Les remèdes – Les plantes

 

 

Les simples, les plantes, ont chacune leur action propre sur une maladie. 

La plante qui doit guérir est au voisinage même de l’endroit d’où peut naître la maladie ou l’accident. 

La Nature a toujours mis le remède à côté du mal. Ainsi les plantes qui poussent sur les rochers escarpés sont propres à guérir des chutes et des contusions. Les plantes utiles médicalement sont, par ordre de puissance : le serpolet, l’absinthe, le genévrier, le houx dont on peut tirer un médicament pour l’estomac, le gui qui peut fournir le meilleur anesthésique, et le muguet. Le muguet est un adoucissant. 

le houx

Le houx pourra guérir les congestions aiguës, angines, raideur des membres, exostoses. C’est un puissant médicament. De toutes les autres plantes le miel contient la quintessence. Le miel peut être employé dans toutes les angines, mais il ne faut pas le décomposer. En général les plantes à odeur douce et suave, faible, sont plus actives. L’odeur, le parfum est en effet une vertu de la plante qui ne demeure pas ; et, comme une plante ne peut pas tout avoir, si elle a un fort parfum, elle a peu d’action médicamenteuse. 

La mousse contient en elle-même une puissance vivifiante. Mettez de la mousse dans l’eau, elle deviendra plus active. Mettez-en dans une terre aride, cette terre deviendra capable, au bout de peu de temps, de nourrir de la vigne. La mousse est une véritable terre vierge. Celle qui naît au pied des rochers est particulièrement active ; elle reçoit en effet la poussière de la roche à sa formation même, et permet la naissance de la terre véritablement vierge. 

Le tabac en applications, imbibé ou non d’alcool, est un remède contre les engorgements ganglionnaires scrofuleux. Les plantes rugueuses ont une action sur les maladies de la peau. Les préparations des végétaux doivent se faire dans l’eau salée chaude (macération dans un bocal bouché). Les portions végétales doivent être écrasées. Le sel (minéral) est en effet beaucoup plus désireux de se charger de principes végétaux et animaux que l’alcool qui, actif par lui-même (il ne doit s’employer qu’extérieurement), est végétal d’origine. 

Pour la préparation de l’huile de foin, le foin doit être mis dans une cornue, sec (séché au soleil sur un plan incliné) et privé d’air. On distille alors à sec. Un long tube (20 mètres) aboutit à une caisse ou étuve dont on peut régler la température. Les fumigations sont excellentes contre les maladies de peau. A défaut de cela, l’huile essentielle en applications. 

Le meilleur mode de préparation d’une teinture est la suivante : la plante doit être cueillie fraîche, le soleil étant levé ; à peine rincée ; la mettre à macérer vingt-quatre heures dans de l’eau froide distillée. L’eau doit être distillée parce qu’alors elle est privée de sels et plus avide d’en recueillir. 

L’eau de macération est mise de côté. La plante est alors traitée par l’eau distillée bouillante, en décoction. L’eau de décoction est mise à part. Si l’on distille alors ces deux eaux et qu’on les mêle, on a la meilleure teinture de la plante ; toutes les huiles essentielles ont été retirées et ont passé. 

Filtrer une solution de corps végétaux ou animaux la vieillit, et elle s’altère beaucoup plus vite.

Pour obtenir du vin, puis de l’eau-de-vie sans danger pour la consommation, il suffit de récolter le raisin pendant la nuit et de le laisser cuver, puis de le faire reposer à l’abri de toute lumière du jour ; ensuite le distiller sans lui laisser voir la lumière naturelle pour en faire de l’eau-de-vie qui ne possède plus alors de principe nuisible et d’action nocive. 

La vipère porte en elle le contrepoison de sa morsure : c’est sa graisse et son sang.  Si l’on avait le courage de déchirer cette vipère qui vous mord et de frotter avec sa graisse les plaies faites, l’intoxication ne se produirait pas. 

Un jour viendra où on pourra guérir les malades en projetant des rayons lumineux de nuances différentes sur les différentes parties du corps. Ainsi le vert est la nuance appropriée aux coliques hépatiques. (23-3-1894) Lorsque le vaccin est ordonné par la loi, vous devez vous faire vacciner. Mais, si vous voulez faite vacciner votre enfant de crainte qu’il ne prenne la variole, c’est un manque de confiance envers Dieu qui sait le préserver s’Il le veut. Et, si votre enfant prend la variole, c’est qu’il était marqué pour l’avoir. 

Ne faut-il pas passer par toutes les souffrances pour comprendre celles de nos frères et y compatir ?

 maitre PHILIPPE

M.PHILIPPE DE LION

 


Autres articles

Répondre

Des petits sous, toujours d... |
Collectif ICI Ensemble |
Vivrecolo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Demediatisation
| Quality blog
| Conseilfemmes