Archives pour la catégorie TAO et sexualité

L’UTILISATION DE NOTRE ENERGIE

 

ENERGIE JING CHI SHEN

Les sages Taoïstes ont toujours considéré leur propre énergie comme un tout. Il faut savoir par exemple qu’au cours d’une journée, une personne jeune et en bonne santé reçoit 100 % de l’énergie dont elle a besoin par la nourriture, le repos et l’exercice. D’autre part, elle dépense 60 à 70 % de cette énergie pour travailler, manger, digérer, respirer, c’est à dire pour se maintenir en vie.

On peut comparer ces 100 % d’énergie à un crédit de 100 unités d’énergie, comme s’ils ‘agissait d’un crédit bancaire. Or, en vieillissant, son gain énergétique s’amoindrit, alors que son corps continue à dépenser le même taux d’énergie, mais il finit par le retirer des organes vitaux comme le foie, les reins, la rate, les poumons, le cœur, le pancréas, les glandes et en dernier ressort le cerveau.

La Taoïsme explique que chez l’homme la principale perte d’énergie a lieu lors de l’éjaculation, tandis que la femme perd principalement son énergie lors des règles.

Pour une femme jeune en bonne santé, ceci veut dire une perte supplémentaire d’énergie au cours de sa vie quotidienne. Etant donné que ses règles commencent à l’âge de douze ans et qu’elles ne s’arrêtent qu’après la ménopause, lorsque la femme aura atteint la cinquantaine, elle  peut avoir eu de 300 à 500 périodes de menstruations dans sa vie.

Tous les mois les ovaires produisent un ovule contenant une énergie hautement perfectionnée et créative. Une grande partie de cette énergie est utilisée pour la constitution d’hormones nécessaires, ainsi que pour l’épaississement des tissus intra-utérins, permettant l’installe d’un ovule fécondé.

Au vu de la surpopulation actuelle, nous ne pouvons avoir beaucoup d’enfants, seulement un ou deux. Ceci veut dire que nous n’utilisons qu’n ou deux ovules, le restant des ovules hautement chargés en énergie sont éliminés. Si une femme permet à cette énergie de constamment jaillir hors d’elle, elle perd 30 à 40 % de sa force vitale. Il existe pourtant une méthode susceptible de transformer cette même énergie en énergie vitale alimentant les organes, les glandes, le cerveau et la moelle osseuse, ainsi qu’en énergie spirituelle.

Nous sommes tous nés avec une quantité d’énergie abondante, que les Taoïstes appellent énergie principale ou « Jing ». Chez la femme c’est King, énergie génératrice et créative, qui est indispensable à la création de l’ovule, à l’épaississement des tissus intra-utérins et à la constitution des hormones. C’est cette même énergie qui sert à maintenir la femme sexuellement active. Lorsque l’énergie Jing est complétée par l’énergie de l’air que nous respirons et par la nourriture que nous mangeons, elle donne au corps féminin la possibilité d’enrichir ses ovules d’une énergie vitale, qui sera transmise à la prochaine génération.

L’énergie Jing se transforme également en énergie vitale pour les organes, qu’on appelle énergie CHI.

Après avoir identifié ce type d’énergie, les Taoïstes se sont rendu compte que l’homme pourrait vivre en meilleur santé et rallonger sa vie, s’il arrivait à conserver ou à renouveler l’énergie Jing.

L’énergie sexuelle (ou énergie créative) est la seule énergie qui peut être doublée, triplée ou augmentée encore davantage. Ord, si nous voulons conserver ou renouveler l’énergie principale perdue, l’énergie sexuelle peut nous donner les moyens de créer cette puissance supplémentaire, à condition de savoir la conserver, la recycler et la transformer en énergie principale.

Nous aurons alors plus d’énergie disponible pour pouvoir la transformer en énergie CI, qui a son tour pourra être transformée en énergie spirituelle SHEN.

La sexualité Taoïste

 

sexualitePendant les recherches de Hartman et Fithian, le nombre de moyen des orgasmes d’un homme multi-orgasmique était de quatre. Certains hommes en avaient le minimum, soit deux, et l’un d‘entre eux montait jusqu’à seize. Dans une étude Marion Dunn et Jan Trost, la plupart des hommes ont rapporté entre deux et neuf orgasmes par séance.

