Archives pour la catégorie Le Monde de la TERRE

Les pierres, empreintes cristallines de la Terre

Les pierres, empreintes cristallines de la Terre dans Le Monde de la TERRE images-1Bien des histoires de la Terre, autres que magnétiques, sont inscrites dans ses structures cristallines et atomiques. Ainsi, les scientifiques ont pu y déchiffrer les variations de la température moyenne au cours des âges. Ils ont découvert que c’est la première fois que le réchauffement climatique atteint une telle ampleur.

De tout temps, les peuples de la terre, celtes, amérindiens, aborigènes australiens, tribus africaines, indigènes d’Hawaï ont témoigné et enseigné que des connaissances sont engrammées dans des pierres spécialement consacrées à ce rôle. Certains menhirs et dolmens auraient pour fonction principale de conserver des enregistrements de ces connaissances. Il en est de même de monuments mégalithiques tels que le Sphinx et certaines pyramides, en Égypte ou en Amérique latine. Ces connaissances y auraient été déposées par des civilisations hautement évoluées qui ont disparu ensuite. On raconte qu’il existe d’autres pierres ou rochers dans des lieux tenus secrets, et surveillés au cours des siècles par des gardiens qui se transmettent le secret. Ces pierres ont pour but de conserver des connaissances de très haut niveau dont l’humanité ne peut faire usage actuellement, à cause de son état psychologique infantile (des enfants qui n’arrêtent pas de se disputer !!!), mais qui seront révélées le moment venu.

Empreintes cristallines quantiques

Il n’est pas bien difficile d’avancer des hypothèses d’explication scientifique de la mémoire des pierres, dès lors qu’on a compris que toute modification de la matière constitue une empreinte, y compris les légers réarrangements de molécules ou d’atomes qui se produisent pendant la cristallisation. Tentons quelques suggestions.

Dans la course pour obtenir des gravures de CD sur des zones de plus en plus petites, on a vu que des ingénieurs étudiaient des procédés d’empreintes à l’échelle de l’atome. A cette échelle, on entre de plein pied dans le domaine de la physique quantique, un domaine encore largement incompris et spéculatif, qui fait l’objet d’intenses recherches, et remet en cause beaucoup de notions admises.

Aussi, est-il très probable que des empreintes se trouve logées au coeur de l’atome lui-même, peut-être dans les orbites des électrons. Un atome est composé d’un noyau lourd, autour duquel gravitent un groupe d’électrons sur plusieursorbites définies, un peu à l’image des orbites planétaires. Or ce sont les orbites électroniques qui déterminent les liens entre atomes, par des forces électriques et magnétiques. Elles interviennent un peu comme si elles étaient les mains ou les bras des atomes, qui leur permettent de se rapprocher, de s’accrocher entre eux, ou de se repousser, etc.

Si on modifie ces liens de façon durable, c’est une empreinte qu’on inscrit dans les atomes. Or en injectant de l’énergie à l’électron d’une orbite, il saute sur une autre orbite. Ou encore, sans que l’électron change d’orbite, celle-ci peut être modifiée. Car il faut considérer que l’atome est immergé dans un environnement d’autres atomes qui influent sur ses orbites. Ainsi deux atomes peuvent mettre en commun leur orbite la plus extérieure. Ou bien encore plusieurs atomes, même en grand nombre, peuvent associer leurs orbites et les modeler.

D’autre part, il faut prendre en compte qu’entre le noyau et les électrons règne le vide, un vide quantique qui n’est pas le néant, mais possède une densité d’énergie, dont les scientifiques étudient les fluctuations. Que nous réservent ces études? Cette densité pourrait-elle être le siège de mémoires? La physique expérimentale traditionnelle est bien mal équipée pour aborder tout cela avec ses machines énormes et chères, un peu comme si on voulait estimer la douceur d’une eau en la touchant avec une pelle mécanique.

En s’avançant dans le domaine quantique et électromagnétique,la science (par exemple Philippe Bobolaredécouvre peu à peu des phénomènes connus des peuples indigènes (le rôle de la pensée, la notion du temps, la multidimensionnalité, etc.). Le chemin rationnel emprunté, nécessaire pour nos contemporains qui ne croient qu’en la science, est bien long et compliqué, et il est compréhensible seulement par des spécialistes. La voix de la connaissance que nous appellerons chamanique, semble plus fine et plus précise. A propos des découvertes de la science, des chamans disent: nous le savons depuis longtemps, mais nous le décrivons avec d’autres mots. Et non seulement ils le savent, mais ils enseignent comment tout le monde peut aller puiser aux sources de cette connaissance. Et ils ajoutent: nous avons toujours désiré partager nos connaissances, mais vous vous êtes montrés arrogants et vous nous avez traités de primitifs superstitieux.

