Archive pour 9 mars, 2016

TRAVAILLER SUR SON KARMA

 

 

« Pense que tout ce qui existe n’a peut-être pas d’existence, et pense en même temps que tout ce qui n’existe pas en réalité existe. » Omar Khayam

Le Chemin de la Vie offre au Chercheur de Vérité deux alternatives: se frayer une voie à travers la masse et puis embrasser la Création toute entière ( l’ascension à partir du Chakra Racine) ou embrasser immédiatement le Tout et tirer à soi la masse (la descente à partir du Chakra Couronne).

étrange

Dans sa conceptualisation « moins pure », la première voie implique une vision progressive de l’humanité et de la vie car nous sommes confrontés à tout ce qui est dur/négatif en nous et chez les autres : comme le Bateleur (1 = la première carte du Tarot ), nous devons apprendre à maîtriser nos quatre plans (physique, émotionnel, mental et spirituel) afin de nous élever.

La Seconde Voie est véritablement pour les « êtres remarquables » , saints depuis leur venue au monde, qui, tels le Christ ou le Bouddha, irradient l’Amour Inconditionnel dans toutes les directions et constamment, attirant l’humanité toute entière vers la Pureté. C’est certes une route pleine de risques, car un saint vit parmi de nombreux loups, et notre ego peut trop facilement nous faire tomber dans le piège du sentiment illusoire de la sainteté. La dernière carte du Tarot, le Fou (le nombre 0), symbolise le Cercle, l’Unité au-dessus de la dualité, mais un chien vicieux mord le mollet du Chercheur infortuné qui a trompé son être…..

La Loi du Karma dicte notre Chemin de Vie : tout est écrit (« Mektoub ») : où nous étions, où nous sommes, et  même où nous souhaitons aller car notre futur est notre Destinée. Nous pouvons être « appelés » à travailler sur notre Karma, et ressentir notre libre-arbitre, mais nous devions en fait être appelés, car telle est notre Destinée.

La Loi du Karma s’applique à notre monde dual dans notre existence relative : mort tardive ou rapide, bonne ou mauvaise santé, bonheur ou difficultés, positif ou négatif, tout ce qui dans notre vie actuelle sur cette terre fait de nous des êtres humains dans le Monde Manifesté.

Notre Quête de la Liberté (le Graal) peut aboutir seulement si nous transcendons et allons au-delà de la dualité pour fusionner dans l’Unité : nous rompons alors le Samsara, toutes les illusions y compris les quelques unes citées dans le paragraphe précédent, et jouissons de l’Unité tout en vivant toujours dans nos enveloppes physiques dans ce monde dual.

Tout au long de notre vie physique, nous ne quittons jamais le Monde Manifesté : si nous croyons l’avoir fait, c’est seulement une illusion de notre ego, une transe, qui correspond au Fou mordu par un chien dans le jeu du Tarot.

Travailler sur son Karma implique la pleine acceptation de la Loi de Cause et d’Effet :

  • chaque effet a une cause
  • chaque action aura un effet sur la création toute entière

Il n’y a pas de traitement Reiki sans cette conscience.

Nous pouvons ensuite purifier nos trois plans « inférieurs » : le corps, les émotions et surtout le mental afin de commencer à avoir une vision claire de la direction de notre vie, c’est-à-dire de notre propre Karma. Simultanément nous gagnerons en élévation spirituelle.

Le résultat est très pratique : rendre plus positif ce qui doit être positif, rendre moins négatif ce qui doit être négatif. Travailler sur notre Karma est toujours pour le mieux, et c’est en outre l’essence même de tout traitement holistique tel le Reiki.

Bâtir un Karma positif avec éthique et prendre le contrôle progressif de la direction de notre vie nous aidera à avancer vers la Vérité et à atteindre ultimement l’Eveil.

par Samasathi pour le magazine Signes et Sens

Intellect ou Intelligence ?

 

 

L’intelligence prend naissance quand l’esprit, le coeur et le corps sont en harmonie réelle. Jiddu Krishnamurti

intellect ou intelligence

J’ai grandi avec l’idée que la personne intellectuelle est forcément intelligente. Les adultes me disaient parfois : « Oh! cette personne est très intelligente », soulignant ainsi qu’elle avait tel ou tel diplôme, ou tel ou tel emploi. Et l’école m’a enseigné plus ou moins la même chose : tu es bon en math, tu passes dans la classe supérieure. Tu es nul en sport ou en dessin, tu passes quand même…

Mon observation est la suivante : l’éducation actuelle s’intéresse très peu au développement de l’intelligence de l’enfant mais plutôt à celui de son intellect. Et ceci se fait trop souvent au détriment même de l’intelligence naturelle de l’enfant pour soi-disant aiguiser son intellect et lui transmettre un maximum de savoir et de rationalisation dont il aura besoin pour « survivre ».

