Archive pour 10 janvier, 2014

Alain Aspect et le Tao

 

220px-Villeneuve-d'Ascq_-_IUT_A_-_Alain_Aspect_-_1Alain Aspect est un physicien français, né en 1947, connu notamment pour avoir conduit le premier test concluant portant sur un des paradoxes fondamentaux de la mécanique quantique, le paradoxe Einstein-Podolsky-Rosen.

Alain Aspect est le lauréat de la médaille d’or du CNRS en 2005, du Prix Wolf en 2010, et a été nommé grand prix de l’Optical Society of America (OSA), la Ives Medal / Jarus Quinn Prize en 2013.

En 1984, il a été nommé maître de conférences à l’École polytechnique et sous-directeur de laboratoire au Collège de France (associé à la chaire de physique atomique et moléculaire de Claude Cohen-Tannoudji). Il travaille alors, au sein du laboratoire de spectroscopie hertzienne de l’École normale supérieure, sur la méthode de refroidissement d’atomes par laser dite « sous le recul du photon », qui vaudra à Claude Cohen-Tannoudji le prix Nobel de physique.

En 1992, il retourne à Orsay au sein de l’Institut d’optique en tant que directeur de recherche au CNRS. Il est directeur-adjoint de SupOptique de 1992 à1994. Il y monte un nouveau groupe de recherche consacré à l’optique atomique, les miroirs atomiques, et les condensats de Bose-Einstein. En 1994, il est nommé parallèlement professeur à l’École polytechnique.

Alain Aspect est membre de l’Académie des sciences et de l’Académie des technologies. Il est lauréat du prix Holweck en 1991. Le 9 novembre 2005, le CNRS lui a décerné sa médaille d’or. En septembre 2006, il a été nommé membre du Haut conseil de la science et de la technologie. En avril 2008, il devient membre de la National Academy of Sciences américaine. En 2010 il reçoit, conjointement avec l’américain John F. Clauser et l’autrichienAnton Zeilinger, le prix Wolf de physique pour ses contributions conceptuelles et expérimentales à la physique quantique.

Il a été nommé en 2011 à la Thomson Reuters citation Laureate, ce qui fait de lui une personnalité « officiellement » nobélisable. Il obtient la médaille Albert-Einstein en 2012 et le prix Balzan en 2013.

L’expérience d’Aspect est, historiquement, la première expérience qui a réfuté de manière satisfaisante les inégalités de Bell dans le cadre de la physique quantique, validant ainsi le phénomène d’intrication quantique, et apportant une réponse expérimentale au paradoxe EPR, proposé une cinquantaine d’années plus tôt par Albert Einstein, Boris Podolsky et Nathan Rosen.

Cette expérience a été réalisée par le physicien français Alain Aspect à l’Institut d’optique à Orsay entre 1980 et 1982.

L’intrication quantique est un phénomène qui a été pour la première fois mis en évidence par Erwin Schrödinger en 1935.

La mécanique quantique stipule que deux systèmes quantiques différents (deux particules par exemple) ayant interagi, ou ayant une origine commune, ne peuvent pas être considérés comme deux systèmes indépendants. Dans le formalisme quantique, si le premier système possède un état  et le second un état , alors le système intriqué résultant est représenté par unesuperposition quantique du produit tensoriel de ces deux états : . Dans cette notation, il apparaît nettement que l’éloignement physique des deux systèmes ne joue aucun rôle dans l’état d’intrication (car il n’apparaît aucune variable de position). L’état quantique intriqué reste identique — toutes choses étant égales par ailleurs — quel que soit l’éloignement des deux systèmes.

Par conséquent, si une opération de mesure est effectuée sur ce système quantique intriqué, alors cette opération est valable pour les deux systèmes composant l’intricat : les résultats des mesures des deux systèmes sont corrélés.

Ce résultat a profondément choqué Albert Einstein qui avait une vision réaliste locale de la physique. Cette vision mène à la conclusion que si l’acte de mesure influe sur les deux systèmes, c’est qu’il existe alors une influence se propageant d’un système à l’autre, à une vitesse ne pouvant excèder celle de la lumière. Or le formalisme quantique prévoit que l’influence de l’acte de mesure sur les deux composantes d’un système intriqué est instantané, quel que soit l’éloignement des deux composantes.