Ces légendes ont-elles une chance d’être vraies? La science officielle refuse la notion decivilisations évoluées qui nous auraient précédés et qui se seraient éteintes. Elle s’accroche au dogme de l’évolution néo-darwinienne, non comme l’avait énoncée Darwin lui-même, mais selon la conception que nous sommes forcément l’aboutissement d’un progrès constant. L’humanité évoluerait par tâtonnements en retenant les pratiques qui réussissent. Réussir, selon cette conception, signifie obtenir un avantage de pouvoir technologique, économique et militaire par rapport aux autres populations. Du coup, nous serions la plus belle réussite de la vie (humm !!!).

Par exemple, un auteur très intéressant, imaginatif et hors normes comme Jared Diamond(Effondrement. Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie, Gallimard, 2006) reste cependant dans ce cadre de pensée. Cela ne signifie pas que cette dynamique est fausse, mais elle n’est pas la seule et elle risque de ne pas être la principale. Elle ignore délibérément les connaissances qui sont apportées par les rêves et les visions, pratiques pourtant familières à de nombreuses tribus, et à… des scientifiques célèbres pour leurs découvertes. Des découvertes archéologiques de plus en plus nombreuses ne peuvent pas être expliquées dans le cadre de cette théorie et suscitent bien des interrogations aux archéologues.

La science officielle refuse la possibilité que des mémoires soient imprimées dans la pierre, tant qu’elle n’a pas les moyens d’en vérifier les traces dans ses structures atomiques. La science n’admet pas ce qu’elle ne voit pas et ce qu’elle ne peut pas expliquer. Ceux qui acquièrent des connaissances par d’autres voies sont jugés superstitieux. Et pourtant, il est une voie royale et très répandue de la connaissance, c’est notre ressenti, notre perception à travers notre corps, à travers notre intuition, à travers notre inconscient, à travers des états modifiés de conscience. Mais notre éducation matérialiste nous demande de nous méfier de notre ressenti.

Par exemple, dans nos campagnes, on prétend que les murs des maisons ont des oreilles. Ils ont aussi une mémoire et conservent les émanations vibratoires des scènes qui s’y sont déroulées pendant la vie des habitants, conflictuelles, dramatiques ou joyeuses. Pure absurdité? Pourtant, les scientifiques savent bien que la connaissance rationnelle avance en trouvant peu à peu des explications à des phénomènes qui sont observés ou perçus, mais n’entrent pas dans la conception classique et ainsi mettent en cause la théorie admise (voir Étienne Klein, Conversations avec le Sphinx, les paradoxes en physique, Albin Michel, 1991)

Terre, spiritualité et Tao

 

Terre, spiritualité et Tao dans Le Monde de la TERRE 35Le centre est « vide ». Il importe de bien comprendre que le centre de l’être humain n’est ni le coeur physique (plan physique et matériel), ni le chakra du coeur. Le chakra du coeur est appelé Anahata et il est situé sur un plan subtil. Le centre n’est pas un « lieu » physique, il n’est donc pas localisable dans le corps matériel (organes ou centres subtiles). Le centre de l’être humain est une sorte de « singularité » (pour employer un terme de physique) qui est située à la jonction de deux plans de manifestation entre le plan humain et les plans supérieurs  (un peu comme la « singularité » du point initial cosmologique dans la théorie de Big Bang).

