Archives pour la catégorie Le Monde de l’EAU

LA MAGIE DE L’EAU : un colloque autour de l’eau et sa magie

 

Jean-Claude Genel nous a proposé, le 28 avril à Paris, un colloque autour de l’eau et sa magie. A ses côtés, Carole Sédillot y a évoqué les aspects philosophique, symbolique et spirituel de cet élément et Dominique Jacquier, hygiéniste-naturopathe, a fait le lien entre notre corps et l’eau, écho de nos émotions et guérisseur puissant. (Par  Tania Cholat ET Geneviève Dijoux)

LA MAGIE DE L’EAU : un colloque autour de l’eau et sa magie dans Le Monde de l'EAU images-12

Qu’est-ce que l’eau?

Cette eau est primordiale pour l’être humain. Elle couvre les 3/5 de la planète, représente 70% du corps humain, 85% de notre cerveau et même 99% de la cellule humaine. C’est aussi, aux dires des scientifiques, leur plus grande énigme. En 1988, Jacques Benveniste a découvert qu’elle est capable d’enregistrer de l’information et de la restituer; mais il faudra de nombreuses années avant que cette connaissance soit reconnue. L’eau est aussi un liquide structuré, le seul capable d’intelligence et d’organisation. C’est ce que montre le chercheur japonais Masaru Emoto qui, avec des photos de cristaux d’eau, met en évidence l’influence que peut avoir la musique ou les mots sur celle-ci.

Les différentes symboliques de l’eau

Carole Sédillot nous a d’abord rappelé que le symbole est la fonction en nous qui permet la reconnaissance: on ne cherche pas le symbole, on le trouve parce qu’il est en nous et qu’on le reconnaît, même si on l’ignore. En nous, quelque chose est prêt et laisse émerger le message que l’on comprend ou pas, selon que l’on sait, ou non, faire un lien avec la réalité du vécu. Carole nous rappelle aussi que rien ne peut être abouti dans la réalisation si nous n’y mettons pas une intention. La qualité de l’intention est en correspondance avec la qualité de la forme, de la réalisation.

C’est ce que les travaux de Masaru Emoto démontrent avec les expériences qu’il a conduites sur la cristallisation de l’eau: grâce à des musiques classiques ou des mots aux belles vibrations comme «Amour» et «Gratitude», les cristaux sont magnifiques alors que des musiques déstructurées ou des mots négatifs les enlaidissent et les déforment.

L’eau est un des 4 éléments − Air, Feu, Eau et Terre − qui sont en lien avec les élémentaux et qui représentent la Vie. L’eau nous permet de passer du profane au sacré; il s’agit toujours de la même eau et c’est l’intention qui la positionne à un niveau ou à un autre. Nous devons nous réapproprier l’eau afin de devenir fertiles et féconds.

En astrologie, les 3 signes d’eau sont le Cancer, le Scorpion et les Poissons. Ils représentent 3 eaux différentes, de 3 niveaux différents. Le Cancer correspond à une eau matricielle, celle de l’origine, de la naissance; elle correspond à l’émotion naissante en nous. Le Scorpion est une eau alchimique, exigeante, une eau de mort pour renaître. C’est l’eau de transmutation. Les Poissons sont une eau océanique, universelle, cosmique.

Vivre l’eau en nous, c’est vivre une alchimie qui nous permet de prendre notre place d’individu dans le collectif. Or, en alchimie, l’Albedo, l’œuvre au blanc, est une eau principe en nous, une eau purificatrice.

D’autres symboles correspondent à l’eau. Ce sont la Lune et l’Argent. L’eau est également associée au 2 qui, dans la symbolique des nombres (différente de la numérologie), signifie la visibilité de l’eau: quelle conscience ai-je de cette circulation énergétique en moi?

En tarologie, on retrouve l’eau chez la Papesse, la Grande Mère qui a la connaissance de la nature. Dans son grand livre, certains chapitres sont liés à l’eau. Elle nous invite à nous interroger: qu’ai-je mis en conscience de mon savoir ou de ma connaissance (qui allie le savoir et l’expérience) de l’eau?

En mythologie, c’est Neptune en nous, la rencontre avec l’eau océanique qui représente l’intuition, la fonction médiumnique. C’est la force de l’émergence.

Carole ajoute quelques remarques supplémentaires:

– L’écriture fluide, ronde, plastique peut être qualifiée d’écriture-eau,

– Un visage rond, dilaté, souple sera considéré comme un visage-eau,

– Une main souple et qui a de la détente sera aussi considérée comme une main-eau.

Plus tard dans la journée, elle nous a fait participer à une expérience avec les 6 lames du Tarot qui offrent un aspect eau, à savoir le Bateleur, la Papesse, Tempérance, l’Etoile, la Lune et le Monde. Chaque participant a tiré une de ces 6 lames et écouté quelle énergie de son corps elle faisait résonner en lui, en fonction de sa symbolique. Ensuite, Carole a donné les explications suivantes.

