Archives pour la catégorie chez l’homme

CONNAITRE SON CORPS ET SES ORGASMES

 

zones-erogenes-L-KZyg_1Pour devenir multi-orgasmique, il est essentiel d’explorer son corps et de comprendre son propre rythme d’excitation. Les meilleurs amants sont conscients à la fois du désir de leurs partenaires et du leur. La plupart des hommes, lorsqu’ils pensent à leur propre sexualité, pensent avant tout à leur verge. C’est d’ailleurs l’endroit le plus logique par lequel commencer, s’agissant de la partie la plus évidente de notre anatomie sexuelle. Etrangement cependant, une grande aura de mystère et d’idées fausses entoure encore cet organe d’apparence si simple.

Tout d’abord, il n’y a ni os ni muscles dans le phallus. En fait  le pénis est principalement composé de tissus spongieux. Etant donné qu’il ne contient aucun muscle, vous ne pouvez pas l’agrandir à la manière du biceps, désolé. Comme beaucoup d’hommes se préoccupent beaucoup de la taille de leur pénis et que certains choisissent même maintenant de subir des opérations chirurgicales pour l’agrandir, il est bon que nous prenions un moment pour en parler. A toutes les époques de l’histoire, les hommes ont tenté de nombreuses manières différentes d’accroître leur soi-disant virilité, même les Taoïstes avaient leur propre méthode, mais en vérité la taille de votre érection messieurs est bien moins importante que sa force et de l’usage que vous en faites. Si vous pratiquez le Kung Fu Sexuel, vous aurez une ample confirmation que vous êtes « un homme à la hauteur » capable de satisfaire n’importe quelle partenaire. Si vous vous préoccupez entre de la taille de votre pénis, prenez un moment avant de courir chez le chirurgien plastique…

Tout comme pour le point G des femmes, plus l’homme est excité et se rapproche de l’orgasme, plus la prostate est sensible à la stimulation. C’est pour cette raison qu’une palpation de la prostate à l’occasion d’une consultation médicale n’a rien de commun avec une stimulation de la même glande par sa compagne pendant les rapports sexuels.

Le périnée est un point sexuel essentiel ; les Taoïstes l’appellent « Porte de la Vie et de la Mort ». Son rôle pour empêcher l’éjaculation était un secret jalousement gardé. Sur le périnée, juste à l’avant de l’anus se trouve le Point à Un Million de Pièces d’Or, car en Chine, c’était le montant que l‘on était censé devoir payer pour obtenir d’un maître taoïste qu’il vous enseigne son emplacement exact.

Le fait de comprendre la nature et le fonctionnement de l ‘énergie circulant à travers votre corps vous permettra de transformer des orgasmes purement génitaux en orgasmes du corps entier, et d’utiliser votre énergie sexuelle pour améliorer votre créativité et votre état de santé. Le Kung Fu sexuel s’est développé comme une branche de la médecine chinoise. Celle-ci est un système de santé parmi les plus anciens et les plus efficaces qui soient, qui a permis la découverte de thérapies comme l’acupuncture ou la digipression qui ont toutes deux largement fait leurs preuves. Selon cette médecine, notre corps ne se limite pas à des structures physiques, car il existe aussi une énergie, physiquement observable et mesurable, qui circule à travers chacune de nos cellules.

Au cours de son évolution, la chimie occidentale a permis de prouver que nos corps sont en effet remplis d’énergie et de charges électriques. Dans le numéro de février du magazine « Discover », KC Cole livrait le fruit de ses réflexions : « L’électricité est presque certainement le phénomène quotidien le plus insaisissable : elle vit dans les murs de nos maisons et régit la vie de nos cellules… Elle fait rouler les trains et les cerveaux humains … Votre corps tout entier est une immense machine électrique : la chimie corporelle (comme toute chimie) est basée sur des liens électriques ».