Il est d’une autre nature. Le centre/coeur est véritablement la parcelle divine en nous, ce qui nous vient directement de Dieu. C’est l’infini divin incarné dans le fini humain. C’est une part d’absolu (divin) dans une part de relatif (humain). Le centre/coeur de l’être humain est une sorte d’« ouverture » sur le divin. C’est un « passage » ou une « porte » vers les états d’être supérieurs (supérieurs à l’état humain). Le centre de l’homme est l’équivalent de l’« Invariable Milieu » de la tradition Taoïste. C’est le centre de la Roue humaine, l’« espace vide » qui ne bouge pas. Ce vide immobile est symbolisé par le moyeu de la roue, par l’ « œil du cyclone », ou par le centre évidé des grandes rosaces dans les cathédrales. Lorsque nous disons que le centre est « vide », cela signifie qu’il est « plein » d’autre chose. Il est vide de l’agitation de la vie ordinaire mais il est plein de la quiétude du Sage. Le centre est immobile, inaltérable, parfait, invariable, sans défaut, au-delà de la matière, de l’espace et du temps.

Bien que le « vide » central soit immobile, c’est lui qui est garant de l’harmonie du mouvement périphérique et qui empêche le chaos de s’installer. C’est le lieu de « la paix dans le vide », le lieu dans lequel se manifeste ce que l’ésotérisme islamique appelle la « Grande Paix », et l’ésotérisme chrétien la « Paix du Coeur ». Le centre n’est pas soumis aux incessants changements extérieurs. Le centre/coeur est l’axe et le centre de gravité de l’être humain. Tout tourne autour de lui alors que lui-même reste impassible, imperturbable, silencieux et calme. Dans la Tradition Taoïste qui utilise d’autres symboles, l’Empereur, à l’image de l’immobilité de l’étoile polaire autour de laquelle tourne l’ensemble du Cosmos, se tenait au centre de son Empire dans une apparente immobilité et sans sortir de son Palais qui était appelé le Ming Tang ou Palais de la Lumière (Palais de l’Illumination). L’Empire était géré par les nobles qui occupaient les charges de ministres et vivaient en quelque sorte dans l’agitation (l’équivalent du mouvement extérieur périphérique), exactement comme les constellations tournent autour de l’étoile polaire immobile. Dans cette tradition, le Ming Tang (Palais Impérial) était un carré, et l’Empire était divisé en 9 régions qui correspondaient aux 8 orientations cardinales + le centre. Le domaine de l’Empereur était le carré central et son Palais était le Centre de son Empire. Les rangs des nobles et des ministres allaient du plus important au moins important selon l’orientation cardinale et l’éloignement par rapport au centre. La capitale de l’Empire était donc le centre de l’Empire, qui était lui-même centre du monde, comme l’étoile polaire est le centre fixe du ciel. En médecine chinoise, le Coeur est l’Empereur. Ses troubles retentissent sur chacun de ses sujets (les organes), et il souffre des troubles de chacun d’eux. L’Empereur est l’intermédiaire entre le Ciel et la Terre et le coeur/centre de l’homme exerce la même fonction. L’Empereur initié situé au centre de son Palais de Lumière est parvenu à un stade d’éveil particulier appelé la « Quiétude du Coeur » (au sens initiatique de l’expression). Cette « Quiétude » est un état d’être ou un niveau de conscience spécifique. De cet état de « Quiétude du Coeur » qui est le « lieu » de rencontre des énergies du Ciel et de la Terre, l’Empereur règne selon l’Ordre naturel sans effort, sans loi et sans agir (le « non-agir » : le « wu wei »).

La pleine Sagesse l’habite.  

Terre, la vie

Terre, la vie dans Le Monde de la TERRE 26

 Il est important aussi de comprendre que notre spiritualité est liée à la terre.  Les forces de l’ombre ont pendant très longtemps détourné notre attention de notre force et de notre bonheur en nous disant que le bût de l’homme était au ciel, ou dans le paradis du Bouddha ou d’Allah, d’échapper au cycle des renaissances ou dans l’ascension, partout sauf ici, sur la très belle et très sainte terre mère.  Ainsi, nous vivions en transit, sans prendre soin de la terre puisque notre but était ailleurs.  Mais ce sont des illusions, des mensonges, l’Homme appartient à la terre et la terre lui appartient.  C’est en créant dans le monde, sur la terre, un paradis de beauté et de bonheur, en créant des jardins où nous respirons un air merveilleux rempli des fragrances des fleurs et des arbres, du chant des oiseaux et des enfants et dans la joie de la contemplation de notre co création que nous accomplissons notre mission d’être.  C’est alors que nous devenons véritablement des êtres spirituels et nous parvenons à l’immortalité dans le corps.  Le corps alors devient de plus en plus spirituel c’est-à-dire qu’il deviendra pur, fort, ne connaitra jamais ni la maladie ni la décrépitude de la vieillesse. 

