Archives pour la catégorie Le Monde des Eléments

La physiologie de l’arbre et son rapport avec la pratique énergétique

 

Si il s’agissait d’une simple image (Xiang) ou d’un simple symbole spéculatif, l’arbre, dans la pratique n’aurait qu’un rôle décoratif. Mais depuis des millénaires les sages de l’ancienne Chine eurent une vision assez précise des mouvements de vie qui animent les arbres.

Ils furent donc probablement les premiers, le Liji (Li Ki) ou Livre des Rites, l’un des Cinq Grands Classiques de la Chine , en atteste, à édicter des règles qui avaient pour but de les protéger (Calendrier des Xia, Prescriptions mensuelles…) :

« Premier mois du Printemps … Il est fait défense d’abattre des arbres. Qu’on ne renverse pas les nids. Qu’on ne détruise pas les petits animaux, les fœtus, les nouveaux nés, les oiseaux au sortir du nid, ni les faons, ni les œufs… » « Second mois de Printemps …qu’on protège les bourgeons et les pousses, qu’on nourrisse les petits animaux… »

« Premier mois d’Eté…que rien ne soit dégradé ni ruiné, qu’on n’abatte pas de grands arbres… » « Second mois d’Eté…qu’on protège la forêt, qu’on ne fasse pas de feux dans les endroit exposés au sud » « Troisième mois d’Eté…En ce mois les arbres prospèrent : il est ordonné aux inspecteurs d’aller à la montagne et de veiller à ce que les arbres ne soient ni taillés ni abattus ». Il est ajouté « Respecter les arbres, c’est respecter la vie ».

C’est probablement pour ces raisons que la cuisine chinoise classique permet, grâce à son découpage et à ses divers modes de cuisson d’économiser du combustible.

bodhidarma

Bodhidharma et son arbre

Tout d’abord, comme tout être vivant, l’arbre respire. Il absorbe l’oxygène et produit et rejette du gaz carbonique. Ce qui pourrait être un inconvénient. Mais, heureusement, ce processus est largement compensé par la photosynthèse. Celle ci se réalise au travers des feuilles qui agissent comme de multiples panneaux qui captent à la fois la pluie et la lumière solaire.

Cette lumière permet un processus alchimique subtil permettant de fractionner les molécules d’eau (H2O) amenées jusqu’à ces feuilles à partir du sol grâce à la sève brute ou a partir du ciel par la pluie. L’oxygène (O) est alors libéré et se répand dans l’atmosphère tandis que l’hydrogène (H) s’allie au gaz carbonique pour produire des glucides. Par la suite, ces glucides, toujours dans un processus subtil, se transforment en amidon, puis en lignine donc en bois.

Cette même photosynthèse permet également de synthétiser les acides aminés en utilisant l’azote puisé dans le sol et transporté par la sève brute. Cette synthèse permet la production de la sève élaborée à partir des feuilles, sève qui se répartit ensuite dans les diverses parties de l’arbre. Cela s’effectue à partir au travers d’un important réseau de canaux situés sous l’écorce au niveau du liber.

Cette circulation particulière amenant la sève brute à partir du sol dans l’aubier jusqu’à une hauteur considérable et distribuant la sève élaborée dans les différentes parties de l’arbre s’effectue grâce à deux systèmes distincts. Le premier est l’ évaporation qui attire la sève vers le haut. Le second est produit par la différence de concentration entre la sève brute et la sève élaborée, différence produisant une pression suffisante pour faire circuler la sève.

Lorsque l’évaporation n’est pas suffisante, les racines se chargent d’ions dans le sol ce qui crée un appel d’eau suffisant pour créer une circulation minimale. Il existe donc bien une différence particulière entre la respiration diurne (Yang) et la respiration nocturne (yin) de l’arbre, comme il existe une différence entre sa circulation printanière et estivale (Yang) et sa circulation automnale et hivernale (Yin). 

On retrouve donc bel et bien les quatre cycles principaux de l’énergétique chinoise, le cinquième étant celui de la production des fruits destinés à la reproduction et de lignine, donc de bois assurant la structure de l’arbre. Cette dernière production s’opère à partir du cambium qui engendre à la fois le bois de l’aubier et le liber ou circule la sève.

Chaque année l’arbre produit une nouvelle quantité de bois, le cerne. L’aubier se constitue de lignine dont les cellules vivantes sont animées par la sève brute. Le cœur même de l’arbre se constitue de lignine dont les cellules sont mortes. Il constitue en quelque sorte le squelette de l’arbre. 