La médecine chinoise est fondée sur la capacité de l’être humain à maintenir une bonne circulation de cette énergie bio-électrique à travers l’organisme. Si vous avez déjà été traité par acupuncture, vous avez fait l’expérience de la circulation de cette énergie bio-électrique que les Chinois nomment CHI (que l’on prononce TCHI) dans notre propre corps. Cependant, si vous n’avez pas eu cette occasion, il y aune expérience toute simple que vous pouvez faire pour ressentir le chi de votre corps. Frottez vos mains l’une contre l’autre pendant dix secondes, puis tenez vos paumes l’une face à l’autre à environ deux à trois centimètres d’écart. Si vous vous concentrez, vous devriez être capable de sentir un flux d’énergie passant entre elles.

L’idée de chi n’est pas propre à la Chine. Le Dr. John Mann et Larry Short, auteurs de « The Body of Light »  (« Le corps de Lumière ») ont dénombré quarante-neuf cultures dans le monde entier qui possèdent un terme pour désigner le chi ; on parle de prana en Sanskrit, de neyatoneyah en langue Sioux Lakota, sans oublier noum, qui signifie « point d’ébullition » dans la langue des Kalahari. Les langues occidentales sont peut-être uniques par leur absence de terme équivalent. En Occident, on parle de se sentir dynamisé, ou au contraire on dit ressentir une baisse d’énergie, mais à de très rares exceptions près, nous avons tendance à ignorer cet aspect essentiel du fonctionnement de l’organisme humain.

Le concept de chi est de plus en plus accepté par le monde médical. Une transition majeure s’st produite lorsque le Président Richard Nixon a rétabli des relations diplomatiques entre les Etats Unis et la Chine en 1972. A Beijing, les médecins chinois ont pratiqué une intervention chirurgicale d’urgence sur James Reston, correspondant du « New York Times » en ayant recours à une seule forme d’anesthésie : l’acupuncture. Depuis lors, de nombreuses délégations de médecins occidentaux en Chine ont été les témoins d’événements semblables.

180px-Microcosmic_orbite

De  l’énergie bio-électrique existe dans chaque cellule de notre organisme. Cette énergie voyage le long de circuits bien définis, que l’on appelle méridiens, et qui sont utilisés en acupuncture pour régler la quantité de chi présente dans une partie donnée du corps. Le circuit principal s’appelle l’Orbite Microcosmique et consiste en deux conduits, le Canal Dorsal et le Canal Frontal (en médecin chinoise, ils sont appelés respectivement Vaisseau Gouverneur et Vaisseau Fonctionnel).

Un proverbe taoïste affirme : « La pensée se déplace et le chi suit ». Le chi a tendance à se rassembler et à augmenter à chaque endroit où votre attention se place. Comme l’ont maintenant conformé les expériences de « bio-feedback », concentrer son attention sur une zone du corps peut y provoquer un accroissement de l’activité nerveuse et musculaire. L’énergie sexuelle ou ching-chi (prononcé DJENG-TCHI) en Chinois est l’une des formes les plus évidentes et les plus puissantes d’énergie bioélectrique. Ce que nous appelons en Occident l’éveil du désir et la montée de l’excitation est perçu par les Taoïstes comme une façon de générer de l’énergie sexuelle.

images (7)Les différentes pratiques du Kung Fu Sexuel sont fondées sur la culture et l’emploi du ching-chi dans le but plus général d’accroître son dynamisme et d’améliorer son état de santé. Dans cette discipline vous devez apprendre à aspirer l’énergie sexuelle à partir des organes génitaux pour la faire circuler dans l’ensemble du corps ; ce travail est indispensable pour parvenir à maîtriser les techniques taoïstes donnant accès à des orgasmes multiples du corps entier et une santé vigoureuse.

Lorsque vous pratiquerez l’auto-cultivation, ce sentiment d’excitation n’aura pas comme résultat des pulsions sexuelles incontrôlable s, mais plutôt un sentiment de bien-être, de calme, plein d ‘énergie. En fait, la plupart des hommes n’y font pratiquement pas attention. Souvent ils passent de l’érection à l’éjaculation comme des bolides de cours, sans prendre le temps d’observer, et même prendre plaisir aux paysages ou impressions défilant aux bords de la route.