Lame I: Le Bateleur – Avec cette lame, nous sommes au début de quelque chose. L’eau se trouve parmi les autres outils dans le petit gobelet qui deviendra une coupe dans les lames ultérieures. On remet l’eau sur la table pour redémarrer quelque chose. C’est aussi l’eau en nous (notre âme et nos émotions), une impulsion qui demande à émerger, le désir de donner vie à un projet.

Lame II: La Papesse – L’eau n’y est pas évidente: à quelle page se trouve-t-elle dans le livre? Dans quel chapitre? À quelle ligne? Il s’agit de retrouver quelque chose que l’on a déjà appris, que l’on sait déjà et qu’il nous faut découvrir et relire. A quel niveau cette eau parle-t-elle de moi? Cette eau nécessite d’avoir rencontré nos propres émotions et de les avoir travaillées. Je transmets ce que je suis qui représente bien davantage que ce que je fais.

Lame XIIII: Tempérance – Cette lame représente le féminin en tant que principe. Ses ailes symbolisent le dépassement de la matière pour contacter l’espace sacré. Les deux cruches évoquent un transvasement, la circulation de quelque chose qui alimente, nourrit, tels les différents fluides qui circulent en nous dans le visible et l’invisible. Cette lame montre l’équilibre, la douceur, la souplesse, une certaine écoute mais sans excès, le partage. C’est la circulation matérielle et spirituelle qui a besoin de s’exprimer dans notre eau. Tempérance est aussi la valeur qui est liée au chakra de la gorge, au verbe: on dit ce que l’on sait juste parce qu’on l’a vérifié par l’expérience. Le mot est purificateur; il harmonise.

Lame XVII: L’Etoile – Cette lame contient visiblement les 4 éléments. Le personnage est une femme à genoux et nue; elle tient dans chacune de ses mains un vase rouge. La main gauche verse l’eau sur la terre tandis que la main droite verse l’eau dans l’eau, créant ainsi un ruisseau qui remonte à la source; c’est un retour aux origines, à notre mémoire. La source n’est jamais tarie, elle est un enrichissement: avec cette eau-là, j’enrichis la terre, l’être incarné que je suis. L’Etoile me maintient en vie et donne du sens à ma vie. C’est ma capacité à être relié à l’espace du cœur qui donne du sens à ma vie.

Lame XVIII: La Lune – Cette lame symbolise le grand féminin décliné sous tous ses aspects. Dans le plan d’eau, une écrevisse qui rappelle l’eau du cancer, matricielle représente l’inconscient dans toute sa dimension, un accès à nos profondeurs, à la petite mémoire, celle qui contient notre patrimoine, ce qui est inscrit dans notre histoire mais qui n’est pas notre histoire.

Lame XXI: Le Monde – Dans une position similaire au Christ en gloire, une danseuse tient le centre de la lame. La baguette dans sa main droite symbolise le masculin et le coquillage dans sa main gauche, le féminin. C’est Hermaphrodite, l’être accompli qui a unifié les contraires. Elle est entourée des 4 évangélistes symbolisés (on y retrouve les 4 éléments):

Saint Luc, c’est le Taureau, la Terre, le Printemps,Saint Marc, c’est le Lion, le Feu, l’Eté,Saint Jean, c’est l’Aigle, l’Eau, l’Automne, Saint Mathieu, c’est l’Ange, l’Air, l’Hiver. Le 5ème élément, c’est l’Amour, la valeur du féminin qui est en l’être humain, l’aboutissement, l’achèvement, la circulation de l’eau, la connexion avec l’âme en soi.

images-132 dans Le Monde de l'EAU

Les interactions de l’eau avec notre corps : Dominique Jacquier, de son côté, nous a fait partager ses connaissances et son expérience à propos de l’importance de l’eau pour nous et notre santé physique et mentale. L’eau est dominante dans notre corps. Elle est en nous; son mouvement perpétuel symbolise le mouvement de la vie. Elle est aussi autour de nous, dans la nature et dans l’air que nous respirons. Sa mission universelle est d’être une messagère divine.

Elle accueille, reçoit, mémorise, transporte et surtout partage. Elle rencontre tous les éléments de notre corps et favorise l’échange des informations. L’eau métabolique véhicule les éléments nutritionnels et effectue aussi un nettoyage par l’élimination.

Notre corps est la résultante de notre manière d’être et de penser qui doit être consciente. Si elle ne l’est pas, l’eau qui a une conscience universelle et est en relation avec notre psyché nous rappelle à l’ordre dans notre corps. Si on est bien pensant, on est bien portant.

L’eau entre en résonance avec notre pensée et la répartit dans tout notre corps; elle est l’intermédiaire entre tous les mondes subtils et la matière. Nos manières d’être peuvent même influencer la structure de nos molécules d’eau en positif comme en négatif car l’eau est aussi en lien étroit avec nos émotions; or le monde émotionnel nous permet d’être à l’écoute. L’eau nous permet donc de rencontrer l’intime de qui nous sommes. Elle garde la qualité vibratoire de l’émotion vécue dans l’événement dans des «capsules», sorte d’enregistrement du vécu lui-même mais aussi de la vibration de l’émotion avec laquelle on l’a vécue.

