Acupuncture et soins énergétiques

 

 

Rencontre avec Orlane Dupont, praticienne en acupuncture installée à Paris.

Orlane Dupont est praticienne en acupuncture, une discipline qu’elle a étudiée pendant cinq ans au sein du CEDAT (centre de recherches et d’enseignement de l’acupuncture traditionnelle). Curieuse et toujours à la recherche de nourritures spirituelles, elle a élargi au fil des années son domaine d’activité à travers notamment la méditation. Orlane intervient de manière individuelle auprès du grand public (en cabinet, à domicile et même parfois à distance), mais elle anime aussi des ateliers et stages de groupe.

Quelle est votre approche de l’acupuncture ?

Quand on dit acupuncture, on pense tout de suite à l’arrêt du tabac. Mais en réalité, c’est une discipline très efficace pour un très grand nombre de maux : les douleurs de dos, de ventre ou articulaires, le stress et même les problèmes de fertilité. De même si les aiguilles sont les outils les plus fréquemment utilisés, l’acupuncture ne se limite pas à cela. Il y a le moxa, un bâton d’armoise qui sert à chauffer les points d’acupuncture. Et pour traiter certains patients je fais de la digitopuncture, notamment pour les enfants. Avec ces différents éléments, je travaille sur les méridiens, ces canaux invisibles à l’oeil nu dans lesquels circule l’énergie.

 2

Comment vous-êtes vous intéressée à l’acupuncture et la médecine chinoise en général ?

J’ai eu une autre vie professionnelle avant cela. Je travaillais dans la presse écrite mais je manquais de nourriture intellectuelle. La médecine chinoise a une approche de la personne dans sa globalité, c’est ce qui m’a particulièrement attirée. Tout est lié, le corps nous parle et réagit aussi par rapport aux saisons, aux cycles. L’acupuncture prend en compte le fait que le corps nous raconte une histoire, et parfois il n’a pas d’autre manière de s’exprimer que via la douleur. Il faut donc prendre en compte la dimension émotionnelle de chaque personne, identifier les blocages, travailler dessus. Par exemple j’ai eu une patiente avec une cystite chronique. Je me suis aperçue qu’elle en déclenchait une à chaque fois qu’elle éprouvait un stress profond. Quelqu’un d’autre développera peut-être une bronchite dans les mêmes circonstances.

Puisqu’il faut prendre en compte tout un environnement, l’acupuncture suffit-elle à guérir les maux ?

Personnellement j’essaie d’abord de renforcer le corps avant de m’attaquer à la pathologie elle-même. Et puis je donne aussi à mes patients d’autres outils comme la méditation, la visualisation. Je leur enseigne des exercices de respiration ou des positions de Qi Gong afin qu’ils continuent de travailler après les séances. Le but est que le patient ait les outils pour réussir à s’auto-gérer, qu’il soit à l’écoute de son corps. La médecine chinoise n’est pas exclusive et ne remplace pas la médecine classique, mais une grande partie de nos douleurs quotidiennes relèvent en fait du stress, en tout cas de problèmes plus psychiques que mécaniques.

Comment pratiquez-vous la méditation ? Est-ce accessible à tous ?

Oui pour moi la méditation est simplement une hygiène de vie, c’est un temps pour soi. Personnellement je n’ai pas de maître en tant que tel, je m’appuie sur l’ensemble de mes expériences antérieures. Je fais très régulièrement des stages variés, des retraites en silence par exemple et des formations. Les maîtres nous proposent des outils, à chacun de se les approprier. Pour moi, méditer consiste à rentrer dans son « soi » profond, on pénètre dans une dimension spirituelle et quelque part on s’adresse aussi à plus grand que soi. La méditation ressemble énormément à une prière, comme pouvait en faire les moines du Moyen-Age, sauf que les mots ne sont pas les mêmes et que c’est adapté au siècle d’aujourd’hui. Pour ceux qui n’osent pas s’y mettre, je propose des ateliers de méditation guidée*.

Vous proposez également des ateliers spécialement destinés aux femmes ?

J’ai constaté que nous, trentenaires ou quadras, nous ne savons parfois plus très bien comment nous sommes faites. Dans notre culture occidentale, nous n’avons plus de « moments entre femmes », pour aborder des vrais problématiques féminines au lieu de parler shopping. Il n’y a plus de transmission, comme cela existait chez nos grands-mères qui se retrouvaient au lavoir. J’ai fréquenté plusieurs « cercles de femmes » et j’ai retrouvé tout cela.

J’anime donc des ateliers d’énergétique féminine*. Je propose d’abord une petite révision de l’anatomie et puis nous travaillons sur les différentes étapes de la vie de femme en relation avec les éléments et la lune. J’apprends également aux participantes à réaliser des « mouvements dansés ». Je suis une grande fan de danse et j’ai constaté que cette discipline permet d’exprimer beaucoup de choses. J’évoque lors de ces ateliers le « féminin sacré », la partie la plus intime de notre être. A ce sujet j’ai suivi la formation de Miranda Gray et je suis devenue « moon mother », c’est-à-dire que je peux procéder à la « bénédiction de l’utérus » (« womb blessing »). Tout cela vise à restimuler des parties de notre corps trop souvent endormies. En médecine chinoise, l’énergie sexuelle est une source importante de vitalité. Lui redonner sa place nous aide lorsque nous retrouvons notre rôle quotidien de femme, d’épouse ou de mère.

J’anime également un stage dans le même esprit, « Abondanse », en septembre* sur l’île d’Oléron. Nous allons explorer notre féminité durant trois jours.

3 

Quels autres types de formation avez-vous élaborés à partir de votre expérience ?

J’anime un stage de relaxation corporelle par la médecine traditionnelle chinoise. J’y enseigne vraiment les bases, notamment une partie théorique sur les méridiens. Et puis j’apprends aux participants à sentir les points pour travailler sur l’auto-massage.
Enfin, j’ai mis au point un autre stage sur « l’ouverture du c?ur au couple intérieur ». Il s’agit d’abord de travailler son ancrage et son enracinement. La médecine traditionnelle chinoise considère qu’il faut être aligné entre le ciel et la terre, le haut et le bas. Je propose une exploration du pôle masculin et du pôle féminin de chaque individu pour apprendre à mieux se connaître et à développer nos parties méconnues. Les séances sont très pratiques, je propose beaucoup d’exercices pour « ouvrir son coeur » et un travail sur la respiration afin d’ouvrir sa cage thoracique. Le but de tout cela est d’avoir accès à sa propre authenticité, d’être en harmonie avec soi-même et ce qui nous entoure.

Propos recueillis par Marie Persidat.

*Toutes les infos sur www.acupuncture-paris15.fr

1

Orlane Dupont

 


Répondre

Des petits sous, toujours d... |
Collectif ICI Ensemble |
Vivrecolo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Demediatisation
| Quality blog
| Conseilfemmes