Cela parait irréalisable pour les êtres humains aujourd’hui, car c’est le système qui a conditionné notre vision du monde et de la spiritualité.  On ne réalise pas que la terre nous offre la possibilité d’avoir une continuité d’être, de ne pas perdre le souvenir de nos expériences lorsque nous abandonnons un corps usé pour en prendre un autre.  Ce n’est que l’amour pour la terre et le mérite de l’avoir protégé et embelli, cultivé pour notre famille et nos descendants qui offre la possibilité de devenir immortels. La récompense de nos efforts nous ramène dans les enfants de nos enfants qui vivent sur les domaines familiaux qui sont comme autant de paradis. Le souvenir de nos vies passées avec eux alors revient pendant les soirées et les nuits ou nous dormons avec eux sous les étoiles.  Les étoiles agissent comme des catalyseurs de conscience pour réactiver en nous le souvenir de nos partages, de nos expériences ensemble et tout naturellement les familles se souviennent: « ah oui, tu étais alors mon frère, papa », ou « ah, oui tu étais alors ma fille, maman »… 

Ce n’est qu’en spiritualisant la terre, qu’en acceptant pleinement d’ancrer notre spiritualité dans la matière que nous devenons des êtres spirituels, immortels, des divinités co créatrices du paradis sur terre.  Le pouvoir, la joie, la santé qui nous est promise alors dépassent de loin l’expérience des béatitudes promises par les religions.  Car le mensonge ne sait pas donner le bonheur, mais la vérité donne la liberté et la force d’accomplir, de créer et la joie qui vient en contemplant nos créations.   

Paix et lumière 

Aigle Bleu

Le Ciel et la Terre

 

Le Ciel et la Terre dans Le Monde de la TERRE images-4 L’Homme primitif mesurait l’importance de l’adversaire ou de l’obstacle qu’il rencontrait à la grandeur de celui ci, où il voyait (comme nous) le Signe d’une force. 

Devant la Colossale démesure de la Nature, il dut se sentir désarmé jusqu’à éprouver devant elle crainte et respect.

Rien ne dut lui paraître surpasser la redoutable transcendance du Ciel, immuable et inaccessible, dont la menace se cachait derrière un voile de sombres nuées et se manifestait au cours d’orages qui s’abattaient soudain sur lui comme ceux des éclairs, par exemple.

Il est naturel que les premiers humains aient supposé qu’au delà de la voûte étoilée régnait une autorité capricieuse qu’ils se sont contentés d’appeler le Très Haut, parce qu’elle leur restait invisible.

Cette puissance Occulte était d’autant plus mystérieuse qu’elle se transfigurait en une radieuse lumière qui annonçait chaque matin, l’apparition du Soleil.

La demi-sphère céleste qui les dominait a été comparée par eux à une coupole, à une corbeille hémisphérique retournée, à une voûte creusée au-dessus de la terre, à un couvercle pesant qui les couvrait et les protégeait à la fois, comme le suggèrent le nom et le mythe d’Ouranos.

Même chez les peuples civilisés, le ciel a été représenté par une ombrelle d’or, par exemple (Bouddha), par la colombe du Saint Esprit qui couvre le monde de ses ailes déployées en dôme et même par le dais (objet que l’on dresse sur l’autel), qui est présenté lors de l’élection du nouveau pape.

L’Impuissance où se trouvait le pauvre terrien à s’élever au dessus du plan Terrestre lui a fait concevoir une admiration révérende à l’égard de la gent ailée. C’est pourquoi les Oiseaux ont été considérés comme les Messagers des Dieux, et les manifestations du pouvoir de l’Esprit. Avec l’idée du Vol, les ailes ont symbolisé les états supérieurs de l’Esprit.

La terre est le Symbole de la fécondité, de la régénération, les contacts avec le Ciel donne à la terre le pouvoir de créer, recréer, faire naître. On lui prête alors le travail agricole comme un des éléments de sa fertilité en lui désignant cet acte de la : Régénération. 

La terre est symbolisée comme un principe passif et féminin alors que le Ciel par opposition est actif et masculin.