Certains organes de notre corps entrent en résonance avec cela. Les reins enregistrent nos peurs et nos angoisses. Le foie est le siège de la colère en lien avec la valeur courage : la colère nous donne le courage de faire face. Les poumons sont en connexion avec la tristesse, le chagrin. Le chagrin est souvent silencieux parce qu’on n’arrive pas à transmuter certaines peurs qui paraissent injustes. L’ADN est seulement réactif et non actif; il devient actif si nous nous mettons en mouvement. Nous retrouvons alors la notion de libre arbitre.

La guérison dépend de nous. Nous devons apprendre à nous guérir. Le principe de guérison n’est autre que le principe d’amour. La guérison est un apprentissage de l’amour de soi et le corps nous guide dans cet apprentissage. La thérapie allopathique ne fonctionne plus aujourd’hui parce que c’est l’heure de nous révéler et de cesser de fuir notre énergie de guérison. Il nous faut chercher l’origine de nos maux pour les mettre en mots, c’est-à-dire les conscientiser et ne conserver que ce qui nous appartient. Les valeurs, guides de notre vie spirituelle, nous aident pour la gestion de notre corps et de notre santé. Par exemple, nous activons la valeur courage pour nous mettre en mouvement et accepter de rencontrer notre réalité ou bien la valeur honnêteté pour reconnaître notre responsabilité, notre vérité et accepter que les autres la voient. La guérison, c’est s’installer dans un nouvel état d’être en totale résonance avec ce que nous sommes profondément car nous jouons notre vie «pour de vrai». S’il y a récidive, c’est parce que le travail de compréhension et de bouleversement de conscience n’a pas été réalisé.

L’eau est un agent guérisseur. Les liquides du corps véhiculent les énergies de vie du corps. Si la circulation ne s’effectue pas correctement, qu’il y a stagnation, dépôt puis maladie. En 24 heures, 5 litres de sang et 1 litre de lymphe dont la fonction est de nettoyer les déchets dont les cellules n’ont plus besoin circulent en permanence dans le corps humain. Une activité physique régulière – marcher, courir, faire du vélo − active la circulation des eaux de notre corps. Par exemple, une heure de marche génère 5 litres de lymphe en 24 heures. L’eau que nous absorbons peut être dynamisée par un mot, une image. Ce qui est bon pour nous, ce sont les eaux vivantes: l’eau de mer, les jus de fruits et de légumes crus les plus colorés. Les eaux minérales sont des eaux de cure qui ne doivent être consommées que temporairement.

Il est également bénéfique de faire de temps en temps une cure de jeûne hydrique. Marcher en extérieur et/ou prendre des bains hypercaloriques génèrent la transpiration et, suivis d’eau froide sur les jambes et de repos bien couvert, favorisent les échanges dynamiques entre le chaud et le froid. Il est bon d’alterner chaud puis froid sans toutefois rester longtemps dans le froid.

Notons aussi que les plantes en infusion favorisent le drainage et que la méditation et la relaxation sont des éléments complémentaires importants.

Éclairage et expériences mystiques Jean-Claude Genel est intervenu régulièrement au cours des exposés de Carole Sédillot et de Dominique Jacquier.  Tout ce que nous vivons est symbolique, mais nous ne savons pas toujours l’interpréter. Quand nous prenons conscience, nous «comprenons» qu’il y a un envers à notre décor ou qu’il nous faut considérer l’autre côté du voile, selon la terminologie de chacun. Dans la vie quotidienne, chaque scène, même insignifiante en apparence, a du sens si nous nous donnons la peine de le chercher. Regarder au-delà des apparences permet de trouver la Volonté et ainsi de rencontrer la Beauté.

La maladie est un message envoyé par l’âme, via le corps, pour nous aider à nous purifier. Jésus était appelé «le Vivant»; Il est venu éveiller l’humanité, élever l’âme à un autre niveau de conscience. Nous sommes actuellement appelés à rendre le Vivant de notre corps.

Jean-Claude Genel nous a donc invités à prier pour purifier notre corps, comme certains sages ont prié auprès de lacs pollués pour en purifier l’eau. Les mots «Merci» et «Gratitude» ont un pouvoir puissant d’activation positive de  l’eau parce que dire merci, c’est donner de l’Amour. Il nous a, par ailleurs, fait participer, au cours de la journée, à 3 expériences avec de l’eau qui avait été activée lors de la soirée de Wesak, grâce à l’énergie du Christ et du Bouddha, et renforcée par la vibration des bols de cristal. Par trois fois, nous avons donc bu de cette eau, en écoutant une prière à la Mère. Puis des bruits d’eau – pluie, cascade, ruisseau, vagues… − nous ont amené à observer ce qui se passait dans notre corps. La plupart d’entre nous ont réveillé quelque chose en eux-mêmes et reçu des idées, des images.