Certains hommes sont même très mal à l’aise lorsqu’ils ne parviennent pas à une érection en temps souhaité. Cette incapacité occasionnelle peut être dûe à ce que le psychologue Bernie Zilbergeld appelle la « Sagesse du pénis » qui vous signale alors le fait que dans votre relation certaines mises au point son nécessaires ; sinon il peut s’agir simplement d’un signe indiquant que vous êtes préoccupés par le travail ou par d’autres sujets d’inquiétude. 

La sexualité masculine

 

80-300x200Cela fait trois mille ans déjà au moins que les Chinois savent que l’homme peut avoir des orgasmes multiples, en retardant et même en retenant son éjaculation. Nous avons longtemps confondu en Occident l’orgasme et l’éjaculation qui sont en réalité deux processus physiques distincts ; c’est cette distinction qui explique qu’il soit possible à l’homme d’être multi-orgasmique. Moins précis malgré tout que nos chercheurs sexologues contemporains, les Chinois de l’Antiquité avaient transcrit leurs découvertes en détail, à l’intention des générations d’explorateurs qui leur ont succédé dans une quête d’ordre sexuel autant que spirituel.

Il a fallu attendre les années 1940 en Occident avant que ce pionnier de la recherche, Algred Kinsey, ne rapporte de semblables découvertes. Cependant, même des décennies plus tard, alors que ses affirmations ont été démontrées en laboratoire de manière répétée, la plupart des hommes continuent à ignorer leur propre potentiel multi-orgasmique. Sans cette connaissance et sans une technique claire, des hommes sont incapables de sentir la différence entre le crescendo de l’orgasme et le naufrage de l’éjaculation.

Dans l’approche occidentale de la sexualité, trop souvent l’homme a le tort de continuer à tout axer sur un objectif unique : éjaculer (« s’éclater »).

« L’énergie sexuelle masculine » montre à l’homme comment séparer l’orgasme de l’éjaculation dans son propre corps, lui permettant par là-même de transformer le soulagement provisoire de l’éjaculation en d’innombrables commets d’orgasmes du corps entier. Pour reprendre les termes employés par un homme multi-orgasmique. « Dans l’éjaculation normale, courante, mon plaisir prenait vitre fin. Ce n’est plus le cas avec les orgasmes multiples. Le plaisir qu’ils me procurent m’accompagne pendant toute la journée. Je n’ai plus jamais   d‘atteindre un pic final. Cette pratique m’offre l’avantage supplémentaire d’une énergie encore plus grande, et je ne me sens plus jamais fatigué. Maintenant je peux faire l’amour autant que je le souhaite et je maîtrise cette énergie, au lieu que ce soit elle qui me domine. Qu’est-ce qu’un homme pourrait demander de plus ».

Les femmes qui liront « L’énergie multi-orgasmique » apprendront des secrets sur la sexualité masculine que peu de femmes connaissent (mais les hommes « au parfum » sont tout aussi rares). Les couples qui les lisent ensemble pourront découvrir des niveaux d’extase et de satisfactions sexuelles qu’ils n’avaient jamais imaginés possibles. Comme le dit la partenaire d’un homme multi-organismique, « Nos relations sexuelles ont toujours été bonnes, mais elles sont maintenant encore plus riches et plus équilibrées, car tous les deux nous pouvons nous laisser porter par plusieurs vagues successives d’orgasmes. Les orgasmes multiples, cependant, ne sont que le point de départ d’une transformation de notre relation en profondeur, une transformation que cette pratique a rendue possible. Notre amour l’un pour l’autre est maintenant beaucoup plus intime, beaucoup plus profond ».

Le fait que les hommes puissent avoir des orgasmes multiples est tellement surprenant qu’au début la plupart d’entre nous avons du mal à y croire. Il n’est pas intitule de rappeler que ce n’est qu’au cours des dernières quarante années que le phénomène de l’orgasme multiple des femmes a pu être reconnu et accepté comme « normal ». Ce qui est encore plus surprenant est le nombre de femmes qui, lorsqu’elles ont appris que cela leur était possible, sont elles-mêmes devenues multi-orgasmiques. Depuis les années cinquante, à l’époque où Kinsey   étudiait la sexualité féminine, le nombre de femmes qui font l’expérience d’orgasmes multiples a triplé, passant de 14 par cent à plus de 50 pour cent. Au cours des années 1980, les sexologues William Hartman et Marilyn Fithian    ont appris que 12 pour cent des hommes qu’ils étudiaient étaient déjà multi-orgasmiques. Plus les hommes reconnaîtront qu’ils ont eux aussi ce potentiel, plus ils découvriront, simplement en apprenant quelques techniques toutes naturelles, qu’ils sont capables, eux aussi, de faire cette expérience, et d’avoir des orgasmes multiples.

