Archive pour 21 août, 2015

Le MYTHE SOLAIRE du CENTAURE : LE COGNASSIER

 

CENTAURE COGNASSIER

Toutatis, que l’on appelait le père des humains, était aussi un destructeur cruel à ses heures. Il s’éprit de Macha, une déesse de l’île de Sein, aujourd’hui dans le Finistère.

Macha avait une particularité : son affinité avec les juments. On aurait dit qu’elle savait communiquer et dialoguer avec ces animaux élégants. Elle était même capable d’en prendre l’apparence physique. Pour la séduire, Toutatis, décida d’une stratégie géniale. Il prit l’aspect d’un cheval, beau, grand et fougueux. Pendant toute une journée, il parada devant elle. Bien qu’il lui ait plu dès le premier instant, elle le laissa déployer tout son art de séducteur. Même une jument doit respecter les rites de l’approche amoureuse. Tandis qu’elle le regardait, elle sentait le désir monter en elle et attendait impatiemment le moment où il passerait à l’action. Le soir venu, ils s’unirent et passèrent une nuit d’amour merveilleuse qu’aucun des deux n’allait oublier de si tôt.

Et pour cause. Quelque temps après leur rencontre, Macha mit au monde un fils, qu’elle baptisa Sena. Il avait un corps insolite ; le haut, avec son torse et la tête avait un aspect humain, tandis que le bas était celui d’un cheval. C’était un Centaure. Macha fut tout épouvantée et attristée d’avoir donné naissance à un être aussi monstrueux.

Le Centaure grandissait en taille et en sagesse au fil des jours. Il apprit les pouvoirs de la magie et les grands secrets de l’univers. Ce qui ne l’empêcha pas d’être malheureux de voir sa mère toujours aussi triste, vieille avant l’âge. Macha ne souriait que rarement et jamais on ne la voyait rire, elle qui avait été si vive, enjouée et heureuse.

Un soir, le Centaure lui apporta un philtre magique qu’il avait préparé spécialement pour elle. Macha se dit qu’il ne pourrait sûrement pas lui faire de mal. Elle avala la potion d’un trait et partit se coucher. Le lendemain, elle se réveilla toute joyeuse. Depuis des années, elle n’avait plus ressenti une telle émotion de douceur et de légèreté dans son coeur. Non seulement elle oublia son chagrin, mais retrouva même une joie de vivre. Comble du miracle, cet état dura un jour, un mois, un an, éternellement ; Macha était guérie.

Dès lors, le Centaure se dévoua aux malades qu’il sut soigner avec des plantes dont il percevait les secrets, avec ses mains qui avaient des pouvoirs mystérieux et d’autres méthodes encore, qu’aujourd’hui on qualifieraient de techniques appartenant à la médecin douce.

PERSONNALITE

Le Centaure a la merveilleuse qualité de savoir écouter les autres. Très sensible, il sait percevoir les moindres nuances, même inconscientes chez celui qui lui ouvre son cœur. Il apporte réconfort et conseils ans être avare de son temps.

Il connaît cependant aussi ses moments de foie sauvage dont il a un besoin vital pour se recharger énergétiquement. Pour un Centaure, il est parfois difficile de concilier ces deux extrêmes. Il peut vouloir refouler ses instincts, par souci de maîtriser ses impulsions. Cette inhibition est pernicieuse puisqu’elle l’empêche de trouver un équilibre nécessaire à l’exécution de s amission, à savoir l’aide à autrui.

La peur de souffrir peut paralyser le Centaure. Il devient alors une véritable cible et finit donc réellement par justifier ses craintes. Le Centaure accomplit son destin et trouve sa sérénité lorsqu’il parvient à se jeter dans la vie tout en restant attentif aux douleurs physiques et psychiques de ses semblables, sans oublier de s’octroyer un espace / temps pour canaliser ses énergies divines d’une part et vire ses impulsions animales de l’autre. Le choix d’une profession adéquate sera d’une importance fondamentale.

DEFI

Pour être efficace, le Centaure doit accepter sa nature animale. En d’autres termes, il doit expérimenter dans sa chair la souffrance, les passions, les émotions. Ce n’est pas pour rien qu’on l’appelle aussi « le guérisseur blessé ». C’est par ce processus qu’il construit sa force intérieure.

