Archives pour la catégorie DIETETIQUE TAO

LES HERBES AROMATIQUES

 

 

Les herbes aromatiques, les « fines herbes » poussent généralement dans nos jardins, dans nos potagers. Elles accompagnent notre cuisine depuis toujours. Elles apportent la touche de verdure et de saveur qui aide à relever nos plats, colorer, assaisonner… Elles sont, avec les épices et les les condiments, le supplément d’âme indispensable à l’art culinaire…

 herbes aromatiques

Les vertus thérapeutiques des herbes

Comme pour les épices, on prête aux herbes aromatiques des vertus médicinales depuis des temps très reculés. Nous sommes toujours, ici aussi, à la limite entre la cuisine et la pharmacopée, ce qui nous amène donc à utiliser les herbes avec discernement et parcimonie.

Nous vous présentons ci-après 12 « herbes aromatiques » parmi les plus connues, leurs indications et précautions selon la tradition chinoise. Nous indiquerons leurs utilisations culinaires et thérapeutiques courantes ainsi qu’un rappel de leurs vertus selon la vision occidentale. 

A noter que les indications thérapeutiques données dans cette liste ne le sont qu’à titre indicatif et ne remplacent en rien les conseils d’un thérapeute confirmé. 

 

L’ANETH Anethum graveolens

SHI LUO / Parties utilisées : les feuilles, les graines.

L’aneth est une plante aromatique très appréciée en Scandinavie, en Russie, où il est en quelque sorte leur  » épice  » nationale. On le trouve en graines (séchées), ou frais en feuilles. Son parfum ressemble un peu à l’anis, comme son cousin, le fenouil. C’est l’aromate par excellence qui accompagne les poissons comme les saumons, les harengs… On le trouve également dans certaines sauces froides, la crème fraîche, les concombres. L’aneth est, comme l’anis et le fenouil, doté de vertus thérapeutiques intéressantes. 
En infusion, il est excellent pour la digestion et est connu depuis longtemps pour être un remède efficace contre le hoquet.

 

LE BASILIC Ocinum basilicum

LUO LE

Le basilic est une herbe très utilisée dans les cuisines chinoises et méditerranéennes. Il en existe de nombreuses variétés, le basilic commun possédant de grandes feuilles vertes. C’est l’aromate connu chez nous pour relever les tomates et les pâtes alimentaires. C’est aussi l’assaisonnement 
de base de la soupe au pistou et du pesto italien. Ses vertus thérapeutiques sont nombreuses. Outre ses propriétés digestives, c’est un tranquillisant naturel…

 

LA CIBOULETTE Allium fistolum

CONG BAI

La ciboulette (appélée aussi parfois civette) est un « légume-feuille » utilisé comme aromate. C’est la plus petite des plantes de la famille de l’oignon, dont le goût est plus subtil. On utilise ses tiges finement hachées, qu’on ajoute à un grand nombre de plats chez nous comme : les salades, le yaourt, les omelettes, voire dans les potages … Les Chinois l’utilisaient déjà il y a plus de deux mille ans, pour parfumer leurs plats délicats et pour ses vertus « anti-poison ». C’était la plante aromatique préférée de Marco Polo !

 

LA CORIANDRE Coriandrum sativum

HU SUI

Parties utilisées : feuilles, graines

La coriandre est aussi appelé  » persil chinois « . C’est une herbe très répandue dont les feuilles et les graines sont utilisées en Asie et au Moyen Orient depuis des millénaires. Fraîche, elle ressemble effectivement à du persil plat. En Chine, on retrouve les feuilles de coriandre sur bon nombre de plats (salades, soupes chinoises, sautés, sauces…). Elles parfument les bouillons et donnent un goût caractéristique très agréable…

 

LE FENOUIL Foeniculum Vulgare

HUI XIANG

Originaire des régions méditerranéennes, le fenouil (du latin « petit foin ») est un légume-feuille dont on consomme depuis des milliers d’année le bulbe, les tiges, les feuiles et les graines. Il possède a un goût légèrement sucré, raffiné qui rappelle un peu l’anis ou la réglisse.

Il est aussi utilisé pour ses nombreuses qualités diététiques et ses propriétés médicinales : digestif, diurétique, tonique, galactogène … Le fenouil est véritablement un aliment-médicament aux nombreux atouts !

 herbes

LA MENTHE Herba Menthae

BO HE

Cette herbe assaisonne légumes (aubergine, concombre, pois, tomate), viande, gibier et crème glacée. Elle est délicieuse mélangée au citron et aromatise bien les vinaigrettes. Dans les pays anglo-saxons, on l’associe à l’agneau. La menthe verte fraîche accompagne les nems et accompagne le tabulé. Elle aromatise currys, chutneys, shish kebabs, yogourt, salades, sauces et thé. Le menthol, auquel la menthe poivrée doit ses propriétés médicinales, est absent de la menthe verte.

 

L’ORIGAN Origanum vulgare

TU XIANG RU

L’origan est une variété sauvage de la marjolaine. C’est un classique de la cuisine méditerranéenne. Très utilisé dans les plats à la tomate, c’est aussi un ingrédient incontournable de nos fameuses pizzas. Sinon il est souvent utilisé dans les soupes, les salades voire tisane. Il a de nombreuses propriétés : digestive, drainante, etc.

