Archive pour 11 juillet, 2014

James Redfield et le Tao

 

 

téléchargementRedfield a grandi dans une région rurale près de Birmingham , en Alabama . Comme un jeune homme, il a étudié les philosophies orientales , y compris le taoïsme et zen , tout en se spécialisant dans la sociologie à l’Université d’Auburn . Il a reçu plus tard une maîtrise en counseling et a passé plus de 15 ans comme un thérapeute pour adolescents victimes de violence. Pendant ce temps, il a été établi dans le mouvement du potentiel humain et se tourna vers elle pour les théories sur les intuitions et les phénomènes psychiques qui pourraient aider ses clients.

En 1989, il a quitté son emploi en tant que thérapeute pour écrire à plein temps, la synthèse de son intérêt pour la psychologie interactive, les philosophies orientales et occidentales, la science , le futurisme , l’écologie , l’histoire , et le mysticisme .

Lorsque Redfield auto-édité son premier roman en 1992 (Satori Publishing), l’intérêt immédiat des libraires et des lecteurs fait The Celestine Prophecy un des livres auto-édités plus réussies de tous les temps. Warner Books a acheté les droits et publié le dur de couverture dans l’édition Mars 1994. Le livre rapidement grimpé à la position # 1 sur la liste des best-seller du New York Times . Selon Publishing Trends, The Celestine Prophecy a été le # 1 best-seller international de 1996 (n ° 2 en 1995). Le roman a passé plus de 3 ans sur la Liste du best-seller du New York Times. En mai 2005, The Celestine Prophecy avait vendu plus de 20 millions d’exemplaires dans le monde et a été traduit dans 34 langues. En 1996, la suite, La Dixième Aperçu: En tenant la Vision (Warner Books), est également devenu un best-seller. Les deux livres ont dépensé un total combiné de 74 semaines sur la liste des best-seller du New York Times, faisant leur auteur du best-seller de l’auteur dur de couverture dans le monde en 1996, cité dans BP rapport (Janvier 1997).

Dans sa non-fiction titre, La Vision Célestine: Vivre la nouvelle prise de conscience spirituelle (Warner Books, 1997), Redfield exploré le contexte historique et scientifique de la «spiritualité émergente» discuté dans ses romans. La série de Celestine aventure paraboles s’est poursuivie en 1999 avec la publication de The Secret of Shambhala: À la recherche de la onzième aperçu (Warner Books). En 2002, Redfield rejoint auteur Michael Murphy et cinéaste Sylvia Timbers à un travail de collaboration non-fiction intitulé Dieu et la Evolving Universe (JP Tarcher).

Le roman a été filmé comme The Celestine Prophecy , qui a fait son cinéma US (Célestine Films) et DVD ( Sony Pictures ) sortie en 2006. Redfield produit et co-écrit le scénario (avec Barnet Bain & Dan Gordon ).

James Redfield et Salle sont les fondateurs du projet de prière mondiale, un telewebcast bi-hebdomadaire qui offre guidé la prière et la méditation .

Nouvelle offre de Redfield, La douzième Perspectives: L’heure de la décision , a été publié par Grand Central Publishing en Février 2011.

James Redfield (né le 19 Mars, 1950) est un auteur, conférencier, scénariste et producteur américain. Il est remarquable pour son roman The Celestine Prophecy .

Bibliographie 

Dès la publication de La prophétie des Andes, James Redfield est devenu un auteur phénomène avec près de 10 millions de livres vendus dans plus de 35 pays. Ce roman a été adapté au cinéma aux États-Unis et a connu un très grand succès au box-office.

 

« La prophétie des Andes – Et si les coïncidences révélaient le sens de la vie ? » - Présentation de l’éditeur

À l’origine, un manuscrit fabuleux rédigé six cents ans avant J.-C. et une prophétie : notre société va subir un grand bouleversement. Intrigué, le héros de cette histoire s’envole pour le Pérou à la recherche du mystérieux grimoire, objet de toutes les convoitises, qui va transformer sa vie. Commence alors une aventure magique et enchanteresse, une dangereuse initiation: une quête en neuf étapes qui le mène du sommet des Andes au cœur de la forêt amazonienne sur la voie des révélations de la vie. Quand, au terme de son périple, le héros découvre le vrai sens de son existence, c’est notre propre quête qui débute. Pour James Redfield, si nous restons attentifs et savons percevoir le grand mystère de l’existence, nous nous apercevrons que nous avons été judicieusement placés, à l’endroit adéquat… pour changer quelque chose en ce monde

 La prophétie des Andes

* La page du film se trouve ICI.

