Interview sur les prénoms


Cet interview de Patrice Cayrou sur les prénoms est très révélateur du pouvoir des prénoms et de l’influence qu’ils peuvent avoir dans nos vies. Le bouddhisme et de nombreux enseignants spirituels proposent à leurs disciples de changer de noms pour créer une coupure avec le passé et l’inconscient qui s’y rattache et symboliser ainsi une nouvelle naissance… Cette pratique a souvent été mal comprise par les familles ou les médias, c’est pourquoi nous avons trouvé intéressant de publier cet interview pour mieux comprendre.

Le choix du prénom d’un enfant est loin d’être neutre car la personne qui choisit projette un ensemble de caractéristiques de la personnalité du futur enfant avec ce prénom.

 

bebe

Chantal Rialland est l’auteur du livre Cette famille qui vit en nous, aux Editions Robert Laffont (collection Réponses) :

Question — Vous avez expliqué votre démarche de psychothérapeute et d’auteur. Vous avez choisi cette fois de parler des prénoms qui sont un élément de base de la psychogénéalogie.

Réponse — En effet, il est important de connaître l’origine de nos prénoms. Qui a choisi ? Est-ce notre mère ? Notre père ? Les deux ensemble ? Est-ce des membres de notre famille ? Notre parrain ? Notre marraine ?

Car c’est la personne qui choisit qui projette un ensemble de caractéristiques de la personnalité du futur enfant avec ce prénom.

Question — Projeter, c’est-à-dire ?

Réponse — Nous ne donnons pas un prénom mais un ensemble de qualités que nous avons appréciées chez quelqu’un de notre histoire qui portait le même prénom. Nous souhaitons que notre enfant dispose des qualités que nous croyons attachées à ce prénom.

Par exemple, maman a eu une amie de classe qui était très jolie : Isabelle. Elle va nous appeler ainsi.

Le meilleur camarade de notre père s’appelait Paul… Papa va nous prénommer ainsi.

Il est important pour nous de savoir qui était ce Paul car pour être aimé de papa, pour répondre à son attente, il va falloir lui ressembler. Tout cela très inconsciemment.

Question — Vous voulez dire que si mon père avait dans ses connaissances un homme qui était riche et s’appelait Pierre, et que pour cette raison mon père me prénomme ainsi, cela implique que, pour plaire à papa et être aimé de lui, il faut que je devienne prospère ou lui donne, dès mon plus jeune âge, l’idée que je pourrai le devenir un jour.

Réponse — Tout à fait. J’ai connu quelqu’un dont les parents étaient de l’Assistance publique (donc abandonnés à la naissance) qui se sont rencontrés au cinéma lors de la projection d’un film de Gérard Philippe. Ils ont appelé leur premier garçon Gérard et l’autre Philippe.

Question — A votre avis, que voulaient-ils exprimer ?

Réponse — L’amour naissant de leur rencontre, eux qui en avaient tant manqué. Gérard et Philippe étaient dans une situation de jumeaux psychologiques. Ils ont eu beaucoup de mal à trouver leur identité.

Question — Avez-vous d’autres exemples ?

Réponse — J’ai connu le cas d’une personne qui s’appelait Régine. Sa maman était mère célibataire et n’avait pas attendu avec bonheur cette enfant. Elle lui a donné le nom de la sage-femme qui l’a accouchée.

Question — En quoi cela est-il signifiant ?

Réponse — Régine est aujourd’hui sage-femme. Inconsciemment, elle reproduit la profession qui est à l’origine de son prénom et de l’amour qui fut porté à sa mère dans des circonstances difficiles.

Parfois, nos prénoms ne sont pas en relation avec des personnes que nos parents ont aimées, mais avec des modèles de référence.

Question — Comme toutes les Marilyne ou Brigitte à certaines époques ?

Réponse — Et aujourd’hui, les petits Zinedine depuis la coupe du monde de football. Ce sont aussi parfois des héros de livre, de roman, de théâtre. J’ai connu une patiente qui a appelé son troisième enfant Solal à cause de « Belle du seigneur ». Mais, en général, nous avons des prénoms de la famille en deuxième ou troisième prénom, si ce n’est en premier.

