Archive pour 21 janvier, 2014

L’ENSEIGNEMENT DU TAO

images (17)

Tao est l’Unique, le Principe et la Fin. Il embrasse Tout et Tout retourne à Lui. Il ne peut être nommé ni interprété par un son.
 
Tao est une réalité absolue que nous ne saurions concevoir et qui, de ce fait, pour nous est néant, car il ne représente rien à notre esprit. En revanche, ce que nous sommes capables de concevoir, ce qui pour nous est relativement réel n’est, en vérité, qu’apparence. C’est une conséquence engendrée par la Réalité absolue, mais tout retourne en elle après en être issu.
 
Les choses que nous considérons comme réelles ne sont pas réelles en soi. Elles n’ont pas d’existence propre. Ce que nous appelons « être » n’est pas en réalité. Nous vivons dans une profonde illusion : ce que nous imaginons comme « réel » ne l’est pas mais provient toutefois du « réel » (Réalité absolue) car le « réel » est le Tout.

Le terme Tao n’est qu’un assemblage de sons prononcés par un homme. Le vrai Tao est indicible. Toute chose perçue par les sens, tous les désirs du coeur sont irréels. Tao est le Principe du Ciel comme de la Terre, le Principe cosmique de l’Univers infini.
 
Lao-Tseu insite beaucoup sur ce point :
 « Quiconque se sera bien pénétré de la réalité du Principe cosmique infini aura franchi les premières portes de la sagesse. Il saura, alors, que Tao est à l’origine de tout. De Tao proviennent les arbres, les fleurs, les oiseaux… L’océan, le désert, les montagnes lui doivent d’être. Le jour, la nuit, les saisons, la vie et la mort prennent naissance en lui, tout comme notre propre existence. »
 
« Les univers périssent, les océans s’évaporent dans l’Éternité. Un homme surgit des ténèbres, sourit un moment – l’espace d’une vie – à la lueur qui l’environne, puis disparaît. Ton âme, en essence, est Tao. »
 
Et Lao-Tseu ajoute :
 « Tao est dans ce que tu vois, mais ce que tu vois n’est pas Tao : c’est l’apparence de Tao en formes diverses. Ne commets pas l’erreur de croire que tu pourras contempler Tao avec tes yeux limités. »
 
« Tao ne fera ni éclore la joie dans ton cœur ni couler tes larmes car tous tes sentiments et émotions sont relatifs, non réels »
 
« Quand tu auras découvert Tao dans tout, ta vie gagnera en simplicité et en confiance. Dans l’étreinte de Tao, tu es en sécurité comme l’enfant dans les bras de sa mère. Davantage empreint de gravité chaque jour, tu te sentiras sanctifié, en quelque lieu que ce mit, comme un initié dans l’enceinte du Temple. »
 
« Tu ne craindras plus les tribulations. Tu ne trembleras ni devant la vie ni devant la mort puisque tu sauras que l’une et l’autre procèdent de Tao. »
 
« Vois combien est simple cette notion : Tao t’ayant entouré dans la vie ne cessera, après le passage de la mort, de t’envelopper de toute éternité. »

Après avoir enseigné Tao, Lao-Tseu indique le moyen de se joindre à lui, à l’Unité infinie qui résume tout en lui. Ce moyen s’appelle le non-agir, le laisser-faire, le Wu-WEi que nous avons déjà évoqué dans l’arcane XX (le Tao).

 

Qu’est-ce que le TAI KI

 

mandala_101Le Tai Ki présente une symétrie géométrique parfaite, symbole de l’équilibre géométrique du Cosmos et de l’équilibre parfait entre Yin et Yang. Globalement donc, le Cosmos est d’apparence symétrique et d’essence géométrique et le Tai Ki symbolise la synthèse et l’essence de la différence.

Deuxièmement, le Changement est la loi unique qui régit Tout. En effet, le Tai Ki n’est pas immobile. En augmentant le rayon  des petits cercles, on voit une transformation : le cercle blanc va se confondre avec la partie blanche, et le cercle noir avec la partie noire, pour former de nouveau le Tai Ki, mais dans une autre position. Ce changement concomitant du rayon des petits cercles symbolise le changement et le mouvement dans ce changement.

