Adopter la Sagesse pour rencontrer le bonheur

 


La Sagesse (du grec ancien « Sophia ») ne cesse de véhiculer, grâce à la transmission de ses représentants que sont – parmi beaucoup d’autres – Socrate ou Bouddha, que l’ignorance est la cause de tous les maux. Ainsi, pour accéder au bonheur, est-il nécessaire de faire preuve de réflexion et de discernement.

Afin de pouvoir savourer un état exempt de souffrance, la Sagesse invite à se libérer de l’illusion. Pour y parvenir, il s’agit dans un premier temps d’abandonner l’idée qu’il existerait une Vérité, applicable à tout un chacun. De fait, l’humilité reste la première vertu du Sage.

1

La méthode socratique


Dans son « Petit traité de vie intérieure », Frédéric Lenoir explique que La reconnaissance de notre propre ignorance est au fondement même de la quête de la Sagesse. « Je ne sais qu’une chose, c’est que je ne sais rien », répétait Socrate à satiété, déstabilisant ainsi ses interlocuteurs et les obligeant à remettre eux aussi en doute leurs propres certitudes… Rien à voir avec un savoir dogmatique, la méthode socratique s’appuyant sur une interrogation permanente. En ce sens, elle pose les bases d’une introspection authentique et libératrice. Les préjugés aliènent et empêchent une réelle rencontre avec soi. Socrate, à l’image de sa mère qui était sage-femme, se définissait d’ailleurs comme un accoucheur d’âmes…

Le bonheur, un souverain bien


Qu’elle soit inspirée des philosophes d’Occident ou d’Orient, la Sagesse a pour objectif d’accéder au souverain bien que représente le bonheur. Elle ne doit donc pas rester une vue de l’esprit mais être mise en pratique et aboutir à l’action juste. Dans la Bible, « Le livre de la Sagesse » explique qu’elle est un attribut divin à la source de toute création, un reflet de la lumière éternelle. Dans toutes les traditions, elle représente un moyen d’accès au bonheur, auquel chacun a droit.

Un processus d’individuation


Le Tarot de Marseille symbolise la Sagesse par l’arcane IX, représentant l’Ermite. Grâce à sa réflexion et à sa persévérance, l’initié est parvenu à la limite de ses potentialités humaines et il accepte sa solitude. Il a mis fin à ses attachements illusoires et a acquis la maturité et l’harmonie intérieure. Il est prêt à se laisser porter par plus grand que lui. Dans l’adage « Aide-toi et le Ciel t’aidera », l’Ermite a accompli la première proposition qui s’apparente au processus d’individuation, cher au psychologue des profondeurs Carl Gustav Jung. Le Ciel va désormais le prendre en charge pour accéder à l’illumination… et au bonheur. Pour Franck Atem, auteur de « Guéris-toi toi-même », il s’agit de tendre vers une harmonie relationnelle, avec soi d’abord, ce qui engendrera une communication juste avec le monde qui nous entoure.

Le processus d’individuation convoque cette capacité à assumer le fait de ne plus attendre qu’autrui nous délivre la recette. Krishnamurti dans « Le sens du bonheur » souligne d’ailleurs l’importance de toujours rester en lien avec soi : Lorsque vous posez une question, dit-il, ce qui compte c’est de trouver vous-même la vérité sur la question, et pas seulement d’admettre ce qu’en dit un autre Autrement formulé, lorsqu’un problème nous préoccupe, sa résolution passe effectivement par le miroir que représente l’altérité, sans pour autant nous laisser inféoder par un maître à penser. Ce maître à penser peut prendre du reste l’aspect, par médias interposés, d’une Pensée unique véhiculée par des slogans que le plus grand nombre s’approprie sans réelle réflexion. Être sage aujourd’hui revient donc à ne pas se laisser systématiquement impressionner par un inconscient collectif pas toujours porteur d’énergies positives.

Une première étape essentielle

Le Dalaï-Lama, dans « L’art de la Sagesse », propose de procéder étape par étape, la première consistant à éviter des états d’esprit négatifs et perturbateurs tels qu’ils se manifestent dans notre comportement… Adopter la Sagesse, aujourd’hui, demande donc de pratiquer, quoi qu’il arrive, cette forme de Pensée positive enseignée par de multiples auteurs, comme par exemple le docteur Joseph Murphy : chaque situation négative en ce monde possède son corollaire inversé qu’il appartient à chacun de découvrir… Quant au docteur spiritualiste Emmet Fox, il écrit dans « Affirmez la Sagesse divine » : Quelle que soit la chose que vous désirez voir se manifester dans votre vie, déclarez hautement que vous y avez droit… Cette tournure d’esprit s’avère plus que jamais adaptée à un environnement sociétal fait de morosité et de miroirs aux alouettes, privilégiant souvent une philosophie de l’avoir au détriment d’une découverte enthousiaste sur l’essence de la vie ouvrant, sans doute aucun, selon les Sages de tous les temps, à la paix et à la sérénité de l’âme…

 

Jean Vernet pour Signes et sens

 


Répondre

Des petits sous, toujours d... |
Collectif ICI Ensemble |
Vivrecolo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Demediatisation
| Quality blog
| Conseilfemmes