Ciel et terre signifie le monde entier, lorsqu’ils sont à rassembler. Le développement des germes s’effectue ainsi dans la Sphère symbolique du jardin paradisiaque, de la graine enfouie en terre de laquelle il nait toute existence. 
Mais la Terre n’existe pas sans l’Eau, comme le Feu sans l’Air.

Ascension de la Terre

________

Ascension de la Terre dans Le Monde de la TERRE images-45

___________ 

  et Ascension Humaine vers une Conscience de Dimension Supérieure 

La Terre est dans la phase de transition d’ascension qui se réalisera pleinement lors de l’ascension vers une Terre 5D. Le choix des humains incarnés en cette période de Changement Dimensionnel sera de savoir s’ils sont prêts à faire une telle transition dans la forme incarnée au sein de l’évolution de leur âme. Cette fondation prépare le terrain pour le contexte d’un mécanisme potentiel de transition.

La clé de ces informations, c’est que nous nous appuyons sur la compréhension que la Terre ascensionne vers une fréquence dimensionnelle supérieure et que l’humanité a le libre choix de le faire ou pas avec la Terre à ce moment-là. Idéalement, nous pourrions espérer un changement de la Terre et de toute l’humanité incarnée en une seule fois comme étant la manifestation glorieuse du Nouveau Ciel et de la Nouvelle Terre. Toutefois, l’évolution de l’âme dans les dimensions cosmiques et dans les règnes dimensionnels spirituels est un voyage à niveaux multiples infinis et la Terre elle-même dispose d’un processus complexe à savoir comment la Terre 5D va émerger et comment la Terre 3D va se dissoudre. Par conséquent, le libre choix implique un certain nombre de voies de destinations différentes au sein de la période de Changement Dimensionnel.

Les âmes peuvent avoir des séquences de lignes de temps ou des chemins différents au sein de l’évolution de l’âme. Dans le langage 3D de l’esprit rationnel, certains on dit qu’ils s’agissait d’une séparation de la Terre et de l’Humanité en deux Terres pendant les phases de transition. Ce n’est pas vraiment une séparation mais une orientation différente de la conscience de l’âme qui se manifeste dans différentes fréquences et dimensions. C’est ce qui se produit actuellement dans les incarnations humaines alors que l’âme passe de la fréquence physique du corps et transitionne vers le monde spirituel. Donc, les âmes font toujours l’expérience de fréquences variées de conscience en s’incarnant dans les dimensions de l’univers. La transition de l’Ascension Dimensionnelle et son émanation ultime ne sont pas différentes. Nous verrons également que la compréhension de cette séparation apparente pourrait être une partie du mécanisme de transition pour une renaissance de la Terre vers une dimension supérieure.

Gardons à l’esprit que tout le langage humain et les concepts ne sont pas vraiment capables de décrire avec précision le fonctionnement de ce mécanisme de transition. Le timing Divin nous donnera continuellement une plus grande compréhension en ce qui concerne l’aide que nous allons recevoir afin d’ascensionner. Ainsi, le but de la connaissance d’un mécanisme potentiel de transition n’est pas d’avoir une connaissance parfaite, mais plutôt d’être un mouvement continuel vers la connaissance d’une manière qui va nous aider à évoluer et à nous élever vers une dimension supérieure et à aller vers notre véritable Soi en unité Divine.

Alors que l’accélération des énergies galactiques atteint un point critique à l’approche du point de référence de 2012, nous en apprenons plus à propos du mécanisme de transition d’Ascension Dimensionnelle. Comme indiqué, nous allons continuer à évoluer vers une compréhension plus précise alors que les dynamiques de manifestation du changement vont se poursuivre en 2013 et au-delà. Nous pouvons commencer maintenant à décrire un potentiel ou mécanisme probable de transition. Comme avec toutes informations de conscience supérieure, la connaissance est donnée à l’humanité selon une intelligence divine infinie et une séquence de timing d’évolution. Cependant, tant que nous serons encore en 3D, nous n’aurons pas de connaissance parfaite du processus d’évolution de l’âme galactique, solaire, planétaire et humaine.