Pour cela il faut s’appuyer aussi bien sur d’anciennes pratiques taoïstes que sur les connaissances scientifiques les plus récentes, afin de vous montrer comment séparer l’orgasme de l’éjaculation, comment avoir des orgasmes multiples et améliorer l’état de santé. Les Taoïstes étaient à l’origine un groupe de chercheurs de vérité de la Chine antique (vers 500 ans avant JC), passionnés par la santé et la spiritualité. Bien qu’une grande partie des techniques qu’ils avaient mises au point ont maintenant plus de deux mille ans d’âge, elles sont tout aussi efficaces de nos jours qu’autrefois. Depuis que des techniques ont été introduites en Occident il y a quinze ans, il s’est opéré une révolution sexuelle silencieuse parmi des hommes ordinaires qui les ont testées et qui ont démontré qu’elles sont efficaces. Cependant, nous considérons que la seule preuve réelle est celle que peut vous apporter votre propre corps. Nous espérons que vous accepterez ou rejetterez l’information donnée ici en vous basant sur votre propre expérience.

Les orgasmes multiples ne sont pas seulement réservés à de jeunes garçons adolescents, à des hommes plus âgés inhabituellement chanceux, ou à certains adeptes religieux. Un vendeur de logiciels dans la trentaine qui se décrit lui-même comme « un New Yorkais cynique et stressé » a décidé un soir de pratiquer les exercices, il a eu six orgasmes d’affilée : « Mes orgasmes devenaient de plus en plus puissants, l’un après l’autre. Cela ne ressemblait à rien de ce que j’avais pu vivre jusque là. Mais il y a quelque chose de plus étonnant encore : je travaillais trop et j’étais tombé malade. Or, le lendemain matin je me suis réveillé en pleine forme, disposant d’une quantité d’énergie fabuleuse, je n’en avais encore jamais eu autant, aussi loin en arrière dans le temps que je puisse me rappeler ». A en croire la sexualité taoïste, avoir des orgasmes multiples sans éjaculer peut aussi aider les hommes à atteindre un niveau de santé corporelle optimal et à vivre plus longtemps, même si téléchargement (1)cela peut encore vous sembler difficile à croire.

La sexualité taoïste, que l’on appelle aussi King Fu Sexuel, a constitué au début une branche de la médecine chinoise. (Kung Fu signifie littéralement « pratique », et donc le terme de Kung Fu Sexuel veut simplement dire « pratique sexuelle »). Les anciens Taoïstes étaient eux-mêmes des médecins et se préoccupaient autant de bien-être et de santé physique que de satisfaction sexuelle. Le Kung Fu Sexuel aide les hommes à avoir plus de vitalité et une vie plus longue, en leur permettant d’éviter la fatigue et l’épuisement qui suivent l’éjaculation.

La production de sperme prélevé sur l’Humain

 

Dans un article de première page, le « New York Times » du 3 décembre 1992, rapporte des recherches scientifiques étonnantes qui semblent confirmer l’ancienne notion Taoïste ; le tribut important que la production de sperme prélève sur l’organisme humain.

Wayne Van Voorhies de l’Université de l’Arizona déclare : « Je ne m’attentais pas du tout à de tels résultats quand j’ai commencé cette expérience« . « Ils m’ont paru tellement saisissants que j’ai refait le travail plus de quatre fois pour m’assurer que tout était juste. Il en découle principalement qu’un grand nombre de nos idées préconçues sur la sexualité masculine ne sont tout simplement pas fondées« .