 

« La dixième prophétie – L’accomplissement des neuf révélations et la découverte des clés de l’après-vie » - Présentation de l’éditeur

Avec La dixième prophétie, notre héros se trouve de nouveau entraîné dans une passionnante aventure. Charlène a disparu dans un parc naturel aux États-Unis, où des scientifiques mènent – en toute illégalité – d’inquiétantes expériences. Préoccupé, James décide de partir à sa recherche. Cette poursuite donne lieu à quatre rencontres qui l’aident à pousser encore plus loin sa quête spirituelle. Grâce notamment à son ami Wil, il entre dans une autre dimension, l’Après-Vie, et atteint un niveau de conscience jusque-là insoupçonné. Au cœur de cette forêt des Appalaches, il comprend mieux que jamais la raison de sa présence sur terre et le sens profond de la vie. Récit d’aventures et roman initiatique, ce livre d’un optimisme éclairé est une réponse au mal de vivre et une invitation à choisir les chemins de notre propre aventure spirituelle.

La dixième prophétie

 

« Le secret de Shambhala – La onzième prophétie révélée » - Présentation de l’éditeur

Quelque part dans l’Himalaya, en un lieu mythique appelé Shambhala, vivrait une communauté secrète chargée de l’évolution spirituelle de l’humanité. Simple légende tibétaine ou réalité ? Guidé par une série de coïncidences, le héros de James Redfield va partir en quête de ce lieu mystérieux et faire des découvertes inattendues. Aidé du moine Yin et du lama Rigden, il va comprendre pourquoi personne n’a encore réussi à localiser Shambhala. Aucun être ne peut y accéder à moins d’élever ses énergies et de se libérer de ses peurs les plus profondes. Traqué par les services secrets chinois, il poursuit une initiation difficile qui le mènera aux portes de Shambhala, une ville extraordinaire habitée par des humains aux pouvoirs puissants. Ces êtres lui révèlent la onzième prophétie qui changera le destin du monde.

Quatrième de couverture

Des messages énigmatiques poussent le héros et narrateur familier aux lecteurs de Redfield à entreprendre une nouvelle quête. La fille de son voisin le presse mystérieusement de partir pour le Tibet. Puis Wil, son compagnon d’aventures, lui donne rendez-vous d’urgence à Katmandou sans plus d’explications.

Intrigué, le héros est alors entraîné dans un voyage plein de rebondissements. À Katmandou, Wil n’est pas au rendez-vous et c’est un Tibétain, Yin, qui l’accueille et lui enjoint de l’accepter comme guide dans une entreprise qu’il lui annonce périlleuse mais dont il dit ne pouvoir lui dévoiler le contenu. Le narrateur n’a pas le loisir d’écouter ses craintes : à peine se sont-ils rencontrés que les deux hommes sont poursuivis par la police chinoise et contraints de fuir vers l’Himalaya. Arrivé dans un monastère isolé, le héros apprend enfin, de la bouche d’un lama, la mission dont il est chargé : découvrir un lieu mythique de la religion bouddhiste tibétaine, Sphambhala, que seuls décrivent les légendes et les rêves. C’est d’ailleurs un rêve qui l’a désigné pour ce voyage initiatique. Et c’est de sa réussite que dépend l’avenir spirituel de l’humanité.

D’après les légendes, les hommes qui vivent à Shambhala ont accédé à un niveau de conscience et d’énergie jamais atteint jusque-là. Or, les temps actuels sont des temps de transition, les inégalités et les maux engendrés par une mauvaise utilisation de la technologie ne pourront être enrayés que si l’humanité accède à un niveau de conscience spirituelle supérieur. Il faut rejoindre ces précurseurs de notre évolution future que sont les habitants de Shambhala afin de comprendre le chemin que doit suivre l’humanité. Pour y parvenir, le héros doit lui-même apprendre à générer et à maîtriser son énergie spirituelle.