Lors de la dernière de ces expériences, Jean-Claude nous a invités à visualiser les chakras avec leurs couleurs et les valeurs correspondantes afin de trouver les archétypes dont nous avons besoin:

1 – Courage – rouge – racine

2 – Honnêteté – orange – hara (ventre)

3 – Tolérance – jaune – plexus

4 – Justice – vert – cœur

5 – Tempérance – bleu/gris acier – gorge

6 – Obéissance – indigo – 3ème œil

7 – Persévérance – violet – coronal

La journée s’est terminée par des échanges entre le public et les intervenants. Voici les principaux thèmes abordés:

– La puissance de notre pensée captée par l’eau rend celle-ci capable de réagir quelle que soit la langue avec laquelle elle est en résonance.

– La tendance des êtres humains à s’isoler, même en public, avec leur téléphone, leur iPod…: au lieu de nous en plaindre, ne pouvons-nous pas regarder la personne qui téléphone, ne serait-ce qu’avec un sourire, pour communiquer avec elle. Elle ne peut que nous voir, tout dépend de l’énergie que nous y mettons.

– L’intention elle-même n’est pas habitée d’un vouloir; elle doit émaner du cœur de l’être pour avoir le pouvoir de transformer.

– L’Âme imprègne son message lorsqu’elle s’incarne.

Les mots « Merci » et « Gratitude » ont un pouvoir puissant d’activation positive de l’eau parce que dire merci, c’est donner de l’Amour

SOURCE : La revue de l’U.L.V. www.universite-libre-des-valeurs.com

L’eau, vecteur de notre ascension

LE MONDE DE L’EAU

 

 Par Guillaume Moreau

L’eau, vecteur de notre ascension dans Le Monde de l'EAU images-161Notre planète est en train de connaître une élévation progressive de sa fréquence vibratoire fondamentale, que les physiciens et les géophysiciens connaissent sous le nom de Résonance de Schumann.

L’activité électromagnétique des gaz de l’atmosphère terrestre dans la zone située entre la surface de la Terre et la dernière couche de l’ionosphère, sur une épaisseur d’environ 55 km, produit une résonance. Celle-ci a été découverte par le physicien allemand W.O. Schumann (1952-1957), qui lui donna son nom. C’est cette résonance électromagnétique qui permet de calculer le taux vibratoire moyen de notre planète.  La Résonance Schumann est considérée par les géophysiciens comme le « battement de cœur de la Terre » ! Pendant des milliers d’années, elle était de 7,8 hertz. Mais depuis 1987 cette fréquence vibratoire s’est accélérée lentement puis, à partir de 1997, de plus en plus vite. Aujourd’hui, elle atteint la valeur record de 13 hertz ! Or, à partir de 13 hertz, la Terre commence à basculer dans la 4ème Dimension ! Nous sommes donc en train de passer lentement d’une Dimension à une autre… ! Cette élévation de la fréquence vibratoire de la Terre agit sur notre corps et en particulier sur l’eau qui nous compose. 

  L’eau, constituant fondamental de la vie, nous permet d’entrer en résonance 
L’eau est un constituant majeur de la planète et de notre corps. Aujourd’hui, l’eau de notre planète, tout comme l’eau de notre corps, est souvent extrêmement polluée par la chimie, l’alcool, les drogues. Mais aussi par les mémoires ancestrales, les dogmes, les guerres …. Et pourtant c’est par l’eau que nous pouvons rentrer en résonance avec les champs vibratoires qui nous entourent. Nos cellules, baignant dans une eau pure (les liquides intra et extracellulaires), sont à même de vibrer facilement à de nouvelles fréquences. Sclérosées par trop de toxiques, elles restent figées, et nous entraînent dans des malaises tant sur les plans psychiques et émotionnels que sur le plan physique. Bien que nous ayons une conscience intellectuelle de la pollution de la planète, il serait temps que nous ayons une prise de conscience physiologique. Aussi pour passer dans cette 4ème dimension, il va être nécessaire de se purifier. Le nettoyage s’impose pour se libérer de nos peurs, de nos craintes, de nos colères…. Nous devons nous alléger afin d’augmenter notre taux vibratoire et être au plus près de notre cœur divin. Cette purification doit passer tout d’abord par le nettoyage de l’eau de notre corps : les liquides intra et extracellulaires. 

