Archive pour 12 février, 2013

La vie est belle !

 

MEDITATION 4 DU MONDE DE L’AIR

 

Dans le film de Franck Capra, La Vie est belle, un petit banquier honnête lutte pied à pied pour pouvoir traiter à égalité les gros et les petits entrepreneurs. Mais les truands de la finance ont décidé de le mettre à genoux et savent comment y parvenir. Un soir, le banquier éthique n’en peut plus. Il décide de se jeter du pont du chemin de fer.

Apparaît alors un clochard (en réalité un ange) qui le convainc in extremis de ne pas sauter et lui propose un jeu étonnant : d’un bond dans l’avenir, il lui permet de jeter un œil à ce qui se passerait s’il réussissait son suicide. À sa plus grande surprise, le petit banquier découvre une ville à feu et à sang, où l’injustice a définitivement pris le dessus.

Il réalise alors que, tel le « dernier juste » de la Bible, il joue dans sa ville un rôle crucial. Malgré son apparente faiblesse dans le monde des affaires, c’est grâce à lui que la cité tient le coup, vaille que vaille.

Convaincu par le « clochard », il renonce finalement à se suicider et retourne chez lui, habité par une énergie neuve qui lui permet de repartir à la rescousse des petits entrepreneurs, contre la mafia.

 La vie est belle ! dans MEDITATIONS du JEU du TAO vie-belle

Synopsis du film : Ayant renoncé à son rêve d’enfant de devenir explorateur, pour reprendre la banque de son père, il a toujours consacré son énergie et son argent à l’amélioration des conditions de vie des habitants de la ville, en luttant contre le désir de puissance d’un homme d’affaires sans scrupules. Il fut également très utile pour son patron, monsieur Gowers, un pharmacien, car il empêcha le renvoi de ce dernier en refusant de livrer à un couple, dont le fils était atteint d’une maladie très grave, un cachet empoisonné. Il sauva également son jeune frère Harry de la noyade au cours d’un concours de luge mais perdit l’usage de son oreille gauche. Adulte, George se maria à une certaine Mary, amoureuse de Georges depuis l’enfance, et eut d’elle quatre enfants. Deux de ses amis, Marcel, un policier et Ernie (Ernest en français), un chauffeur de taxi chantèrent même à son mariage. Grâce à lui, son oncle Billy réussit à sauver son entreprise et plusieurs personnes dont son meilleur ami Giuseppe Martini habitèrent dans des jolies maisons louées bon marché. Pourtant un soir de Noël, l’oncle Billy perd une somme d’argent importante et George, au bord de l’hystérie, menace de se jeter dans la rivière après avoir eu un accident de voiture. Mais il sauve Clarence qui était en train de se noyer. L’instant d’après, celui-ci montre à George comment les citoyens de sa ville auraient évolué sans lui. La ville s’appellerait Pottersville et non Bedford Falls car personne n’aurait tenu tête à Potter, l’homme d’affaires. Il n’y aurait que des bars et des maisons closes. Il n’y aurait jamais eu les maisons de George et monsieur Gowers aurait empoisonné un enfant car personne ne l’en aurait empêché. Il aurait fait vingt ans de prison et serait devenu un alcoolique. Harry se serait noyé et n’aurait pu sauver tous les hommes à qui il a porté secours pendant la guerre. La mère de George serait une veuve acariâtre tenant une pension de famille douteuse, ses amis seraient des mauvais garçons, Mary une bibliothécaire vieille fille et Violette une prostituée (dans la vraie vie de George, c’est une fille un peu simplette mais très gentille). Les enfants de George n’existeraient pas et l’oncle Billy serait devenu fou après la faillite de ses affaires.

Se rendant compte de ce qui aurait pu arriver, George demande à revivre. Il s’aperçoit que tous ses amis sont allés chercher pour lui l’argent qui lui manquait. Lorsque l’histoire se termine, il trouve un livre de Clarence dans la pile de billets, avec une dédicace disant qu’aucun homme avec des amis ne rate sa vie et qui le remercie d’avoir obtenu ses ailes.

Venez jouer au jeu du Tao sur le Forum : http://devantsoi.forumgratuit.org/  

Se relier à « l’énergie universelle »

 

MEDITATION 3 DU MONDE DE L’AIR

James Redfield et la Prophétie des Andes

Se relier à En des termes que beaucoup trouveront très New Age, James Redfield aborde avec son idée de  » l’énergie  » un sujet qui envenime depuis des siècles l’harmonie individuelle et collective : la force que nous retirons de nos rapports avec autrui. Quoi qu’on pense de cet emprunt des mots à la thermodynamique, en usage depuis le XIXè siècle, il désigne bien quelque chose de concret, surtout pour des urbains : l’énergie psycho-affective (la  » pêche « ) qui explique que nous soyons – à consommation et dépense d’énergie physique égales – un jour en pleine forme et le lendemain flagada. Elle vient en grande partie de nos rapports avec autrui.

Pour Redfield, cette force est l’enjeu d’un combat incessant qui explique la plupart de nos comportements dans les relations, et notamment les différentes façons dont nous essayons d’absorber l’énergie d’autrui (par la domination ou en suscitant l’attention, le désir, la pitié, etc.). Il nous conseille donc, dans Les leçons de vie de la Prophétie des Andes, de chercher plutôt à reconstituer notre énergie psychique et affective sans avoir recours à une autre personne.

Résumé de ces conseils.

1- Quand tu te sens en baisse de forme, stressé, fatigué, découragé, prends le temps de respirer consciemment et profondément en ayant le dos bien droit (quelques étirements préalables peuvent t’y préparer), puis fais descendre ta respiration dans le ventre en visualisant une couleur dorée.

2- Apprécie la beauté autour de toi : un arbre, un bouquet de fleurs, une photo, un visage… Choisis un élément vivant qui t’attire et centre ton attention dessus, sans réfléchir, jusqu’à ce que tu ressentes un bien-être. Si tu es face à un mur tu peux fermer les yeux et imaginer !

3- Tu peux aussi écouter une musique douce qui te détend et te laisser porter par les sons. C’est un bon test : si la musique douce ne passe pas, peut-être as-tu besoin d’un rythme plus rapide qui t’entraînera dans la danse et te permettra vider ton esprit et de te défouler.

4- Si tu en as la possibilité relie-toi directement à un arbre ou un autre élément de la nature et cherche à ressentir ou à voir son énergie (une aura bleutée que tu peux capter en ayant un regard flou légèrement décentré).

5- Où que tu sois, si tu peux fermer les yeux :  » imagine une grande cascade de lumière qui ruisselle sur toi et t’enveloppe de son rayonnement… goûte sa chaleur et son éclat  » !

Venez jouer au jeu du Tao sur le Forum : http://devantsoi.forumgratuit.org/ 

 

Des petits sous, toujours d... |
Collectif ICI Ensemble |
Vivrecolo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Demediatisation
| Quality blog
| Conseilfemmes