 

Peter N Borys Jr.-

LE MONDE DE LA TERRE


PRÉAMBULE

LE MONDE DE LA TERRE dans Le Monde de la TERRE images-16Nous nous trouvons à un moment déterminant de l’histoire de la Terre, le moment où l’humanité doit décider de son avenir. Dans un monde de plus en plus interdépendant et fragile, le futur est à la fois très inquiétant et très prometteur. Pour évoluer, nous devons reconnaître qu’au milieu d’une grande diversité de cultures et de formes de vie nous formons une seule humanité et une seule communauté sur Terre partageant une destinée commune. Nous devons unir nos efforts pour donner naissance à une société mondiale durable, fondée sur le respect de la nature, les droits universels de l’être humain, la justice économique et une culture de la paix. Dans ce but, il est impératif que nous, les Peuples de la Terre, déclarions notre responsabilité les uns envers les autres, envers la communauté de la vie ainsi qu’envers les générations futures.

La Terre, Notre Foyer

L’humanité fait partie d’un vaste univers en évolution. La Terre, notre foyer, est elle-même vivante et abrite une communauté unique d’êtres vivants. Les forces de la nature font de l’existence une aventure exigeante et incertaine, mais la Terre a fourni les conditions essentielles à l’évolution de la vie. La capacité de récupération de la communauté de la vie et le bien-être de l’humanité dépendent de la préservation d’une biosphère saine comprenant tous ses systèmes écologiques – une riche variété de plantes et d’animaux, la fertilité de la terre, la pureté de l’air et de l’eau. L’environnement de notre planète, y compris ses ressources limitées, est une préoccupation commune à tous les peuples de la terre. La protection de la vitalité, de la diversité ainsi que de la beauté de la Terre est une responsabilité sacrée.

La Situation Globale

Les modes de production et de consommation qui prévalent actuellement causent des dommages considérables à l’environnement, l’épuisement des ressources et la disparition massive de nombreuses espèces. Les communautés locales sont affaiblies. Les bénéfices du développement ne sont pas partagés d’une manière équitable et l’écart entre les riches et les pauvres est de plus en plus grand. L’injustice, la pauvreté, l’ignorance et les conflits violents sont généralisés et causent de grandes souffrances. Une augmentation sans précédent de la population a surchargé les systèmes écologiques et sociaux. Les fondements de la sécurité planétaire sont menacés. Ces tendances sont dangereuses – mais non inévitables.

Les Défis de l’Avenir

C’est à nous de choisir : former un partenariat à l’échelle globale pour prendre soin de la Terre et de nos prochains ou bien participer à notre propre destruction ainsi qu’à celle de la diversité de la vie. Des changements fondamentaux dans nos valeurs, nos institutions et notre façon de vivre sont indispensables. Nous devons admettre qu’une fois les besoins de base satisfaits, l’évolution de l’humanité n’est pas une question d’avoir plus, mais plutôt d’être plus. Nous possédons la connaissance et la technologie suffisantes pour subvenir aux besoins de tous et pour réduire les répercussions sur l’environnement. L’émergence d’une société civile mondiale offre l’opportunité de bâtir un monde démocratique et humain. Nos enjeux environnementaux, économiques, politiques, sociaux et spirituels sont étroitement liés et ensemble nous pouvons trouver des solutions intégrées.

La Responsabilité Universelle

Pour réaliser ces aspirations, nous devons choisir d’intégrer dans notre vie le principe de la responsabilité universelle, nous identifiant autant à la communauté de la Terre qu’à nos communautés locales. Nous sommes à la fois citoyens de différentes nations et d’un seul monde où le local et le mondial sont interdépendants. Nous partageons tous la responsabilité de garantir le bien-être présent et futur de la grande famille humaine et de toutes les autres formes de vie. L’esprit de solidarité et de fraternité à l’égard de toute forme de vie est renforcé par le respect du mystère de la création, par la reconnaissance du don de la vie et par l’humilité devant la place que nous occupons en tant qu’êtres humains dans l’univers.

Nous reconnaissons la nécessité urgente d’une vision commune des valeurs fondamentales qui fournira la base de principes éthiques pour la communauté mondiale émergente. Par conséquent, dans un esprit de solidarité, nous affirmons les principes interdépendants suivants, qui visent un mode de vie durable comme norme universelle et selon lesquels seront guidés et évalués les comportements des personnes, des organisations, des entreprises commerciales, des gouvernements et des institutions transnationales.

Cliquez ici pour télécharger le texte de la Charte de la Terre dans une autre langue.

123456

Des petits sous, toujours d... |
Collectif ICI Ensemble |
Vivrecolo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Demediatisation
| Quality blog
| Conseilfemmes