  L’eau alcaline quantique, un outil d’évolution 
Depuis les travaux de Louis – Claude Vincent, nous savions que la qualité de notre eau de boisson est essentielle à notre santé. Notre organisme est aujourd’hui saturé en acides et en toxiques de toutes sortes. L’eau légèrement acide qu’il préconisait à son époque est insuffisante pour nous régénérer véritablement. Aujourd’hui, nous savons qu’un pH tissulaire acide correspond à un pH sanguin trop alcalin (comportant des risques de cancérisation). C’est pour cela qu’il est important de conserver un bon équilibre acido-basique au niveau des tissus. L’eau baigne toutes les cellules de notre corps. Elle est un vecteur de santé formidable. Il est nécessaire d’avoir recours à une eau qui non seulement hydrate, mais qui draine aussi les acides et les toxines hors de nos tissus et rééquilibre notre terrain en profondeur.

L’eau quantique alcaline ionisée est une nouvelle alternative physiologique, réellement efficace pour régénérer notre organisme. Elle nous permet de retrouver une vitalité suffisante pour faciliter l’adaptation du corps à ces changements vibratoires.

L’eau physio alcali, rééquilibre progressivement le pH tissulaire du corps.

Notre équilibre acido-basique, en réajustement permanent, est aujourd’hui compromis par nos modes de vie. Le stress, un manque d’exercice, d’oxygénation, une alimentation dénaturée… entraînent une acidification massive de l’organisme, et derrière elle son cortège de maladies. L’eau physio alcali est riche en minéraux alcalins, présents sous la forme ionique, ce qui les rend très assimilables. Ils neutralisent les acides du corps et rétablissent cet équilibre acido-basique.

La consommation quotidienne d’eau physio alcali permet de neutraliser les radicaux libres et préserve les tissus des effets néfastes du vieillissement. Dans certaines conditions (stress, fatigue, mauvaise alimentation, pollution de l’air ou de l’eau, maladies ou carences…), notre corps génère une grande quantité de molécules instables, les radicaux libres. Ceux-ci cherchent à se fixer sur d’autres molécules, oxydant ainsi les protéines, l’ADN, les acides gras poly insaturés… L’eau alcaline ionisée est un anti radicalaire puissant. Elle neutralise leur action. L’eau physio alcali a un pouvoir hydratant et solubilisant supérieur à l’eau traditionnelle. En effet les molécules d’eau se regroupent par microgouttelettes appelées clusters. Dans l’eau du robinet, ces clusters sont formés de 15 molécules environ, alors que dans l’eau physio alcali ces clusters contiennent seulement 5 à 6 molécules. Or plus les clusters sont petits, plus le pouvoir pénétrant et solubilisant de l’eau est important. L’eau physio alcali a ainsi les qualités d’une eau de source de montagne. Elle hydrate et draine les tissus en profondeur.

C’est aussi une eau vivante, dynamisée par de la zéolite informée, qui va stimuler et renforcer les défenses naturelles de l’organisme. La zéolite est une roche d’origine volcanique, connue pour ses propriétés anti-oxydantes. La zéolite physio quanta a reçu un traitement quantique « milta », au laser lumino-magnéto-infrarouge. Ce procédé dynamise l’eau, renforçant considérablement son action anti-oxydante et sa vitalité.

Consommée au quotidien, l’eau quantique alcaline ionisée, régénère votre organisme. Dans notre monde industrialisé et pollué à outrance, elle devient indispensable à l’entretien de notre santé.

En conclusion, pour votre santé, augmentez le taux vibratoire de vos cellules en buvant une eau quantique (purifiée, alcalinisée, ionisée et dynamisée). Le taux vibratoire de la planète augmente. Si vous réussissez à être en harmonie avec toutes ces belles énergies qui nous parviennent, alors la préparation se fera de façon tout à fait naturelle et simple. Nous serons donc prêts à ascensionner dans la 4ème dimension !

  Guillaume Moreau : Naturopathe, pionnier depuis 12 ans dans les thérapies quantiques, il est le responsable de la société Physio Quanta concepteur de technologie quantique pour la santé et le bien être a MONTPELLIER. Il forme aujourd’hui des thérapeutes et médecins en France et à l’étranger.  

physio@physioquanta.com

L’EAU, miroir de l’homme dans le Tao

L’EAU, miroir de l’homme dans le Tao dans Le Monde de l'EAU images-14

 

Certaines sources sont connues, d’après la légende et les traditions religieuses, pour leur aptitude supposée à soigner le corps, mais aussi l’Âme : la fameuse grotte de Lourdes pour les Catholiques ou les célèbres bains romains en Angleterre. Ils sont des remèdes au stress, comme pour des lieux plus éloignés de l’Europe, comme au Japon ou en Russie. Dans les bains publics japonais par exemples, les sentô, les baigneurs retrouvent une « relation nue », sincère, éloignée des conventions… Du figuré au littéral, ou du philosophique au théologique, l’eau et les images reliées à l’eau suscitent le débat et stimulent les imaginations.

DES MONSTRES AQUATIQUES

L’eau. Avec le feu, l’air et la terre, elle est l’un des quatre éléments. Mais on peut pousser la description plus loin. Car le liquide est tantôt clair, de source, courant, stagnant, frais, salé et réfléchissant, profond ou orageux, comme le décrit dans ses lignes le philosophe français Gaston Bachelard.