Bien qu’il s’agisse à l’échelon microscopique d’échanges subtils, les quantités considérées par les grands arbres sont considérables tant au niveau de la production d’oxygène que de l’évaporation en eau. Une forêt produit ainsi plusieurs millions de mètres cubes d’oxygène et l’équivalent de plusieurs milliers de tonnes d’eau. Cette production et cette évaporation massive ne sont pas sans influence sur le climat et la climatologie.

Certaines espèces comme les pins, les mélèzes, les épicéa produisent également des substances balsamiques en grandes quantités.

Enfin, les arbres influent profondément sur le sol, permettant des associations particulières notamment avec les plantes et les champignons. 
On connaît les associations particulières entre les champignons et certaines espèces d’arbres. 

L’amanite tue mouche (Amanita muscaria) ne pousse que sous les bouleaux et est donc plus fréquente sur les sols siliceux.
Les truffes (tuber mélanosporum), comme la russule noircissante préfèrent les chênes. Lorsque l’on cueille des champignons il est donc d’abord préférable de regarder d’abord vers le haut afin de déterminer les essences d’arbres les plus favorables à la cueillette. Ce sous bois particulier aux essences d’arbres, aux espèces végétales spécifiques comme les lichens, les mousses, les fougères influe à son tour sur les espèces animales qui trouvent un biotope favorable à leur activités.

Le geai recherche les chênes dont il disperse les glands assurant la reproduction de l’arbre. Bon nombres d’insectes, particulièrement de papillons, sont liés à des espèces spécifiques (Bombyx du chêne, de l’ailante, sphinx du laurier rose…). 
L’arbre constitue donc bien un moyen d’ échange exceptionnel entre l’énergie et la matière, le ciel et la terre, l’être humain et son environnement le plus naturel. 

Dans la vision chinoise de l’énergétique l’arbre ne se limite donc pas aux seules racines et à son faîte mais prend en compte ce qui est à son origine, le sol et ses minéraux (sels minéraux, cristaux attachés au Métal) et à son environnement général. 
Un philosophe chinois, Zhang Shi (1133 1180) a pu affirmer dans « L’initiation Correcte » (Zhengmeng) :

« l’être humain possède des défauts comme l’arbre possède de la mousse, des insectes et des oiseaux. Un arbre sans mousse, sans insecte et sans oiseau n’est plus un arbre. Un être humain sans défaut n’est plus humain ».

 

taiji
Taiji et arbre dans la Cité Pourpre à Pékin

Qu’est ce que de l’eau informée

 

Comment la bouteille i9 peut t’elle vous aider à nourrir votre corps et votre âme?

Eau informée : L’un des plus grands mystères de l’eau se trouve dans sa mémoire, qui a le pouvoir d’influencer sa structure moléculaire.

 eau

La Bouteille i9

Dans la nature, toute substance émet ses propres informations, une vibration subtile.
D’ailleurs, c’est la base même de l’homéopathie.

Malheureusement, l’eau potable, même purifiée, conserve les informations des contaminants qui l’ont une fois pollués.
L’eau du robinet (comme celle en bouteille) est très polluée, en raison de son passage dans des tuyaux contenant du plomb, de l’amiante, du plastique et divers produits chimiques, lui imposant par ailleurs un écoulement non naturel.

Chimiquement et en terme de vibrations, cette eau est dépourvue d’énergie, elle est « morte ». Ainsi, les molécules d’eau  s’agglomèrent rendant l’assimilation de l’eau par les membranes cellulaires difficile, ce qui empêche une alimentation optimale des cellules par les éléments nutritifs nécessaires.

L’eau étant le principal moyen de nourrir nos cellules, cela affecte notre santé, notre système immunitaire, nos capacités de désintoxication et notre niveau d’énergie.

 eau1

Bouteille i9

La bouteille i9 rend sa vitalité à l’eau grâce à la technologie Poznik (TP) dont il a été prouvé qu’elle influence positivement la structure moléculaire de l’eau par des codes d’information.

Cette technologie, combinaison de plusieurs procédés scientifiques, est issue de 30 années de recherche et a été développée
par des chercheurs internationaux qui ont reçu plus de 90 récompenses pour leurs travaux.

Des centaines de séries d’informations soigneusement sélectionnées (vibrations positives, prana, mantras, musique, pensées,
prières, vibrations lumineuses et des couleurs, etc.) sont ainsi traduites sous forme de nombre, chaque numéro étant encodé
dans l’étiquette de silicium de la bouteille qui informe à son tour l’eau contenue.