 

LE PERSIL apium petroselinum

QIN CAI

Le persil est dans doute l’une des herbes les plus présentes dans notre cuisine (la France en est d’ailleurs un grand producteur). On distingue généralement 2 espèces de persil : le persil frisé et le persil plat, dont les utilisations sont sensiblement différentes. Le persil est un des éléments du bouquet garni et l’ingrédient principal du taboulé. On l’utilise dans bon nombre de plats comme les soupes, les purées, les ragoûts, les poissons… Mais le persil est également connu pour ses (nombreuses) vertus médicinales

 

LE ROMARIN

Le romarin est un plante bien connue en cuisine chez nous et fait partie des « herbes de provence ». il parfume très bien les courts bouillons, les marinades… Le romarin possède aussi de bonnes indications thérapeutiques, ce qui fait qu’on peut l’apprécier en décoction, en infusions… Il a une affinité particulière avec le foie et on lui attribue généralement des propriétés digestives et bénéfiques pour l’élimination rénale.

 

LE THYM

Le thym est une herbes aux très nombreuses vertus ! il favorise le bien-être respiratoire et rénal et est un protecteur de l’intestin. Il apporte aussi son parfum savoureux à un très grand nombre de plats cuisinés.

 

LA VERVEINE verbena officinalis

MA BIAN CAO

La Verveine est connue depuis l’antiquité pour ses vertus relaxantes et digestives. L’infusion de Verveine, d’un parfum légèrement citronné, après les repas, est un classique appréciée de tous.

TONIQUE MATINAL D’AUTOMNE

 

 1Tonique

 

L’automne nous émerveille par ses couleurs éclatantes. L’air frais accompagne la métamorphose du paysage.

Je vous propose un tonique matinal pour l’automne et l’hiver. Énergie et vitalité garanties !

Ingrédients :

1 tasse d’eau chaude

1/2 jus de citron

1/2 pouce de gingembre râpé ou passé à l’extracteur à jus avec le citron

1 cuillère à thé de sirop d’érable

1 pincée de poivre de Cayenne

Savourez votre tonique le matin au lever. En plus de l’énergie, il soutien le foie, active la circulation sanguine et favorise le nettoyage du tube digestif.

Si vous prenez un jus à l’extracteur le matin, commencez par le citron (1) et le gingembre (1 pouce). Prenez la quantité souhaitée pour le tonique et poursuivez la préparation du jus.

Si vous avez du relux, remplacer le citron par du vinaigre de cidre de pomme et commencer par de petite quantié (1/4 cuill). Prenez la boisson après le repas du midi ou du soir.

Dre Imane Lahlou, N.D., Ph.D.

http://www.imanelahlou.com/

 

Essayer le beurre du pauvre

 

Nous abordons les premiers jours de l’automne avec un fruit dont j’étais loin de soupçonner les vertus avant de rédiger cet article. Consommé depuis 8000 ans d’après les recherches ce fruit délicieux en version sucrée ou salée comporte de nombreux bienfaits et vertus pour la santé, je veux parler de l’Avocat.

Ne soyons pas étonnés car comme nous le savons, tout ce que Dame Nature nous offre renferme de nombreuses vertus pour la santé.

 

beurre du pauvre

 

La petite histoire de l’avocat

L’avocat est originaire d’Amérique Centrale (Mexique) du Sud et du Guatemala, où on trouve encore de nombreuses espèces sauvages. Les Mayas et les Aztèques le consommaient il y a 8000 ans. Lors de fouilles des pousses d’avocatiers ont été trouvées qui confirment la consommation de ce fruit par ces peuples. Des noyaux ont également été trouvés dans des grottes de la vallée de Tehuacan (État de Puebla).

On a pu se rendre compte de la différence de taille des noyaux laissant supposer qu’une sélection progressive vers une augmentation de la taille des fruits s’est opérée. On pense que l’avocat était très populaire chez ces peuples précolombiens car il apportait le gras qui était un manque à leur alimentation. Il était par ailleurs qualifié de « beurre du pauvre ». L’avocat était un aliment très courant et accessible à tous dans l’Amérique précolombienne.

Lors des conquêtes et de son arrivée en Amérique latine Cortez reçu en cadeau des avocats. Une découverte d’un fruit mûr et délicat, tendre comme du beurre.

La richesse des produits de la Terre
Tous les produits de la Terre, fruits et légumes ont des propriétés qui vont bien au-delà des valeurs gustatives mais également de tr»s nombreuses valeurs bénéfiques à la santé et au mieux- tre. Pour en bénéficier, il est important de choisir des produits « bio » dans la mesure du possible, sans pesticides, ni insecticides, non OGM. Ils doivent surtout  tre préparés en conscience, et avec amour. S’ils sont cuisinés, le micro-onde est à proscrire. En effet le micro-onde tue la vie présente dans les aliments. Il en résulte des produits « morts » sans aucune valeur énergétique. La pharmacopée connue de tous, n’est qu’une pâle imitation de ce nous offre la Nature.

Le saviez-vous ?

L’encre de noyau
Une fois pressé, le noyau de l’avocat produit un liquide laiteux dont l’odeur et le goût font penser à l’amande. Sa forte teneur en tanin fait virer le liquide au rouge dès qu’il est exposé à l’air.