Et sous ses différents aspects, l’eau est une porte qui ouvre sur les fantaisies de l’imagination. Elle permet, en quelque sorte, de rendre visite à l’inconscient. Créatures, monstres et démons, nymphes, gorgones et hydres… La réputation du lac Loch Ness a dépassé les frontières de l’Ecosse depuis bien longtemps grâce à son monstre tapi dans son lit. Qu’il s’agisse des Cynocéphales, des Sirènes, des Hippogriffes ou encore de l’héroïque Ulysse, le voyageur aquatique, toujours à la frontière du monde réel et de l’esprit rationnel, les légendes sont pléthores.

ET AINSI VOGUE LA PHILOSOPHIE 

Mais l’eau est aussi le premier miroir de l’homme qui pense. C’est elle qui le guide vers la conscience de soi et la raison. Des générations entières ont été marquées par l’idée de la vie s’écoulant tel le cours d’une rivière. Grâce à la rivière, nous sommes purifiés ou connectés au domaine des morts, tandis que nous chassons les peines infligées par la Psyché.

La psychanalyse junguienne fait de l’eau un miroir de l’âme, mélange d’eaux putrides, de flots dévastateurs, de torrents, de rivières majestueuses, avec des cours inexplorés et des mers infinies. Le professeur Jacques Bethemont, professeur français de géographie, aussi spécialiste de l’eau, considère par exemple que l’eau absorbe l’homme et la femme en un tout. Un océan empli de la possibilité de vie et dont jaillit l’immortalité. 

De même que la Lune contrôle les marées, la mer est l’hôte perpétuel des naissances et renaissances. Car elle est aussi le symbole de la semence masculine. Dans de nombreuses traditions, l’eau est perçue comme un moyen de transformer, de transmuter la matière inerte en vie, et de conduire l’esprit vers la lumière et la conscience de soi. 

L’EAU PURE DU BAPTÊME

Comme il est dit dans le psaume 51 : « Lave-moi et je serai plus blanc que neige ». Cette symbolique de l’eau s’étend bien-sûr de la chrétienté au monde musulman et est prééminente dans le Coran, où l’eau est bénie et dotée de pouvoirs purificateurs. Les fontaines et les puits d’eau pure, limpide, céleste et transparente représentent l’âme en relation avec le moi. Mirjam Viterbi Ben Horin, psychanalyste jungien de la conscience collective juive, poursuit cette analyse à travers le concept de« Mikvah », le bain purificateur rituel des Juifs. Il fait référence au rassemblement des eaux dans la Genèse à la conversion au Judaïsme dans le Talmud et à la manière dont l’encerclement par les eaux a transformé Jonas : « Les eaux m’ont environné jusqu’à l’âme. » (Jonas 2:5)

Notre voyage pourrait se poursuivre éternellement, vers un horizon infini, mais tel le Prospero, le personnage de La Tempête de Shakespeare, nous devons désormais confier « nos recueils de magie aux eaux de l’oubli et aux profondeurs aquatiques ».

Les pouvoirs de l’EAU

Les pouvoirs de l’EAU dans Le Monde de l'EAU images-3

Manipuler l’eau est une tâche délicate qui demande un savoir bien établi, car il y a cinq eaux différentes :

  • l’eau de ruisseau,
  • l’eau de la rivière,
  • l’eau du fleuve,
  • l’eau de pluie,
  • celle de l’orage.

Ce ne sont pas du tout les mêmes eaux.

 

L’eau peut être une alliée de grande valeur ou un ennemi terrible.

 

Nous avons des déesses et dieux pour les différentes eaux énumérées. On ne joue pas lorsque l’on manipule les éléments. Une règle est de n’utiliser ces forces que si cela a une utilité.

 

Entraver la liberté d’un élément sans raison est une faute et vous n’avez pas ce droit.

 

N’oubliez jamais que vous devez vivre en harmonie avec la Nature et pas dans un combat perpétuel.

 

En ce qui concerne les eaux de source, il y a les sources dures en eau dure, carboniques du granite, puis les autres plus douces du calcaire. L’idéal est de ne jamais toujours boire la même eau pour le bien de notre corps physique. Cette eau a ceci de particulier, qu’elle participe de l’air, de la Terre également, c’est donc une eau plus complète lorsque l’on peut le consommer sur place que n’importe qu’elle eau vendue chèrement en bouteille. L’eau dissout quantité de matières. Nous avons en gros 80 % d’eau dans l’organisme, ceci pour vous dire combien est grande notre intimité avec cet élément, base de la vie.

 

Une fontaine, une source, un puits, autrefois étaient révérés. Ils recevaient des offrandes de la part des utilisateurs.

 

Il y a une sympathie entre l’homme et l’eau qui nous est donnée par la Terre. Il en existe une preuve simple, c’est que dès que la source n’est plus utilisée, elle a tendance à se tarir et parfois disparaît définitivement.

