Archives pour la catégorie DIETETIQUE TAO

Le jeûne est beaucoup plus qu’un simple jeu biochimique

.

Résister aux incitations incessantes des spots publicitaires pour des plats préparés ou des sucreries est de l’ordre de l’héroïsme ! Dans notre société de consommation arrêter de consommer relève du boycott, de la rébellion ! Mais la rébellion est quelque chose de très positif en soi, c’est l’affirmation de soi. L’affirmation de sa propre responsabilité ! A la fin des jeûnes on voit sur le visage des participants une certaine fierté, fierté d’avoir tenu bon mais aussi fierté d’être redevenu maître de soi-même. 
En effet ce n’est pas un soin que l’on reçoit, c’est une chose que l’on doit faire soi-même pour sa santé. Je ne peux pas jeûner pour quelqu’un d’autre. Ceci implique un engagement de la personne.
Prendre un médicament, c’est laisser une substance étrangère régler notre problème de santé, symboliquement c’est confier la responsabilité de nous guérir à un corps étranger. Mettre en œuvre des processus de guérison naturels n’est pas extérieur à soi c’est au contraire le moi intime qui entre en jeu. 
Enfin bien sûr le jeûne est toujours une pause qui permet un redémarrage sur des bases différentes. Quand on a réussi à ne pas manger du chocolat ou ne pas boire du café ou simplement ne pas grignoter des sucreries toute la journée, on est capable de prolonger l’expérience en dehors du jeûne. Si l’on a réussi pendant une semaine, pourquoi ne réussirait-on pas plus tard ? Le jeûne apporte un recul par rapport à ses habitudes mais apporte aussi la preuve que le changement est possible et plus facilement réalisable qu’on le pensait. 
C’est pourquoi le jeûne est beaucoup plus qu’un simple jeu biochimique.

Le jeûne n’est pas toujours une partie de plaisir. La désintoxication produit aussi des sensations peu agréables quand l’élimination est très forte, maux de tête, maux de ventre, malaises divers. Pendant le jeûne on ne prend pas de médicaments il faut donc supporter ces petits désagréments. Habituellement, au moindre malaise, on exige un soulagement immédiat. Pendant le jeûne, il faut supporter et patienter. Deux choses inhabituelles pour la plupart d’entre nous, mais qui nous ramènent à la réalité de notre corps. La privation de nourriture nous fait prendre conscience de notre corps et découvrir à quel point c’est une machine merveilleuse, mais nous fait prendre aussi conscience de sa fragilité et de sa vulnérabilité. L’absence de nourriture nous fait effleurer la mort pour mieux nous ramener à la vie. Ce thème mythologique se retrouve dans nombre de traditions. Jeûner est une catharsis.

Nourri différemment par les corps cétoniques, le cerveau travaille différemment. Les sens sont plus aiguisés, l’attention est plus présente, on est davantage dans la perception que dans ses pensées. L’organisme tend à limiter les dépenses inutiles d’énergie, par exemple la sexualité est indubitablement mise en veilleuse. Apparemment, il en est de même pour toute cette activité mentale inutile qui nous accompagne en permanence, laissant ainsi la place à une manière d’être que les jeûneurs expriment par calme, enthousiasme, euphorie, sérénité.
Le jeûne facilite l’appréhension d’une dimension plus profonde de l’existence, que le stress et l’habitude de la vie quotidienne nous permettent peu de mesurer. Toutes les traditions spirituelles ont utilisé le jeûne pour aider leurs adeptes à avancer un peu plus sur le chemin de la connaissance.

jeuner

Une cure de jeûne est un tout et le cadre est important.

Pour permettre de vivre le jeûne avec toutes ces facettes, nous proposons les stages dans un cadre magnifique sur les bords de la montagne bourbonnaise, avec à l’horizon les volcans d’Auvergne.

La grande maison et ses dépendances, au milieu des 10 ha de prés et de forêts, vous offrent un confort douillet et la possibilité de trouver le calme et la détente.
Le jeûne est un moment de rupture. Rupture de l’alimentation mais aussi rupture de ses habitudes, du stress, de son environnement … pour permettre à autre chose d’émerger.

 

Nous privilégions le jeûne en groupe, qui laisse éclore l’opportunité de s’aider les uns les autres dans la difficulté et de partager les rires, les expériences ou les sentiments de bonheur. Redécouvrir cette entraide dans une phase de vulnérabilité est quelque chose de touchant qui redonne confiance dans les autres et aussi confiance en soi-même. Recevoir, donner, appartient aussi à un stage de jeûne.

Jean-Pierre Jamet
La Sylveraie
Lieu-dit Le Leziau
F-03270 Busset

Plus d’informations : www.jeune-detox.fr

REGIME ALIMENTAIRE POUR MEDITANTS

 

L’homme est la seule espèce dont le régime alimentaire n’est pas prévisible. Le régime alimentaire de tous les autres animaux est évident.

Leur besoin physique de base et leur nature décident de ce qu’ils devraient et ne devraient pas manger, de combien ils devraient et de combien ils ne devraient pas manger, quand ils devraient manger et quand ils devraient s’arrêter. Mais l’homme est absolument imprévisible, il est absolument inattendu. Ni sa nature ne lui indique ce qu’il devrait manger, ni sa conscience ne lui indique combien il devrait manger, ni sa compréhension ne décide de quand il devrait cesser de manger.

Comme aucune de ces qualités de l’homme n’est prévisible, la vie de l’homme est allée dans quelques directions très incertaines. Mais s’il y a ne serait-ce qu’une petite compréhension, si l’homme commence à vivre ne serait-ce qu’avec un peu d’intelligence, ne serait-ce qu’avec un petit peu de discernement, ouvre ses yeux ne serait-ce qu’un peu, alors il ne lui est pas difficile du tout de changer pour un régime alimentaire approprié. C’est très facile, il n’y a rien de plus facile. Pour bien comprendre ce qu’est un régime alimentaire approprié, nous pouvons diviser cela en deux parties.