Il est important de mentionner ici que la sexualité Taoïste n’est une question ni de chiffres ni de statistiques, mais plutôt de satisfaction et de culture. Vous pouvez vous sentir satisfait avec un seul, trois ou seize orgasmes. Si vous cultivez votre sexualité, c’est en approfondissant la sensibilité, la conscience que vous avez du plaisir de votre corps, et en apprenant à créer une intimité de plus en plus grande avec votre partenaire. Chaque individu et chaque expérience sexuelle est unique, et le nombre « juste » d’orgasmes dépend de vous et de votre partenaire, de vos désirs à un moment donné. Lorsque vous êtes multi-orgasmique, vous n’avez pas de raison de vous inquiéter pour savoir si vous tiendrez suffisamment longtemps, ou pour vous préoccuper du nombre d’orgasme que peut avoir votre partenaire, tout simplement parce que vous aurez tous les deux la possibilité de jouir autant de fois que vous le voudrez.

 

Image de prévisualisation YouTube

 

En tant que médecins, les maîtres Taoïstes s’intéressaient à la sexualité comme une des composantes de la santé globale du corps. Ils pratiquaient le Kung Fu Sexuel parce qu’ils avaient découvert que l’éjaculation vide un homme de son énergie. Vous avez probablement aussi remarqué cette perte de vigueur, cette sensation générale de fatigue après une éjaculation. Alors que vous aimeriez pouvoir être attentif aux besoins émotionnels et sexuels de votre partenaire, votre corps ne demande qu’une chose : dormir. Comme l’a exprimé un homme multi-orgasmique, « Après avoir éjaculé, l’oreiller me semble plus attrayant que ma petite amie ».

L’image de la femme insatisfaite dont l’amour éjacule, grogne et s’effondre sur elle est si répandue qu’elle en est devenue une plaisanterie de salon, mais l’épuisement ressenti par les hommes après l’éjaculation est aussi vieux que le premier grognement copulatoire. Peng-Tze, un conseiller amoureux du célébrissime Empereur Jaune a rapporté il y a presque cinq mille ans : « Après l’éjaculation l’homme est fatigué, ses oreilles bourdonnent, ses yeux sont lourds et il n’aspire qu’à dormir. Il a soif et ses membres sont faible set raides. En éjaculant il vit une sensation forte pendant un bref instant, mais doit subir par la suite la souffrance de longues heures d’épuisement ».

La sagesse populaire de l’Occident s’accorde avec les Taoïstes en ce qui concerne l’importance qu’il y a à conserver l’énergie sexuelle. Les athlètes connaissent depuis longtemps la faiblesse et la léthargie qui suivent l’éjaculation, et c’est pourquoi ils s’abstiennent de tous rapports sexuels la nuit précédant un « grand match ». Les artistes en ont également ressenti les effets sur leur travail. Le musicien de jazz Miles Davis s’est expliqué dans une interview qu’il avait accordée au magazine Playboy :

Davis : Tu n’arriveras jamais à jouir, et ensuite te battre ou jouer. Ce n’st pas possible. Quand je dois venir, je viens. Mais je ne joue pas juste après.

Playboy ! Expliquez-nous cela avec les mots de tout le monde.

Davis : Demandez à Muhammad Ali. S’il a joui, il ne peut pas se battre, il ne tiendrait même pas deux minutes. Tu te rends compte, même moi il n’arriverait même pas à m’égratigner.

Playboy : Accepteriez-vous de livrer combat à Muhammad Ali dans ces conditions, histoire de prouver ce que vous avancez ?

Davis : Vous pouvez être sûr que je me battrais contre lui, aucun problème. Mais seulement s’il promet de baiser avant le combat. S’il n’a pas baisé, je ne me battrai pas. Tu abandonnes toute ton énergie quand tu jouis. Je veux dire, tu t’en vides entièrement. Et donc, si tu tiens absolument à baiser avant un spectacle, comment pourrais-tu donner quoi que ce soit au moment de frapper ?