 

J’ai vu le cas bien des fois en parcourant les campagnes où j’ai toujours conseillé aux plus jeunes de vénérer, soigner leurs sources en offrant par exemple une fleur à leur source… qu’il convient d’arroser chaque jour avec son eau.

 

Il se tresse des liens invisibles de vie entre l’homme et les éléments qui ne sont pas toujours perçus, mais qui n’en sont pas moins solides.

Issu du livre de Jacques Rubinstein – Le Grand Livre de la Wicca et de la Sorcellerie bénéfique

Empreintes liquides et mémoire de l’eau

Empreintes liquides et mémoire de l'eau dans Le Monde de l'EAU images-43

Des tablettes d’argile aux disques magnétiques et aux cristaux, les supports des mémoires que nous avons examinés sont constitués de matière solide, dont la mise en forme est durable. Les matières liquides comme l’eau ont-elles aussi la capacité d’enregistrer des informations? Les supports mobiles sont capables de recevoir l’impression de codes, comme toute matière déformable ou modifiable. Par exemple, on peut produire une vaguelette sur l’eau par une petite pression. Mais cette vaguelette ne reste pas sur place, elle se déplace. Ainsi, ou bien elle se dissipe assez vite et s’évanouit, ou elle se propage sous forme d’onde (voir en annexe Transport par ondes). Toutefois, à l’échelle atomique et électronique, autrement dit quantique, si le liquide n’est pas trop agité, les liens qui s’établissent entre molécules peuvent perdurer et des informations peuvent être conservées.

De nombreuses observations et recherches ont été rapportées depuis le début du 20e siècle sur la faculté que possède l’eau d’enregistrer des informations et de capter l’ambiance vibratoire de son environnement. Même si certains de ces travaux, considérés séparément, ont pu prêter à controverse sur la méthode employée, une convergence se dégage néanmoins de l’ensemble des résultats. A preuve les déclarations du professeur français Luc Montagnier, à l’origine de la découverte du rétrovirus du sida, prix Nobel de la médecine 2008 « l’information génétique peut-être transmise de l’ADN à quelque chose qui est dans l’eau« . « Ceci est un pas de plus dans la science fiction. Je crois que Jacques Benveniste avait beaucoup d’idées très audacieuses. Moi, je suis un peu son tracé« .

Ces conclusions scientifiques très courageuses ne sont que des balbutiements par rapport à des pratiques connues depuis toujours sur l’influence de la pensée et des émotions sur l’eau. Par exemple, certaines écoles philosophiques enseignent depuis très longtemps que vous pouvez améliorer votre boisson ou votre nourriture par la prière, c’est-à-dire en émettant une pensée de gratitude. Cela revient à charger l’eau constitutive de l’aliment d’une vibration supplémentaire qu’elle enregistre, et qui est communiquée, tel un code informatif, au corps qui l’absorbe.

SOURCEhttp://www.spirit-science.fr/doc_rayons/Codage.html#mozTocId796066

 

La symbolique de l’eau

 

 La symbolique de l’eau dans Le Monde de l'EAU images-42

Les scientifiques disent de l’eau qu’elle résulte de l’union de deux molécules qui sont  très inflammables, que l’eau compose l’essentiel de notre corps, qu’elle occupe les ¾ de la surface de notre planète, que nous sommes nés de l’eau et qu’avant de naître, nous baignions dans l’eau amniotique de notre mère, que nous ne pouvons rester que quelques jours sans boire, que la vie s’est développée dans les Océans que l’eau est donc vitale et source de vie.

Comme vous le savez mes Frères, le langage humain est constitué de signes et de symboles. Ces derniers, dont l’origine étymologique vient du grec sumbolon (signe) ou  symballein (mettre ensemble) possèdent au moins deux sens, un directement lié au mot (le sens littéral) un autre qui est la représentation d’une chose abstraite. La symbolique et plus particulièrement la symbolique de l’eau est une chose complexe que l’on retrouve tout au long de l’histoire des peuples et des religions.

Or si l’origine des eaux et leur cycle dans la nature ne s’éclairent pour les savants européens qu’à la fin du XVIIe siècle, les civilisations les plus anciennes, notamment à travers la religion,  ont su utiliser L’eau comme un symbole extrêmement puissant et évocateur.

Dans la civilisation Egyptienne, Le Nun était l’océan éternel qui remplissait l’univers et quand il baissa il donna naissance au soleil. Hapy est le dieu Nil et il est représenté sous l’apparence d’un personnage aux mamelles pendantes, depuis sa caverne près d’Assouan, il lance la crue du fleuve, source de vie. La symbolique de la féminité et donc de la fécondité n’apparaît-elle pas déjà à travers un dieu-fleuve pourvu de mamelle ?