Les conquistadores l’utilisèrent comme encre indélébile qui servit à rédiger de nombreux documents officiels, aujourd’hui conservés dans les archives de la ville de Popayàn, en Colombie..

beurre cultivéCultiver un avocatier à la maison
Vous pouvez également si vous le souhaitez faire pousser un avocatier chez vous, j’avoue avoir essayé il y a très longtemps et je n’ai pas souvenir que le résultat fut concluant. J’avais suivi la technique proposée ci-dessous pour Jardiner-malin : 

• Choisissez un ou plusieurs beaux noyaux, de bonne taille et qui n’a surtout pas été écorché par un couteau lors de son ouverture.
• Nettoyez-le sans l’abîmer, à l’eau claire et retirez la chair restante.
• Trempez-le dans l’eau chaude, entre 35 et 40°, pendant une petite demi-heure.
• Faites-le sécher plusieurs heures au soleil ou dans un endroit sec et aéré afin qu’il n’y ait plus aucune trace d’humidité.
• Plantez ensuite 3 allumettes ou cure-dents autour du noyau et posez-le sur un verre sans qu’il ne le touche.
• Maintenez la partie pointue vers le haut et remplissez le verre d’eau en immergeant la partie basse du noyau.
• Vous pouvez également mettre du coton imbibé d’eau dans le fond de votre verre.
• Changez l’eau régulièrement.
• Au bout de quelques semaines, les racines auront atteint 1 ou 2 cm.
Plantez alors le noyau dans un pot rempli de terreau et arrosez régulièrement, la terre doit rester humide au début.

Une autre technique consiste à planter directement le noyau dans du terreau humide. Il faut ensuite l’arroser régulièrement afin de maintenir le terreau toujours humide jusqu’à l’apparition des premières pousses. Bien que plus rapide à mettre en œuvre, le résultat est souvent plus difficile à obtenir.

Un peu de botanique

L’avocat (Persea americana) est le fruit de l’avocatier. Originaire du Mexique, Gatemala et des côtes pacifiques de l’Amérique centrale, il appartient à la famille des Lauracées. Ses feuilles sont ovales et de couleurs vertes.

C’est un arbre de taille moyenne pouvant atteindre 10 m de haut. La longévité de l’avocatier peut atteindre 70 ans. Les fruits commencent à apparaître 4 ans environ après la plantation. Le fruit est en forme de poire de 7 à 20 cm de long et son poids peut atteindre 100 g à 1 kg. Il ne mûrit qu’une fois cueilli et renferme un noyau qui est en réalité une graine voire un pépin.
L’origine de son nom prête à sourire, en appelé ahua qualt par les Aztèques qui signifie « testicule » pour rappeler la forme du fruit, il se transformera en aguacate en espagnol, puis avocat.

L’avocatier est cultivé à travers le monde dans des pays aux climats tropicaux et subtropicaux, comme l’Afrique, l’Océanie, Amérique centrale et les Antilles, Californie et Floride ainsi que le.
Sud de l’Europe, notamment en Corse.

La pulpe du fruit donne une huile très riche que l’on utilise en massothérapie et cosmétologie.
Le premier consommateur et producteur d’avocats au monde est le Mexique.

Il existe plusieurs variétés d’avocats. on retiendra :

Hass : petit fruit à peau épaisse, assez rigide, granuleuse de couleur brun à violacé, à maturité. Sa chair blonde est assez ferme et bien parfumée. Origine : Pérou, Chili, Espagne, Mexique, Israël.

Fuerte : en forme typique de poire, à peau fine et mate, de couleur vert sombre. Sa pulpe onctueuse, vert tendre possède une saveur prononcée. Origine : Pérou, Espagne, Israël.

Ettinger : c’est l’avocat à la forme la plus allongée, avec une peau fine lisse, vert tendre et une pulpe de saveur très délicate. Origine : Afrique du Sud, Israël.

Nabal : presque rond, à peau lisse, vert sombre, veinée de noir. Sa chair ferme et très colorée supporte bien la cuisson. Origine : Israël.

Lula : gros avocat renflé à la base, à peau vernissée et vert jaune. Origine : Antilles.

 

beurre pauvre

De quoi est composé l’avocat

L’avocat, riche en fibres, antioxydant, vitamines et minéraux présente des bénéfices nutritionnels très importants pour l’être humain. Il fait partie des fruits ayant l’apport énergétique le plus important. 169kcal/100 g. Cette teneur lui provient de sa composition particulièrement forte en lipides, (16 g/100 g) composés d’une majorité d’acides gras mono-insaturés (acide oléique surtout) (et non d’acides gras saturés) qui contribuent au bon fonctionnement cardiovasculaire.
Eau : 75 g/100 g

Dans ce tableau nous considérerons les apports énergétiques pour 100 g d’avocat.

Des fibres
L’avocat est très riche en fibres avec 6,7 g de fibres (fibres solubles et insolubles) pour 100 g de pulpe d’avocat. Les fibres insolubles favoriseraient le bon fonctionnement du transit intestinal et préviendraient ainsi du cancer du côlon. Les fibres insolubles contribueraient à une meilleure prévention des maladies cardiovasculaires et du diabète de type 2.

Une source de vitamines et minéraux indispensables pour notre système immunitaire.
Provitamine A Bêta-carotène : (60 µg/100 g) essentielle pour la santé, la vitamine A joue également un rôle important dans la vision au niveau de l’adaptation de l’œil à l’obscurité, elle participe également à la croissance des os, à la régulation du système immunitaire. Notre organisme peut transformer en vitamine A certains caroténoïdes on les qualifie de provitamine A ou bêta-carotène. Ce qu’il faut savoir c’est que le bêta-carotène ne se transforme en vitamine A que dans la mesure où l’organisme.
Vitamine B1 : (0,0767 mg/100 g) c’est une coenzyme, importante pour la production d’énergie puisée dans les glucides que nous absorbons. Elle favorise la transmission de l’influx nerveux et aide à une bonne croissance.
Vitamine B2 : (0,153 mg/100 g) importante dans la production d’énergie. Elle sert aussi à la fabrication des globules rouges et des hormones, ainsi qu’à la croissance et à la réparation des tissus.

