Les 5 conditions amoureuses de la survie

 

MEDITATION 2 DU MONDE DE L’EAU

Voici une demi-douzaine d’études, parmi les dizaines citées par Dean Ornish, qui présentent cinq bonnes raisons d’affirmer que l’amour est la condition sine qua non de notre plénitude, et même de notre simple survie :

1• Avoir été aimé par ses parents

Au début des années cinquante, des psychologues de Harvard avaient mené une étude sur la vie affective de centaines d’étudiants, qui devaient indiquer le degré d’amour qu’ils avaient eu l’impression de recevoir de leurs parents. Trente-cinq ans plus tard, reprenant cette étude, l’équipe du Pr Gary Schwartz constatait que 91% de ceux qui s’étaient sentis le moins aimés avaient ensuite connu de graves problèmes de santé (troubles cardiaques, hypertension, ulcères et alcoolisme), contre 45% de ceux qui s’étaient sentis le plus aimés. Cas extrême : pour ceux qui disaient n’avoir jamais reçu le moindre amour ni de leur mère ni de leur père, 100% étaient tombés gravement malades.

Dans son livre, le Dr Ornish suggère différentes méthodes permettant de réparer le manque d’amour parental — des psychothérapies classiques à ses propres stages de communication, où un Français croirait reconnaitre un mélange d’analyse transactionnelle et de méthode Salomé.

2• Aimer et se sentir aimé par son conjoint

Les 5 conditions amoureuses de la survie dans MEDITATIONS du JEU du TAO marque-page-plume-bleuDans une étude menée auprès de près de dix mille hommes mariés de Cleveland par des chercheurs de la Case Western Reserve University, il apparaît que, parmi ceux dont le terrain (génétique, physiologique, etc.) est le plus favorable à l’angine de poitrine, ceux à qui leurs femmes montrent ostensiblement qu’elles les aiment, courent 50% moins de risque d’attraper cette maladie.

Interrogée par Dean Ornish, la biologiste Joan Borysenko, qui a fondé l’Institut Corps/Esprit à l’hôpital Beth Israel de Harvard, explique que l’un des rares moyens de comprendre pourquoi la relation amoureuse entre un homme et une femme constitue un chemin majeur vers la plénitude, est de faire appel aux notions indiennes de prana et de chakra. Quand, de votre sexe au sommet de votre crane, tous vos centres sont ouverts par l’amour (qui dissout toute peur), alors l’énergie vitale peut vous traverser et votre corps-esprit devenir une réalité consciente.  » Un cœur ouvert, dit Joan Borysenko, est en état de don permanent, et l’acte de donner devient pour lui acte de recevoir. « 

3• Se sentir entouré et relié

 » Vous sentez-vous seule ?  » Selon une étude menée dans le Michigan, les femmes qui répondent oui à cette question courent trois fois et demi plus de risque de développer, sur une période de dix-sept ans, un cancer du sein, des ovaires ou de l’utérus. Bon an mal an, les gens mariés tombent en moyenne deux fois moins malades et vivent 30% plus longtemps que les célibataires. C’est vrai notamment pour les personnes opérées d’un cancer, quels que soient leur âge, leur sexe et la gravité de leur maladie.

D’après de nombreuses études, dont celle menée par le Dr Redford Williams, à l’université de Duke, parmi les survivants de crises cardiaques, ceux qui vivent seuls, risquent deux fois plus de mourir dans l’année qui suit, et trois fois plus si leur isolement est tel qu’ils n’ont personne à qui se confier. D’autre part, des chercheurs hollandais enquêtant sur les personnes de plus de 55 ans ont montré que l’espérance de vie de ceux qui se sentaient affectivement entourés était deux fois plus grande que celle des personnes qui se sentaient seules.

Problème : la tendance générale de nos sociétés va vers un isolement croissant des individus, qui se retrouvent de moins en moins entre parents, amis ou amoureux, par « manque de temps ». Mais l’étude de Dean Ornish fait état de l’attitude particulièrement « conviviale » de deux nations modernes, moins menacées que les autres par les maladies cardiaques : les Français et les Japonais (sic).

4• Pouvoir se confier

En 1989, excédé d’être systématiquement confondu avec le Dr Bernie Siegel, auteur fameux de L’Amour, la médecine et les miracles et fondateur des « groupes de cancéreux exceptionnels », le cancérologue David Spiegel, de l’école médicale de Stanford, décide de mener une étude pour prouver qu’il n’existe pas de lien significatif entre la maladie de ses patients et leur vie affective. Il invite une moitié de sa clientèle féminine à participer, une fois par semaine, pendant une heure et demi, à une séance de partage, où chacune peut parler de sa maladie et nouer des amitiés. L’expérience dure un an. En 1994, David Spiegel constate, stupéfait, que l’espérance de vie des femmes qui ont pu se confier et se lier d’amitié a été le double de celles qui n’ont pas été invitées à le faire. En fait, seules les femmes du premier groupe vivent encore.

Résultat : David Spiegel a totalement révisé sa vision et entrepris d’écrire un livre sur la question.

5• Percevoir l’amour entre les êtres

Le Dr David McClelland de New-York rapporte que des étudiants à qui son équipe vient de montrer un film sur Mère Teresa et sur des actions de compassion et de solidarité, ont eu, pour la plupart, leur système immunitaire fortement stimulé par cette vision (ils comptent davantage d’anticorps dans leur sang après la séance qu’avant). Contempler, même passivement, le spectacle de la sollicitude et de l’amour, nous fait du bien.

Quelques-uns montrent cependant des signes inverses, comme si le film les avait déprimés. Intrigués, les chercheurs veulent savoir ce qui distingue ces étudiants. Ils leur font passer un test psychologique, leur demandant de commenter la photo d’un couple assis sur un banc. Les étudiants « déprimés » imagent tous que le couple est en train de se disputer ou de se séparer. Autrement dit, ces étudiants — peut-être à cause d’une expérience malheureuse dans leur enfance — se comportent de manière réactionnelle : le spectacle de l’amour les rend plus faibles et abaisse leurs barrières immunitaires !

Conclusion : 1°) les directeurs de programmes de télévision sont directement responsables de l’état immunologique de leurs spectateurs et ils devraient émettre davantage d’images positives, pour stimuler la production d’anticorps ;

2°) mais rien n’est simple : ces images positives peuvent rendre certains spectateurs malades ;

3°) les psychothérapeutes ont du travail pour encore longtemps !

 

Venez jouer au jeu du Tao sur mon Forum : http://devantsoi.forumgratuit.org/  

 


Répondre

Des petits sous, toujours d... |
Collectif ICI Ensemble |
Vivrecolo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Demediatisation
| Quality blog
| Conseilfemmes