S’initier à la méthode du Feu

 

74483931_pToutes les spiritualités confèrent à l’élément Feu une importance initiatique essentielle. Bien qu’ambivalent par son aspect à la fois créateur et destructeur, il n’en reste pas moins source de vie par excellence. À la fois présent dans les entrailles de la Terre, constitutif de l’existence de toute créature et rayonnant au plus haut des Cieux en tant qu’astre solaire, son mystère n’en finit pas de fasciner l’Homme en quête de sagesse.

Le feu fut surpris en nous avant d’être arraché au ciel, affirme le philosophe Gaston Bachelard. Si, selon le mythe, Prométhée – simple mortel dont le nom signifie la pensée prévoyante – a dérobé le feu aux Dieux pour l’offrir aux humains, c’est qu’il ne veut plus être le jouet du destin. Il doit ainsi se purifier de tout instinct de domination avant que le Sage Chiron lui fasse don de l’immortalité. Le mythe enseigne, à travers ce que Bachelard nomme « Le complexe de Prométhée », qu’une étincelle divine est à l’œuvre en chacun mais que personne ne peut faire l’impasse d’un chemin initiatique.

Symbolisme et pratiques initiatiques
Dans la science initiatique védique, trois divinités symbolisent les caractéristiques du Feu. Sachant que les Vedas représentent une des plus anciennes traditions spirituelles de l’humanité, il n’est pas étonnant de les retrouver – comme les pratiques qui lui sont inhérentes – sous d’autres appellations :
Sûrya est la divinité associée au monde céleste symbolisé par le Soleil. Il est de tradition pour le yogi de pratiquer Sûrya Namaskar (La salutation au Soleil) chaque matin à l’aube. Il s’agit d’un enchaînement dynamique, comportant 12 postures, dont l’objectif consiste à mettre le corps en adéquation avec l’énergie solaire. L’ésotériste Omraam Mikhaël Aïvanhov, quant à lui, préconise dans son enseignement, comme pratique méditative, d’assister au lever du soleil de manière à se charger d’énergie vitale. 
Indra est la divinité associée au monde intermédiaire et plus particulièrement à la foudre. On la retrouve dans la mythologie grecque en tant que Mars, dieu de la guerre, ainsi que sous l’aspect de la planète du même nom. Indra symbolise les qualités de combativité dont doit faire preuve l’initié. Dans la Bhagavad Gita, Arjuna, guerrier descendant d’Indra, se qualifie pour suivre les préceptes de son maître spirituel, Krishna. Un disciple candidat à l’initiation doit symboliquement acquérir les qualités d’un héros courageux afin de servir de médiateur entre les Dieux et les Hommes. La symbolique des demi-dieux grecs comme Hercule, par exemple, relève de cette compréhension ésotérique. 
Agni est la divinité associée directement au monde terrestre. Il s’agit du feu dit ordinaire qui préside au foyer. Sur le plan psychophysiologique, il correspond au troisième chakra au niveau du plexus solaire. Symbolisant le feu de la digestion, son mantra est ram. C’est aussi le feu de la purification et du sacrifice. Une technique yoguique appelée tratack incite à méditer en se concentrant sur une flamme de bougie. On retrouve la symbolique d’Agni dans tous les lieux de cultes (synagogues, églises, temples…), avec l’utilisation des cierges. Le rite actuel de la flamme olympique rappelle ce caractère sacré : dans le temple de Delphes, le feu ne devait jamais s’éteindre…

L’esprit du temple de Delphes
Le principe inhérent à la méthode du Feu revient à tout positiver. Ainsi, chaque aspect négatif comporte son versant opposé et à chaque obstacle sur le chemin correspond toujours la possibilité de dépassement. La consultation d’un spécialiste de la divination initié à cette technique se relève être de l’ordre d’une didactique existentielle puisqu’elle ne se résume pas à prédire l’avenir mais incite à un travail sur soi. Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’Univers et les Dieux, voici l’esprit qui préside à une consultation selon la méthode du Feu. Cette phrase, gravée sur le fronton de l’antique Temple de la pythie (prêtresse) de Delphes, invite à un travail introspectif visant à découvrir en soi ce que l’on a tendance à chercher à l’extérieur. De fait, le plus grand bénéfice d’une séance de divination placée sous le signe de l’élément Feu pousse à prendre conscience de la flamme de vie sise dans le cœur de chaque être. La méthode du Feu appelle donc à une véritable sagesse. Il s’agit, par l’intermédiaire des médiations divinatoires, de devenir ce que l’on est véritablement grâce à un vrai coaching de vie, voire un coaching spirituel. Lorsque tout paraît sombre dans une existence, la méthode du Feu permet justement d’entrevoir la lumière. L’obscurité se manifeste de manière différente : ce peut être un besoin de faire le point sur une relation sentimentale ou encore avoir enfin des réponses claires face aux interrogations d’ordre professionnel. Si la méthode du Feu se base sur le mois et l’année de naissance, elle se veut complémentaire d’une divination comportant d’autres supports comme l’astrologie et la numérologie. Le mois correspond aux faiblesses et l’année aux lignes de force. Bien évidemment, il est impossible de détailler les subtilités d’une telle pratique dans la mesure où elle relève d’une transmission individuelle et tient compte également de l’unicité de chaque consultant.

 

Nadine Vella du MAGAZINE Signes et sens

 


Répondre

Des petits sous, toujours d... |
Collectif ICI Ensemble |
Vivrecolo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Demediatisation
| Quality blog
| Conseilfemmes