La première chose: Qu’est-ce qu’un homme devrait manger et qu’est-ce qu’il ne devrait pas manger ? Le corps de l’homme est fait d’éléments chimiques. Le processus tout entier du corps est très chimique. Si de l’alcool est ingurgité par l’homme, alors son corps sera affecté par le produit chimique, il deviendra intoxiqué, inconscient. Aussi sain qu’il soit, aussi paisible qu’il soit, la chimie de l’intoxication affectera son corps. Aussi saint qu’il soit, si du poison lui est donné, il mourra.

N’importe quelle nourriture qui amène l’homme dans n’importe quel sorte d’inconscience, n’importe quel sorte d’excitation, n’importe quel sorte d’extrémité, n’importe quel sorte de perturbation, est nocive. Et le mal le plus intense et ultime arrive lorsque ces choses commencent à atteindre le nombril.

Peut-être n’êtes vous pas conscient que partout dans le monde, avec la naturopathie, des paquets de boue, de la nourriture végétarienne, de la nourriture légère, des bandes de tissu imbibées d’eau et des bains sont employés pour guérir le corps. Mais aucun naturopathe n’a encore compris ce point, que les effets bénéfiques des bandes de tissu imbibées d’eau, des paquets de boue ou des bains, appliqués sur le corps ne le sont pas tellement en raison de leurs qualités spéciales mais en raison de la façon dont ils affectent le centre énergétique du nombril. Et le centre énergétique du nombril affecte ensuite le reste du corps. Toutes ces choses, la boue, l’eau, le bain affectent l’énergie dormante du centre énergétique du nombril et lorsque cette énergie surgit, la santé commence à se manifester dans la vie de la personne.

Mais la naturopathie n’est toujours consciente de cela. La naturopathie pense que peut-être ces effets bénéfiques viennent des paquets de boue ou des bains ou des bandes humides sur l’estomac ! Ils ont des avantages, mais les vrais avantages viennent du réveil de l’énergie au centre dormant du nombril.

Si le centre énergétique du nombril est malmené, si un mauvais régime, une mauvaise nourriture est utilisée, alors lentement, lentement le centre énergétique du nombril devient dormant et son énergie s’affaiblie. Lentement, lentement ce centre commence à tomber en sommeil. Finalement il s’endort presque. Alors nous ne le sentons même pas en tant que centre.

Alors nous distinguons seulement deux centres: l’un est le cerveau où les pensées se déplacent constamment et l’autre est un peu celui du coeur où les émotions se déplacent. Plus profondément que cela nous n’avons aucun contact avec quoi que ce soit. Ainsi, plus la nourriture est légère, moins elle crée de poids sur le corps et plus valable et significatif cela sera pour le début de votre voyage intérieur.

 OSHO

Pour un régime alimentaire approprié, la première chose à se rappeler est qu’il ne devrait pas créer d’excitation, qu’il ne devrait pas intoxiquer, qu’il ne devrait pas être lourd. Après avoir mangé de manière adéquate, vous ne devriez pas sentir de lourdeur ni de somnolence. Mais peut-être tous, nous ressentons une sensation de lourdeur et de somnolence après nos repas, alors nous devrions reconnaître que nous mangeons d’une mauvaise façon. Certaines personnes tombent malades parce qu’elles n’absorbent pas assez de nourriture et certaines personnes tombent malades parce qu’elles absorbent trop de nourriture. Certaines personnes meurent de faim et certaines personnes meurent d’excès de nourriture. Et le nombre de personnes mortes de trop manger a toujours été supérieur au nombre de personnes mortes de la faim. Très peu de gens meurent de faim. Même si un homme veut rester affamé, il n’y a aucune possibilité pour lui de mourir avant au moins trois mois. Toute personne peut vivre sans nourriture pendant trois mois. Mais si un homme mange avec excès pendant trois mois il n’a aucune chance de survie.

Nos attitudes fausses envers la nourriture deviennent dangereuses pour nous. Elles s’avèrent très coûteuses. Elles nous ont portés à un point où nous sommes, d’un certaine façon, simplement vivants.

Notre nourriture ne semble pas créer la santé en nous, elle semble créer la maladie. C’est une situation surprenante lorsque la nourriture commence à nous rendre malades. C’est comme si le soleil se levant le matin créait l’obscurité. Ce serait une chose également surprenante et étonnante si elle se produisait. Mais tous les médecins dans le monde sont d’accord pour dire que la plupart des maladies de l’homme ont pour cause son régime alimentaire erroné.

Ainsi la première chose est que chaque personne devrait être très avertie et consciente de la façon dont elle se nourrit. Et je dis ceci particulièrement pour le méditant. Il est nécessaire que le méditant reste averti de ce qu’il mange, combien il mange et quels sont les effets dans son corps. Si un homme expérimente pendant quelques mois avec conscience, il découvrira certainement quelle est la nourriture appropriée pour lui, quelle nourriture lui donne la tranquillité, la paix et la santé. Il n’y a aucune véritable difficulté mais parce que nous ne prêtons aucune attention à la nourriture, nous ne pouvons jamais découvrir la nourriture appropriée.