CrawlingCelegans

Le Dr Van Voorhies étudiait des vers simples mais révélateurs appelés nématodes. Quel rapport, vous demandez-vous peut-être existe-t-il entre ces vers et votre sexualité ? Et bien, ces nématodes ne ressemblent pas du tout aux vers de terre que l’on trouve dans nos jardins. « Les gènes et les processus biochimiques employés par les nématodes » explique le Dr Philip Anderson de l’Université du Wisconsin, « sont les mêmes que ceux utilisés par les êtres humains et autres mammifères » Dans les études scientifiques, les nématodes sont fréquemment utilisés à la place de sujets humains.

Le Dr Van Voorhies a testé trois espèces de vers mâles. On a laissé le premier groupe de vers s’accoupler à volonté, ce qui exigeait une fréquente production de sperme de leur part. En moyenne, ces vers « libertins » de type Don Juan ne vivaient que 8,1 jours. (Les nématodes en général ne vivent pas très longtemps). On n’a pas du tout laissé le deuxième groupe de vers copuler ; Ces vers, d’un genre disons monastique vivaient 11,1 jours en moyenne. Mais le plus étonnant des trois, le troisième groupe de vers multi-orgasmiques qui n’étaient pas constamment obligés de produire du sperme, mais que l’on laissait s’accoupler à volonté, vivaient presque 14 jours, une durée de vie 50 pour cent plus longue que les vers qui avaient constamment besoin de produire du sperme.

Le « Times » concluait ainsi : « Ce nouveau travail suggère qu’une production incessante de sperme a un prix pour l’organisme masculin, exigeant peut-être l’emploi d’enzymes complexes oud e processus biochimiques qui génèrent des sous-produits métaboliques nuisibles ». Le « Times » va jusqu’à suggérer que  » la différence de durée de vie entre les hommes et les femmes est peut-être simplement liée à la production de sperme. Les femmes en moyenne vivent environ six ans de plus que les hommes ». Il existe d’autres théories pour expliquer la disparité d’espérance de vie entre hommes et femmes, incluant notamment des différences hormonales ou de mode de vie entre les deux sexes. Que la production de sperme réduise ou non réellement le temps qu’il nous reste à vivre, il est indéniable qu’elle mine nos forces.

Il y a deux mille ans, bien avant les expériences sur les nématodes, les Taoïstes ont décrit à quel point il est important de ne pas éjaculer dans le « Discours sur le Tao le plus Elevé Sous les Cieux«  : il est dit : « Si un homme fait l’amour sans répandre sa semence, son essence vitale s’en trouvera renforcée. S’il accomplit ceci deux fois, son audition et sa vision en seront clarifiés. Trois fois, et toutes ses maladies physiques disparaîtront. La quatrième fois il commencera à ressentir une paix intérieure. La cinquième fois son sang circulera puissamment. La sixième fois son organe génital sera capable de nouvelles prouesses. Arrivé à la septième fois, ses cuisses et ses esses deviendront fermes. La huitième fois, son corps rayonnera de bonne santé. A la neuvième fois sa durée de vie augmentera ».

Les textes anciens ont tendance à exagérer pour « enfoncer le clou », et il est certes improbable que les bienfaits listés ci-dessus se produisent dans cet ordre précis ou au moment exact mentionné. Cependant, il est clair que les Taoïstes savent depuis longtemps à quel point il est important de conserver sa semence. 

L’orgasme au Masculin

 

55.N001L’orgasme compte parmi les expériences humaines les plus intenses et satisfaisantes, et s’il vous est déjà arrivé d’en avoir un vous n’aurez pas besoin qu’il vous soit défini. Tous les orgasmes cependant n’ont pas été créés égaux. Il s’agit d’une expérience légèrement différente pour chaque individu et qui diffère pour une même personne à différents moments. Néanmoins, les orgasmes masculins ont tous plusieurs caractéristiques en commun, notamment certains mouvements corporels, un rythme cardiaque accéléré, de la tension musculaire, le tout suivi d’un relâchement soudain de la tension accompagné de contractions du bassin. D’autre part, il s’agit aussi toujours d’une série de sensations particulière agréables.

