Un été pour changer sa façon de manger

 

L’été est la période idéale pour acquérir de bons réflexes alimentaires. Les conseils de Thierry Hanh, médecin nutritionniste.

PAR Marie-Laurence Grézaud

images (9)Limiter l’apport en matières grasses.Vinaigrettes et sauces sont souvent surchargées en huile. Six cuillerées à soupe d’huile équivalent à six cents calories, soit presque un repas. Deux cuillerées à soupe suffisent, trois si le saladier est grand, agrémentées d’une cuillerée d’eau qui donne l’impression qu’il y a plus d’huile. Autre astuce : éviter d’essorer totalement la salade et jouer sur l’acidité avec les vinaigres et le citron. Quant aux herbes, épices, échalotes, oignons, gousse d’ail écrasée, ils remplaceront très bien le sel. Enfin, bien mélanger la salade pour éviter que la vinaigrette ne stagne dans le fond.

Vérifier les portions de viande et de poisson. Cent vingt grammes de protéines par personne restent la bonne quantité.

Se méfier du sel, il aiguise l’appétit (on dit qu’il est orexigène). Avant m•me de (re)saler, goûter au moins deux bouchées.

Ajouter des légumineuses, lentilles, pois chiches, etc., dans les salades froides ou tièdes. Riches en fibres, elles ralentissent l’assimilation des sucres et se transforment en énergie sans provoquer le fameux pic d’insuline propice au stockage.

Boire avant d’avoir soif, régulièrement, par petites gorgées, évite la déshydratation et la perte de vigilance.

Consommer des fruits et des légumes à profusion. Parce que le soleil aiguise nos sens, nous sommes naturellement enclins à varier notre alimentation. Nos papilles renaissent aux goûts les plus simples et tout parait meilleur. Bonne nouvelle : les aliments gorgés de vitamines, minéraux et fibres affichent une très bonne densité nutritionnelle.

Apprendre à manger en conscience : humer les odeurs du plat, sentir chaque bouchée avant de la mâcher… Le soleil ouvre à une meilleure écoute du corps et du signal de la satiété.

Thés et tisanes glacés à volonté

Thés de la pagode. La gamme « Grand thé des gourmets » s’adapte parfaitement à la préparation de thé glacé, notamment le thé vert à la menthe (8,65 €) ou le thé vert au fruit du dragon (7,65 €). Sachets de 110 g, dans les magasins bio et de diététique ou sur thesdelapagode.com.

Tisane Provençale N° 9 énergie-tonus, à base de thé vert et de karkadé (fleur d’hibiscus) pour un effet tonique, et de cynorrhodon (fruit de l’églantier), riche en vitamines, pour un effet défatigant et antiasthénique. Boîte de vingt sachets, 6,95 €, en pharmacie.

Le corps a besoin de beaucoup d’eau, plus encore lorsqu’il fait chaud. Sans sucre, nature ou en infusion, c’est la seule boisson qui hydrate et désaltère vraiment.

Il est conseillé d’en boire régulièrement : trois cents millilitres (un verre et demi) toutes les trois heures en plus des repas. Nos besoins quotidiens réels sont de trente-cinq millilitres par kilo, soit, pour une personne de soixante kilos, deux mille cent millilitres (un peu plus de deux litres).

À adapter en fonction de sa corpulence, de l’activité physique, de la chaleur et de l’hygrométrie ambiantes. Pour varier les saveurs, privilégier les thés et tisanes glacés.

À tester : la cuisine végétale

À lire

Petit Précis pour cuisiner sans produits d’origine animale de Celine Steen et Joni Marie Newman (Marabout, “Pratique”, 2013) et Les Algues au naturel de Kyoko Onishi, Marie Calmon et Olivier Picard (Alternatives, 2013)

Et si nous profitions des vacances pour apprendre à cuisiner végétarien ? L’épanouissement des sens stimule la créativité. Des légumes en brochettes ou papillotes au barbecue à la pissaladière, en passant par les gaspachos andalous, terrines du soleil au poivron, mousses de lentilles, houmous à la carotte, salades d’algues… La cuisine végétale regorge de recettes variées, colorées et pleines de saveur.

 

 


Répondre

Des petits sous, toujours d... |
Collectif ICI Ensemble |
Vivrecolo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Demediatisation
| Quality blog
| Conseilfemmes