Archive pour 22 février, 2016

L’ARBRE, c’est la VIE

 

Les quatre mondes traversés par l’arbre de vie sont les mondes de :

1-     ATSILUTH :
Le monde de l’émanation. C’est le niveau de la conscience pure, le niveau le plus élevé des quatre, le plus proche de la source créatrice où le divin est parfaitement exprimé. Il est le monde de la volonté première où s’élabore l’intention de créer, il est positif.  Il est encore dans l’infinité de « l’Aïn –Soph ».

2-     BERIAH :
Le monde de la création. La notion du « Je » s’extrait du non être. La possibilité de créer devient effective. C’est à ce niveau que se constituent les archétypes de la création contenus dans le récit de la Genèse. C’est le monde passif. BERIAH est le monde de la manifestation universelle.

3-     YETZIRAH :
Le monde de la formation, le monde de la manifestation subtile. C’est également le monde intermédiaire angélique. La création devient intelligible, et les formes s’élaborent. Il est neutre.

4-     ASSIAH :
Le monde de l’action. Celui des faits et des phénomènes. L’effectivité de l’existence. C’est la construction proprement dite de l’univers, le monde matériel. Sur le plan humain, les séphiroth sont la source des dix puissances de l’âme ; les trois supérieures sont la conscience pure et les sept autres les forces émotionnelles de l’être. C’est l’avènement d’une nouvelle étape. ASSIAH est le stade final du processus créateur.

« Les quatre mondes et leurs sept palais sont dans l’homme ses différentes formes d’existence, disons ses différents corps, dont le plus dense du monde d’ASSIAH est le corps physique ».

     Les dix étapes qu’empreinte la lumière pour se manifester donnent à l’homme la possibilité d’en comprendre  l’aspect infini. Chaque séphira devient la représentation d’une vertu de la divinité.

Elles sont un principe universel, une représentation des lois de la nature dont les données régissent l’infiniment petit et l’infiniment grand. Cette organisation est adaptable à tous les êtres. Elle se nomme « numérotation » parce qu’elle fait tomber l’univers sous la gouverne du nombre.

chakras

 Dans l’ordre de la plus élevée, ou plus subtile, nous avons :

1-     KETER
« La Couronne ». Elle est le siège de la conscience. La lumière y est la plus pure. Elle est l’origine de tout, le lien avec Dieu.

2-     HOCHMAH
« La Sagesse ». Elle est la matière première, l’origine des puissances intellectuelles. Dans l’homme, c’est l’intuition, l’imagination.

3-     BINAH
« L’Intelligence ». Elle permet de comprendre Hochmah et d’intellectualiser ou de spéculer la sagesse.

4-     HESSED
« La Clémence » est la bienveillance illimitée. C’est le partage, l’expansion.

5-     GEBURAH
« La Rigueur », la restriction, l’intransigeance, la discipline.

6-     TIPHERET
« La Beauté », l’harmonie des forces émotionnelles énergiques de l’être.

7-     NETZACH
« La Victoire », elle structure l’ouverture de Hessed, permet de produire l’acte qui réalisera l’intention.

8-     HOD
« La Splendeur », qui contrôle et maîtrise l’acte pratique de Netzach.

9-     YESSOD
« Le Fondement » ou fondation sur qui reposent les forces émotionnelles de l’âme, si Yessod est stable, l’édifice se maintient.

10- MALKUTH

« Le Royaume » ou la matérialisation. C’est le support physique des émotions, l’acte exprimé.

Les séphiroth sont reliées entre elles par des canaux, 22 branches au total, qui portent chacun une lettre de l’alphabet hébreu. Les dix séphiroth et les vingt-deux canaux constituent les trente-deux sentiers de la sagesse.