En traversant lui-même les épreuves de la vie, et non en les fuyant, il acquiert la sagesse et développe son talent de guérisseur. S’il pense pouvoir expérimenter les difficultés, les défis et les remises en question par procuration, il fait fausse route.

Lors le Centaure renonce à comprendre sur un plan mental, avec sa tête, il est sur la bonne voie. Il découvre alors qu’en transmettant ce que ses propres expériences lui on enseigné, son impact sur les autres acquiert une force réelle. L’accumulation d’informations théoriques ne pourra jamais remplacer le vécu. En récompense, au fur et à mesure qu’il partage son savoir et qu’il soulage les autres de leurs maux, il se sent de plus en plus épanoui et léger ; libre enfin.

STRUCTURE

Toutatis et Macha sont deux facettes du Supraconscient : le masculin (animus) et le féminin (anima). Métamorphosés en cheval et en jument, ils basculent dans l’Inconscient masculin et féminin en s’unissant : le Centaure, fruit de cette rencontre, est un être monstrueux : mi-homme, mi-cheval.

Macha réagit de façon égotique en souffrant de l’aspect extérieur du Centaure. Elle bascule dans le Conscient. Le Centaure initié (Supraconscient) permet à Macha d’accéder à nouveau à son état premier en lui redonnant la joie éternelle.

Pour que les intentions créatrices du Soi (Supraconscient) puissent se réaliser, il est nécessaire de passer par le corps (Inconscient). C’est à ce niveau qu’il peut y avoir don total matérialisable.

Le piège est le jugement porté sur sa création, exposée au regard de l’entourage autant qu’à s a propre évaluation. On risque alors de tomber dans l’ego qui se manifeste sous maintes formes : la peur, la vanité, la culpabilité, l’infatuation, etc. L’alliance avec le Supraconscient guérit l’ego par l’oubli et la joie, qu’on sait simplement réussi à la maintenir ou qu’on ai passé par tout un cheminement pour la retrouver.

cognassier_du_portugal

 

LE COGNASSIER

A cause de leur aspect physique, les fruits du Cognassier ne sont pas très engageants à première vue. Ils peuvent provoquer la même réaction que connut Macha lorsqu’elle vit son nouveau-né. Durs, extrêmement astringents lorsqu’ils sont crus, recouverts d’une pellicule feutrée, ils cachent bien leurs vertus.

En gelée, confiture et pâte de fruit, leur saveur est délicieuse.

Les qualités médicinales e toute la plante sont si nombreuses qu’il est difficile de les énumérer toutes. En voici quelques-unes : les feuilles sont utilisées en décoction en cas d’irritations vaginales, la pulpe de coings combat les inflammations intestinales et l’acidité d’estomac, leurs pépins, sous forme de sirop, le catarrhe des bronches. Même en application externe, son usage est multiple. En outre, l’acide malique contenu dans le coing neutralise l’acidité du sang, sa pectine freine les hémorragies et son tannin a des propriétés astringentes.

LES NATIFS du 28 AOUT  au 06 SEPTEMBRE – Ressources Celtiques

Vous pouvez recopier ce texte à la condition d’en mentionner la source :

Francesca du forum La Vie Devant Soi  http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

Le MYTHE SOLAIRE du CHAUDRON : LE SORBIER

 

CHAUDRON SORBIER

Les ancêtres de nos ancêtres possédaient une potion magique puissante. Sans doute était-elle à l’origine de la recette de celle d’Obélix le Gaulois. Voici comment elle leur donnée.

Un jour, il y a fort longtemps, nos ancêtres celtes étaient engagés dans un combat terrible contre une armée de démons. La batailles faisait rage, entre la fumée, la poussière, les cris et les hurlements, on n’y comprenait plus rien. Les guerriers avaient beau être les plus braves, les plus vaillants et les plus courageux, les démons étaient néanmoins très puissants. Le combat était sur le point de tourner très mal pour nos ancêtres lorsque le dieu Dagda décida de leur donner un coup de main.

Du haut de son royaume des dieux il observait la batille depuis un bon moment déjà. Les humains, qui d’habitude lui donnaient tant de fil à retordre, avaient cette fois bien du mal à lutter pour leur survie. Au début, il était amusée, c’était un divertissement bienvenu dans la monotonie de ses journées (il est vrai qu’à l’époque la télévision n’existait pas encore). Mais au bout d’un moment il ne put s’empêcher de prendre parti pour les humains. Alors que la situation devenait périlleuse pur eux, il ne supporta plus le spectacle. Il s’arracha de sa contemplation passive et descendit sur le champ de bataille avec son Chaudron rempli de potion magique.

