Archive pour 10 février, 2013

Les 8 figures du Ciel du Yi Jing

 

 

La combinaison de 3 traits Yin ou Yang engendre les 8 trigrammes, ou « Figures du Ciel ». Bien que dotées d’un idéogramme propre, ces figures sont couramment connues et nommées par l’image naturelle qui leur a été associée et qui aide à mémoriser le souffle qui les anime.

Jean Philippe Schlumberger (Yi Jing : Principes, pratique et interprétation) a apporté à l’analyse des trigrammes une description de leur dynamique. Celle ci est représentée schématiquement dans le tableau si dessous.

Le Ciel est animé par un mouvement ascendant long et puissant qui entraine dans son sillage, comme l’évaporation provoquée par la montée du soleil de midi qui est figurée dans son idéogramme.

La Terre est dotée d’une force lourde, son inertie se traduit par un mouvement descendant qui rassemble et amalgame.

Le Tonnerre, comme le Ciel est ascendant, mais c’est un mouvement bref, une poussée vive qui s’achève aussi tôt qu’elle s’est manifestée.

Le vent s’insinue partout avec souplesse et se disperse dans toutes les directions.

Le Feu est une force ascendante, vive mais ce qui la distingue du tonnerre c’est son attachement à une base, foyer à partir duquel il peut s’élever.

L’eau se dirige toujours vers le point le plus bas, traversant la surface pour s’infiltrer jusque dans les profondeurs les plus sombres

La Montagne exerce une force descendante et provoque une pression sur sa base dont la solidité donne une assise stable, propice à l’édifice.

La Brume, bien que très légèrement orientée de manière ascendante n’a pas de dynamique à proprement parler. Elle se relie aux éléments présents mais n’exerce aucune contrainte sur eux.

La lecture combinée de ces dynamiques trigramatiques peut être utilisée avec beaucoup de pertinence pour comprendre les mouvements qui s’opèrent au coeur des hexagrammes.

Les 8 figures du Ciel du Yi Jing dans Le Livre des Mutations 8-figures-du-ciel1

Yin et Yang – les 5 éléments

Yin et Yang - les 5 éléments dans Le Livre des Mutations ying-et-yang-des-5-element1

 

MICROCOSME est triple.

Dans l’Antiquité, on supposait que les dieux et les hommes suivaient les lois du Monde selon leur nature propre, mortelle pour les Hommes, immortelle pour les Dieux. À partir de Moïse, et d’abord chez les Hébreux, une conception différente s’établit. Le Monde avait été créé à partir du Néant par un être primordial tout puissant, extérieur à la nature. Cette affirmation constitue la base du « Théisme » qui établit la cause première, Dieu, en dehors du Monde dont il est le Souverain Créateur, (Bible). L’autre postulat, hérité des Anciens, place les causes premières à l’intérieur du Monde, donc Dieu dans l’Homme et l’Homme dans Dieu, dans une unification universelle.

Je n’établirai pas de comparaison critique entre ces deux systèmes de pensée, sachant qu’aucun des deux ne résout tous les problèmes. Je me propose simplement de présenter ici un fragment de la pensée panthéiste, l’idée de la triplicité humaine, vers laquelle on trouve d’ailleurs des convergences évidentes dans le Théisme quoique les conclusions en soient généralement différentes. J’établirai un seul raisonnement fondamental (qui n’est d’ailleurs pas de moi). « Je suis une conscience, et par là même, je prouve qu’il y a de la conscience dans l’univers ». Peut-on aller plus loin sans mettre en oeuvre un imaginaire personnel ?

Les religions théistes posent actuellement leur conception des origines du Monde sur l’idée d’une trinité divine composée d’un Père créateur, extérieur au Monde, d’un Verbe, acteur de l’existence, et d’un Esprit, source de Vie. L’enseignement ésotérique puise aux mêmes sources antiques mais ne rejette pas Dieu à l’extérieur du Monde, l’introduisant donc au coeur de l’Homme. A partir de sa conception triple de l’Homme, manifestation incarnée de l’idée divine, l’ésotérisme présente donc aussi un triple concept de l’Inconnaissable Esprit Divin.

La triplicité de ce concept partagé s’établit probablement à partir de la triple structure du système cérébro-spinal avec ses trois cerveaux successifs empilés et interconnectés pilotant les diverses fonctions du corps. L’auto-analyse, intelligente ou intuitive, amène ainsi l’Homme à concevoir qu’il est construit sur une structure ternaire. Les ésotéristes panthéistes élargissent ce concept de triplicité humaine et en font une image reflétant dans la réalité terrestre la conception intellectuelle triple qu’ils ont du divin. L’Homme est à l’image de Dieu, « Microcosmos » et « Microthéos » au sein du divin « Macrocosmos ». Voir par exemple à ce sujet, les Hermétistes.

Tout cela est difficile à commenter et surtout à illustrer. C’est pourquoi je propose de mener ce travail en cheminant le long de la voie des fleurs vivantes, l’art IKEBANA des bouquets japonais. Nous regarderons tout particulièrement ceux issus de l’École Ohara, construits en échelonnant harmonieusement, de haut en bas, trois éléments, SHU, le ciel, FUKU, l’homme, et KYAKU, la terre, symboles possibles de notre réflexion. Voyez ci-contre une réalisation particulièrement remarquable et esthétique, l’artiste ayant imaginé de tripler chaque élément symbolique, réalisant ainsi une composition très originale, puisque triplement triple.

Des petits sous, toujours d... |
Collectif ICI Ensemble |
Vivrecolo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Demediatisation
| Quality blog
| Conseilfemmes