Les tests approfondis réalisés par les scientifiques de l’Institut allemand d’électro-photonique de Berlin en utilisant entre autre un appareil photo Kirlian, ont montré une augmentation du champ bio-énergétique humain d’environ 12%, une diminution du stress d’environ 25% après avoir bu de l’eau potable informée par la bouteille i9 par rapport à de l’eau provenant d’une bouteille
en verre ordinaire.

 EAU2

La fleur de vie

Boire de l’eau informée par la bouteille i9 influence positivement notre bien-être général, contribue à accroître notre vitalité et notre capacité à lutter contre le stress, la maladie et tout autre facteur nocif à notre santé et notre équilibre.
L’eau informée a également un impact très positif sur les animaux et les plantes.

Afin de pouvoir également bénéficier de la chromothérapie, labouteille i9 est disponible en 9 versions aux couleurs lumineuses, informant également l’eau en fonction des besoins individuels et des chakras à renforcer.

Plus d’information sur les sites :
www.i9bottle.fr
www.cristalange.com/bouteillei9
Revendeurs :
corinne@cristalange.com

Méditation de l’Eau

 

Je vous propose une méditation-visualisation sur le thème des quatre éléments que sont l’air, le feu, la terre et l’eau. Je les ai écrit moi-même Siannan ,  inspirée par mes ressentis et expériences, ainsi que d’autres méditations de divers auteurs que j’ai pratiquées, comme celles issue du livre The Spiral Dance de Starhawk’s Website 

 lotus

Vous pourrez à votre tour l’adapter pour vous l’approprier. Il s’agira de lâcher prise, de porter son attention aux sensations, sous forme d’images, de sons, de goûts, de sensations tactiles ou d’idées. 

Nous avons tous des sens privilégiés par rapport aux autres, la visualisation est la plus courante, mais si vous ne parvenez pas à visualiser, ne vous inquiétez pas et appuyez-vous sur les autres sens qui sont plus développés chez vous . 

Pour les pratiquer, plusieurs méthodes s’ouvrent à vous. Vous pouvez soit lire le texte en réalisant la méditation ; soit le lire et le mémoriser, puis expérimenter les yeux fermés ; soit l’enregistrer, ou demander à quelqu’un d’autre de vous le lire. Dans tous les cas, allez très lentement, laissez le temps aux sensations d’émerger. En expérimentant vous trouverez la méthode qui vous convient le mieux.

Installez-vous dans un lieu sécurisé, où vous ne serez pas dérangé. Débranchez les téléphones et toute autre source de distraction. 

Vous pouvez vous installer devant votre autel habituel, créer un autel en lien avec l’élément, en associant couleurs et symboles, vous pouvez utiliser selon vos souhaits bougie, encens etc. Idéalement vous pouvez aussi aller dans un lieu avec une forte présence de l’élément (au bord d’un cours d’eau, au soleil, allongé par terre, dans un endroit venteux etc.), mais évitez les lieux fréquentés, et où vous ne vous sentiriez pas en totale sécurité. 

Vous pouvez selon vos habitudes tracer un cercle, ou demander à une divinité protectrice de veiller sur vous pendant la méditation. S’il vous arrivait de ressentir des sensations désagréables, de vous trouver dans des situations effrayantes, vous pouvez à tout moment sortir de la méditation en vous reconnectant à ce qui vous entoure, au concret. 

Pour chacune des méditations, commencez par trouver une position confortable, en gardant le dos droit. Vous pouvez vous tenir debout, assis, ou allongé.  Vous allez laisser vos préoccupations quotidiennes, vous pouvez imaginez les mettre dans une boîte, ou sous forme d’un manteau que vous enlevez. 

images

Méditation de l’eau

 

Pensez à l’eau sous toutes ses formes.

L’eau que vous buvez. 

L’eau qui compose votre corps : votre sang… l’eau dans chacune de vos cellules… votre salive… vos larmes… 

L’eau du placenta dans lequel vous avez baigné lors de votre vie foetale, cette eau qui vous entourait, vous maintenait au chaud et en sécurité. 

Pensez à la pluie. Écoutez le bruit des gouttes qui tombent… Ressentez l’eau couler sur votre corps.

L’eau du ciel abreuve la terre, et permet à la vie végétale et animale de se développer. Imaginez l’eau d’un lac, immobile. Ressentez ce calme en vous. 