L’attribution des lettres aux sentiers est issue d’un ancien commentaire du Sépher Yetzirah ; elle peut être différente de l’ordre alphabétique le plus communément adopté, mais au regard de la Genèse, tout devient clair. Dans le premier chapitre de la Genèse, le nom d’HELOHIM est dit 32 fois, allusion sans doute aux nombres des sentiers. L’expression « Dieu a dit » apparaît 10 fois comme les 10 paroles qui présidèrent à la création du monde. 32 sentiers moins 10 séphiroth donnent 22. Il reste 22 fois le nom d’HELOHIM, qui se décomposent ainsi :

-   L’expression « Dieu fit » revient 3 fois et peut se
rattacher aux 3 lettres mères.

-   L’expression « Dieu vit » revient 7 fois et peut se
rattacher aux 7 lettres doubles.

-   Les 12 noms qui restent sont en relation avec les 12 lettres
simples de l’alphabet.

La composition de l’arbre des séphiroth et des sentiers révèlent la chronologie des actions des ELOHIM. Chacun des sentiers expriment un aspect particulier de la création. L’homme étant considéré comme un microcosme, les six jours de la création décrivent les deux bras, les deux jambes, le tronc et le sexe. C’est pour cette raison que le texte de la Genèse dit : « créons l’homme à notre image ». A l’image du système nerveux du corps humain, la fonction des sentiers est de permettre à l’Esprit un contrôle sur la création, l’autre de permettre à la création d’accéder à l’Esprit. Pour l’être, contrôler les sentiers, c’est pénétrer l’Esprit de Dieu et pour cela, il doit voyager le long des 32 sentiers.

L’arbre de vie est donc la construction non visible du schéma du plan divin. En effet, comme on vient de le voir, c’est par un engagement religieux, voire mystique, que l’être humain peut reconstruire son corps de gloire, son corps lumineux, son corps divin. Au terme d’un voyage au long des sentiers de la sagesse, l’être va ouvrir sa conscience à la lumière divine. Cet arbre est comme un schéma psychologique où chaque couloir, où chaque pièce doivent être visités pour comprendre la création de Dieu et réintégrer le Divin.

L’arbre est un plan archétype de l’homme primordial que Dieu a créé avant la chute d’Adam, création émanant du ciel vers la terre. Aussi le seul moyen de remonter vers Dieu est de refaire le chemin inverse, depuis la terre vers le ciel, en cheminant sur les 32 sentiers de l’arbre de vie. La méditation sur les séphiroth permet de parvenir à la Connaissance et de pouvoir mettre en pratique celle-ci, car la kabbale n’est pas qu’une pratique mystique, c’est également une pratique magique.

C’est ce en quoi le symbolisme de l’arbre est si important ; il nous révèle que nos véritables racines sont célestes et non terrestres, que nous ne vivons qu’une vie illusoire en ce bas monde et que la vraie vie est celle promise par la remontée de l’arbre. Au fils des incarnations nous franchissons de nouveaux paliers qui nous mènent vers la perfection.

Cette démarche demande de la volonté et de la persévérance. Nous pouvons comprendre la création en méditant chacune des séphira et en cheminant sur les divers sentiers. C’est une quête qui demande beaucoup de temps, c’est pourquoi le meilleur moyen d’y parvenir est la méditation qui permet d’accéder à un autre plan de conscience.

Nous ne pouvons connaître Dieu uniquement par ses multiples aspects mais en étudiant l’ensemble de ceux-ci simultanément, car Dieu est indivisible. Les kabbalistes parlent d’une onzième séphira, mystérieuse et invisible, née du mariage de Binah et d’Hochmah.

Cette séphira, qui se nomme Daath, représente la Connaissance Intérieure, son nombre est 11 et onze est un nombre solaire ; c’est donc la représentation du Christ en soi, le Cœur, siège de l’Ame, le Soleil Intérieur qu’il nous faut reconquérir…

« Au milieu de la place de la cité et des deux bras du fleuve, est un arbre de vie, produisant douze récoltes. Chaque mois il rend son fruit, et son feuillage sert à la guérison des nations »

damevertenoel

(Apocalypse de Saint Jean ch 22, v2) 