 Si l’eau était un don des dieux ou la source de vie chez les Égyptiens, elle est aussi très présente dans la mythologie greco-romaine, le Styx, fleuve dont les eaux glacées  symbolisent le passage de la vie à la mort avec son passeur Caron,  mais aussi symbole de puissance car ce fleuve avait également le pouvoir de rendre immortel d’après la légende du héros Achille qui y fut plongé par sa mère. Avec Narcisse, qui  s’approcha d’une source limpide et qui tomba amoureux de sa propre image, l’eau ne symbolise t-elle pas le miroir ? Le miroir de son plus proche ennemi, le miroir que l’on découvre derrière soi lors de son initiation !

Dans les religions Chrétienne et Juive, l’eau présente un caractère originel : elle symbolise la direction à suivre dans le passage de la Mer Rouge qui indique le chemin du pèlerin à travers les malheurs du monde vers la Terre Promise, elle symbolise aussi l’élément qui sauve, lave du péché originel et béni à travers le rite du baptême ou celui qui guérit (Lourdes) et enfin elle peut symboliser la destruction à travers le déluge qui signifie la mort inévitable de l’humanité pécheresse. 

De même dans l’Islam l’eau est aussi symbole de pureté avec les ablutions, de fécondité que nous pouvons découvrir dans cet extrait du Coran (Al-Qor’an L,9-11) « Nous faisons descendre du ciel une eau bénie grâce à laquelle nous faisons croître les jardins », chez les Indous, le pèlerinage dans le Gange est un des actes religieux les plus importants et l’eau est le symbole de purification. Bien que je ne pense pas que lors de notre initiation mes F…, l’eau soit symbole de purification, le sens de ce mot présente une connotation religieuse bien trop pratique qui consiste à se laver pour oublier ou pour effacer  ce qui gène, ce qui dérange, mais semble être le symbole de la recherche d’une certaine pureté, que nous F… appelons l’épuration.

Mais mes frères, appréhender la symbolique de l’eau vous ai-je dit est une chose complexe donc source de paradoxes :

Si nous isolons l’eau des éléments qui lui sont fondamentalement rattachés (la terre, l’air et le feu), elle devient alors de part sa définition, un liquide naturel inodore, incolore, insipide et transparent, n’est-ce pas le contraire même de la vie ?

Lié à la chaîne des éléments et remis en relation directe avec l’homme, de part ses états, l’eau peut devenir glace, élément symbole du froid donc de l’impassibilité et de l’égoïsme, l’eau peut devenir aussi, au contact du feu, de la vapeur symbole humide du désir passif et de la soumission. L’eau au contact du vent s’approprie la force et le pouvoir de destruction dans les tempêtes, dans les cyclones. Au contact de la terre, elle s’octroie le droit d’inonder, de dévaster, de déchaîner les forces du torrent c’est là encore les symboles de destruction ou de force qui prévalent contraire de l’eau vive qui coule, inonde les terres arides du Nil et donne naissance à la vie végétale.

Si l’eau est symbole de pureté, la personnalisation de cet élément, notamment perceptible dans cette phrase bien connue, « il faut se méfier de l’eau qui dort », peut-être symbole de la crainte et de la traîtrise !

Si l’eau est source de vie, elle ne l’est pas seule ! Privée de lumière, dans le fond des océans la vie se fait rare voir inexistante !

Pour les poètes et les écrivains, l’eau est à la fois source de rêves et d’espoir, d’absolu et de profonde solitude, de mélancolie et de danger. Ainsi Léo Ferré commencera sa chanson « La mémoire et la mer » par ce vers évocateur « La marée, je l’ai dans le cœur qui me remonte comme un signe », Charles Baudelaire écrira  dans L’homme et la mer

« Homme libre, toujours tu chériras la mer! La mer est ton miroir, tu contemples ton âme », et Victor Hugo associera l’eau aux tourments de l’amour dans le poème « Jeune fille, l’amour, c’est d’abord un miroir », 

« L’amour est charmant, pur, et mortel. N’y crois pas !
Tel l’enfant, par un fleuve attiré pas à pas,

S’y mire, s’y lave et s’y noie. »
(Recueil : Les voix intérieures, écrit le 25 Février 1837)

De part mon histoire mes frères, presque vingt années passées dans les îles, l’eau emplie du sel de la vie est un élément à la fois étrange et familier, que Victor Hugo décrit comme « un espace de rigueur et de liberté ». A l’image de l’homme elle est source de paradoxes, Vitale et essentielle elle peut s’avérer destructrice et mortelle.  Sa symbolique n’est-elle pas liée à la perception que nous pouvons avoir de cet élément aux états multiples et non constants ?

Une chose est sûre mes frères, parce que dans notre vie nous devons sans cesse la boire, l’eau étanche notre soif, notre soif de vérité, notre soif de connaissances, soif de rêves, soif d’amour, alors mes frères , nous aurons le plaisir fraternel de lever nos verres et de nous écrier, buvons, buvons « à l’eau », buvons à « l’eau de vie »… 

1...45678

Des petits sous, toujours d... |
Collectif ICI Ensemble |
Vivrecolo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Demediatisation
| Quality blog
| Conseilfemmes