Par exemple, dans une famille composée de la mère, du père et du fils, la mère est Yin (essence féminine) par rapport au mari. Mais elle sera Yang (essence masculine) par rapport à son fils aussi longtemps qu’elle le nourrira. Quant à l’enfant, Yin (c’est à dire essence féminin) à sa naissance par rapport à son père et sa mère, il devient Yang (essence masculin) par rapport à sa mère à son adolescence, tout en demeurant Yin (essence féminin) par rapport à son père, jusqu’à l’âge adulte. Mais pour tout étranger au cercle de famille, ce rejeton mâle sera Yang (essence masculin) de sa naissance à sa mort.

Ainsi, l’étiquetage chinois par Yin et Yang n’est ni stable ni spécifique : il variera en fonction d’un environnement et possédera toujours un caractère relatif et transitoire qui résulte de l’indispensable lien d’appartenance entre les parties et le Tout : Tout Change, Tout Mute.

Chaque petit cercle s’interprète comme « élément de doute dans la certitude, un catalyse de remise en question, un pourfendeur de dogme ». Le Tai Ki symbolise donc l’exil de l’absolu, le refus de porter un jugement de valeur sur l’un des principes antagonistes par rapport à l’autre, le rejet du dogme, le schéma flou de l’ambivalence.

Sans ces petits cercles, la figure décrirait une situation où, chacun des principes étant absolu, les positions sont pétrifiées et les échanges abolis, en quelque sorte le schéma d’un dualisme symbolisé par un carré et séparé par un trait droit en une partie blanche et une partie noire, un binaire composé du Zéro et de Un, deux éléments distincts mais aussi totalement différencié. L’esprit oriental ne prône pas un perfectionnisme de la pensée qui amène à vivre en terme de vrai ou de faux, de bon ou mauvais, de « j’ai raison, tu as tort », du bien et du mal sans nuances ni intermédiaires. Le vrai n’est pas totalement vrai, et le faux pas totalement faux, la pureté n’est qu’une abstraction. On évite de penser en termes absolus, d’accoler des étiquettes, de faire des affirmations de vérité.

Vous pouvez voir que toutes ses lignes sont circulaires, donc sont célestes. Car le symbolisme « céleste » qui désigne aussi le monde spirituel, utilise la forme circulaire. Le symbolisme « terrestre » qui désigne le monde matériel, utilise lui, la droite et le carré. Le cercle extérieur symbolise le caractère clos de l’Univers accessible et intelligible à l’homme. Le centre de cet Univers lui même n’échappe pas à la bipartition équilibrée comme le montrent les deux centres des deux cercles intérieurs. Mais cette bipartition n’est pas absolue comme le montre la ligne séparatrice formée d’une courbe en deux demi cercles. Le petit cercle noir dans la partition blanche et le petit cercle blanc dans la partition noire figurent l’Ambivalence foncière de Yin et de Yang. Dans Yang il y a Yin et vice versa dans Yin il y a Yang. Il n’existe pas de Yang absolu ni de Yin absolu, et cela est figuré très justement par la « Roue de Lao Tseu » qui est « le ruban de Moebius ». Prenez un ruban par les deux bouts, et collez ceux-ci en les retournant, c’est le ruban de Moebius. A un niveau donné du ruban, on constate la présence de deux faces comme Yin et Yang sont  présents dans chaque aspect de la vie.

 

Compter sur ses propres forces

 

images (16)Pour développer son marché intérieur, le PCC s’attaque également au pouvoir d’achat. 74 millions de Chinois reçoivent 150 yuans ainsi que des bons d’achat pour l’électroménager en début 2009. Les aides sociales  se démultiplient rapidement (comme la TVA réduite de moitié pour les automobiles peu polluantes, dans un pays où l’équipement en automobiles est de 3%). Le desserrement du crédit s’opère tout aussi rapidement car les banques, sous l’emprise de l’Etat, suivent les consignes à la lettre : + 50% de crédits aux ménages et aux entreprises. En bref la relance s’étend à tous les domaines dans lesquels les Occidentaux ont échoué, avec une réussite d’autant plus surprenante qu’elle est orchestrée par le parti communiste.