« Heureux qui a trouvé la sagesse, et qui possède l’intelligence, car sa possession vaut mieux que possession l’argent et son revenu est meilleur que l’or. Elle est plus estimable que le corail et rien de ce que l’on peut désirer ne l’égale. Dans sa droite, longueur des jours, dans sa gauche, richesse et gloire. Ses voies sont des voies délicieuses et ses sentiers sont paisibles. Elle est un arbre de vie pour ceux qui la saisissent, et bienheureux ceux qui la possèdent »

(Proverbes ch.3, 13 et 3, 18)

 

source : http://chevalerietemplieretraditionnelle.fr/ 

Vous pouvez rejoindre le forum de FRANCESCA « La Vie Devant Soi » : http://devantsoi.forumgratuit.org/

Et vous pourrez y jouer au TAO en vous aidant du site http://livreblogdujeudutao.unblog.fr/

Epicéa des Noëls dédié à la déesse de la Lune

 

Epicéa son Ogham A – Ailm  

 

Dans la mythologie grecque, l’épicéa est dédié à Artémis,  et de la vie sauvage, protectrice des femmes qu’elle assiste aux accouchements : l’épicéa est l’arbre de la naissance. Cette tradition est reprise par les Chrétiens : l’épicéa est associé à la naissance de Jésus, qui est fêtée le 24 décembre, date du solstice et de la renaissance du soleil. C’est en Alsace qu’apparaît le « sapin de Noël », qui était souvent une branche d’épicéa. Cette tradition est introduite en France en 1870. Aujourd’hui, l’Abies nordmanniana est le plus apprécié pour cet usage. 

EPicea

L’épicéa est le conifère le plus répandu en Europe et une des essences les plus utilisées pour le reboisement. Pourtant, l’épicéa ne favorise pas le milieu qui l’accueil : le sous-bois et l’écosystème riche en invertébrés et végétation est appauvri dans les forêts d’épicéas. La violente tempête de fin 1999 a eu raison de cette mode et la tendance est revenue vers davantage de panachage résineux et feuillus. Son bois, de faible densité, mais résistant, facile à travailler, est avantageux pour les travaux de charpente en raison de la régularité de son tronc. La partie haute du fût est utilisée pour la lutherie : il sert à fabriquer les tables de résonance de divers instruments. Il faut pour cela des arbres ayant poussé lentement, uniformément et régulièrement. L’épicéa fournit également une pâte tendre dotée de fibres longues appréciées pour la papeterie. Son écorce est employée pour le tannage.

Huile essentielle d’épicéa : vertus et utilisations
L’épicéa est un arbre qui est réputé pour sa robustesse et sa longévité. Son bois est ainsi très sollicité par les fabricants de meubles. On extrait également de ses aiguilles une huile essentielle aux multiples bienfaits. Indications et les modes d’utilisation de cette essence.
L’épicéa, à ne pas confondre avec le sapin blanc

L’épicéa ou picea abies pousse généralement dans les régions montagneuses de l’Europe centrale, de l’Asie, du Canada, de l’Amérique du Nord et de l’Alaska. En France, on en trouve dans les Vosges, le Jura et les Alpes. Il ne faut pas le confondre avec le sapin blanc qui n’offre aucune propriété thérapeutique. L’épicéa peut parfois atteindre 60 m de hauteur. L’huile essentielle est obtenue par un processus de distillation spécifique des aiguilles de l’arbre.

L’huile essentielle d’épicéa détient entre autres des vertus antifongiques et antibactériennes. Son usage est très intéressant pour soigner les infections respiratoires, comme la toux, la sinusite et la bronchite. Elle stimule également le système nerveux. Elle est particulièrement indiquée pour calmer les états dépressifs et pour évacuer le stress. Son emploi permet de réduire les tensions. Cette substance peut être associée avec d’autres essences. Appliquée en synergie avec des huiles de romarin camphré, de genévrier ou de pin sylvestre, elle permet d’accélérer le traitement de certaines pathologies.

Huile essentielle d’épicéa : de nombreuses vertus sur la santé
L’huile essentielle d’épicéa est bénéfique pour les femmes qui souffrent d’un déséquilibre hormonal. Cette substance atténue les troubles apparaissant en période de ménopause. Cette essence détient également de puissantes propriétés antalgiques. Elle est ainsi très sollicitée pour soigner les inflammations articulaires et pour apaiser les douleurs musculaires. Elle possède des vertus antiparasitaires et antibactériennes. Elle permet de traiter certaines affections cutanées, comme la mycose, l’eczéma et l’acné.