Un à un, il trempa les morts dans le breuvage. Ils en ressortaient vivants, guéris, prêts à reprendre le combat. Dagda avait évidemment pris soin de ne pas se faire remarquer. Invisible, il continua son travail. Une à une, il prit les armes émoussées ou même brisées et les trempa dans le Chaudron. Elles retrouvaient immédiatement toute leur efficacité. Les guerriers ne craignant plus la mort, redoublèrent d’ardeur et gagnèrent la bataille avec brio.

PERSONNALITE

Dévoué, le Chaudron n’hésite pas à voler au secours d’autrui. A tel point que cela peut même devenir irritant. Il veut faire le bonheur des autres à tout prix, en oubliant que son concept du bonheur n’est peut-être pas le même que celui des bénéficiaires de ses bienfaits. Il est vrai que le Chaudron est efficace, consciencieux et méticuleux. Mais à force d’être bien-pensant, il en oublie d’avoir la sagesse d’attendre que ce soit le bon moment pour intervenir. Ainsi, l’heureux bénéficiera de ses largesses appréciera difficilement son aide à sa juste valeur. Il aura au contraire plutôt l’impression d’une ingérence dans ses affaires, d’une invasion.

En revanche, si le Chaudron respecte les règles du jeu et sait reconnaître les vrais besoins des autres, il sera toujours le bienvenu. Cela lui demande davantage de doigté, plus de patience et de compassion, ainsi qu’un dévouement véritable, sans imposer quoi que ce soit. Le Chaudron choisit souvent une activité dans le secteur social où son désir d’être utile à autrui peut être bien canalisé. Les professions médicales, para-médicale set apparentées lui conviennent également à merveille.

DEFI

Il est important que le Chaudron utilise son intellect à bon escient : non pas pour s’auto-analyser, mais pour développer une véritable conscience sociale, un affranchissement des lois des hommes et même une abnégation de ses velléités personnelles.

La peur de ses propres sentiments le conduit à vouloir tout comprendre, tout maîtriser ; Inévitablement, le doute, l’agitation, l’angoisse vont s’emparer de lui. Il se replie alors sur lui-même et oublie sa vocation qui est d’être tuile en faisant du bien autour de lui.

S’il sait accepter la réalité, la sienne et celle des autres, telle quelle, il atteindra un grand calme intérieur dont son entourage bénéficiera. Il n’aura plus de réticences égotique sà servir une cause, l’humanité, ou ses semblables, de façon simple et spontanée. En retour, il recevra beaucoup d’amitié, d’amour et de respect.

STRUCTURE

Le chaudron contenant le breuvage de l’immortalité est l’attribut du grand dieu Dagda (Supraconscient). En plongeant les guerriers (Conscient) dans la potion magique, Dagda les ressuscite. Pour que le monde des humains accède à l’immortalité, l’intervention du divin est indispensable. Comme dans le mythe, il attend parfois la dernière minute pour intervenir, pour laisser le temps aux humains de connaître la désespérance, la souffrance et même la mort symbolique.

En chamanisme, la mort du guerrier est une étape obligée du parcours initiatique. Dans les anciens rites, l’apprenti-chaman voyait ses émotions poussées à l’extrême pour transformer son ego et le faire renaître à sa nouvelle vie de chaman.

Si l’ego se croit tout-puissant, il pense ne pas avoir besoin du Supraconscient. Tout ce qu’il entreprend est alors voué à la mort, à l’échec. Il est cependant nécessaire de commencer par mourir sur le plan symbolique pour ne plus avoir peur de la mort. C’est en la connaissant que l’on pourra en faire une alliée et entrer dans une créativité véritablement libre.  

 

20_fp2ds

LE SORBIER

Cet arbuste est un véritable cadeau, surtout en automne lorsque ses grappes de baies rouge-orange sont un plaisir pour les yeux et pour les oreilles, puisqu’elles sont prises d’assaut par les oiseux dont le gazouillis égaye la mélancolie saisonnière.

Ses fruits, sous forme de marmelade, sont prescrits aux anorexiques à qui ils redonnent joie de vivre et envie de grandir pour créer, évoluer et se dépasser. Sans aucun doute, les fruits du sorbier devaient être un des principaux ingrédients du breuvage magique contenu dans le Chaudron. Cueillies avant leur maturité complète, les baies peuvent être infusées et même distillées.

