Le culte préhistorique du serpent

 

Briser les coquilles d’œufs

 

 

En 1931, l’archéologue et le spécialiste de l’histoire des religions Salomon Reinach se demande pourquoi, depuis l’antiquité, c’est une règle de civilité de briser les coquilles d’œufs après les avoir sucés

Pline l’Ancien (Ier siècle ap. J.-C.), qui énonce déjà l’interdiction de les laisser intactes, fait vaguement allusion aux malédictions terribles qui résulteraient d’une conduite différente.

coquilles

 

On a proposé de voir là un cas particulier de la défense de laisser des restes de repas exposés à l’air, dont la magie nocive pourrait tirer parti pour causer du mal au mangeur négligent ; mais cette explication ne tient pas, parce qu’un fragment même de coquille brisée pourrait être employé à la même fin.

Reinach a donc recours au fait que les anciens, dès les temps les plus reculés, ont entretenu dans leurs demeures des serpents familiers, considérés comme protecteurs des maisons et personnifications de l’esprit des ancêtres ; ces animaux tutélaires, apprivoisés mais non domestiqués, participaient aux repas de leurs patrons.

Or, le serpent, outre le miel et le lait, se nourrit volontiers d’œufs et de mollusques. Un serpent, trompé par l’apparence d’un œuf vide, aurait éprouvé de l’irritation contre ceux qui l’avaient déçu.

L’explication de la défense rapportée par Pline, qui s’est conservée à l’état de règle d’étiquette, doit donc peut-être se chercher dans le culte préhistorique du serpent, élevé dans la maison, gardien du foyer et du tombeau.

 

(D’après « Comptes-rendus des séances
de l’Académie des Inscriptions et Belles-lettres », paru en 1931)

 

Des petits sous, toujours d... |
Collectif ICI Ensemble |
Vivrecolo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Demediatisation
| Quality blog
| Conseilfemmes