Toujours en 1935, Albert Einstein, Boris Podolsky, et Nathan Rosen (E.P.R.) ont alors imaginé une expérience de pensée qui, si on estimait que les états intriqués existent réellement, mène à un paradoxe : soit une influence se déplace plus vite que la lumière (non-causalité), soit la physique quantique est incomplète. Aucun des deux termes de l’alternative n’était acceptable à l’époque, d’où le paradoxe.

Ce paradoxe était d’une grande importance historique, mais n’a pas eu de retentissement immédiat. Seul Niels Bohr a pris au sérieux l’objection apportée par ce paradoxe, et a tenté d’y répondre. Mais cette réponse était d’ordre qualitatif, et rien ne permettait de trancher de manière indubitable entre les deux points de vues. Ainsi, la réalité de l’intrication restait alors une question de point de vue sans support expérimental direct, l’expérience EPR n’étant pas réalisable (à cette époque) en pratique.

En effet, deux obstacles majeurs s’opposaient à la réalisation de cette expérience : d’une part les moyens techniques de l’époque étaient insuffisants, mais aussi (et surtout) il n’y avait apparemment aucun moyen de mesurer directement (par des critères quantitatifs) les effets EPR.

La réalisation d’expériences EPR a commencé à être techniquement envisageable à partir de 1969, un article ayant été publié montrant la faisabilité d’une expérience.

Deux universités, Harvard et Berkeley, ont commencé à mettre en œuvre un protocole expérimental sur ces bases, et les expériences ont eu lieu en 1972. Les résultats furent contradictoires : Harvard constata une vérification des inégalités de Bell, et par conséquent une contradiction avec les prédictions de la physique quantique. Berkeley trouva au contraire une violation des inégalités de Bell, et une vérification de la physique quantique.

Le problème avec ces expériences était notamment une source de particules intriquées peu fiable et à faible débit, ce qui nécessitait des temps d’expériences s’étendant sur plusieurs jours en continu. Or, il est excessivement difficile de maintenir des conditions expérimentales constantes et maîtrisées sur un temps aussi long, surtout avec des expériences aussi délicates. Les résultats des deux expériences étaient donc sujets à caution.

Description de cette image, également commentée ci-aprèsEn 1976, la même expérience fut répétée à Houston avec une meilleure source de photons intriqués, de débit plus élevé. Cela permettait de descendre le temps de l’expérience à 80 minutes. Mais en contrepartie, les photons n’étaient pas polarisés de manière optimale pour faire apparaître clairement les violations des inégalités de Bell. Néanmoins, cette expérience montra une violation des inégalités de Bell. Mais celle-ci était faible, et le doute était encore permis.

Mais aussi — et surtout en fait — ces expériences n’étaient pas assez élaborées pour évacuer la possibilité de corrélations (qui entraînent une violation des inégalités de Bell) qui serait dues à une influence ou à un signal quelconque, classique, de vitesse infra-luminique se propageant entre les deux particules.

Enfin, le schéma expérimental utilisé par toutes ces expériences était très éloigné du schéma « idéal » utilisé par John Bell pour démontrer ses inégalités : on n’était donc pas certain que les inégalités de Bell puissent s’appliquer telles quelles à ces expériences.

un site à rejoindre : http://www.lcf.institutoptique.fr/Groupes-de-recherche/Optique-atomique/Membres/Permanents/Alain-Aspect

Bibliographie

  • A. Aspect, « Proposed experiment to test separable hidden-variable theories » dans Physics Letters, vol. 54A, no 2, p. 117–118 (1975)
  • A. Aspect, « Proposed experiment to test nonseparability of quantum mechanics » dans Physical Review D, Vol. 14, no 8, p. 1944–1951 (1976)
  • A. Aspect, P. Grangier, G. Roger, « Experimental realization of Einstein-Podolsky-Rosen-Bohm Gedankenexperiment: A new violation of Bell’s inequalities », dans Physical Review Letters, Vol. 49, no 2, p. 91–94 (1982) [(en) lire en ligne]
  • A. Aspect, J. Dalibard, G. Roger, « Experimental Test of Bell’s Inequalities Using Time-Varying Analyzers », dans Physical Review Letters, Vol. 49, Iss. 25, p. 1804–1807 (1982) [(en) présentation en ligne]
  • A. Aspect, R. BalianG. BastardJ.P. BouchaudB. CabaneF. CombesT. Encrenaz, S. Fauve, A. FertM. FinkA. GeorgesJ.F. JoannyD. Kaplan, D. Le Bihan, P. LénaH. Le TreutJ-P PoirierJ. Prost et J.L. PugetDemain la physique, (Odile Jacob, 2009) 