Après avoir expliqué que « l’orgasme est le moins bien compris des processus sexuels », la treizième édition de « L’urologie générale » de Smith       précise que l’orgasme inclus « des contractions rythmiques involontaires du sphincter anal, une hyperventilation (rythme respiratoire accéléré), une tachycardie (rythme cardiaque plus rapide), et une élévation de la tension artérielle ».

Ces définitions décrivent des modifications affectant le corps dans son ensemble. Et pourtant l’orgasme a longtemps été considéré, et de nombreux hommes continuent à le percevoir de cette façon, comme un phénomène purement génital. En Occident, Wilhelm Reich, dans son ouvrage « La fonction de l’orgasme«        , sujet d’une grande controverse, a été le premier à affirmer que l’orgasme implique l’ensemble du corps et non seulement les organes génitaux. En Orient, les Taoïstes savent depuis longtemps que l’orgasme peut être une expérience corporelle globale, et ils ont mis au point des techniques permettant d’accroître le plaisir qui lui est associé.

De nombreux chercheurs en sexologie avancent maintenant que l’orgasme, en fait, est plus lié au cerveau qu’à la musculature. Les recherches sur les ondes cérébrales commencent à révéler que l’orgasme se produit sans doute avant tout à l’intérieur du cerveau. Le fait que vous puissiez avoir un orgasme pendant le sommeil, sans aucun contact tactile du corps, semble confirmer cette théorie. A l’appui de cette thèse, le neurologue Robert J.Heath   de l’Université de Tulane a découvert que la stimulation de certaines parties du cerveau par électrodes provoque un plaisir sexuel identique à celui qui survient à la suite d’une stimulation physique. De nombreux sexothérapeutes aiment à dire que la sexualité a lieu dans le cerveau. Il y a du vrai dans cette affirmation, surtout en ce qui concerne l’orgasme.

Contrairement à l’orgasme, qui est un summum émotionnel et physique, l’éjaculation est un simple réflexe qui se produit à la base de la colonne vertébrale et qui a pour conséquence l’éjection de semence. Michael Winn, Instructeur du Tao Curatif expérimenté et co-auteur de « Les secrets taoïstes de l’amour - cultiver l’énergie sexuelle masculine »  , explique : « De nombreux hommes sont effarés à l’idée-même d’avoir des orgasmes sans éjaculer, sans doute parce que leur vie sexuelle a été exclusivement éjaculatoire pendant si longtemps, souvent pendant des décennies. C’est pourquoi la première étape doit consister à démystifier l’éjaculation, qui n’est en fait rien d ‘autre qu’un spasme musculaire involontaire ».

Avec de l’entraînement, l’homme pourrait apprendre à ressentir ce summum sensitif sans que le réflexe de l’éjaculation n’ait nécessairement besoin de se déclencher en contrôlant pas à pas comment séparer l’orgasme de l’éjaculation et comment étendre les orgasmes dans l’ensemble du corps.

Trouver des preuves dans son pantalon

 

images (1)Aussi surprenant que cela puisse paraître, de nombreux hommes sont déjà multi-orgasmiques avant le début de leur adolescence et leurs premières éjaculations. Les recherches de Kinsey  suggèrent que plus de la moitié des garçons pré-adolescents peuvent atteindre un second orgasme en peu de temps, et que presque un tiers d’entre eu peuvent avoir cinq orgasmes  ou plus, l’un après l’autre. C’est ce qui a mené Kinsey à affirmer qu’ »il est clair que jouir sans éjaculer est tout à fait possible ».

Mais les orgasmes multiples ne sont pas uniquement réservés aux garçons pré-pubères. Kinsey poursuit : « Il existe des hommes plus âgés, même dans leur trentaine ou plus, qui sont capables d’égaler cette performance ». Dans son ouvrage « Fundamentals of Humain Sexuality      « Fondements de la sexualité humaine », le Dr. Katchadourian ajoute : « Certains homme sont en mesure d’inhiber l’émission de semence tout en ayant des contractions orgasmiques ; en d ‘autres mots, ils ont des orgasmes no-éjaculatoires. De tels orgasmes ne semblent pas être suivis par une période réfractaire (perte d’érection), ce qui permet ainsi à ces hommes d’avoir des orgasmes consécutifs ou multiples, comme les femmes ».