Visualisez maintenant un ruisseau. Voyez le cours d’eau, et sentez-vous entraîné-e par le courant. Laissez-vous complètement aller, abandonnez toute résistance, et expérimentez la fluidité de l’eau, qui contourne les obstacles… 

Le ruisseau devient une rivière…

Vous êtes entraîné-e vers la mer.

Sentez l’eau salée autour de vous. Elle vous purifie. 

Voyez les vagues se former, le mouvement de montée et descente. Laissez-vous entraîner par les vagues. Vous montez et descendez au rythme de vos inspirations… A présent vous êtes entraîné-e dans les profondeurs de l’océan. 

Tout est sombre, grouillant de vie. Vous croisez toutes sortes de créatures étranges. Vous êtes l’océan, c’est vous qui portez et nourrissez toutes ces formes de vie. Percevez les esprits de l’eau, les ondines…

Envoyez-leur des offrandes et de l’amour sous la forme de sons «om». 

Vous pouvez poser des questions aux ondines, comme à quoi ressemblent-elles,

Comment guérir les blessures émotionnelles,

Comment agir sur les relations humaines,

Ou encore comment s’ouvrir à l’amour de la vie ?

Ouvrez vos sens et laissez venir à vous les sons, les sensations, les images…

Remerciez les ondines, et dites-leur au revoir. 

Sentez que vous remontez des profondeurs de l’océan, jusqu’à la surface. Prenez conscience de votre souffle, puis de votre corps et de ce qui vous entoure. 

Passez les mains sur tout votre corps comme pour vous épousseter pour achever la méditation. 

Prenez quelques grandes respirations. Focalisez toute votre attention sur ces respirations, et les mouvements qui l’accompagnent naturellement. Vous pouvez visualiser chaque partie de votre corps l’une après l’autre. 

Lorsque vous vous sentez calme et détendu-e, commencez la méditation. Une fois la méditation finie, je vous conseille de noter ce que vous avez vécu, avant que les « ombres » ne se dissipent… 

par Siannan

 

Méditation du Feu

 

Je vous propose une méditation-visualisation sur le thème des quatre éléments que sont l’air, le feu, la terre et l’eau. Je les ai écrit moi-même Siannan ,  inspirée par mes ressentis et expériences, ainsi que d’autres méditations de divers auteurs que j’ai pratiquées, comme celles issue du livre The Spiral Dance de Starhawk’s Website 

 méditation feu

Vous pourrez à votre tour l’adapter pour vous l’approprier. Il s’agira de lâcher prise, de porter son attention aux sensations, sous forme d’images, de sons, de goûts, de sensations tactiles ou d’idées. 

Nous avons tous des sens privilégiés par rapport aux autres, la visualisation est la plus courante, mais si vous ne parvenez pas à visualiser, ne vous inquiétez pas et appuyez-vous sur les autres sens qui sont plus développés chez vous . 

Pour les pratiquer, plusieurs méthodes s’ouvrent à vous. Vous pouvez soit lire le texte en réalisant la méditation ; soit le lire et le mémoriser, puis expérimenter les yeux fermés ; soit l’enregistrer, ou demander à quelqu’un d’autre de vous le lire. Dans tous les cas, allez très lentement, laissez le temps aux sensations d’émerger. En expérimentant vous trouverez la méthode qui vous convient le mieux.

Installez-vous dans un lieu sécurisé, où vous ne serez pas dérangé. Débranchez les téléphones et toute autre source de distraction. 

Vous pouvez vous installer devant votre autel habituel, créer un autel en lien avec l’élément, en associant couleurs et symboles, vous pouvez utiliser selon vos souhaits bougie, encens etc. Idéalement vous pouvez aussi aller dans un lieu avec une forte présence de l’élément (au bord d’un cours d’eau, au soleil, allongé par terre, dans un endroit venteux etc.), mais évitez les lieux fréquentés, et où vous ne vous sentiriez pas en totale sécurité. 

Vous pouvez selon vos habitudes tracer un cercle, ou demander à une divinité protectrice de veiller sur vous pendant la méditation. S’il vous arrivait de ressentir des sensations désagréables, de vous trouver dans des situations effrayantes, vous pouvez à tout moment sortir de la méditation en vous reconnectant à ce qui vous entoure, au concret. 

Pour chacune des méditations, commencez par trouver une position confortable, en gardant le dos droit. Vous pouvez vous tenir debout, assis, ou allongé.  Vous allez laisser vos préoccupations quotidiennes, vous pouvez imaginez les mettre dans une boîte, ou sous forme d’un manteau que vous enlevez.

 images (1)

Méditation du Feu

Prenez conscience des milliards de petites décharges électriques qui parcourent votre corps, le long de vos nerfs. 