 

 beurre

 Vitamine B3 : (1,28 mg/100 g) importante dans la production d’énergie. Elle participe également au processus de formation de l’ADN (matériel génétique), permettant ainsi une croissance et un développement normaux.
Vitamine B5 ou acide pantothénique : (0,935 mg/100 g) qui une fois dans l’organisme se transforme en coenzyme A et agit sur le système nerveux et les glandes surrénales, on l’appelle aussi « vitamine antistress ». Elle participe également à la formation et à la régénération de la peau et des muqueuses, au métabolisme des lipides et jouerait un rôle essentiel dans les mécanismes régulateurs de l’adrénaline, de l’insuline et de la porphyrine (un précurseur de l’hémoglobine).
Vitamine B6 aussi appelée pyridoxine : (0,24 mg/100 g), elle est essentielle car notre organisme ne sait pas la fabriquer et joue un rôle de cofacteur dans un grand nombre de processus liés au métabolisme des acides aminés et des protéines.
Vitamine B9 ou Folate : (78,5 µg/100 g), joue un rôle essentiel dans la fabrication de toutes les cellules de notre corps, dont la production de notre matériel génétique, le bon fonctionnement du système nerveux et immunitaire. Les Folates jouent également un rôle dans le processus de division cellulaire.
Vitamine C : (7,49 mg/100 g) le rôle que joue la vitamine C dans l’organisme va au-delà de ses propriétés antioxydantes. Elle contribue aussi à la santé des os, des cartilages, des dents et des gencives. De plus, elle protège contre les infections, favorise l’absorption du fer contenu dans les végétaux et accélère la cicatrisation.
Vitamine E : (2,36 mg/100 g), est un antioxydant très important, protecteur des cellules du corps, notamment les globules rouges et les globules blancs (cellules qui font partie du système immunitaire).
Vitamine K1 : Elle joue un rôle essentiel dans la coagulation sanguine. Elle participe aussi à la formation d’une protéine de l’os : l’ostéocalcine et retarde l’apparition de l’ostéoporose en maintenant le calcium dans les os. En plus de se trouver dans l’alimentation, la vitamine K est fabriquée par les bactéries présentes dans l’intestin, d’où la rareté des carences en cette vitamine.

 

Calcium : (10,8 mg/100 g), joue aussi un rôle important dans la coagulation du sang, le maintien de la pression sanguine et la contraction des muscles, dont le cœur.
Cuivre : (0,53 mg/100 g), en tant que constituant de plusieurs enzymes, le cuivre est nécessaire à la formation de l’hémoglobine et du collagène (protéine servant à la structure et à la réparation des tissus) dans l’organisme. Plusieurs enzymes contenant du cuivre contribuent également à la défense du corps contre les radicaux libres.
Fer : (0,51 mg/100 g), toutes les cellules de notre corps sont composées de fer. Il est essentiel au transport de l’oxygène et à la formation des globules rouges dans le sang et joue un rôle important dans la fabrication de nouvelles cellules, des hormones et des neurotransmetteurs.
Iode : (1,45 µg/100 g), acteur important dans la formation des hormones thyroïdiennes indispensables à la croissance, au développement et au métabolisme de base.
Magnésium : (27,1 mg/100 g), le  » sel antistress « . Assure un bon équilibre nerveux et régularise l’excitabilité musculaire. Une carence favorise la fatigue, l’anxiété, l’insomnie, la constipation et la spasmophilie. Très utile à l’être humain car il participe au développement osseux, à la construction des protéines, les dents et le système immunitaire.
Manganèse : (0,36 mg/100 g), agit à titre de prévention sur les dommages causés par les radicaux libres.
Phosphore : (41,9 mg/100 g) considéré comme le deuxième minéral le plus abondant de l’organisme après le calcium. Il joue un rôle important pour le maintien de la santé des os et des dents.
Potassium : (412 mg/100 g), important pour la croissance et l’entretien des cellules. Indispensable au système nerveux et à la contraction musculaire normale – y compris le muscle cardiaque. Le potassium est également un électrolyte qui aide à équilibrer les fluides du corps humain, important pour maintenir une bonne pression artérielle.
Sélénium : (0,005 µg/100 g), très riche en antioxydant. Il est indispensable au bon fonctionnement du système immunitaire et de la glande thyroïde
Sodium : (38,8 mg/100 g)
Zinc : (0,467 mg/100 g) joue un rôle important dans le cadre des réactions immunitaires, de la fabrication du matériel génétiques, de la cicatrisation des plaies et du développement du fœtus.

 

L’avocat et notre santé

Les antioxydants

Les antioxydants permettent de neutraliser les radicaux libres du corps jouant ainsi un rôle de prévention contre les maladies cardiovasculaires et certains cancers et dans ce cas préviendraient également contre le diabète de type 2.
On retrouve plusieurs composés antioxydants dont la lutéine permettant de lutter contre certaines maladies de l’œil, notamment la dégénérescence maculaire (DMLA).

Maladies cardio-vasculaires 

Ces antioxydants agissent également sur les problèmes cardio vasculaires et les maladies coronariennes.
Les proanthocyanidines, sont également un antioxydant présent dans la chair de l’avocat. Ce sont « des tannins » très précieux et efficaces qui protègent les globules et les lipides sanguins. Ils peuvent être très efficaces en cas de varices.