Question — Est-ce un avantage ou un inconvénient ?

Réponse — Cela semble parfois être un avantage quand nous portons le prénom de notre grand-mère que notre père aimait ou du grand-père que notre mère aimait. Mais cela peut être lourd à porter car, pour être aimé — et le jeune enfant n’a pas d’autre souci que d’être aimé de ses parents — il faut reproduire la personnalité de cet aïeul.

Au contraire, c’est franchement un inconvénient lorsque nos parents nous ont donné les prénoms de l’un ou l’autre de nos grands-parents pour leur faire plaisir, surtout s’ils sont en conflit ouvert ou latent avec eux.

Question — Pouvez-vous préciser ?

Réponse — Par exemple : notre mère a eu un père très autoritaire et sévère qui s’appelait Alexandre. Pour lui faire plaisir, nous sommes l’aîné, maman nous appelle… Alexandre. Soit maman ne recevra pas plus d’amour de son père après cette « offrande ». Soit un conflit à l’homme de façon générale, donc à son mari et à nous-même, va naître. Soit encore nous devenons le chouchou du grand-père, mais maman risque de se sentir toujours évincée de l’amour qu’elle escomptait initialement.

Question — La transaction est-elle toujours insatisfaisante pour maman ?

Réponse — Oui, dans la durée. Nous ne guérissons pas de la relation avec notre père ou avec notre mère en donnant leur prénom à nos enfants. Il y a d’autres cas où porter le prénom de ses deux grands-pères ou deux grands-mères peut être source de tensions. C’est le cas lorsque ceux-ci sont totalement différents ou, s’il y a des conflits, surtout muets, entre les deux familles.

Par exemple : nous portons en deuxième prénom Alice (celui de notre grand-mère maternelle qui est considérée comme une sainte) et en troisième Eugénie (celui de notre grand-mère paternelle qui est considérée comme scandaleuse).

Ou encore notre deuxième prénom est Victor, comme le grand-père pauvre, et Michel en troisième prénom, comme le grand-père aristocrate. Cela peut être source de dissonances si les deux familles n’étaient pas d’accord sur ce mariage qu’elles considéraient comme une mésalliance.

Question — Même en deuxième et troisième prénoms que nous n’évoquons jamais ?

Réponse — Oui, car nous les portons et ils nous influencent, non pas en soi, mais dans les projections de nos parents car, petit, nous ferions n’importe quoi pour que nos parents nous aiment.

Question — Donc, les prénoms, même secondaires, sont importants parce qu’ils sont révélateurs des dispositions de nos parents et de leur propre histoire à notre égard…

Réponse — En psychogénéalogie, tout à fait.

Il y a d’autres cas où les prénoms sont très intéressants pour se comprendre. Quand nous portons un prénom masculin féminisé comme Michelle, Pierrette, Georgette, etc., il est probable que nos parents attendaient, souhaitaient davantage un garçon qu’une fille et c’est tout aussi valable pour nos parents et grands-parents qui portent ces mêmes prénoms.

J’ai vu des cas où l’aînée s’appelait Paulette et le second Paul ou la première Pierrette et le second Pierre.

Il en est de même pour les filles qui portent des prénoms androgynes comme Claude, Dominique, Camille, ou à l’inverse des garçons qui portent ces mêmes prénoms androgynes : ils ont été attendus comme fille.

Question — Donc pour vous, tous les prénoms identiques pour les filles et les garçons sont suspects.

Réponse — Non, je n’aime pas le mot suspect. Et de plus il ne faut jamais systématiser. Chaque être est unique et chaque histoire est particulière. La psychogénéalogie n’est jamais une certitude de réponses mais une invitation à se poser des questions. Il y a un seul cas où il existe une certitude.

Question — Lequel ?

Réponse — C’est, quand il y a eu un enfant mort et que l’on est conçu après ce drame, si nos parents nous donnent le prénom féminisé ou masculinisé de l’enfant décédé.

Question — Pouvez-vous préciser ?