OSHO, The Inner Journey, #3

BAI HE (Lys)


Lilium brownii

Doux et frais, le bulbe de cette fleur a une affinité avec le Poumon et le Coeur. Il humidifie le Poumon et est particulièrement utile en cas de sécheresse du poumon avec gorge sèche, toux sèche. D’autre part, cette plante possède une action apaisante par rapport à des troubles émotionnels comme anxiété, tristesse, confusion mentale, insomnies chroniques…

Parties utilisées : Oignon, graines et fleur 

CATEGORIE : TONIQUE DU YIN

 lys

Connue depuis le Moyen Age pour ses vertus apaisantes, anti-inflammatoires, protectrice des vaisseaux capillaires, elle est idéale également pour le soin des bébés et des enfants c’est dire son adaptation aux épidermes les plus fragiles. Huile n’est pas le terme exact, car cette fleur merveilleuse dont le parfum reste un mystère refuse toute forme d’extraction de ses principes actifs. Pour les recueillir, il faut procéder à des macérations d’une très grande quantité de fleurs de Lys en saturant une huile végétale, en l’occurrence une huile de graines de tournesol bio, jusqu’à domination des principes de la fleur de Lys blanc. On lui donne alors le nom d’Huile de Lys. Autre mystère de cette fleur incomparable, alors qu’elle embaume avec une puissance odorante quasi lumineuse, il reste impossible jusqu’à aujourd’hui de recueillir son parfum. Il en est de même pendant la macération, la fleur libère toutes ses propriétés moléculaires bienfaisantes mais ne révèle aucun parfum. Vertu encore que l’on relie à la loi d’analogie, plus une peau est blanche, plus le teint est pâle et plus les vertus du Lys vont s’exhausser.

 

Si vous appartenez à cette catégorie de femmes ayant une peau de porcelaine ou des origines irlandaises, bretonnes, vous aurez un teint de lys en quelques semaines. Ou vous êtes une maman ayant des enfants alors le Lys blanc est fait pour vous et pour eux en cas de croûtes de lait, dartres, petites écorchures, eczéma, irritations.

  

Fleur emblématique de la royauté, le lys possède des vertus multiples tant dans les soins du visage que ceux du corps. En cosmétologie, le lys est un allié beauté de la peau et, du visage. Ses vertus émollientes, purifiantes, protectrices et, hydratante feraient des merveilles !!! 

L’utilisation de cette fleur comme plante médicinale est ancestrale. On utilise cette fleur très odorante pour ses propriétés anti-inflammatoire, cicatrisante, et calmante… Selon qu’elles soient macérées dans de l’huile ou de l’eau de vie, le lys est également connu pour atténuer les tâches cutanées (tâche de rousseurs, de naissance et de vieillesse…) et qu’elles limiteraient le vieillissement de la peau. 

L’huile de lys est adoucissante et légèrement éclaircissante. On l’utilisera en soin quotidien sur le visage, les mains, et les lèvres. Elle prévient l’apparition des gerçures et des crevasses. Appliquer régulièrement sur le buste elle entretiendrait la beauté. 

L’huile de lys nourrit, fortifie et épaissit les cils et les sourcils. Elle soulagerait les érythèmes et les contusions (en compresse imbibée).Bas du formulaire

 Beurre lys

 

Une légende raconte qu’une larme d’Eve chassée du paradis (après avoir mangé le fruit défendu), fit pousser un Lys.

Le lys blanc a une forte association avec les déesses de la fertilité (Sabbat d’Ostrara). On dit aussi qu’il représente l’âme d’un enfant à naître. Planter un bulbe est une bonne façon pour l’invoquer…

 

PROVERBES CHINOIS Sur la diététique

 

 

 

On dénombre plus de cent milles proverbes chinois. Ils sont l’une des plus belles expressions de la pensée chinoise, colportée de façon orale et écrite depuis des millénaires… 

Morceaux choisis …

 proverbes

Bien manger, c’est atteindre le ciel.

Un repas qui commence par un bouillon, épargne les prescriptions

Sur dix cuisiniers, neuf se gardent de trop saler.

Sans sel, on sentirait moins le sucré.

Qui peut manger des racines de légumes peut tout faire.

Trois cents pas après une bonne chère évitent d’entrer chez l’apothicaire.

Si la cuisine n’est pas un art dans les campagnes, la pharmacie n’y est pas une science.

L’homme intelligent regarde la cuisson, le sot regarde le chaudron

 Celui dont le ventre crie famine ne peut converser avec celui qui est repu.

Sait-on que dans un plat chaque grain de riz a coûté un effort ?

Quand les cuisiniers se battent, Tout se refroidit ou se brûle.

La voie à suivre concernant la nourriture : n’être ni affamé ni gavé;
c’est cela protéger ses cinq viscères.

Ayez du thé, du vin, et vos amis seront nombreux;
soyez dans l’adversité, un seul homme vous visitera t-il ?

Celui qui a bien mangé est en compagnie des Dieux.

La nourriture excessive et les actions superflues dégradent les êtres.

 

Sur la médecine

 

le piètre médecin ne s’intéresse qu’à la maladie ; 
le bon médecin s’intéresse au malade ; 
le grand médecin s’intéresse à la société humaine.

Confucius

A force d’être malade, on finit par devenir un bon médecin.

On compatit avec ceux qui sont affectés du même mal.

Les maladies que l’on cache sont les plus difficiles à soigner.

 

Le médecin médiocre voit le symptome et le soulage

Le bon médecin trouve les causes et guérit

Un excellent médecin voit les faiblesses du corps et prévient la maladie

  Diététique-Chinoise-1

Autres…

 Qui ne peut pas dormir, trouve son lit mal fait.

Il est des souffles que milles pièces d’or peuvent difficilement acheter.

On ne peut marcher en regardant les étoiles, quant on a une pierre dans son soulier.

N’attends pas des autres ce que tu ne peux pas leur promettre.

Il ne faut pas attendre la soif pour tirer l’eau du puits.

Arbre renversé par le vent avait plus de branches que de racines.

Chaumière où l’on rit, vaut mieux que palais où l’on pleure.

Mieux vaut mécontenter par cent refus, que de manquer une seule promesse.

Les réflexions qui descendent dans le coeur, 
Mènent plus loin que celles qui vont au bout du monde.