Cette eau de vie serait réputée encore aujourd’hui notamment en Alsace. Du temps des Celtes, elle était sûrement for appréciée par les guerriers lorsqu’ils célébraient la victoire.

A raison de deux parties de fruits pour une partie d’au, on en faisait aussi une espèce de cidre, voisin de la bière. C’était une boisson capiteuse, plutôt abrutissante. Mais nos ancêtres cherchaient avant tout à calmer leur soif d’ivresse, sans exiger de leurs breuvages qu’ils soient très sophistiqués.

Autrefois, le bois du sorbier était encore utilisé pour faire des poulies, des rabots, des navettes et des vis de pressoir.

LES NATIFS du 18 AOUT  au 27 AOUT – Ressources Celtiques

Vous pouvez recopier ce texte à la condition d’en mentionner la source :

Francesca du forum La Vie Devant Soi  http://devantsoi.forumgratuit.org/

Le MYTHE SOLAIRE du VAISSEAU : L’ IF

 

VAISSEAU IF  

Un jour, Cernunnos, le dieu celte aux cornes de cerf, se réveilla très las et fatigué. Cette fois-ci sa fatigue n’était pas due à une digestion pénible, ni à des excès de cervoise ou à des folies nocturnes en compagnie d’une douce créature. Il était simplement las des humains. Et que fait un dieu dans ces cas-là ? Il s’en va.

Cernunnos avait disparu. Dans les villages, ce fut le début d’une période très sombre. Tout allait mal : les gens mouraient, les bêtes tombaient malades, le sol devenait aride. Le peuple pria, sacrifia et invoqua à tour de bras. Rien n’y fit. Plus le temps passait, plus l’absence du bienveillant Cernunnos devenait dramatique.

Il fut alors décidé de prendre les grands moyens. Une délégation d’envoyés spéciaux irait à la recherche de Cernunnos. Il fallait le ramener coûte que coûte auprès de son peuple. Un grand Vaisseau fut affrété et le groupe d’élus partit avec pour mission de trouver Cernunnos. Après ils se débrouilleraient pour le convaincre de rentrer à la maison. Quel voyage. Ce fut une véritable épopée. Ils durent combattre des ennemis sanguinaires, essuyer des tempêtes effroyables et traverser des univers inconnus.

Au bout d’un très long périple ils retrouvèrent finalement leur bienfaiteur, qui passait des vacances tranquilles. Si tranquilles qu’en réalité Cernunnos avait déjà commencé à s’ennuyer de son peuple. En son for intérieur, il avait décidé de rentrer et fut tout content qu’on vienne le chercher.

Sans se faire trop prier, il monta dans le Vaisseau, au grand bonheur des vaillants navigateurs qui avaient bravé tant de dangers pour le retrouver. Le Vaisseau, qui était un peu magique, s’éleva dans les airs, toutes voiles dehors, et traversa l’espace en moins de temps qu’il ne faut pour le dire.

Imaginez la liesse de la foule qui acclama Cernunnos à son retour. C’est avec des festins, des libations, de la musique et des danses que le peuple celte célébra l’événement pendant trois jours et trois nuits.

PERSONNALITE

Véritable meneur, le Vaisseau entraine tout le monde derrière lui, grâce à son enthousiasme et à son magnétisme. Par son sens des responsabilités, il suscite le respect de son entourage. Audacieux, il affronte avec courage les problèmes qu’il rencontre sur son chemin.

Par contre, si dans un quelconque domaine de sa vie il se sent enfermé ou immobilisé, le Vaisseau est profondément malheureux. Il se met à broyer du noir et devient méconnaissable. La solitude ne lui convient pas. Pour que sa vitalité s’affirme et s’épanouisse, il doit agir avec et pour les autres. L’action en solitaire ne le rend pas heureux. S’il est prisonnier de on masque social, le Vaisseau deviendra hautain et élitaire. Il adoptera un comportement dominateur et arrogant. Sa soif de conquête n’aura d’égale que sa vanité.

A qui le Vaisseau choisit-il alors d’obéir ? A son ambition personnelle ou à une grande cause ?