Assimilation des caroténoïdes
L’avocat associé à un autre aliment facilite l’assimilation des caroténoïdes qui sont liposolubles. Du fait de sa teneur élevée en acides gras mono-insaturés, l’avocat facilite l’assimilation des caroténoïdes présents dans d’autres aliments comme le bêta-carotène.

Stabilisation du taux de glycémie
L’avocat renferme également une grande quantité de phytostérols, des composés végétaux qui contribueraient efficacement à la réduction du cholestérol.

Cancer
Les avocats pour mieux se prémunir contre le cancer
Plusieurs recherches in vitro laissent croire que l’avocat aurait des propriétés favorables à la prévention de certains types de cancer, notamment le cancer de la prostate. cancer. D’Autres études scientifiques sont cependant nécessaires pour appuyer ces résultats.

Allié minceur
L’avocat est un allié minceur, un allié santé et un coupe-faim.
L’avocat est 10 à 20 fois plus gras que n’importe quel autre produit de la même catégorie nutritionnelle et ce à cause où grâce aux acides gras mono-insaturés qu’il contient, et qui lui valent le titre d’allié santé. En effet, ces acides réduisent le taux de cholestérol, apaisent la sensation de faim et permettent de réduire la graisse au niveau du ventre.

Mise en garde

Du fait de la quantité élevée de vitamine K dans l’avocat vitamine également fabriquée par l’organisme, les personnes qui prennent des médicaments anticoagulants, doivent modérer leur alimentation en produit contenant de la vitamine K. Il est fortement conseillé de consulter un médecin pour connaître les sources alimentaires de vitamines K.

Allergie à l’avocat et au latex
Les personnes qui sont allergiques au latex pourraient être incommodées en consommant de l’avocat qui contient de l’hévéine, une protéine commune à l’avocat et à l’hévéa, arbre à l’origine du latex. Les symptômes se manifestent par un urticaire et également de l’anaphylaxie est une réaction allergique exacerbée, entraînant dans la plupart des cas de graves conséquences et pouvant engager le pronostic vital.

 avocat

L’avocat en cuisine 

Comment l’acheter
En règle générale l’avocat est cueilli dur et mûri une fois cueilli. Pour faciliter sa maturation deux méthodes : soit dans votre compotier avec des pommes et des bananes, celles-ci dégagent du gaz éthylène nécessaire à sa maturation, ou bien enveloppez vos fruits dans du papier journal et les laisser dans votre bac à légumes au réfrigérateur.

La chair de l’avocat est crémeuse au léger goût de noisette. On comprend pourquoi en Amérique latine il porte le nom de « beurre du pauvre ».

Selon les différents coins du globe, l’avocat se consomme soit sucré ou salé. Sous nos latitudes l’avocat est en général consommé salé, avec le sacro-saint demi-avocat surprise ou vinaigrette.

La chair de l’avocat est très sensible à l’oxydation, il est conseillé si vous ne l’utilisez pas immédiatement une fois coupée ou écrasée de l’arroser d’un filet de citron.
Il faut savoir que l’avocat ne se cuit pas car il devient amer. Si vous souhaitez l’ajouter à un plat chaud, l’intégrer au dernier moment.

Le saviez-vous
On peut congeler la chair d’avocat écrasé avec un jus de citron afin qu’il conserve sa couleur verte dans un contenant.

L’avocat en version salée
En tartinade, en mousse avec du saumon, en trempette ou tout simplement dans des sandwichs.
À tester l’avocat gratiné au parmesan : coupez votre avocat en deux, réalisez un mélange oignon haché et parmesan plus citron. Garnissez vos avocats et passez sous le grill. Délicieux.

En entrée pour un repas, avec le traditionnel demi-avocat mayonnaise, on pourra également l’associer a des suprêmes d’orange ou de pamplemousse, avec des crevettes, dans une salsa avec de la mangue, de la coriandre et de l’huile d’olives. Une verrinesera du plus bel effet, une terrine avec du saumon surprendra vos convives.
On retrouve également l’avocat dans les fameux maquis californiens.

Guacamole
Les Aztèques mangeaient une purée d’avocat qu’ils appelaient ahuaca-hulli, mot qui, par déformation, a donné naissance à guacamole. On s’entend qu’à cette époque, ils ne connaissaient pas la coriandre, le citron vert et l’oignon.
Incontournable de nos jours si vous allez au Mexique.

L’avocat version sucrée
J’ai découvert avec plaisir l’avocat en version sucrée avec la réalisation d’une crème glacée. Absolument délicieux et d’autres recettes me chatouillent les doigts.
Vous apprécierez l’avocat dans une salade de fruits exotiques.
Dans un milk-shake ou smoothie.
En glace ou sorbet.
En soufflé au chocolat sur une idée d’Alain Passard, une recette à venir sur mon blog.

Bref, Les combinaisons de saveurs sont nombreuses pour savourer l’avocat, une palette de recettes toutes aussi simples à faire les unes que les autres.

Site web : www.jackiecuisine.com

 

 

LE ROMARIN SELON LA TRADITION CHINOISE

 

 

Nature : tiède, aromatique

Saveur : Amer, piquant

Tropisme : Rate, Estomac, Reins, Foie 

romarin


Propriétés énergétiques

  • Fortifie l’Estomac, facilite la digestion
  • Elimine l’Humidité froide
  • Asséchant
  • Apaise le mental
  • Active la circulation du Qi et du sang

 

Dans la section suivante, nous reprendrons les indications données par les hygiénistes occidentaux et nous essaierons de démonter le mécanisme de chaque pathologie selon la médecine chinoise afin d’expliquer pourquoi le romarin est tout indiqué pour chacune d’entre elles (en précisant les limites d’application).

