes.

 Sur les sujets où elle coïncide avec la façon de penser propre à la société tout entière se forment les bases de ce que les penseurs modernes appellent un paradigme, une conception du monde dont ils nous invitent à changer pour nous adapter aux événements envers lesquels les vieux modes de pensée deviennent inapplicables ; le moment serait-il venu pour toi de changer de paradigme ?

 

A LIRE….

 

51YJoKoLv2L._SL500_AA300_Andolfi-La-Forteresse-Familiale-Livre-724266518_ML1118625_458314951AXF3T3D3L._SL500_AA300_516QRB6KAXL._SL500_AA300_

 

 

41864QXFPGL._SL500_AA300_ 

 

Issu du Livre du JEU du TAO – Comment DEVENIR le Héros de Sa Propre Légende créé par Daniel Boublil et Patrice Levallois

Le Livre du Jeu du Tao a été conçu sur une idée originale de Marc de Smedt et réalisé sous la direction de Patrice Van Eersel, Patrice Levallois et Sylvain Michelet

Des petits sous, toujours d... |
Collectif ICI Ensemble |
Vivrecolo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Demediatisation
| Quality blog
| Conseilfemmes