Les impulsions électriques vous traversent, depuis les extrémités de votre corps jusqu’à votre cerveau pour vous informer de ce que perçoivent vos membres, puis partant de votre cerveau, les impulsions électriques redescendent le long des nerfs jusqu’aux muscles. 

Prenez conscience de vos cellules musculaires, de ces milliers de cellules qui accomplissent un travail coordonné pour vous permettre de vous tenir debout et de bouger. Ressentez la chaleur de votre corps résultant de l’activité de vos cellules. 

Visualisez cette chaleur sous forme d’une flamme au niveau de votre poitrine. Sentez-la grossir à chaque inspiration, jusqu’à ce qu’elle forme un véritable feu vous enveloppant. Voyez comme les flammes sont fugaces, vives et insaisissable. 

Prenez conscience de votre capacité à créer, à changer les évènements, tel un forgeron façonnant le métal, ou une cuisinière transformant les aliments avec le feu. Ressentez votre volonté, votre passion qui vous donne l’énergie d’accomplir les gestes du quotidien, comme de grands exploits. 

Vous pouvez utiliser cette énergie. Pensez à une situation qui vous pose problème, quelque chose que vous aimeriez changer, ou une personne que vous souhaiteriez aider et envoyez-y cette énergie transformatrice, pleine de chaleur, d’amour, de volonté et de passion. 

Puis laissez votre feu diminuer en taille, jusqu’à devenir une petite flamme, une lueur qui vous réchauffe, et sera toujours là pour vous guider dans les moments sombres. Si vous avez besoin de davantage d’énergie, il vous suffira d’y apporter une bûche pour libérer une nouvelle flambée. 

Respirez profondément, retenez votre respiration puis expirez.

Revenez ici et maintenant. Ouvrez les yeux, observez les lumières autour de vous, tapotez votre corps et étirez-vous. 

Prenez quelques grandes respirations. Focalisez toute votre attention sur ces respirations, et les mouvements qui l’accompagnent naturellement. Vous pouvez visualiser chaque partie de votre corps l’une après l’autre. 

Lorsque vous vous sentez calme et détendu-e, commencez la méditation. Une fois la méditation finie, je vous conseille de noter ce que vous avez vécu, avant que les « ombres » ne se dissipent… 

par Siannan

Méditation de l’Air

 

Je vous propose une méditation-visualisation sur le thème des quatre éléments que sont l’air, le feu, la terre et l’eau. Je les ai écrit moi-même Siannan ,  inspirée par mes ressentis et expériences, ainsi que d’autres méditations de divers auteurs que j’ai pratiquées, comme celles issue du livre The Spiral Dance de Starhawk’s Website 

 

Vous pourrez à votre tour l’adapter pour vous l’approprier. Il s’agira de lâcher prise, de porter son attention aux sensations, sous forme d’images, de sons, de goûts, de sensations tactiles ou d’idées. 

Nous avons tous des sens privilégiés par rapport aux autres, la visualisation est la plus courante, mais si vous ne parvenez pas à visualiser, ne vous inquiétez pas et appuyez-vous sur les autres sens qui sont plus développés chez vous . 

Pour les pratiquer, plusieurs méthodes s’ouvrent à vous. Vous pouvez soit lire le texte en réalisant la méditation ; soit le lire et le mémoriser, puis expérimenter les yeux fermés ; soit l’enregistrer, ou demander à quelqu’un d’autre de vous le lire. Dans tous les cas, allez très lentement, laissez le temps aux sensations d’émerger. En expérimentant vous trouverez la méthode qui vous convient le mieux.

Installez-vous dans un lieu sécurisé, où vous ne serez pas dérangé. Débranchez les téléphones et toute autre source de distraction. 

Vous pouvez vous installer devant votre autel habituel, créer un autel en lien avec l’élément, en associant couleurs et symboles, vous pouvez utiliser selon vos souhaits bougie, encens etc. Idéalement vous pouvez aussi aller dans un lieu avec une forte présence de l’élément (au bord d’un cours d’eau, au soleil, allongé par terre, dans un endroit venteux etc.), mais évitez les lieux fréquentés, et où vous ne vous sentiriez pas en totale sécurité. 