On ne peut pas dire que Miles était vraiment très romantique, mais en tous cas, il ne mâchait pas ses mots. C’est un des meilleurs trompettistes du monde, et il savait très bien que s’il éjaculait, sa vitalité baisserait, il s’affaiblirait, et sa performance artistique ne pourrait qu’en souffrir. Malheureusement, comme la plupart des hommes, il ignorait être capable de faire l’amour autant qu’il le souhaitait, et d’avoir des orgasmes répétés, avant n’importe quel spectacle, à la condition expresse de ne pas éjaculer. Cela aurait même pu améliorer sa « force de frappe ».

Bien que les effets de l’éjaculation soient plus évidents pour des musiciens professionnels ou des champions de boxe, tous les hommes font tôt ou tard l’expérience du même épuisement du fait de venir, qu’il serait plus juste d’appeler l’acte de partir. Selon un homme multi-orgasmique, « Je m’en rends vraiment compte le matin si j’ai éjaculé. Je me lève en traînant les pieds et à midi je me sens déjà fatigué. Quand j’ai des orgasmes multiples sans éjaculation, je me réveille rafraîchi et j’ai besoin de moins de sommeil« . Un autre homme qui récupérait d’une maladie chronique a expliqué : « Mon désir sexuel a toujours été fort, ce qui fait que j’éjaculais souvent, une ou deux fois par jour. Et avec chaque éjaculation ma santé empirait toujours plus, tout simplement parce que je perdais de plus en plus d’énergie« . De nombreux hommes, surtout les jeunes, ne remarquent pas toujours cette sensation d’épuisement au début, sauf s’ils éjaculent à un moment où ils sont malades ou qu’ils doivent beaucoup travailler.

En Occident, nous supposons que l’éjaculation est la culmination inévitable de l’excitation masculine et la fin, le but-même des ébats amoureux. En Chine, cependant, les docteurs avaient compris depuis longtemps que la Petite mort de l’éjaculation comme les Français l’appellent, est une trahison du plaisir masculin et un dangereux affaiblissement de la vitalité virile, qu’il est possible d’éviter.

A LIRE / L’énergie sexuelle Masculine ici  http://bibliothequecder.unblog.fr/2014/12/09/lhomme-multi-orgasmique/

Sublimer la sexualité

 

4Si l’on admet que l’Occident est en quête spirituelle aujourd’hui on ne regrettera pas la « démocratisation » de ces techniques et leur divulgation aux laïcs. Il en est de même pour les techniques indiennes du Tantra.

A l’aube de l’humanité et pendant un certain âge d’or où l’homme cultivait ses pouvoirs spirituels et faisait briller au mieux ses potentialités, cette forme de sexualité existait, orientée vers la transmutation et le sacré. Est-ce un signe des temps ce retour de l’initiation à la portée de tous ?

Par contre, si le silence et le secret ont eu aussi pour rôle au cours des sicles de protéger le profane contre lui-même et ses instincts, quelles peuvent êtres les conséquences de cette divulgation ?

Etre attentif à la sexualité, c’est être à l’écoute du drame humain. Par son insuffisance, ses pannes ou au contraire ses excès, ses déviations,, elle révèle la psyché dans ce qu’elle ad e souffrance ou de liberté, d’anicroches, de vécus, de gouffres d’angoisse, d’aptitudes à la transcendance. Elle nous dit aussi bien simplement combien on est capable d’aimer l’autre et d’accepter de l’être par lui. Aussi est-il opportun d’engager à la prudence ceux et celles qui veulent connaître les états de « sur-physiologie » par une pratique solitaire ou conquérir à deux la communion à des stades idylliques ou transdéviés de l’organisme tels qu’ils sont décrits dans bien des livres.

Dans le sage suivi en 1987, j’ai rencontré quelques femmes qui disaient avoir réussi à suspendre leurs règles ; certaines depuis plusieurs mois, d’autres à les raccourcir et surtout les rendre indolores. J’ai également eu la chance de rencontrer des hommes et des femmes qui avaient véritablement connu au cours de l’acte sexuel une expérience qui les avait transcendés. Un couple m’a confirmé le ressenti de l’orgasme dans certaines partie sud corps distinctes des sphères génitales, en l’occurrence le cerveau. Mais ces femmes et ces hommes qui témoignaient, étaient pour la plupart des personnes qui pratiquaient le Qi Gong depuis longtemps, qui avaient ouvert leur « petit circulation céleste » ou « orbite microcosmique » et qui entretenaient avec leur partenaire une relation d ‘ouverture, de confiance et l’amour.