 

Comment se fait-il que les hommes perdent leur capacité multi-orgasmique ? Il est possible que pour nombre d’entre eux l’expérience de l’éjaculation, lorsqu’elle se produit, est tellement saisissante qu’elle éclipse l’expérience de l’orgasme en lui-même, de telle sorte qu’ils perdent leur capacité à faire la distinction entre les deux. Un homme multi-orgasmique décrit ainsi la première fois qu’i a éjaculé : « Je m’en rappelle encore clairement. J’étais en train d ‘orgasmer comme d’habitude, mais cette fois-ci un liquide blanc s’est mis à jaillir. J’ai cru que j’étais en train de mourir. J’au juré à Dieu Tout-Puissant que SY344_BO1,204,203,200_plus jamais je ne me masturberais, ce qui bien sûr n’a duré qu’un jour ».

Comme l’orgasme et l’éjaculation se produisent généralement à quelques secondes d’écart, il est facile de les confondes. Pour devenir multi-orgasmique, il faut apprendre (ou peut-être ré-apprendre) comment séparer les différentes sensations d’excitation, comment se délecter dans l’orgasme sans basculer au-delà du point de non-retour entraînant l’éjaculation. Comprendre la différence entre orgasme et éjaculation aidera à distinguer par l’expérience les deux phénomènes, dans son propre corps. 

La sexualité Taoïste

 

sexualitePendant les recherches de Hartman et Fithian, le nombre de moyen des orgasmes d’un homme multi-orgasmique était de quatre. Certains hommes en avaient le minimum, soit deux, et l’un d‘entre eux montait jusqu’à seize. Dans une étude Marion Dunn et Jan Trost, la plupart des hommes ont rapporté entre deux et neuf orgasmes par séance.

Il est important de mentionner ici que la sexualité Taoïste n’est une question ni de chiffres ni de statistiques, mais plutôt de satisfaction et de culture. Vous pouvez vous sentir satisfait avec un seul, trois ou seize orgasmes. Si vous cultivez votre sexualité, c’est en approfondissant la sensibilité, la conscience que vous avez du plaisir de votre corps, et en apprenant à créer une intimité de plus en plus grande avec votre partenaire. Chaque individu et chaque expérience sexuelle est unique, et le nombre « juste » d’orgasmes dépend de vous et de votre partenaire, de vos désirs à un moment donné. Lorsque vous êtes multi-orgasmique, vous n’avez pas de raison de vous inquiéter pour savoir si vous tiendrez suffisamment longtemps, ou pour vous préoccuper du nombre d’orgasme que peut avoir votre partenaire, tout simplement parce que vous aurez tous les deux la possibilité de jouir autant de fois que vous le voudrez.

 

Image de prévisualisation YouTube

 

En tant que médecins, les maîtres Taoïstes s’intéressaient à la sexualité comme une des composantes de la santé globale du corps. Ils pratiquaient le Kung Fu Sexuel parce qu’ils avaient découvert que l’éjaculation vide un homme de son énergie. Vous avez probablement aussi remarqué cette perte de vigueur, cette sensation générale de fatigue après une éjaculation. Alors que vous aimeriez pouvoir être attentif aux besoins émotionnels et sexuels de votre partenaire, votre corps ne demande qu’une chose : dormir. Comme l’a exprimé un homme multi-orgasmique, « Après avoir éjaculé, l’oreiller me semble plus attrayant que ma petite amie ».

L’image de la femme insatisfaite dont l’amour éjacule, grogne et s’effondre sur elle est si répandue qu’elle en est devenue une plaisanterie de salon, mais l’épuisement ressenti par les hommes après l’éjaculation est aussi vieux que le premier grognement copulatoire. Peng-Tze, un conseiller amoureux du célébrissime Empereur Jaune a rapporté il y a presque cinq mille ans : « Après l’éjaculation l’homme est fatigué, ses oreilles bourdonnent, ses yeux sont lourds et il n’aspire qu’à dormir. Il a soif et ses membres sont faible set raides. En éjaculant il vit une sensation forte pendant un bref instant, mais doit subir par la suite la souffrance de longues heures d’épuisement ».