Vous pouvez selon vos habitudes tracer un cercle, ou demander à une divinité protectrice de veiller sur vous pendant la méditation. S’il vous arrivait de ressentir des sensations désagréables, de vous trouver dans des situations effrayantes, vous pouvez à tout moment sortir de la méditation en vous reconnectant à ce qui vous entoure, au concret. 

Pour chacune des méditations, commencez par trouver une position confortable, en gardant le dos droit. Vous pouvez vous tenir debout, assis, ou allongé.  Vous allez laisser vos préoccupations quotidiennes, vous pouvez imaginez les mettre dans une boîte, ou sous forme d’un manteau que vous enlevez. 

images

Méditation de l’Air

 

Inspirez profondément, retenez un moment votre respiration, puis expirez. 

Visualisez l’Air que vous respirez traverser votre trachée, vos bronches puis vos poumons. Retenez votre respiration. L’Air passe dans votre sang et se repend dans tout votre corps. 

En expirant rejetez toutes les toxines, toutes les choses négatives qui sont en vous. 

Continuez à respirer ainsi, en ressentant le mouvement, inspirer, faire venir à soi, intégrer, puis rejeter.

Songez à l’importance de l’air pour nous : privés de lui plus de quelques minutes et nous mourrons…

Écoutez le bruit de votre expiration… Puis explorez les bruits du souffle, cherchez le son que vous pouvez produire en soufflant, en utilisant la langue, les lèvres, la mâchoire, les joues, les cordes vocales… 

Avec ce son, vous formez un mot. Avec les mots vous influez sur le monde autour de vous. Réalisez l’impact que peuvent avoir vos mots sur le monde qui vous entoure. Puis revenez au silence, et prêtez attention aux odeurs… 

Écoutez les bruits autour de vous. Ceux qui sont proches, et ceux qui sont plus éloignés. Prenez conscience de l’Air, cet élément qui nous entoure constamment, cet élément impalpable. Percevez sa présence qui vous entoure. Ressentez la brise sur votre visage et sur chaque partie de votre corps… 

Puis la brise devient une bourrasque de vent. Sentez-vous entraîné-e comme une feuille par le vent.

Laissez-vous aller, faites confiance au vent, laissez-vous porter. Vous n’opposez plus aucune résistance. A présent vous vous métamorphosez en oiseau. 

Vous jouez avec le vent. Vous vous sentez libre… Demandez à l’esprit de l’air de vous accorder un conseil. Soyez ouvert à tout son, image, ou ressenti qui viendrait. 

Respirez profondément, retenez votre respiration puis expirez.

Revenez ici et maintenant. Ouvrez les yeux, frottez votre corps et étirez-vous. 

Prenez quelques grandes respirations. Focalisez toute votre attention sur ces respirations, et les mouvements qui l’accompagnent naturellement. Vous pouvez visualiser chaque partie de votre corps l’une après l’autre. 

Lorsque vous vous sentez calme et détendu-e, commencez la méditation. Une fois la méditation finie, je vous conseille de noter ce que vous avez vécu, avant que les « ombres » ne se dissipent…

  

par Siannan

LA CLÉ DES 5 ÉLÉMENTS

 

3 



LES 5 ÉLÉMENTS SACRÉS :

 

 Dans la Grèce antique où la philosophie, la physique et la religion étaient indivisibles, on pensait que toute existence matérielle de l’univers était composée de cinq éléments distincts : air, feu, eau, terre, et un cinquième, portait des noms divers : éther, quintessence, esprit, akasha… 

D’autres cultures ont marqué à des époques différentes des distinctions similaires entre les éléments de la vie. 

Par exemple, les Celtes européens honoraient trois éléments sacrés, la terre, le feu et l’eau, représentés par le « triskèle », symbole à trois branches découvert sur les sites anciens. (Ici, le feu était considéré comme de l’air chaud) 

Une des façons dont les wiccans incorporent le monde naturel dans leur vie quotidienne et leur pratique est d’honorer les Éléments, parfois appelés les Élémentaux, les Quartiers, ou les Directions. 

Généralement, quatre éléments sont reconnus par tous les wiccans. Ce sont l’Air, le Feu, l’Eau et la Terre. Souvent, selon la tradition, un cinquième élément est reconnu pour être l’« Esprit » ou « Éther ». Les Mages parlant de l’ « Éther » diraient plutôt qu’il s’agit des « influences célestes » ou encore des « énergies cosmiques ». 

Chacun de ces éléments a une énergie différente et des correspondances qui peuvent aider le pratiquant à se focaliser sur l’énergie de l’élément avec lequel il travaille. 