Réponse — On a eu la douleur de perdre un petit Charles et l’enfant qui naît après va s’appeler Charlotte. Là, il faut travailler sur soi pour exister vraiment par soi-même et non par réparation.

Question — Exister par réparation, qu’est-ce, concrètement ?

Réponse — Cela peut donner un enfant qui constamment ne se sent pas à sa place, ne se sent pas aimé, ne se sent pas à la hauteur de l’enfant décédé, surtout s’il était de sexe opposé.

Question — Pourquoi surtout s’il était de sexe opposé ?

Réponse — Parce que l’inconscient de l’enfant perçoit tout, absolument tout. Si ses parents ont un fils alors qu’ils désiraient une fille, il sent inconsciemment, dès le départ, qu’il ne satisfait pas à l’attente de ses parents. L’enfant ressent donc un handicap majeur pour se faire aimer. C’est un peu ce qui fait aujourd’hui l’explosion des superwomen, qui, tout en étant femmes, veulent ressembler parfois au parfait fils rêvé des parents.

Question — Donc, le choix des prénoms n’est jamais neutre.

Réponse — C’est tout à fait vrai.

Autre exemple : les dynasties de prénoms. Dans la famille paternelle où l’aîné est supposé être un garçon, le premier enfant de sexe masculin s’appelle, de génération en génération, François, Jacques ou Pierre.

Dans ce cas, le poids de la demande, de l’attente familiale, sera d’autant plus lourde puisqu’on transfère à l’enfant à la fois le nom et le prénom.

Question — Que diriez-vous en conclusion ?

Réponse — Apprendre à connaître l’origine de ses prénoms, c’est connaître les attentes de nos parents. Il est important d’en prendre conscience, de choisir les qualités que nous avons envie d’intégrer et de nous libérer de ce qui ne nous convient pas et ne nous appartient pas.

(Texte original sur PhapViet.com)

 


Autres articles

2 commentaires

  1. teckael dit :