Plus le méchant est riche et honoré, Plus l’extinction de sa race est assurée.

Il faut faire vite ce qui ne presse pas, Pour pouvoir faire lentement ce qui presse.

Ce n’est qu’avec les yeux des autres qu’on peut bien voir ses défauts.

On n’a jamais tant besoin de son esprit que lorsqu’on a affaire à un sot.

C’est véritablement s’enrichir, que de s’ôter ses besoins

Un homme habile élève des remparts. Une femme habile détruit des remparts.

Ne rougissez pas d’une erreur, vous commettriez une faute.

Celui qui plante des vertus doit s’appliquer à les arroser.
Celui qui arrache des vices doit s’appliquer à détruire les racines.

Soignez le commencement, pensez à la fin, la fin viendra sans fatigue. 
Si vous oubliez le but, vous succomberez avant la fin.

La pratique de la vertu repose le coeur et le rend chaque jour meilleur.
L’hypocrisie le fatigue et le rend chaque jour plus sot.

La voie du Ciel c’est : Vaincre sans lutter, Convaincre sans parler,
Faire venir sans appeler, Réaliser dans la sérénité. Lao Tseu

Tout le monde aime flatterie, chacun se méfie de la franchise.

Les paroles sincères ne sont pas belles. 
Les belles paroles ne sont pas sincères. Lao Tseu

Le sage, sans jamais faire de grandes actions, accomplit de grandes choses.

Le sage s’instruit sans étudier, En observant les fautes des autres.

Rendre le bien pour le bien et le bien pour le mal, C’est la bonté efficace.

Le plus grand malheur est de vouloir toujours acquérir.

Dans la vie, il faut être simple, rester naturel,
Avoir peu d’affections particulières et peu de désirs.

Le sage ne se montre pas, il brille.
Il ne s’impose pas, on le remarque. 
Il ne se vante pas, on lui trouve des mérites. 
Il ne se pousse pas, il progresse.

Connaître les autres, c’est la sagesse. 
Se connaître soi-même, c’est sagesse supérieure.
Imposer sa volonté aux autres c’est force.
Se l’imposer à soi-même, c’est force supérieure.

Celui qui parle trop agira difficilement. Confucius

Travaillez sans relâche comme si vous ne deviez jamais atteindre le but. Confucius

L’homme supérieur se tient dans le juste milieu. Confucius

Plus les repentirs sont prompts, plus ils en épargnent d’inutiles.

Il faut être bien sage ou bien borné, Pour ne rien changer à ses pensées.

Qui connaît son coeur, se défie de ses yeux.

Un jour en vaut trois pour qui fait chaque chose en son temps

Sans laideur, la beauté ne serait pas mise en valeur;

LE SESAME et son histoire

 

Le sésame est presque méconnu en France et par conséquent, très peu utilisé dans la cuisine française. Pourtant, au Japon et en Chine, il est très apprécié depuis l’antiquité comme un ingrédient miraculeux et médicamenteux. Si, parmi les moines bouddhistes, il y a beaucoup de personnes âgées de plus de 80 ans malgré leur régime végétarien, c’est certainement grâce au soja et au sésame abondamment utilisés dans leur cuisine. Cette dernière s’appelle  » shôjin-ryôri  » en japonais et offre la base principale du régime  » macrobiotique  » que certains Occidentaux (y compris français) pratiquent aujourd’hui pour conserver la santé. On connaissait bien les effets du sésame pour maintenir la santé& et retarder le processus de vieillissement mais on ignorait par quel mécanisme. Aujourd’hui, mieux connu, on découvre au sésame d’autres effets importants comme la prévention du cancer par exemple.

 sésame

HISTOIRE

Les botanistes du monde entier ont longtemps cherché le lieu d’origine du sésame et actuellement, la savane africaine est considérée comme son lieu de naissance car une trentaine d’espèces sauvages de sésame existent encore dans cette seule région. Comme cette zone tropicale est très vaste, couvrant plusieurs pays, il est très difficile de savoir avec précision la date et le lieu où sa première culture a été pratiquée, même si certains chercheurs pensent au Soudan ou au Niger, il y a 5000 ou 6000 ans. A partir de l’Afrique, le sésame a fait un voyage très long de 15.000 km jusqu’au Japon. On parle beaucoup de la route de la soie entre la Chine et l’Europe, mais on ne prête aucune attention à celle du sésame qui est en réalité beaucoup plus longue et aussi importante dans l’histoire. Il semble que le sésame se soit assez rapidement répandu dans le monde entier. On trouve déjà des graines de sésame dans une pyramide au Caire (datée de 3000 à 4000 av J.C) Les Carthaginois et les anciens Grecs ont joué certainement un rôle important dans sa diffusion vers les pays orientaux.

Hippocrate, célèbre médecin grec (460-375 av. J.-C) recommandait la consommation régulière du sésame pour sa qualité nutritive exceptionnelle.

Parmi les grands pays producteurs, on peut citer l’Inde et la Chine où des graines de sésame ont été découvertes, datant de 3000 ans avant J.-C, à la suite de fouilles archéologiques à Mohenjo-Daro, site protohistorique de l’Inde (Sind) où la civilisation non -indoeuropéenne florissait au IIIème millénaire av .J.-C aux bords de l’Indus, et de celles de Wou-Si dans la province de Tchö-Kiang (Chine). Quant au Japon, à l’heure actuelle, la date la plus ancienne de la découverte du sésame se situe vers 1200-1500 ans avant J.-C à Iwaki dans la préfecture de Saitama. Au Japon, on constate une étroite relation du sésame avec le bouddhisme. Par exemple, dans l’entrainement pratique du 3Shingon-Mikkyô  » (bouddhisme ésotérique), il existe un exercice : jeter dans le feu des graines de sésame, de soja, de riz, etc. en récitant des invocations à Bouddha. Son but est de dompter ses passions pour purifier son esprit, en brûlant chaque graine de sésame qui représente ici chacune des 108 tendances de concupiscence que l’homme possède selon le bouddhisme. En outre, les fidèles croyaient jadis que l’on pourrait guérir la maladie, en respirant la fumée dégagée lorsqu’on jetait des graines ou de l’huile de sésame sur le feu. Une tradition similaire existe encore aujourd’hui dans la plupart des temples bouddhistes.