Pour les adeptes de la wicca, les cinq éléments sont la base de toute existence. Ils expriment leur nature sacrée dans le signe du pentacle, étoile à cinq pointes enfermée dans un cercle.  

Dans ce symbole, les éléments air, feu, eau, terre et esprit sont joints par un trait continu, ceints par le cercle sacré de la vie, sans début ni fin. Le fait même que beaucoup arbore un pentacle comme signe de spiritualité païenne démontre l’importance accordée aux éléments par la Wicca, mais aussi par plusieurs ésotéristes, kabbalistes, alchimistes et autres initiés… Il s’agit en effet du pentacle de Salomon, qui permet de commander aux Éléments; mais encore, d’un symbole pratiquement universel signifiant le pouvoir des 5 Élémentaux. 

À chaque fois que les thaumaturges travaillent dans l’espace sacré, ils invoquent les éléments, leur demandant de soutenir le travail magique par leurs dons et leurs énergies. 

L’air, le feu, l’eau et la terre sont placés dans les quatre directions sacrées: Est, Sud, Ouest et Nord, l’Esprit (Éther) au centre du cercle. 

On remarque que le Tarot a représenté les 4 éléments par quatre symboles évocateurs, qui sont en fait les quatre groupe des arcanes mineurs du Tarot : 

Deniers = Terre

Coupe = Eau

Épée = Air

Bâtons = Feu 

Le Feu, l’Eau, l’Air et la Terre, voilà les 4 Éléments qui organisent l’univers sous leur action. L’Éther, le cinquième Élément est la Source primordiale, ou si vous voulez, « L’Esprit » à l’origine des autres Éléments. 

Les Élémentaux ne sont pas des Entités, ils sont la Source primordiale de tout ce qui existe à la fois, ils font partie de nous et nous sommes eux. 

Ca ne veut pas dire qu’ils sont aisément manipulables, qu’ils font ce qu’on veut sous prétexte qu’ils font partie de nous. 

Puisque c’est La Source de Tout, il faut avoir un minimum d’humilité, d’amour et de respect envers eux avant de pouvoir les aborder. 

Les Élémentaux sont des puissances qui nous dépassent. Les Élémentaux sont présents et liés avec un seul Élément (Feu : Salamandre, Eau : Ondine, etc.) 

Évidemment, on leur doit tout car c’est grâce à eux que la Vie s’organise. Par exemple, l’air que nous respirons, l’eau que nous buvons, la richesse de la terre qui nous nourrit, le feu qui nous protège etc… 

À travers l’harmonie qui existe entre eux, la Vie est harmonieuse aussi. Bien sûr, leur essence ne s’arrête pas au physique. Le feu d’un camp est une manifestation matérielle de l’Élément Feu. Une pierre, celle de l’Élément Terre. L’eau, celle de l’Élément Eau. Le vent, celle de l’Élément Air… 

Pour se rapprocher de la Source primordiale, de sa nature profonde, de son moi profond on doit nécessairement travailler sur soi. Il en va de même pour les Éléments si on veut se rapprocher d’eux, car ils agissent aussi à l‘intérieur de l‘être humain, aussi bien pour l’organisation du corps physique que celle des autres parties de notre être. 

Selon notre façon de vivre aussi bien avec vous-mêmes qu’avec les autres, l’action des Éléments en nous est plus ou moins harmonieuse. Par exemple, ce n’est pas pour rien qu’on utilise l’expression « tempérament de feu ». Quelqu’un de violent, d’explosif a le Feu qui prédomine sur les autres Éléments dans sa personnalité, il y a une disharmonie. De même, quelqu’un qui boit trop d’eau, c’est simple, l’Élément Eau prédomine sur les autres sur le plan physique. 

Chaque Élément a ses propres caractéristiques et ses pôles négatif/positif (la liste est bien loin d’être exhaustive, c’est pour vous donnez une petite idée)  

Le Feu : le courage, la résolution, l’enthousiasme, la passion + la haine, la jalousie, la vengeance, l’emportement 

L’Eau : la tranquillité, le pardon, la modestie + l’insensibilité, la timidité, l’inconstance 

L’Air : l’optimiste, la cordialité, l’habileté + le bavardage, la distraction, l’orgueil  

La Terre : la profondeur, la tempérance, la rigueur + la paresse, la lourdeur, la mélancolie 

On comprend donc mieux pourquoi il faut travailler sur soi pour avoir une meilleure affinité et harmonie avec les Éléments. On peut méditer dessus, avec des exercices adaptés. Dans les domaines de la tarologie ou de la magie, c’est une base très importante. C’est un aspect non négligeable si on a choisit de suivre le chemin  initiatique du Tarot. 