Après avoir passé quelques années à l’université, j’ai réalisé que l’intellectuel n’est pas forcément intelligent (hé oui, j’ai bien dû me rendre à l’évidence…) et que même l’intellectualisme s’avère souvent un obstacle à l’intelligence !

L’intellectualisation me semble un faux substitut à l’intelligence. Une personne intelligente est innocente, spontanée, ouverte alors que l’intellectualisation est en réalité basée sur la peur et conduit bien souvent à la logique suivante : si vous n’abusez pas les autres, si vous n’apprenez pas à être articulé, à accumuler des connaissances, à argumenter, alors les autres vous abuseront. C’est la logique de l’intellectualisation; feindre de toujours savoir, même lorsque vous ne savez pas. Et ensuite de répéter ces belles phrases empruntées aux autres avec le sentiment de savoir quelque chose.

Le Petit Robert écrit qu’en psychanalyse, le terme « intellectualisation » définit un mode de résistance q’un patient oppose à la cure en traitant ses problème en termes rationnels et généraux pour éviter d’aborder les vrais conflits affectifs.

Alors qu’est-ce que la vraie intelligence ?
Je peux seulement partager ma propre expérience. Lorsque je suis allé en Inde après mes études universitaires d’économie internationale, j’ai séjourné près d’un ashram dans lequel on pouvait s’initier à la méditation et changer de prénom. Le « bureau des méditateurs » donnait à qui le voulait bien un prénom spirituel. Je me suis dit pourquoi pas ?
J’ai reçu d’une femme indienne Zareen le prénom soufi suivant : Atmo Khirad (il était précisé sur la feuille Khirad = intelligence et Atmo = à l’intérieur ) et j’ai alors réalisé : « l’intelligence se trouve à l’intérieur » et non pas dans la quantité d’informations que mon mental peut accumuler ni dans mon habilité à parler ou à argumenter.

Le message que je venais de recevoir était très clair : « Regarde en toi pour trouver les réponses ». Depuis ce moment là, l’intellectualisation ne m’a plus intéressée car je venais de réaliser que l’intelligence était bien autre chose et qu’elle était directement liée à la méditation. J’ai aussi compris que ce nouveau prénom qu’on venait de me donner était une indication de la voie que je devais suivre…

De manière générale, les enseignants spirituels contemporains décrivent l’intelligence comme une capacité à répondre dans l’instant présent. Cela a été une surprise pour moi au départ :l’intelligence est pour les enseignants spirituels assez éloignée de la notion d’intellect La personne intelligente est simplement celle qui agit en fonction de la situation, spontanément, dans le moment présent. Ce qui signifie que dans chaque nouvelle situation, on peut être intelligent ou ne pas l’être.

L’enseignant spirituel J. Krishnamurti appelle la vraie intelligence « la vision pénétrante », c’est explique-t-il « une faculté de perception sensible, une clarté et une liberté intérieure qui permet de voir différemment, sans conditionnement. L’intelligence est notre qualité de discernement au-delà des traditions et de l’accumulation, elle est intuitive, juste et globale ».

De ce que je comprends, la méditation détruit toutes les barrières qui nous empêchent d’être intelligent. Tout le monde a un potentiel naturel d’intelligence, simplement il a été réprimé par l’intellectualisation. L’auteur du best-seller « Le pouvoir du moment présent » Eckhart Tolle explique bien ce phénomène: « Dès l’instant où vous observez celui qui pense en vous, un haut niveau de conscience s’active et vous réalisez alors qu’il existe un vaste domaine d’intelligence bien au-delà de la pensée. La pensée n’est qu’un petit aspect de votre intelligence. Vous réalisez aussi que tout ce qui compte (la beauté, l’amour, la créativité, la joie, la paix intérieure) apparaissent toujours hors du mental. »

Ça on ne me l’a jamais appris dans les cours de philo…au contraire, en philo, je me rappelle, on nous mettait toutes les réflexions des philosophes dans la tête et si ensuite, on nous demandait qu’est-ce que l’amour ? il fallait donner une citation de Pascal, de Rousseau ou de Kant. Ben oui, eux ils savaient ce qu’est l’amour et nous, nous sommes des nuls…c’est ça l’intellectualisation : peut-être que vous ne savez rien de l’amour mais ce n’est pas grave, grâce aux philosophes, vous avez une réponse à tout !! Et le pire c’est que le jour où j’ai compris cela, j’ai commencé à avoir de bonnes notes en philo !