En matière de sexualité Taoïste, il apparait que le cœur est aussi important que l’énergie. Et il convient de souligner que si l’énergie n’est pas cultivée selon les principes de l’alchimie interne, la seule ouverture du cœur par l’amour, peut faire apparaître les conditions de l’extase. Nombreux sont heureusement les amoureux qui connaissent cette dimension.

L’entraînement solitaire, faut-il encore ajouter, est susceptible de déclencher ou d’exacerber des obsessions ou des surexcitations sexuelles s’il n’est pas constamment balancé par une longue et régulière pratique des exercices internes et de la méditation.

En engageant dans cette voie, faisons-le donc avec pondération, sensibilité, tact pour ne pas dire sagesse, prudence et compassion. Cultivons l’énergie mais sans négliger le cœur.

La Voie Royale s’ouvre pourtant à ceux qui vivent leur sexualité comme on chevauche l’écume des vagues, sans tomber, sur la cime. La chute n’est plus pour celui ou celle qui a vaincu ses démons intérieurs, qui n’est plus l’esclave de ses désirs ou fantasmes, qui est devenu l’être libre qui s’estompe dans la fusion avec l’autre aussi bien qu’en lui-même, amoureux de la lumière de la pure conscience.

Nicole Tremblay et le tao

Le Tao de la santé Les livres de Nicole Tremblay

Nicole Tremblay est docteure en psychologie. Acupunctrice, elle a étudié à l’École d’Henri Solinas et s’est perfectionnée à l’école française et vietnamienne de Nguyen Van Nghi. Elle a étudié le système du Tao auprès du célèbre Maître Mantak Chia. Elle pratique en clinique privée et donne des cours de méditation ainsi que des conférences. Elle a écrit  » Le tao des émotions « et  » Le tao de l’énergie: corps, mental, esprit « , tous deux publiés aux Éditions Quebecor. Pour en savoir plus: www.taodelasante.com

         Le tao de la sexualité: 
Un art millénaire
par Nicole Tremblaytaodelasexualite_01

Les détails du produit:
ISBN 276402021X
Broché: 224 pages 
Dimensions : 22,4 x 15,2 x 2 cm, 224 pp. 
Prix : 30.00 $, Collection psychologie,
Les Éditions Québec Livres
Quebecor Média

Dans ce livre, Nicole Tremblay présente les idées fondamentales de la sexualité orientale en s’inspirant de textes littéraires chinois. Nous y découvrons les connaissances très anciennes des Chinois qui, par diverses pratiques sexuelles et spirituelles, augmentent leur pouvoir, s’assurent de vivre longtemps et, parfois même, atteignent l’immortalité. Exposant les différences entre la sexualité occidentale et orientale, l’auteure relève le refus et la négation de la sexualité en Occident par rapport à l’acceptation et au raffinement de la sexualité en Orient. Elle décrit précisément la place qu’occupe la sexualité selon le taoïsme, le bouddhisme, le confucianisme, ainsi que les concepts de base de la médecine chinoise. Le lecteur qui souhaite mieux connaître et comprendre la sexualité, le plaisir, la santé, le rôle de l’homme et de la femme, l’équilibre du couple, la quête de l’immortalité selon une perspective taoïste y trouvera une mine d’informations. Depuis trente ans, Nicole Tremblay est docteure en psychologie. Acupunctrice, elle s’est perfectionnée à l’école de Nguyen Van Nghi et à l’école d’Henri Solinas. Elle a étudié le système du Tao auprès du célèbre Maître Mantak Chia. Elle pratique en clinique privée et donne des cours de méditation et des conférences. Elle a également écrit Le Tao de l’alimentation?: un art de la santé, Le Tao de l’énergie?: corps, mental, esprit et Le Tao des émotions.

En vente en ligne Sur > Amazon.fr 

1...1011121314

Des petits sous, toujours d... |
Collectif ICI Ensemble |
Vivrecolo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Demediatisation
| Quality blog
| Conseilfemmes