La sagesse populaire de l’Occident s’accorde avec les Taoïstes en ce qui concerne l’importance qu’il y a à conserver l’énergie sexuelle. Les athlètes connaissent depuis longtemps la faiblesse et la léthargie qui suivent l’éjaculation, et c’est pourquoi ils s’abstiennent de tous rapports sexuels la nuit précédant un « grand match ». Les artistes en ont également ressenti les effets sur leur travail. Le musicien de jazz Miles Davis s’est expliqué dans une interview qu’il avait accordée au magazine Playboy :

Davis : Tu n’arriveras jamais à jouir, et ensuite te battre ou jouer. Ce n’st pas possible. Quand je dois venir, je viens. Mais je ne joue pas juste après.

Playboy ! Expliquez-nous cela avec les mots de tout le monde.

Davis : Demandez à Muhammad Ali. S’il a joui, il ne peut pas se battre, il ne tiendrait même pas deux minutes. Tu te rends compte, même moi il n’arriverait même pas à m’égratigner.

Playboy : Accepteriez-vous de livrer combat à Muhammad Ali dans ces conditions, histoire de prouver ce que vous avancez ?

Davis : Vous pouvez être sûr que je me battrais contre lui, aucun problème. Mais seulement s’il promet de baiser avant le combat. S’il n’a pas baisé, je ne me battrai pas. Tu abandonnes toute ton énergie quand tu jouis. Je veux dire, tu t’en vides entièrement. Et donc, si tu tiens absolument à baiser avant un spectacle, comment pourrais-tu donner quoi que ce soit au moment de frapper ?

On ne peut pas dire que Miles était vraiment très romantique, mais en tous cas, il ne mâchait pas ses mots. C’est un des meilleurs trompettistes du monde, et il savait très bien que s’il éjaculait, sa vitalité baisserait, il s’affaiblirait, et sa performance artistique ne pourrait qu’en souffrir. Malheureusement, comme la plupart des hommes, il ignorait être capable de faire l’amour autant qu’il le souhaitait, et d’avoir des orgasmes répétés, avant n’importe quel spectacle, à la condition expresse de ne pas éjaculer. Cela aurait même pu améliorer sa « force de frappe ».

Bien que les effets de l’éjaculation soient plus évidents pour des musiciens professionnels ou des champions de boxe, tous les hommes font tôt ou tard l’expérience du même épuisement du fait de venir, qu’il serait plus juste d’appeler l’acte de partir. Selon un homme multi-orgasmique, « Je m’en rends vraiment compte le matin si j’ai éjaculé. Je me lève en traînant les pieds et à midi je me sens déjà fatigué. Quand j’ai des orgasmes multiples sans éjaculation, je me réveille rafraîchi et j’ai besoin de moins de sommeil« . Un autre homme qui récupérait d’une maladie chronique a expliqué : « Mon désir sexuel a toujours été fort, ce qui fait que j’éjaculais souvent, une ou deux fois par jour. Et avec chaque éjaculation ma santé empirait toujours plus, tout simplement parce que je perdais de plus en plus d’énergie« . De nombreux hommes, surtout les jeunes, ne remarquent pas toujours cette sensation d’épuisement au début, sauf s’ils éjaculent à un moment où ils sont malades ou qu’ils doivent beaucoup travailler.

En Occident, nous supposons que l’éjaculation est la culmination inévitable de l’excitation masculine et la fin, le but-même des ébats amoureux. En Chine, cependant, les docteurs avaient compris depuis longtemps que la Petite mort de l’éjaculation comme les Français l’appellent, est une trahison du plaisir masculin et un dangereux affaiblissement de la vitalité virile, qu’il est possible d’éviter.

A LIRE / L’énergie sexuelle Masculine ici  http://bibliothequecder.unblog.fr/2014/12/09/lhomme-multi-orgasmique/

12

Des petits sous, toujours d... |
Collectif ICI Ensemble |
Vivrecolo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Demediatisation
| Quality blog
| Conseilfemmes