Les Japonais ont fait d’énormes efforts pour améliorer la qualité du sésame en provenance de la Chine. Les graines japonaises, dorées ou noires, sont devenues plus grosses et savoureuses. D’autre part, dans la cuisine quotidienne japonaise, on utilise abondamment l’huile végétale pour faire des plats traditionnels comme le  » tempura  » (beignets de légumes ou de poisson) et  » tonkatsu  » (côtelettes de porc panée). Dans ce genre de friture, l’huile de sésame est beaucoup plus résistante à l’oxydation par rapport à l’huile de soja. Un seul inconvénient : son prix est nettement supérieur.

 secrets-beaute-le-sesame

EFFETS THERAPEUTIQUES

 

En Chine, il existe une pensée médicale très ancienne :  » Le médecin divin ne soigne pas une personne malade mais celle qui n’est pas encore atteinte d’une maladie.  » Cette idée correspond à peu près à la médecine préventive actuelle. Pour y parvenir, les anciens Chinois avaient prêté de l’importance au choix des aliments. C’est ainsi que naquit une branche très importante de la médecine chinoise (Ben Cao Xue : recherche des plantes médicinales). Le sésame figure déjà dans cette pharmacologie ancienne comme l’une des meilleures plantes pour la santé.

La vitalité physique et mentale des moines Zen est surprenante pour nous, malgré leur âge avancé. Les  » amas  » (plongeuses marines) de Shima (Ise) vivent en moyenne 16 à 17 ans plus longtemps que les autres  » amas  » du Japon. Le secret de leur vitalité se trouve dans la consommation régulière de sésame.

Il est difficile de croire que 25 g de sésame moulu (c’est-à-dire 2 cuillères à soupe) donnent une énergie supérieure à 200 grammes de bifteck ! C’est pourtant la vérité. En effet, la valeur nutritive de 25 g. de sésame moulu est de 13 g. de lipides, 5g. de protides, 300 mg de calcium, pour une valeur énergétique de 154 Kcal. De plus, le sésame est riche en vitamines B1, B2 E et en fer.

 

1. ACTION PREVENTIVE CONTRE LE VIEILLISSEMENT

Avec l’âge, les risques de maladies fréquentes chez l’adulte d’âge moyen (l’artériosclérose, les maladies cardiaques ou cérébrales, le cancer, le diabète, etc.) se multiplient. Actuellement, les chercheurs s’intéressent beaucoup à l’action antioxydante de la vitamine E (tocophérol) car celle-ci aurait pour effet de maintenir les vaisseaux sanguins en bon état, prévenir l’artériosclérose et par conséquent retarder le vieillissement. On dit que l’homme commence à vieillir par ses vaisseaux sanguins : l’artériosclérose détériore la circulation sanguine du corps tout entier et finit par vieillir les organes internes.

2. ACTION UTILE POUR PREVENIR LE CANCER

L’action inhibitive de la vitamine A contre le cancer est aujourd’hui bien connue, mais on ne peut pas prendre une dose excessive de cette vitamine car cela provoque une de mauvais effets secondaires. Cependant, l’action antioxydante de la vitamine E protège la vitamine A contre l’oxydation et prolonge ainsi sa durée d’action.

3. AMELIORATION DELA PERFORMANCE SPORTIVE

En augmentant la résistance physique. Certains coureurs de fond et de marathon ont réussi à gagner des médailles olympiques en prenant régulièrement du sésame. L’équipe japonaise a introduit ce remède pour la première fois en 1968 lors des jeux olympiques de Mexico.

4. PREVENTION DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES

Le sésame noir est riche en lipides insaturés : dans un pays comme la France, où la première cause de mortalité est les maladies cardiovasculaires dues à une prise excessives de lipides (surtout les graisses animales), le cholestérol est considéré comme l’ennemi n°1. Pourtant, le cholestérol est indispensable pour l’homme car il sert à produire l’acide cholique

5. DIMINUTION DES TROUBLES DE LA MENOPAUSE

La vitamine E contenue dans le sésame et l’huile de sésame est efficace pour atténuer les troubles de la ménopause (maux de tête, courbatures des épaules, vertiges, palpitations, refroidissement des membres, irritabilité, bouffées de chaleur, etc.) car elle a des actions similaires à celles des hormones. Donc, la consommation régulière de sésame noir – avant la ménopause – est utile pour ces symptômes désagréables de même que lors des troubles de la menstruation.

6. MEILLEURE CIRCULATION LOCALE

La vitamine E atténue la fatigue des yeux par une amélioration de la circulation sanguine au niveau de la rétine. Le refroidissement des membres par une augmentation de la quantité sanguine au niveau des mains et des pieds. De plus elle rend la peau douce et hydratée, ce qui améliore  » la mauvaise mine « .

 On peut citer bien d’autres effets du sésame, mais je terminerai en citant son effet sur la difficulté de trouver le sommeil car la vitamine E régularise notre horloge  » interne « , c’est à dire le rythme fonctionnel de l’hypothalamus et par conséquent celui du sommeil. Le calcium présent dans le sésame joue aussi un rôle important en calmant la nervosité.

Voila les principaux effets que les Japonais tirent du sésame noir ( » kuro-guma  » en japonais) depuis longtemps ! Dommage que les Français connaissent si mal cet aliment merveilleux !