 

Rosmarinus_officinalisIndications

Asthénie (faiblesse générale) :

Le romarin est un tonifiant des Reins (sa nature est réchauffant et il possède un tropisme vers les Reins). En réchauffant, en asséchant, il libérant de l’HUMIDITE FROID, il permet au Yang des Reins de mieux circuler (attention le romarin ne tonifie pas directement le Yang des Reins !) .

N.B : Le romarin est considéré comme un stimulant des cortico-surrénales.

 

Indigestion, flatulence, digestion difficiles, 
douleurs gastriques :

Le romarin stimule, réchauffe La Rate et L’Estomac. Il aide donc le Feu digestif et assèche l’Humidité (le froid et l’Humidité étouffent le le feu digestif et ralantit le transit intestinal). Attention, le romarin est donc contre indiqué en cas de vide de Yin de l’Estomac. D’autre part il aide la vésicule biliaire dans ses fonctions, toujours en dégageant l’Humidité digestive.

N.B : Le romarin est considéré comme stomachique, carminatif…. 
Il est aussi considéré comme cholagogue et cholérétique…

 

Troubles des règles, dysménorrhées et leucorrhées :

Le romarin sera utile surtout en cas d’Humidité Froide qui entrave la libre circulation du qi et du sang et qui stagne dans le Foyer inférieur causant : règles rares, leucorrhée blanchâtres…

N.B : Le romarin est considéré comme emménagogue.

Céphalées, migraines :

Le romarin sera utile lors de céphalées de type  » migraines digestives  » par faiblesse du feu digestif (Le Yang de la Rate). Avec sensation de tête lourde, nausées, comme embrumée ou enserrée, également accompagnée de selles molles. Le romarin est également très Intéressant aussi en cas d’Humidité externe.

N.B : Le romarin est considéré comme céphalique.. 
Il favorise la circulation cérébrale.

Rhumatismes :

Le romarin est efficace contre le VENT HUMIDITE et contre le Froid qui entrave la libre circulation du Qi et du Sang dans les Jing Luo (luttant ainsi contre les douleurs). Il est donc indiqué dans les rhumatismes aggravés par le Froid et l’Humidité et/ou ceux avec douleurs (stase de sang)

N.B : Le romarin est considéré comme un antirhumatismal.

Hypotension artérielle :

En luttant contre l’Humidité, en soutenant la Rate, Les Reins, le Foie, il aide le Yang pur à monter…

NB : Le romarin est aussi considéré comme hypertenseur et tonique cardiaque.

Glaires froides, toux grasse :

Un  » Froid – Humidité ‘ bloquant la Rate dans ses fonctions empêche à celle-ci de  » nourrir  » correctement le Poumon. Des glaires froides peuvent alors apparaître au niveau du Poumon, entraînant expectorations claires, blanches et/ou toux grasse. Le romarin peut donc aider également à lutter contre l’humidité ou les glaires froid du Poumon.

NB : Le romarin est considéré comme un antiseptique pulmonaire, béchique

Fermentations intestinales, diarrhées, gaz :

L’Humidité digestive, bloquée dans le réchauffeur inférieur (intestins), sera fort utile par son coté asséchant, d’autant plus s’il y a des selles molles, claires, lientériques, voire diarrhées claires ou malodorantes (dans la cas ou l’Humidité Froid se transforme en Humidité chaleur) …

NB : Le romarin est considéré comme un antidiarrhéique, antifermentescible, carminatif

Excès de poids, rétention, d’eau :

Dans ce cas, le romarin peut être utile surtout si associé à d’autres plantes  » diurétiques « , sudorifiques comme : thym, gingembre frais, fenouil, cumin etc.. Il favorise l’élimination de l’Humidité, et fait transpirer.

NB : Le romarin est considéré comme un diurétique.

Impuissance :

L’humidité en excès peut empêcher l’énergie des Reins de se déployer. C’est ici une impuissance par obstruction plus que par vide de Reins

Hypercholestérolémie :

L’humidité froide peut être générée ou aggravée par une alimentation inadéquate selon les principes de la médecine chinoise à savoir des excès de : boissons froides et sucrées, glaces, produits laitiers, excès de céréales comme le blé, tout cela favorise l’excès de cholestérol et vient obstrue les artères et la libre circulation du qi et du sang. C’est une forme de cholestérol que l’on peut observer notamment chez les végétariens qui consomment trop des produits cités.

Affections du foie : 
hépatisme, ictère, lithiase biliaire, cholécystite

L’Humidité et le Froid viennent entraver les fonctions digestives et s’accumuler aussi au niveau de foie. L’accumulation se transformant par stagnation en chaleur, peuvent alors apparaître les phénomènes de congestion et d’inflammation au niveau du foie et de la vésicule biliaire .

NB : Le romarin décongestionne les voies hépatiques.
Il est particulièrement indiqué dans l’hépatisme, l’insuffisance biliaire, les dyskinésies biliaires, les digestions lentes …
 

Contre Indications

  • Insuffisance de liquides
  • Vide Yin
  • Signes de sécheresse
  • grossesse

 Romarin_jt

 

Utilisation

En cuisine

C’est une plante aromatique très prisée dans la cuisine italienne. Elle est souvent associée avec le thym et le laurier. On en place une brindille dans les ragoûts, les rôtis de porc, d’agneau, les poissons gras, les barbecues… Il est remarquable dans les plats mijotés avec du vin, de l’huile d’olive et de l’ail. On ajoute aussi du romarin aux sauces tomates, aux légumes farcis, aux pizzas…. 