Après cette mise en œuvre dirigiste, pendant une phase très Yang, le PCC laisse les forces du marché (c’est-à-dire tous les Chinois désireux d’améliorer leur niveau de vie) faire leur œuvre dans une nouvelle phase Yin, non dirigiste. Un an après, bien que ses exportations enregistrent toujours moins 15% sur un an (nous sommes cependant loin des – 50% de l’après-crise) la Chine tout entière est repartie à la hausse. Huit millions de nouveaux emplois créés, les investissements s’accroissent de 35%, la production industrielle de 13.9%, les achats immobiliers de 40%, les ventes de voitures de 83% et la consommation de produits de luxe explose. Entre les subventions et les facilités de crédit, la consommation est rapidement revenue au niveau d’avant la crise. Pour couronner le tout, la croissance globale frôle les 9% en 2009 et les 2 000 milliards de réserves de change sont passés à 2 300 milliards en moins d’un an.

L’interpénétration du Yin et du Yang

Tout n’est pas parfait pour autant dans l’Empire du Milieu. Le Yin et le Yang s’interpénètrent et au cœur du Yang, c’est-à-dire de la croissance dirigiste, il reste toujours une part de Yin, c’est-à-dire d’erreurs, d’échecs ou d’aléas de cette même politique dirigiste. 

Les milliards du plan de relance ne sont pas toujours utilisés au mieux, la construction de la ville d’Ordos qui reste désespérément vide en Mongolie intérieure en est l’exemple le plus frappant. Mais nul doute que le PCC ne finisse par la remplir, de manière autoritaire s’il le faut. Les troubles ethniques continuent, tant au Tibet, où les dernières émeutes antichinoises auraient fait 203 victimes en 2008, qu’au Xinjiang, où les affrontements entre Hans et Ouïgours ont fait 2000 blessés, 17 condamnés à mort et 9 exécutions. 

La pollution est un autre sujet de préoccupation majeur. Au Hunan, en 5 ans, la pollution au plomb provoque une hausse de 40% de malformations à la naissance, le barrage des Trois-Gorges provoque un déplacement forcé de population de 1,27 million de personnes et la construction du canal Danjiangkou-Pékin en provoquera 330 000 autres. Pendant ce temps Pékin manque d’eau potable et en augmente le prix de 25%.  Sans compter encore avec la pollution industrielle, qui menace toutes les grandes villes chinoises.  Les troubles sociaux ne sont pas en reste avec les grèves et les émeutes du Fujian, les 3 200 mineurs morts dans les mines de charbon en 2009, les explosions de colère des sidérurgistes, notamment ceux qui ont battu leur patron à mort en juillet 2009 après une annonce de licenciement concernant 25 000 d’entre eux. 

Sans compter les problèmes démographiques du vieillissement de la population : 17% des Chinois auront plus de 60 ans en 2020. Sans oublier la mafia, la corruption endémique, la répression politique du régime, etc. Mais, malgré toutes ces difficultés, la majorité des Chinois a confiance en l’avenir et en la grandeur de l’Empire du Milieu. Et il y a de quoi, la Chine qui pèse 45% de la production manufacturière mondiale, est le numéro un mondial : dans le textile, le nylon, le jouet, le fer, l’acier, le cuir, le ciment, l’électroménager, les téléviseurs grands écrans, les téléphones portables, les appareils photos numériques, le matériel informatique, les cartes mères d’ordinateurs, l’aspirine, les vitamines, les chaussures, les bicyclettes, les pianos, l’aquaculture, les écrevisses, l’ail, le blé, les sex toys (!), le tabac, la céramique, les pavés et dallages en granit, les conteneurs, les ampoules basse consommation, les briquets, les  raquettes de tennis, les éoliennes, les batteries pour voitures électriques, les panneaux solaires,  et le sera bientôt dans l’industrie automobile, les chantiers  navals, les ratons laveurs et j’en oublie…

Des petits sous, toujours d... |
Collectif ICI Ensemble |
Vivrecolo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Demediatisation
| Quality blog
| Conseilfemmes