Tsugno KAGOTANI 
Relaxologue  » shiatsu « 

Toutes les cultures ont fait une part au jeûne

 

Hippocrate disait déjà que pour soigner les petits maux il valait mieux jeûner que de prendre des médicaments. Socrate disait que le jeûne le rendait plus efficient et Pythagore imposait à ses disciples un jeûne de 40 jours avant de les accepter dans son école. Tous les grands spirituels Moïse, Jésus, Mahomet, Bouddha ont jeûné et trouvé dans le jeûne une aide dans leur développement spirituel. C’est ainsi que la religion catholique a institué le carême comme étant une période de 40 jours de jeûne en souvenir des 40 jours de jeûne que le Christ avait fait dans le désert avant sa mission. L’Islam recommande à ses fidèles de suivre le Ramadan en souvenir du jeûne du prophète. Toutes les cultures ont fait une part au jeûne que ce soit pour guérir les maladies, pour se connaître soi-même, pour entrer en contact avec l’invisible, ou même pour se préparer à des compétitions sportives.

Quels sont donc les vertus du jeûne, qui permettent son intégration dans des domaines si divers? Comment expliquer ce retour en force d’une aussi vieille tradition?

LE JEUNE

La méfiance par rapport à la médecine allopathique suscite de nouvelles approches.

Il y a environ 30 ans, dans la plupart des pays d’Occident, on a « déclaré la guerre » au cancer et il était clair qu’en l’espace d’une dizaine d’années ce petit problème de santé serait enfin résolu pour le plus grand bien de l’humanité. Malheureusement en 2016 il n’y a pas encore vraiment de solution, au contraire : les maladies de civilisations comme le cancer, les maladies cardio-vasculaires, le diabète de type II ne font qu’augmenter. Si l’espérance de vie dans nos pays a considérablement augmenté dans les dernières décennies l’espérance de vie en bonne santé n’a pas augmenté dans les mêmes proportions, l’écart entre les deux est même surprenant. On peut vivre en moyenne 79 ans pour les hommes et 84 ans pour les femmes mais on ne doit pas espérer vivre en bonne santé au-delà de 64 ans!! Un autre facteur est venu aussi entamer la confiance dans la médecine, plusieurs scandales ont éclaté suite à l’utilisation de médicaments dont les effets secondaires se sont parfois révélés mortels alors que leur efficacité n’était, de plus, pas vraiment prouvée. La méfiance vis-à-vis d’une certaine médecine, coincée entre les appétits financiers des groupes pharmaceutiques et les coupes budgétaires de l’État, n’a fait que croître.

Ce n’est pas un fait nouveau. Depuis toujours les gens ont essayé d’autres méthodes lorsque la médecine n’offrait pas de solution, le jeûne étant l’une d’entre elles. C’est ainsi que les pionniers du jeûne dans nos pays ont décrit leurs expériences de guérison depuis déjà longtemps ; mais jusqu’à maintenant leurs voix avaient été étouffées par la pensée dominante, tentant de nous persuader de la toute-puissance de la médecine. Quand en 1880 le docteur Tanner annonça qu’il allait jeûner pendant 40 jours à New York pour montrer que ce n’était ni dangereux ni infaisable, les médecins l’ont mis en garde car il n’y survivrait pas. 40 jours plus tard, après que Tanner soit toujours en vie, ils ont alors décrété que c’était un cas particulier non généralisable. Et l’expérience de Tanner a sombré dans l’oubli… Le but de Tanner était de convaincre la médecine scientifique de s’intéresser au jeûne. Il n’y parviendra pas.

1Un demi-siècle plus tard le naturopathe Herbert Shelton (1895-1985) va être l’un des grands propagateurs du jeûne. En se cachant des organes officiels il va superviser dans son école du jeûne – en fait une clinique de jeûne – plus de 35000 jeûnes. 
Son approche est aussi scientifique que possible, compte tenu des moyens de l’époque. Il a essayé de comprendre les mécanismes à l’œuvre pendant la privation de nourriture par l’observation des très nombreux cas qu’il a supervisés. Il rapporte aussi plusieurs études faites sur des animaux morts d’inanition. (voir graphique)

Il met en lumière le fait que l’absence de nourriture ne provoque pas une déroute en pagaille de l’organisme mais une retraite en bon ordre. Ceci est une information capitale. Si les organes vitaux comme le cerveau ou le cœur sont préservés jusqu’au bout, c’est que l’organisme sait gérer le jeûne. Dans nos gènes un programme est inscrit pour survivre aux périodes de disette sans porter préjudice au fonctionnement général du corps. Le jeûne est un mode de fonctionnement normal du corps!
Malgré ses précautions pour dissimuler le fait qu’il soigne des malades, Shelton fera plusieurs séjours en prison – pour exercice illégal de la médecine – et finira ruiné par un procès. Mais c’est de lui que s’inspireront tous les promoteurs d’une autre manière de se guérir. En particulier Albert Mosséri sera l’un de ses disciples et il créera en 1960 la « Maison de l’hygiène naturelle » en France pour divulguer la pratique du jeûne hygiéniste.

Un changement dans les mentalités s’opère dans les dernières décennies.

Dans les dernières décennies du 20ème siècle le mouvement écologique va prendre de l’ampleur. Les progrès dans la connaissance des mécanismes du vivant vont peu à peu montrer que les processus sont beaucoup plus complexes que l’on pensait et qu’il est plus raisonnable de laisser ces nombreuses interactions agir librement que d’intervenir dans des équilibres très fragiles. Ce retour au naturel va soutenir les promoteurs du jeûne.