Il est nécessaire de rétablir la vérité : l’intellect vient que de la tête, ce n’est pas la vraie intelligence même s’il peut y participer. L’intellect est un savoir, une mémoire, une simple accumulation d’informations venant des autres. L’intellect est donc toujours ancré dans le passé et jamais original. La tête a son rôle, elle est parfaite pour se repérer sur une carte, pour gérer votre compte en banque et surtout pour gagner à « Questions pour un champion » (rire) mais, elle n’est qu’une infime partie de notre vie.
Le coeur et les sentiments sont ce qui donne à notre vie toute sa signification. Sans l’intelligence du coeur, nous ne pouvons pas nous ouvrir à l’essentiel : le silence, la poésie, l’amour.

Isabelle Filliozat dans son livre l’intelligence du coeur remarque « qu’à l’école, on enseigne l’histoire, la géographie, les mathématiques et qu’apprend-on sur l’affectivité ? Ne serait-il pas aussi utile d’avoir quelques notions sur les étapes du deuil, la colère et la résolution non-violente des conflits que de savoir par coeur 1515 Marignan ? L’urgence est affective. L’intelligence du coeur, intelligence relationnelle et émotionnelle, est l’intelligence de demain. »
A noter d’ailleurs qu’elle anime des stages « La Grammaire des émotions » avec Francine Baraban, cliquez ici pour voir les détails.

51RX03VG65L._SX288_BO1,204,203,200_

Le thérapeute David Goleman a créé aussi le concept d’« intelligence émotionnelle ». Accepter ses émotions dit-il est nécessaire à l’intelligence. Il explique que « dans la vie, le QI ne compte guère pour plus de 20%. Nous possédons deux cerveaux. L’un pense, l’autre ressent. Dans la formation de la personnalité, si l’on ne valorise que le QI, on produit des super cerveaux qui se plantent dans l’action, qui ne savent pas trouver leur chemin de réussite par manque de psychologie ou d’audace. »

David Goleman montre bien dans son livre L’intelligence émotionnelle au travail (2005) – qu’entre les managers excellents et les autres, c’est l’intelligence émotionnelle qui fait la différence.

 

J’ai aussi beaucoup apprécié le rapport à l’UNESCO de la Commission internationale sur l’éducation pour le XXIème siècle présidée par Jacques Delors « L’éducation un trésor caché dedans » dans lequel il est écrit explicitement que la véritable éducation nécessite l’intégration « de la connaissance, de la méditation et de la pratique de l’autocritique. »

Il est aussi écrit que « l’éducation actuelle privilégie l’intellect de l’homme, par rapport à sa sensibilité et à son corps, ce qui a été certainement nécessaire à une époque donnée, pour permettre l’explosion du savoir. Mais cette préférence, si elle continue, va nous entraîner dans la logique folle de l’efficacité pour l’efficacité qui ne peut aboutir qu’à notre autodestruction. »

Il est donc temps de redéfinir collectivement notre approche de l’intelligence. Une personne intelligente a nécessairement des qualités spirituelles. Etre intelligent pour moi, c’ être surtout être capable de vivre la vie comme une aventure qui sorte de l’ordinaire, qui sorte du « métro-boulot-dodo ». C’est apprendre à dire  » oui  » à la vie, dépasser l’avoir pour accéder à l’être, développer l’espace du coeur, devenir enfin un vrai adulte.

Je voudrais terminer sur une parole d’Amma que j’ai beaucoup aimée (notez : Amma vient à la fin du mois en France) :
« Grandissez sans rien perdre de votre innocence. Et en grandissant, restez humbles en toutes circonstances. Votre croissance physique ne doit pas affecter l’enfant en vous. Que votre intelligence devienne plus vive, que votre esprit gagne en clarté et en vigueur, mais tout en développant ces facultés, permettez aussi aux sentiments du coeur de grandir. Le seul propos de la vie spirituelle est de renoncer à tout ce qui n’est point nous-mêmes et de devenir ce que nous sommes réellement. »

Voilà…si vous voulez partager sur le thème de l’intellect et l’intelligence sur notre forum de discussions.

A bientôt,

Emmanuel MOULIN pour le magazine Signes et Sens

Des petits sous, toujours d... |
Collectif ICI Ensemble |
Vivrecolo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Demediatisation
| Quality blog
| Conseilfemmes