Elle est appliquée en massage pour calmer les douleurs des muscles et des articulations, pour combattre la fatigue, la nervosité et le stress. Un massage au niveau du thorax permet d’atténuer la toux et de stimuler le système respiratoire. Cette huile essentielle peut aussi être utilisée dans le bain, en inhalation ou en diffusion dans l’atmosphère. Elle est cependant interdite aux femmes allaitantes ou enceintes, ainsi qu’aux enfants en bas âge. Il faut également prendre la précaution de la diluer dans un support (une huile végétale ou une crème neutre).

Le doyen des arbres sur Terre serait un épicéa commun découvert par des forestiers suédois en 2008 à 950 mètres d’altitude sur le flanc d’une colline culminant à 1 185 mètres. Il s’agit en fait d’un bosquet d’épicéa, mesurant à peine deux mètres de hauteur, et dont l’âge a été évalué au carbone 14. Le plus vieil épicéa aurait 7 890 ans, tandis que ses voisins ont plus de 5 000 ans.

Selon Leif Kullman, du Department of Ecology and Environmental Science de l’Université d’Umeå, le bosquet est resté de petite taille, jusqu’à l’élévation des températures due au réchauffement climatique.

Le record était détenu par l’arbre Mathusalem, un pin Bristlecone. La longévité de l’épicéa viendrait de son système de régénération végétative très actif : les tiges, dont certaines ont 600 ans, sont automatiquement remplacées lorsqu’elles meurent.

Considéré par les Celtes comme « l’arbre de vie », on utilise couramment l’épicéa commun comme sapin de Noël, bien qu’il perde ses aiguilles rapidement, ce qui le désavantage par rapport aux sapins.

Comment suis-je arrivé dans les maisons au moment de Noël ? C’est une longue histoire, mêlant religion et rites païens.

Chez les Celtes, j’étais déjà l’arbre de l’enfantement, associé au 24 décembre.

Chez les Germains, alors que Saint Boniface avait abattu un chêne pour prouver que ce dernier n’était pas sacré, je fus le seul arbre qu’il épargna en tombant. Je fus ainsi baptisé « arbre de l’enfant Jésus ».

Les Alsaciens apportèrent la tradition du sapin de Noël en France, en s’expatriant après la guerre de 1870.

Traditionnellement, le sapin de Noël est érigé le 24 décembre et est enlevé douze nuits après, pour la fête des rois, l’Epiphanie.

Picea_jezoensis

Symboles /mythes/légendes

L’Epicéa, que beaucoup de textes et de traditions populaires assimilent au Sapin, est l’arbre de la Naissance. 
En Grèce ancienne, il est consacré à Artémis, la déesse-lune qui préside aux enfantements et protège la Femme.

C’est le sapin de Noël, (dix millions de petits arbres abattus par an en Europe). Cette coutume procède d’une filiation claire : Solstice d’hiver, commencement d’un nouveau cycle, naissance du Christ (dont le jour de naissance, ignoré, a été fixé par l’Eglise précisément à ce moment de l’année).

Le dieu Byblos, prototype de l’Osiris prédynastique de l’Egypte, était né sous un Epicéa.

Les régions de Méditerranée orientale ont fait une magnifique synthèse de la symbolique d’arbres aussi différents que l’Epicéa et le Palmier. Ce dernier, l’Arbre du Coran, est le symbole même de la naissance et de la re-naissance puisqu’il abrite le phénix.

 

Vous pouvez rejoindre le forum de FRANCESCA « La Vie Devant Soi » : http://devantsoi.forumgratuit.org/

Et vous pourrez y jouer au TAO en vous aidant du site http://livreblogdujeudutao.unblog.fr/

Des petits sous, toujours d... |
Collectif ICI Ensemble |
Vivrecolo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Demediatisation
| Quality blog
| Conseilfemmes