A partir des années 1990 le jeûne va se développer en France sous l’influence du jeûne médical institué par le Docteur Büchinger en Allemagne. Contrairement au jeûne hygiéniste qui prône une diète stricte (seulement boire de l’eau) le jeûne Büchinger permet l’absorption d’un peu de jus de fruits et de jus filtré de légumes, soit un apport calorique d’environ 250 kcal (besoin journalier environ 2000 kcal.). Cette méthode plus douce mais qui apporte les mêmes bienfaits va être popularisée par les époux Bölling dans la Drôme où ils vont ouvrir un centre de jeûne pour la remise en forme. Depuis presqu’une cinquantaine de centre de jeûne se sont créés en France et accueillent par an plus de 5000 personnes. On est encore loin de la pénétration du jeûne en Allemagne. On estime à 15% le nombre de personnes ayant fait un jeûne chez nos voisins, c’est-à-dire environ 1,5 millions de personnes! Parallèlement la consommation de médicaments est deux fois plus importante en France qu’en Allemagne! Un français avale en moyenne 4 pilules par jour! Y a-t-il une corrélation entre la consommation de médicaments et la pratique du jeûne? Ou bien simplement un plus grand pragmatisme de l’autre côté du Rhin: ce qui guérit, guérit, et doit être pris en compte. Il y a deux cliniques, en Allemagne, proposant des cures de jeûne pour soigner des malades, la clinique Büchinger et un département de l’hôpital de la Charité à Berlin. Plusieurs centaines de malades y sont soignés chaque année.

Devant les très nombreuses observations indiscutables, des chercheurs de tous horizons se sont intéressés ces dernières années à décrypter ce qui se passait dans notre organisme pendant une diète.

Et là les chercheurs sont allés de découverte en découverte. Les hygiénistes pensent que l’arrêt de l’alimentation favorise l’élimination. L’organisme à un moment donné n’a à sa disposition qu’une certaine quantité d’énergie, qu’il essaye de gérer au mieux. Donc une pause dans l’alimentation permet à l’organisme de rediriger son énergie vers la fonction d’élimination. C’est ainsi que le jeûne guérit la plupart des maladies. Cette optique n’est pas complètement fausse mais les recherches de ces dernières années ont montré beaucoup plus.

L’étude du jeûne apporte un autre regard sur les méthodes de guérison.

Faisons un peu de biologie:
Le glucose est le carburant de notre organisme. Sa dégradation dans le cycle de Krebs fournit l’énergie dont ont besoin nos cellules. En temps normal l’apport de glucose est assuré par l’alimentation. Mais pendant le jeûne d’autres réactions chimiques vont prendre le relais. Après environ 15 heures, les réserves de glucose étant utilisées, les graisses vont être dégradées dans le foie pour produire les corps cétoniques qui vont soit s’intégrer dans le cycle de Krebs soit être directement utilisés par les organes notamment le cœur et le cerveau. Ces phénomènes biochimiques ont commencé à attirer l’attention des chercheurs tant aux Etats Unis qu’en Allemagne en Autriche et en Russie.
Au National Institut of Aging à Baltimore les recherches ont montré que les corps cétoniques protégeaient les cellules nerveuses et activaient les facteurs essentiels à l’apprentissage et à la mémoire. De plus ils ont montré que le jeûne permettait la création de cellules nerveuses à partir de cellules souche du cerveau. Les applications dans les cas d’Alzheimer ou de Parkinson semblent très prometteuses.

Par ailleurs, ce changement profond de fonctionnement de l’organisme, influence considérablement le métabolisme. Certaines hormones comme les hormones de croissance diminuent d’autres au contraire vont être sécrétées en plus grande quantité. Le microbiote intestinal va se transformer complètement car une bonne partie des bactéries qui le composent vont disparaître. Le système immunitaire qui est largement influencé par le microbiote va pouvoir se reconstituer plus sainement. C’est cette combinaison de phénomènes qui permet à l’organisme de combattre de nombreuses maladies, surtout les maladies de type inflammatoires ou auto-immunes comme la sclérose en plaques, l’asthme, la névrodermite, les allergies, le diabète de type II.

Et le jeûne est aussi une cure de rajeunissement. L’organisme va se nourrir de lui-même, ce qu’on appelle l’autolyse. Les cellules vont commencer à recycler leurs déchets. Au cours de la vie les déchets biochimiques s’accumulent dans les cellules, protéines déformées, organismes cellulaires abimés. Les lysosomes vont littéralement démonter ces déchets en acide aminés primaires qui vont pouvoir être réutilisé par l’organisme.
Dans l’ordre, le corps élimine tout ce qui lui pèse, puis ce dont il n’a pas besoin, puis ce qui le dérange et enfin tout ce qui le rend malade. Le professeur Madeo de l’université de Graz considère le jeûne comme le seul bouton de remise à zéro que l’on possède, « le big reset ». Mais cette fonction d’autolyse est freinée par la production d’insuline dès que l’on s’alimente. La pause alimentaire s’avère un facteur stimulant l’élimination. Le jeûne intermittent ou mini-jeûne, qui consiste à ne pas manger pendant 16 heures par jour – par exemple de 8 heures du soir jusqu’à midi le lendemain – permet aussi un nettoyage efficace. Des chercheurs californiens ont fait une expérience instructive. Ils nourrissent des souris avec une nourriture très riche en sucre et en graisse et ce à volonté pendant toute la journée. Comme prévu les souris deviennent grosses et présentent les symptômes de diabète et d’inflammation. Le deuxième groupe reçoit la même quantité de nourriture mais seulement 8 heures par jour. Les animaux demeurent minces et en bonne santé.

D’autre part, la même équipe a démontré qu’une substance répartie dans toutes les cellules du corps mais principalement dans le sperme, d’où son nom spermidine, active ce processus de nettoyage cellulaire. Les tests effectués sur divers types d’animaux annoncent des résultats prometteurs, tous les animaux vivent plus longtemps.

Même le cancer … ?