Poursuivi par les Chinois, qui traquent toute trace de spiritualité et s’inquiètent de l’espoir que soulève Shambhala, aidé par les dakinis, ces anges protecteurs qu’il apprend à convoquer et à entendre, le héros découvre peu à peu le contenu initiatique de Shambhala, parvient à pénétrer dans la cité et retrouve Wil. Mais les hélicoptères chinois le suivent de près et il assiste à la disparition de cette pépinière d’humains connectés à l’énergie divine. À lui seul désormais de mettre en place les moyens qui faciliteront l’éclosion spirituelle de l’humanité.

Le secret de Shambhala 51RdY7Im7lL._

« La prophétie des Andes – L’intégrale des romans de James Redfield » -Présentation de l’éditeur
Objet de toutes les convoitises, un mystérieux manuscrit péruvien rédigé six cents ans avant J.-C. dévoile une prophétie : notre société va subir un grand bouleversement. Commence alors pour le héros une aventure magique mais dangereuse : une quête en onze révélations qui le mène du sommet des Andes au cœur de l’Himalaya. Quand, au terme de son périple, le héros découvre le vrai sens de son existence, c’est la propre quête du lecteur qui débute.

La prophétie des Andes – L’intégrale

 

« Les leçons de vie de la prophétie des Andes – Découvrez votre mission sur terre » - Présentation de l’éditeur

« La planète Terre ne peut acquérir une conscience spirituelle plus élevée que grâce à des individus comme vous, qui prennent du recul et décident que la vie est vraiment beaucoup plus mystérieuse que nous ne le croyions ; ils devront ensuite rompre avec leurs habitudes de scepticisme et de négation… pour découvrir la nature de leur propre mission et trouver une manière intuitive de contribuer à l’élévation spirituelle de ce monde. » La Prophétie des Andes est un livre qui a changé la vie de millions de personnes dans le monde. Ceux qui ont lu ce formidable roman initiatique ont découvert des coïncidences troublantes dans leur existence, éprouvé des sentiments nouveaux envers leurs proches, jeté sur l’humanité un regard différent. Voici aujourd’hui le guide-compagnon du best-seller mondial de l’aventure spirituelle. Les leçons de vievous permettent d’appliquer à votre propre personnalité, à votre propre expérience, les enseignements lumineux de La prophétie des Andes. À travers des explications précises et des exercices, James Redfield vous apprend à clarifier votre passé et vos idées, à améliorer vos relations avec les autres, à travailler avec les énergies positives et à faire votre propre initiation. Et, peut-être, à bâtir un monde meilleur. Les leçons de vie : une étape clé sur le chemin de votre épanouissement intérieur.

Les leçons de vie de la prophétie des Andes

 « L’expérience de la dixième prophétie – Le pouvoir de la visualisation » -Présentation de l’éditeur

Dans L’expérience de la dixième prophétie, un livre majeur, James Redfield nous incite à franchir une nouvelle étape dans notre accomplissement spirituel. Il ne suffit pas d’être d’accord avec un enseignement initiatique, encore faut-il mettre en application ses principes dans tous les domaines de la vie : éducation, justice, gestion d’entreprise, environnement, lutte contre la pauvreté. James Redfield développe tous les grands thèmes de ses romans et va encore plus loin dans ses révélations sur l’intuition, les synchronicités, les visions, les vies antérieures, les groupes d’âmes, l’après-vie, la prière. À l’heure où notre planète et toutes ses espèces sont menacées, il est temps que chacun de nous intègre les dimensions invisibles et sache pleinement utiliser ses ressources psycho-spirituelles. C’est à cette condition que la sagesse pourra guider l’humanité et que nous retrouverons le chemin de l’harmonie.

L’expérience de la dixième prophétie

 « La vision des Andes – Intégrez vos expériences mystiques dans la vie quotidienne » - Présentation de l’éditeur

Pour la première fois dans l’histoire humaine, les découvertes scientifiques et les expériences spirituelles convergent pour nous offrir une vision différente de notre évolution. L’univers est en réalité un lieu intelligent et multidimensionnel où les hommes peuvent se laisser guider par leur intuition et les coïncidences. Une sensibilité nouvelle au monde et aux autres pourra ainsi transformer de l’intérieur la vie, la famille et les institutions. Prières, groupes d’entraide, rêves, synchronicités… James Redfield montre concrètement comment libérer notre potentiel intérieur et contribuer ainsi au bien-être collectif. Un livre d’avant-garde pour participer à la fabuleuse évolution de la planète et relever les défis du troisième millénaire.