    LE MONDE DES NAISSANCES

    Suite à ma NDE, lorsque j’étais encore sur l’autre rive, je suis allé sur un plan où les âmes s’apprêtaient à revenir sur Terre pour une nouvelle incarnation. C’est un Être de Lumière qui m’a servi de guide au cours de ce petit voyage.
    Tout d’abord je dois préciser que les âmes qui décident de s’incarner une nouvelle fois, doivent établir une trame de leur future vie, afin de pouvoir réussir le plan d’évolution qu’elle se donne. Cela ressemble à un scénario bien ficelé qui permettra à l’âme d’accomplir au mieux ce que nous appelons son karma, et qui pourrait se définir comme étant la somme de ce que nous devons améliorer de nos diverses incarnations.
    Ce que j’ai vu, a été pour moi comme un déclic ; je me suis souvenu de ce que j’ai moi-même vécu avant de me réincarner, la programmation de toute notre vie, non pas dans le détail, mais dans les grandes lignes. Nous décidons à l’avance des rencontres que nous allons faire et qui vont être utiles à notre évolution et à l’amélioration de notre karma.
    Sur l’autre rive, nous appartenons à une famille d’âmes ; celle-ci se compose d’âmes que nous suivons et qui nous suivent depuis plusieurs vies. Toutes nos âmes sont interconnectées pour permettre notre évolution. Au sein d’une famille d’âmes, celles-ci ont un même degré d’évolution spirituel, ainsi qu’un objectif commun qui permettra leur évolution une fois incarnées sur Terre. L’entraide que nos âmes développent sur l’autre rive est celle que nous allons partager sur Terre également.
    Une fois que nous avons « écrit » la trame de notre future vie sur Terre, nous la présentons au Guide qui est désigné pour nous accompagner dans notre vie terrestre. Je dis « écrit », car je pourrais considérer la trame de notre vie, et la somme de toutes nos vies, à une recette de cuisine. Lorsque nous créons une recette, nous marquons tous les ingrédients qui permettent de faire cette recette. Une fois le plat fini, nous le goûtons. S’il manque un ingrédient, une épice, nous recommencerons ce plat un autre jour. Il en est pareil de nos vies, nous les recommencerons jusqu’à ce que celles-ci soit à l’image de notre âme. Ce Guide, n’est pas choisi par le Conseil. D’après mes souvenirs, le Conseil est constitué de neuf entités. Ces entités, je ne sais d’où elles viennent. Ce dont je suis quasi certain, c’est que chaque conseiller a très nombreuses expériences de vie, sur Terre, mais aussi sur d’autres planètes. Chacun d’eux, a connu la 3D, la 4D et bien d’autres dimensions encore. De par leurs expériences, ils sont aptes à gérer et à comprendre toutes les situations que les humains et autres entités vivent car ils les ont toutes vécues. Le Conseil n’est pas là pour dire à l’Âme ce qu’elle doit faire. Comme l’indique son nom, le Conseil est là pour conseiller, pour indiquer le type de mission qui sera en étroite relation pour parfaire l’âme. c’est lui qui propose qui doit devenir notre Guide. Ce guide nous accompagnera tout au long de notre vie, ou en partie seulement, si lui-même décide de s’incarner de nouveau, ou si par rapport à notre avancement (dans le positif ou le négatif), il ne se sent plus apte à continuer à nous suivre. Alors, soit le Conseil décide de nommer un nouveau Guide, soit un autre Guide se désigne pour cette mission.
    Une fois la mission de vie définie et le Guide désigné, l’Âme qui désire s’incarner ainsi son Guide se rendent au Grand Conseil. Ceux qui le composent, détiennent tous une grande sagesse, une grande expérience et une grande humilité. Le Grand Conseil est là pour donner des avis, il dit à l’Âme si selon lui, elle est prête pour la réincarnation ou pas, et si la mission qu’elle s’est donnée est bonne pour son évolution.
    Une fois que l’Âme, le Guide, et le Conseil sont d’accord, l’Âme cherche ses futurs parents. Le futur père et la future mère ne se connaissent peut-être pas encore, alors que l’Âme les a déjà choisis comme ses futurs parents.
    Etant donné que le temps sur l’autre rive n’existe pas, ses futurs parents peuvent passer des années avant de s’unir, mais il semblera à l’Âme n’avoir attendu que très peu de temps. Lorsque les futurs parents se sont unis, l’Âme décide du prénom qu’elle aura, car celui-ci déterminera son caractère qui l’aidera pour la réalisation de sa mission. Les parents pensent choisir le prénom à leur enfant, alors qu’en fait il n’en est rien.
    Au bout de quelques semaines de grossesse, le fœtus est prêt à recevoir l’Âme. Lorsque l’Âme est sur ce plan des « naissances » elle est heureuse. Elle sait que le transfert de la 5D à la 3D est très proche.

    Lorsque je suis revenu de l’autre rive, je ne voyais qu’un grand tourbillon, comme si celui-ci était le passage du monde de l’autre rive, au monde de la matière. J’ai appris aujourd’hui, par El Morya, que je ne voyais pas tout à fait bien les choses. En fait, il ne s’agit pas d’un tourbillon mais d’un trou de verre ou vortex, qui permet de faire la transition entre la 5D et la 3D. Le même trou de verre ou vortex que l’on nomme « le tunnel » lors d’une expérience de NDE.
    J’ai vu dans ce trou de verre, que des dizaines d’Âmes s’y étaient engagées, toutes plus heureuses les unes que les autres.
    Voici ce que j’avais envie de vous partager d’une de mes expériences sur l’autre rive, au sujet du plan des naissances.

  2. othoharmonie dit :

    Je te remercie infiniment mon p’ti frère des Etoiles. Tu es Amour !!!!
    ne pas oublier ton blog : teckaël http://www.pour-le-plaisir-detre.fr

    Dernière publication sur FRANCESCA : SPIRITUALITE D'AUJOURD'HUI : Blog de Francesca complet

Répondre

Des petits sous, toujours d... |
Collectif ICI Ensemble |
Vivrecolo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Demediatisation
| Quality blog
| Conseilfemmes