Les résultats les plus intéressants à court terme semblent être ceux du docteur Longo en faisant jeûner des souris puis en les soumettant à une chimiothérapie. Il s’est aperçu que les souris qui jeûnaient, étaient beaucoup moins impactées par les effets secondaires de la chimiothérapie que les souris qui ne jeûnaient pas. Leur taux de mortalité était très inférieur à celles qui mangeaient normalement, qui toutes succombaient aux traitements. La simplicité de cette méthode – deux jours de diète avant la chimiothérapie et un jour après – a déjà poussé certains patients malades à pratiquer ce sevrage, sans attendre la mise en place de protocoles officiels. Leurs témoignages sont impressionnants.

Frugalité, renoncement aux sucres et aux protéines animales sont les garants d’une bonne santé et d’une longue vie, conseillait le Dr. Kousmine. Les travaux du Dr. Longo et d’autres chercheurs le confirment.
Mais le jeûne n’est pas qu’un ensemble de réactions biochimiques que l’on pourrait déclencher par quelque pilule. Il met en jeu beaucoup d’autres aspects, en particulier psychologiques ou spirituels.

2

Le jeûne est beaucoup plus qu’un simple jeu biochimique.

Résister aux incitations incessantes des spots publicitaires pour des plats préparés ou des sucreries est de l’ordre de l’héroïsme ! Dans notre société de consommation arrêter de consommer relève du boycott, de la rébellion ! Mais la rébellion est quelque chose de très positif en soi, c’est l’affirmation de soi. L’affirmation de sa propre responsabilité ! A la fin des jeûnes on voit sur le visage des participants une certaine fierté, fierté d’avoir tenu bon mais aussi fierté d’être redevenu maître de soi-même. 

En effet ce n’est pas un soin que l’on reçoit, c’est une chose que l’on doit faire soi-même pour sa santé. Je ne peux pas jeûner pour quelqu’un d’autre. Ceci implique un engagement de la personne.Prendre un médicament, c’est laisser une substance étrangère régler notre problème de santé, symboliquement c’est confier la responsabilité de nous guérir à un corps étranger. Mettre en œuvre des processus de guérison naturels n’est pas extérieur à soi c’est au contraire le moi intime qui entre en jeu. 
Enfin bien sûr le jeûne est toujours une pause qui permet un redémarrage sur des bases différentes. Quand on a réussi à ne pas manger du chocolat ou ne pas boire du café ou simplement ne pas grignoter des sucreries toute la journée, on est capable de prolonger l’expérience en dehors du jeûne. Si l’on a réussi pendant une semaine, pourquoi ne réussirait-on pas plus tard ? Le jeûne apporte un recul par rapport à ses habitudes mais apporte aussi la preuve que le changement est possible et plus facilement réalisable qu’on le pensait. 

C’est pourquoi le jeûne est beaucoup plus qu’un simple jeu biochimique.

Le jeûne n’est pas toujours une partie de plaisir. La désintoxication produit aussi des sensations peu agréables quand l’élimination est très forte, maux de tête, maux de ventre, malaises divers. Pendant le jeûne on ne prend pas de médicaments il faut donc supporter ces petits désagréments. Habituellement, au moindre malaise, on exige un soulagement immédiat. Pendant le jeûne, il faut supporter et patienter. Deux choses inhabituelles pour la plupart d’entre nous, mais qui nous ramènent à la réalité de notre corps. La privation de nourriture nous fait prendre conscience de notre corps et découvrir à quel point c’est une machine merveilleuse, mais nous fait prendre aussi conscience de sa fragilité et de sa vulnérabilité. L’absence de nourriture nous fait effleurer la mort pour mieux nous ramener à la vie. Ce thème mythologique se retrouve dans nombre de traditions. Jeûner est une catharsis.

Nourri différemment par les corps cétoniques, le cerveau travaille différemment. Les sens sont plus aiguisés, l’attention est plus présente, on est davantage dans la perception que dans ses pensées. L’organisme tend à limiter les dépenses inutiles d’énergie, par exemple la sexualité est indubitablement mise en veilleuse. Apparemment, il en est de même pour toute cette activité mentale inutile qui nous accompagne en permanence, laissant ainsi la place à une manière d’être que les jeûneurs expriment par calme, enthousiasme, euphorie, sérénité.
Le jeûne facilite l’appréhension d’une dimension plus profonde de l’existence, que le stress et l’habitude de la vie quotidienne nous permettent peu de mesurer. Toutes les traditions spirituelles ont utilisé le jeûne pour aider leurs adeptes à avancer un peu plus sur le chemin de la connaissance.

 3

Une cure de jeûne est un tout et le cadre est important.

Pour permettre de vivre le jeûne avec toutes ces facettes, nous proposons les stages dans un cadre magnifique sur les bords de la montagne bourbonnaise, avec à l’horizon les volcans d’Auvergne.

La grande maison et ses dépendances, au milieu des 10 ha de prés et de forêts, vous offrent un confort douillet et la possibilité de trouver le calme et la détente.
Le jeûne est un moment de rupture. Rupture de l’alimentation mais aussi rupture de ses habitudes, du stress, de son environnement … pour permettre à autre chose d’émerger.

 

Nous privilégions le jeûne en groupe, qui laisse éclore l’opportunité de s’aider les uns les autres dans la difficulté et de partager les rires, les expériences ou les sentiments de bonheur. Redécouvrir cette entraide dans une phase de vulnérabilité est quelque chose de touchant qui redonne confiance dans les autres et aussi confiance en soi-même. Recevoir, donner, appartient aussi à un stage de jeûne.

Jean-Pierre Jamet
La Sylveraie
Lieu-dit Le Leziau
F-03270 Busset
Tél. : 04 70 41 03 81
Plus d’informations : 
www.jeune-detox.fr

12345...13

Des petits sous, toujours d... |
Collectif ICI Ensemble |
Vivrecolo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Demediatisation
| Quality blog
| Conseilfemmes