La vision des Andes

 « Et les hommes deviendront des dieux – Éveillez votre potentiel spirituel » avec Michael Murphy – Présentation de l’éditeur

Un nombre grandissant de personnes, partout dans le monde, vivent des expériences étranges : intuitions, coïncidences, visions, sentiment d’union avec la nature et l’univers, télépathie, et bien d’autres encore. Pour James Redfield et Michael Murphy, le monde est à la veille de grands changements. Aujourd’hui plus que jamais, l’être humain possède les clés pour répondre aux grandes questions : qui sommes-nous ? Où allons-nous ? Quel est le but de la vie ? En développant nos capacités spirituelles, nous pouvons améliorer notre vie personnelle et contribuer de façon créative à l’évolution humaine. Grâce aux exercices proposés, vous parviendrez à interpréter les signes qui vous entourent, à affiner vos intuitions et à vous ouvrir aux énergies supérieures. Aidez l’humanité à franchir une nouvelle étape de son histoire !

Et les hommes deviendront des dieux

 

Bo Lozoff et le Tao

 


220px-Bo_LozoffLozoff, avec son épouse Sita Lozoff, a fondé la Fondation de la tendresse humaine. Il a commencé le projet Prison-Ashram en 1973. Le projet Prison-Ashram, exploité par la Fondation de la gentillesse humaine, envoie des livres gratuits interconfessionnelles, disques compacts , et la correspondance des détenus à travers le monde. Bo Lozoff retraite de la Fondation de la gentillesse humaine en 2011; Sita Lozoff et une petite équipe continuent le travail de la Fondation de la tendresse humaine.

Lozoff a également fondé un but non lucratif de l’environnement, en Caroline du biodiesel, dans le double but de promouvoir le biodiesel et la création d’emplois pour les ex-détenus . Caroline biodiesel a reçu un legs important de Fred Rogers , qui a nommé Lozoff avec le Mahatma Gandhi et Albert Schweitzer , comme l’un de ses héros personnels.  Caroline du biodiesel fonctionne toujours à Durham.

Bo Lozoff (mort en Novembre 29 2012) Fréquence était un écrivain américain et interreligieux humanitaire. Il a co-fondé plusieurs organismes sans but lucratif , y compris la Fondation interreligieuse Human Kindness et sa filiale Prison-Ashram projet , Caroline du biodiesel, et de gentillesse Chambre.Beaucoup d’activités à but non lucratif de Lozoff visent à améliorer les conditions de vie des prisonniers et précédemment incarcérés.

Lozoff est l’auteur de Nous Tous Doing Time  et c’est une vie pleine de sens: il prend juste la pratique , à la fois avec des préfaces écrites par le Dalaï Lama. Il a également écrit deux livres pour enfants, la vie merveilleuse d’une mouche qui ne pouvaient pas voler , et « A Little Boy dans le Land de la rime. » 

Les allégations d’abus

En 2008, plusieurs ex-détenus en liberté conditionnelle et les bénévoles ont mentionné en entrevue avec un journaliste qui avait été sexuellement Lozoff et émotionnellement violent à la gentillesse Chambre. Lozoff ne nie pas la plupart des incidents allégués, et bien qu’il conserve ses actions n’étaient pas abusifs, il a déclaré que ses croyances et le mode de vie radicaux de lui un « terrible choix par Dieu » faites en tant que leader de la communauté. Gentillesse Maison fermée en 2006 à la suite de ces allégations. 

La Fondation Human Kindness, fondée par BO et SITA Lozoff , est une organisation à but non lucratif qui met l’accent sur ​​un mode de vie basé sur trois principes communs enseignés par les grands sages de toutes les religions: la vie simple, un dévouement au service, et un engagement à pratique spirituelle personnelle.