Utilisation thérapeutique :

  • En infusion une cuillère à café pour une tasse d’eau bouillante. Laisser infuser 10 minutes, une tasse après chaque repas.
  • Dans un litre de vin rouge faire macérer 200 g de feuilles fraîches ou 60 g de feuilles séchées pendant 15 jours en agitant, filtrer et sucrer, un petit verre avant les repas.
  • Une poignée pour un litre d’eau faire bouillir 10 minutes en compresses chaudes sur les rhumatismes.

Remarques :

attention, l’huile essentielle de romarin est encore plus asséchant que la plante à l’état naturel. Il est important de faire un bon bilan énergétique avant d’utiliser le romarin.

Le romarin était recommandé dans les temps médiévaux pour traiter la mélancolie et surtout la dépression.

 

SELON LA VISION OCCIDENTALE

Résumé des propriétés (selon le docteur Jean Valnet)

  • Stimulant général
  • Stomachique
  • Antiseptique
  • Carminatif
  • Antispasmodique
  • Antirhumatismal
  • Antinévralgique
  • Détoxiquant
  • Diurétique
  • tonique cardiaque
  • draineur spécifique hépatique et biliaire
  • Augmente la sécrétion de bile et facilite son écoulement

DA ZAO (datte chinoise)

Ziziphus jujuba

Da Zao est la datte chinoise, qui peut être mangé tel quel mais qui est souvent utilsé séché dans les prescriptions.Doux, neutre, de saveur délicieuse, elle a avec une affinité sur le foyer médian, qu’elle tonifie
de façon douce. C’est également un « harmonisant » car, ajoutée aux presciptions de plusieurs « herbes », elle semble apporter une certaine harmonie.

Partie utilisée : le fruit

CATEGORIE : TONIQUE DU QI

 Le jujube (nom masculin), ou datte chinoise (étymologie: du grec ancien :  zizuphon) appelé en mandarin  (pinyinzǎo), en berbère ziεrur, et anèbe ou zefzouf en arabe, est un petit fruit produit par le jujubier commun (Ziziphus jujuba, ou Ziziphus zizyphus), arbre de la famille des Rhamnacées. Il est probablement originaire de Chine, où il est cultivé depuis plus de 4 000 ans.

 L’arbre, utilisé comme ornement, peut atteindre une hauteur de 5 à 12 mètres, avec des feuilles vert brillant, et parfois des épines. Cet arbre tropical a l’avantage de supporter des températures hivernales jusqu’à – 15 degrés Celsius.

On trouve cet arbrisseau dans le Midi de la France, dans le Nord de l’Algérie (principalement dans la région d’Annaba, surnommée en arabe Medinat el Unnab soit la ville des jujubes, où l’on fabrique du miel de jujubes), en Tunisie, au Maroc et au Tchad.

Le fruit jeune, à noyau dur comme celui d’une olive, est vert et a le goût et la consistance de la pomme. À maturation, la couleur s’assombrit et devient violet-noir, puis le fruit se flétrit pour atteindre la consistance et le goût d’une datte, d’où son surnom de datte chinoise

Le jujube est employé en décoction comme adoucissant. À la Réunion, le fruit sert à la préparation du rhum arrangé. Il fait partie, avec la datte, le raisin sec et la figue sèche, des quatre fruits pectoraux.

 DATTES CHINOISES

 

Originaire de la Chine du Nord, le jujubier est passé en Asie du sud-est, en Inde et en Perse 3000 ans avant notre ère. Puis plus tard au Moyen-Orient et en Afrique du Nord et enfin dans les pays méditerranéens de l’Europe. Des fouilles archéologiques menées dans le désert égyptien, non loin de la mer Rouge, ont mis à jour dans le village où vivaient les ouvriers des carrières du Mons Claudianus, des restes de jujube. Les Égyptiens aimaient beaucoup les jujubes, les dattes, les noix du palmier dum au goût de gingembre, ainsi que les « dattes du désert » (les drupes de la balanite). Ils plaçaient ces fruits entre deux disques de pâte à pain avant de les faire cuire.

Le jujubier est arrivé en Europe sous le règne d’Auguste où il était apprécié autant pour ses qualités médicinales que gustatives.

Il n’a été introduit en Amérique qu’au 19e siècle au Venezuela et en Floride.

Homère raconte dans l’Odyssée que les compagnons d’Ulysse furent accueillis sur l’île des Lotophages par les indigènes qui leur offrirent des petites baies rouges : « Aucun de ceux qui eurent mangé du fruit mielleux du lotos ne voulut y renoncer, ni retourner dans son pays. » Frappès d’amnésie, ils oublièrent si bien et leur pays natal qu’il fallut les garrotter pour les réembarquer de force.

D’après la mythologie grecque, la nymphe Lotis se transforma en jujubier, arbuste on ne peut plus épineux et on ne peut plus défensif, pour échapper aux assauts de Priape.

Selon certains, les épines de la couronne du Christ étaient sans doute celles du «  jujubier épine du Christ  »,Zizyphus spina christi, assez courant en Israël.