 

Gabor Maté et le Tao

 

téléchargement (2)Dr Gabor Maté ; Quand le corps dit non par Patrice van Eersel

Comment peut-on encore nier que notre corps, nos émotions, nos croyances et nos comportements (visibles et invisibles) s’influencent les uns les autres, et que le résultat de leurs interactions puisse être un grand bonheur… ou l’irruption d’une maladie comme le cancer ou la sclérose en plaque ? La psycho-neuro-endocrino-immunonologie le démontre par A + B. Depuis 1965, les fondements de cette “pluridiscipline” futuriste n’ont fait que se renforcer. Mais l’establishment médical, voué à une spécialisation telle, que la vision de l’être entier lui devient inaccessible, continue de nier le rôle déterminant des émotions refoulées et du stress chronique dans le déclenchement des maladies. Présenté par un pur scientifique, ce dossier pourrait être aride. Raconté par le docteur Gabor Maté, il devient aussi passionnant et émouvant qu’un grand roman d’investigation dans les profondeurs de l’âme. Médecin de famille pendant vingt ans, travaillant aujourd’hui dans un grand centre de soins palliatifs à Vancouver, Gabor Maté sait nous fait partager son propre cheminement : personnel – depuis le ghetto de Budapest où il est né en 1943 – et professionnel – dans cette Amérique, qui est à la fois le temple de la fermeture et le siège de la révolution holistique en cours. Avec sept clés : l’acceptation, la prise de conscience, la colère, l’autonomie, l’attachement, l’affirmation générale et l’affirmation de soi. Une prodigieuse traversée.

éditions de l’Homme

 

 téléchargementGabor Maté MD . est un médecin et auteur à succès dont les livres ont été publiés dans près de vingt langues dans le monde entier. Dr Maté est très recherché pour son expertise sur un éventail de sujets, de la dépendance et le trouble déficitaire de l’attention (TDA) pour le bien-être corps-esprit, la santé mentale des adolescents, et la parentalité. Un penseur reconnu et conférencier, il s’adresse à des publics partout en Amérique du Nord, y compris les groupes professionnels et académiques comme les organisations, psychiatrie ministères et sociétés conventions, ainsi que des présentations des infirmières et des séminaires pour les groupes communautaires locaux et le grand public. Comme un écrivain et conférencier, il est largement connu pour la puissance, la perspicacité, la clarté, la sincérité, la compassion, l’humour et la chaleur de ses présentations.

Commun à tous les travaux du Dr Maté est un accent sur la compréhension du contexte plus large dans lequel la maladie humaine et les troubles surviennent, d’un cancer de maladies auto-immunes comme la sclérose en plaques, l’arthrite rhumatoïde, la colite ulcéreuse, ou la fibromyalgie; enfance troubles du comportement comme ADD, oppositionnalité, ou l’intimidation, ou la toxicomanie, de l’abus de substances au jeu obsessionnel, faire du shopping, ou même addiction au travail.

Plutôt que de proposer des solutions miracles faciles à ces questions complexes, le Dr Maté tisse la recherche scientifique, études de cas, et ses propres idées et leur expérience pour présenter une perspective large qui éclaire et permet aux gens de promouvoir leur propre guérison et celle de ceux autour d’eux. Son approche est holistique et kaléidoscopique – reliant tout de la neurophysiologie, de l’immunologie, et la psychologie du développement à la politique économique et sociale – et même touche sur les dimensions spirituelles de la maladie et de la guérison.

Ses livres, tous des best-sellers canadiens, comprennent:

Des petits sous, toujours d... |
Collectif ICI Ensemble |
Vivrecolo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Demediatisation
| Quality blog
| Conseilfemmes