Chaque semaine, la Fondation de la gentillesse humaine reçoit environ 400 lettres de prison et emprisonnement des détenus. Le personnel et les bénévoles répondent chaque lettre par l’envoi de livres, CD, et des notes personnelles. Nous produisons également un bulletin trois fois par an, que n’importe qui est invité à recevoir. Il ya environ 38 000 personnes actuellement sur ​​notre liste de diffusion. Vous pouvez consulter les anciens numéros du bulletin, dont la plupart arborent écriture par Bo Lozoff.

Gentillesse Philosophie

Au milieu des crises mondiales telles que la pollution, les guerres et la famine, la bonté peut être trop facilement rejeté comme une question «soft», ou un luxe à traiter après les problèmes urgents sont résolus.Mais la bonté est le plus grand besoin dans tous les domaines – la bonté envers l’environnement, vers d’autres pays, vers les besoins des personnes qui souffrent. Jusqu’à ce que nous réfléchissons gentillesse de base dans tout ce que nous faisons, nos gestes politiques seront éphémère et fragile.

Nous faisons tous temps

Le premier livre de Bo, nous sommes tous Doing Time , avec plus de 400.000 exemplaires en version imprimée, a été salué par le Village Voice comme «l’un des dix livres tout le monde devrait lire, » et est acclamé par le personnel pénitentiaire et les détenus comme l ‘un des livres les plus utiles jamais écrites pour vrai auto-amélioration et de réhabilitation.

Xmas2012announce

Geneviève de Gaulle-Anthonioz et le Tao

 

 

00ff7d088eb27e7f4daa83d201ba535e4169ad90Résistante dès juin 1940, Geneviève de Gaulle multiplie les actions de renseignement et d’information, notamment au sein du réseau Défense de la France. Arrêtée par Pierre Bonny de la bande du 93 de la rue Lauriston, le 20 juillet 1943 et emprisonnée à Fresnes, elle est déportée au camp de concentration de Ravensbrück le 2 février 1944. Au camp, elle rencontre et se lie d’amitié avec quatre autres résistantes : Jacqueline Péry d’Alincourt, Suzanne Hiltermann, Anise Postel-Vinay et Germaine Tillon. En octobre 1944, elle est placée en isolement au « bunker » du camp. Cette décision est prise par Himmler afin de la garder en vie et de l’utiliser comme monnaie d’échange. Elle a tiré un livre de cette expérience, La Traversée de la nuit, écrit cinquante ans après sa libération, en avril 1945, livre qui raconte sa vie en camp de concentration et l’entraide entre femmes.

Membre active puis présidente de l’Association nationale des anciennes déportées et internées de la Résistance (ADIR), elle suit les procès des criminels nazis en Allemagne, puis participe à l’essor du mouvement politique lancé par son oncle, le RPF.

En 1958, elle travaille au cabinet d’André Malraux quand elle rencontre le Père Joseph Wresinski, alors aumônier du bidonville de Noisy-le-Grand. Dans les souffrances des familles qu’elle y découvre, elle revoit celles qu’elle-même et d’autres déportés ont vécues. Alliée au mouvement ATD Quart Monde, puis volontaire permanente, elle en est présidente de 1964 à 1998.

En 1987, elle témoigne sur la barbarie nazie lors du procès de Klaus Barbie.

Nommée en 1988 au Conseil économique et social, elle se bat pendant dix ans pour l’adoption d’une loi d’orientation contre la grande pauvreté. Reportée en 1997 pour cause de dissolution de l’Assemblée nationale, la loi est votée en 1998.

Geneviève Germaine Marie Agnès de Gaulle, née le 25 octobre 1920 à Saint-Jean-de-Valériscle (Gard) et décédée le 14 février 2002, nièce deCharles de Gaulle, est une résistante française, déportée en 1944, et une militante des droits de l’homme, présidente d’ATD Quart Monde.

Un nom suffit quelquefois à déterminer un destin. Geneviève de Gaulle-Anthonioz n’a jamais cherché à tricher avec le sien, qui l’a, tout au long de sa vie, condamnée à l’action et, une fois, sauvée de ses conséquences. Elle ne s’est jamais dérobée aux obligations qu’il lui imposait, n’a jamais manqué de saisir l’aide qu’il pouvait offrir au combat unique qu’elle a inlassablement mené pour la dignité de tout homme.