DEFI

Comment le Vaisseau conçoit-il l’autorité ? La réponse a cette question es tune clé dans son existence. Se croit-il tout-puissant ? Sait-il toujours tout mieux que tout le monde ? Se vente-t-il de sa supériorité ? Si tel est le cas, il se retrouvera rapidement pris au piège de l’image qu’il projette de lui-même. Dans l’attente des compliments, de la reconnaissance des autres, il s’immobilisera et perdra son élan, donc ses meilleures qualités. Comme un navire pris dans les glaces, il ne pourra plus bouger et devra attendre le dégel. D’autres vaisseaux risquent bien de l’avoir remplacé d’ici-là ! 

Si le Vaisseau sait garder un solide bon sens, une saine humilité, il choisira de se soumettre à une autorité – humaine ou divine – qui lui permettra de se dépasser sans cesse, de triompher des pires obstacles. Sur un plan personnel cela signifie apprendre à faire taire son ego pour écouter sa voix intérieure, son intuition. Sur un plan collectif, il s’agit de réellement se mettre au service des autres, que le Vaisseau soit un politicien, un enseignant, un chef d’entreprise ou d’église, ou un simple citoyen.

STRUCTURE

Lorsque Cernunnos (Supraconscient) abandonne les humains, le vie disparaît. Les humains (Conscient) décident d’aller à la recherche de leur protecteur. Grâce à la mobilité du Vaisseau magique, il peut y avoir réunion, harmonie et restauration de la vie. Pour que les intentions du Soi s’actualisent, la mobilité est indispensable ; le Conscient doit appeler le Supraconscient si l’on souhaite qu’il y ait union et guidance. S’il reste passif, il est récupéré par l’ego dans une escalade qui conduit alors à l’usurpation du Soi.

Bien que le contexte ne soit pas le même, le Vaisseau évoque la fabuleuse expédition des argonautes à la recherche de la toison d’or, guidés par Jason. Tout comme le Vaisseau qui nous intéresse, le navire Argo avait aussi des qualités magiques. Il était entre autres renommé par sa vitesse exceptionnelle.

800px-Taxus_baccata01_by_Line1Le MYTHE SOLAIRE du VAISSEAU : L’ IF dans TAO des arbres 240px-Taxus_baccata_MHNT_flowers_male Description de l'image Cleaned-Illustration Taxus baccata.jpg.

L’IF

Dans la nature, l’If devient de plus en plus rare aujourd’hui. S’il est une espèce en voie de disparition, espérons que les personnes du signe du Vaisseau-If capables de relever le défi de leur mythe ne le sont pas.

Chez les Celtes, ce conifère aux aiguilles pointues était un arbre funéraire. On dit même que certains rois gaulois, vaincus, se donnèrent la mort avec des baies d’If, hautement toxiques. Elles contiennent en effet de la toxine, un alcaloïde violent. Il faut un temps où on ne tolérait qu’un seul If dans les cimetières, pour éviter d’incommoder les morts. On croyait en effet que l’If s’amusait à pousser ses racines dans les bouches des défunts.

En doses homéopathiques, l’If guérit, entre autres, les maux d’estomac dont les symptômes sont des sensations de piqûres d’aiguilles au creux de l’estomac. Voilà un bel exemple de puissance curative au niveau symbolique.

Son bois était utilisé pour fabriquer des arcs, des boucliers et des lances. On retrouve la volonté de conquérir, chère au Vaisseau, inévitablement liée à la mort. Sauf que pour ce signe astrologique celtique, il ne s’agit évidement pas d’aller tout trucider sur son passage, mais bien de la mort de son propre ego tyrannique.

Dans les temps reculés, l’If était aussi porteur d’eau ; on en évidait le tronc qui devenait un tuyau robuste et résistant à la putréfaction. Arbre de décoration, taillé aux formes étranges, il évoque le Vaisseau sous ses aspects les plus égotiques : dépendant de l’apparence, de l’image donnée et du regard reçu en retour.

LES NATIFS du 07 AOUT  au 17 AOUT – Ressources Celtiques

Vous pouvez recopier ce texte à la condition d’en mentionner la source :

Francesca du forum La Vie Devant Soi  http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

CE LIVRE EST A VENDRE ICI : http://bibliothequecder.unblog.fr/2014/11/25/nous-les-celtes-du-verseau/

Des petits sous, toujours d... |
Collectif ICI Ensemble |
Vivrecolo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Demediatisation
| Quality blog
| Conseilfemmes