Car, en travaillant sur soi, vous remarquerez que les Éléments s’harmonisent naturellement sans que vous preniez connaissance d‘eux ! Et peu à peu votre sensibilité, vote acuité, votre clairvoyance s’aiguisent…

 Il faut en déduire que le travail, ou du moins une méditation sur les 5 élémentaux (par exemple : faire des exercices de visualisation sur les Éléments) amènera le tarologue à développer sa perspicacité et ses dons de voyance. Il est important d’étudier les arcanes, leurs imageries, et leurs significations, mais aussi il est étonnement efficace de travailler sur soi, et d’aller dans le sens de l’harmonie! 

Ce n’est pas pour rien que le thème des élémentaux se retrouve partout, et qu’en étudiant le Tarot on ne cesse de revenir sur le sujet… C’est, en vérité, le secret du Sphinx, la Clé ésotérique du Tarot ! Et c’est aussi la « voie initiatique des mages ». 

L’apprentissage du Tarot nous amène forcément à mieux connaître la nature des élémentaux, leurs influences, leurs pouvoirs… Du coup, on se doit d’admettre l’influence que cela peut avoir sur nous et sur les autres. 

CLÉ ÉSOTÉRIQUE DU TAROT : 

L’Arcane 21 du Tarot « Le Monde », représentation de l’univers, et de la Création, nous montre la déesse de la nature et de l’abondance entourée des quatre animaux d’Ezéchiel qui sont les symboles des quatre évangélistes qui, eux-mêmes, correspondent aux quatre éléments :  

La femme, debout dans une couronne tressée en forme de mandorle est entourée du « Bestiaire » : Lion, Taureau, Aigle, Ange, ensemble qui symbolise aussi le sphinx dont la maxime est OSER – VOULOIR – SAVOIR – SE TAIRE. Ce bestiaire entoure aussi le fameux carré magique du Notre Père : SATOR AREPO TENET OPERA ROTAS que ceux qui ont des yeux voient, que ceux qui ont des oreilles entendent… Mais que tous pensent, trouvent… mais se taisent !…

 220px-Tetramorph_meteora

Une autre interprétation des « quatre vivants », décrits dans une vision d’Ézéchiel, font de ces quatre animaux les symboles des quatre « règnes » : humains + bêtes sauvages (lion) + animaux domestiques (taureau), + oiseaux (aigle). Ces quatre symboles sont repris dans l’imagerie chrétienne pour caractériser les quatre évangélistes (aigle = Jean, lion = marc, homme = Matthieu, taureau = Luc). Les quatre règnes vivants donnent leur force au Monde.

 

Le Lion de Saint Marc représente le Feu et le signe du Lion,

L’Aigle de Saint Jean représente l’Eau et le signe du Scorpion

Le Taureau de Saint Luc représente la Terre et le signe du Taureau

L’Ange symbolise Saint Matthieu ainsi que l’Air et le signe du Verseau

 tetramorphe-

LE « TÉTRAMORPHE » :

 Le tétramorphe, ou les « quatre vivants », ou encore les « quatre êtres vivants », représente les quatre animaux ailés tirant le char de la vision d’Ézéchiel (Ez 1 ; 1-14). Leur origine remonte à la nuit des temps et on les retrouve dans diverses civilisations de l’Antiquité avant de les retrouver dans la Bible avec Ézéchiel d’abord puis avec saint Jean dans l’Apocalypse (Apoc 4; 7-8). Plus tard, les Pères de l’Église en ont donc fait l’emblème des quatre Évangélistes… Ils accompagnent parfois les représentations du Christ en majesté, comme ici : 

L’homme est Matthieu : son évangile débute par la généalogie humaine de Jésus.
Le lion est Marc : dans les premières lignes de son évangile, Jean-Baptiste crie dans le désert (« un cri surgit dans le désert »).

Le bœuf est Luc : aux premiers versets de son évangile, il fait allusion à Zacharie qui offre un sacrifice à Dieu, or dans le bestiaire traditionnel, le bœuf est signe de sacrifice.
L’aigle est Jean : son évangile commence par le mystère céleste.

SOURCE / Publié par Walter Boralis à 11:41 Aucun commentaire: 

12345...29

Des petits sous, toujours d... |
Collectif ICI Ensemble |
Vivrecolo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Demediatisation
| Quality blog
| Conseilfemmes