Le 20 juillet 1943, la jeune résistante, arrêtée dans une librairie parisienne en possession de documents clandestins, n’avait pas cherché à biaiser face au milicien qui l’interrogeait. « Je m’étais toujours dit que, si je devais un jour être reconnue coupable, je préférais que cela soit sous mon identité véritable, racontait-elle dans le documentaire que lui ont consacré son fils, Michel Anthonioz, et Alain Lasfargues (Geneviève de Gaulle-Anthonioz ou l’engagement). Je trouvais que c’était bien qu’il y ait des gens de la famille de Gaulle qui soient arrêtés, que cela se sache. » Des années plus tard, elle souriait encore de la tête de l’homme en uniforme, lorsqu’elle a démenti sa fausse carte d’identité, lorsqu’elle a reconnu être la nièce du général de Gaulle. « Il m’a dévisagée. En quelques secondes, j’ai eu le sentiment qu’il était plutôt embêté. » Ce jour-là, à 22 ans, en quittant « le monde des autres », en basculant dans la captivité puis la déportation, Geneviève de Gaulle-Anthonioz avait payé le premier prix de l’attachement à son nom et aux valeurs qu’il représente.

De l’année où elle ne fut plus que le numéro 27 372, Geneviève de Gaulle-Anthonioz avait longtemps ressenti trop crûment la douleur pour pouvoir la traduire en mots. Jusqu’à ce récit bref et poignant, rédigé en quinze jours, à l’été 1998. Dans La Traversée de la nuit (Le Seuil, 60 pages), elle avait choisi d’évoquer l’univers concentrationnaire à travers ses derniers mois de déportation, lorsqu’elle était détenue, au secret, dans une cellule du « bunker », au centre du camp. Du fond de l’obscurité et de la solitude, elle revoyait l’horreur des mois écoulés, les femmes « massacrées à coups de pioche, mordues par les chiens, jetées au milieu des folles dans les immondices », considérées comme « des Stücke, c’est-à-dire des morceaux ». Du désespoir, elle avait senti ressurgir peu à peu la foi en Dieu et la confiance en cette solidarité, cette fraternité, éprouvées entre détenues qui parvenaient à maintenir un dernier rempart contre l’écrasement. Cette certitude aussi, qui ne devait plus la quitter : « Le crime le plus affreux que l’on puisse commettre, c’est la destruction de l’humanité chez un être humain.

A la mort du Père Wresinski, en 1987, Geneviève de Gaulle-Anthonioz reprit seule le dernier combat du fondateur d’ATD Quart-Monde, pour une loi de lutte contre l’exclusion. Là encore les désillusions ne manquèrent pas. Les atermoiements du gouvernement d’Alain Juppé, malgré les promesses de Jacques Chirac, se conclurent en 1997 par la dissolution de l’Assemblée nationale au beau milieu de la discussion sur le projet de loi de cohésion sociale. A plusieurs occasions, pour parvenir à ses fins, la présidente d’ATD Quart-Monde n’hésita pas à hausser le ton avec la famille gaulliste. « Que des hommes qui se réclament du gaullisme réagissent ainsi me fait particulièrement mal au cœur », lançait elle aux parlementaires RPR qui ont voté contre le texte présenté par le gouvernement Jospin.

AVT_Genevieve-de-Gaulle-Anthonioz_3979

 

Au terme d’éprouvantes années de lobbying, d’incessantes interpellations des politiques, couronnées en juillet 1998 par l’adoption de la loi de lutte contre les exclusions, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, usée par de nombreux problèmes de santé, ne dissimulait plus sa fatigue. En septembre, elle avait abandonné la présidence d’ATD Quart-Monde. Toutefois, la première femme à avoir été élevée à la dignité de grand-croix de la Légion d’honneur, la plus haute distinction de l’ordre, ne s’était pas contentée de ces honneurs. Elle avait tenu à ne pas s’éloigner de l’engagement en demeurant simple « volontaire permanente » du mouvement.

Pour en savoir plus, lire Le secret de l’espéranceJérôme Fenoglio

Des petits sous, toujours d... |
Collectif ICI Ensemble |
Vivrecolo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Demediatisation
| Quality blog
| Conseilfemmes