Jusqu’à la Renaissance, le jujube joua un rôle important dans la pharmacopée surtout pour ses vertus pectorales, et contre les affections de la vessie et des reins. Il entrait dans la composition de «  l’eau céleste  »que l’on parait de toutes les vertus. Elle éloignait les animaux venimeux, protégeait de la peste et de la lèpre. 

Parmi les nombreux plats qui figurent sur les tables pour les fêtes de Nouvel An chinois, il y a des vermicelles transparents, les fen si, à base de haricots mungo, avec au centre un jujube. Le jujube rouge représente l’insigne des dignitaires mandarins qui portaient un bouton rouge sur leur bonnet. Ce plat annonce la réussite et la bonne fortune qui arrivent.

Pour ces fêtes du Nouvel An chinois, on sert aussi des jiaozi, des raviolis farcis, salés ou sucrés en forme de demi-lune et légèrement bombés. Celui qui prend par hasard dans tout un assortiment, un ravioli au sucre aura une existence douce dans l’année. Si le ravioli est farci d’un mélange de jujubes et de marrons, il verra ses souhaits vite réalisés. En effet, il y a homophonie entre «  jujube  », «  marron  » et «  vite réalisé  »,zaolizi. Le lendemain des mariages, la mariée fait la cérémonie du thé pour sa belle famille. Après s’être inclinée devant ses beaux-parents et tous les membres importants de l’assistance, elle offre un thé sucré aux jujubes et aux marrons. En effet, un proverbe dit: «  Manger des jujubes permet d’avoir un garçon, manger des marrons, une fille.  » Et la jeune femme montre ainsi qu’elle entend donner naissance à un fils ou une fille, le plus rapidement possible.

Coucher un nouveau-né dans un berceau en jujubier prédispose celui-ci aux dignités précoces.

Alors qu’au quotidien, les Chinois boivent le thé nature et ne le sucrent pas, lors du réveillon du Nouvel An, on sert du thé aux jujubes et aux graines de lotus qui représentent la douceur d’une vie heureuse. On l’accompagne traditionnellement de nian gao aux cent fruits, une gourmandise faite de farine de riz glutineux et de farine de riz, parfumée à l’alcool de cannelier et enrichie de fruits secs, jujubes, dattes, litchis séchés… Et on se souhaite mutuellement une vie de plus en plus «  élevée  » en tous domaines, en faisant un jeu de mots, entre gao  » gâteau  » et gao qui signifie «  élevé  ». 

DANG SHEN : tonique du QI

 

Dang Shen est une racine dont les effets sont voisins du fameux Ginseng (Ren Shen). C’est donc une plante tonique (en particulier du foyer médian et du Foyer Supérieur). Toutefois il est moins puissant mais aussi beaucoup moins cher. Ce qui est explique qu’il est fréquemment employé, avec un dosage plus élevé.

Parties utilisées : racines

DangShen

CATEGORIE : TONIQUE DU QI

 Dang Shen est appelé le ginseng du pauvre car il a des propriétés et des fonctions similaires au Panax Ginseng mais moins puissantes, et parce qu’il est nettement moins cher.

Le ginseng a un champ d’action plus large et doit être utilisé lorsque le trouble est sévère ou demande un soulagement immédiat. Un effondrement de Yang pourra être traité avec Panax Ginseng, pas avec Dang Shen.
La racine de Codonopsis tonifie le Qi et augmente indirectement le sang et les liquides, mais, au contraire du ginseng, il ne tonifie pas le Yuan Qi (Qi originel), ne génère pas les liquides directement, et ne calme pas le Shen (Esprit). Ses effets sont limités à la rate et au poumon, et est moins puissant que Panax Ginseng. Dang Shen est cependant suffisant dans la plupart des cas, et est donc un bon substitut du ginseng lorsque les syndromes ne sont pas sévères.

 

 Lorsque Dang Shen est préparé (Páo Zhì), on trouve deux principales méthodes de préparation:

  • Chao Dang Shen est de nature tiède et est meilleur pour tonifier la rate et l’estomac. Sauté avec du son de blé est plus tonifiant, avec du riz blanc renforce la rate, harmonise l’estomac, réduit les stagnations d’aliments et le potentiel effet d’anéantissement de la digestion que pourrait avoir la tonification. Avec de la terre jaune, cela augmente le Qi de la rate, arrête la diarrhée et réduit les nausées, et avec Halloysitum Rubrum  cela améliore la capacité d’arrêter la diarrhée et est approprié lors de vide de rate sévère avec diarrhée continuelle.
  • Zhi Dang Shen est préparé avec du miel et permet de non seulement tonifier le Qi du foyer médian (estomac et rate) mais aussi d’humidifier le Yin de la rate. Dang Shen préparé de cette manière est donc approprié pour traiter le vide de Qi de la rate, le vide de Yin ou le vide de Qi et de sang.

 

La racine de codonopsis a un goût doux et agréablement sucré, elle a des effets proches du ginseng traditionnel, elle est moins puissante mais elle est surtout beaucoup moins chère, ce qui fait qu’elle peut s’acquérir en plus grande quantité. La racine de codonopsis joue un rôle majeur comme tonique énergétique, elle fortifie notre organisme, l’aide à mieux gérer le stress en réduisant efficacement le taux d’adrénaline. Elle est donc très appréciée dans les périodes de fatigue chronique.

Pour tout savoir sur les propriétés du ginseng, cliquez sur le lien.

12345...13

Des petits sous, toujours d... |
Collectif ICI Ensemble |
Vivrecolo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Demediatisation
| Quality blog
| Conseilfemmes